Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2004

Racistes/antiracistes

Dimanche soir en regardant les journaux télévisés, j'ai pu voir les régulières manifestations contre le racisme ; toutes ces organisations anti-racistes n'ont pas voulu défiler ensemble. Ainsi la LICRA explique qu'il «est nécessaire et indispensable de mobiliser tous les français pour dire leur rejet et leur dégoût de l'antisémitisme et de tous les racismes», mais qu'elle «n'ira pas aux côtés d'organisations adversaires déclarées de la loi républicaine sur la laïcité (...) car elle ne souhaite pas que l'école de la République devienne le champ clos des prosélytismes religieux ou politiques». La LICRA ajoute qu'elle «n'ira pas, car elle sait que ce sont souvent les
mêmes qui entretiennent un climat de violence dans certains quartiers, provoquant les agressions contre les lieux de cultes et véhiculant un antisémitisme violent au prétexte d'un antisionisme qui ne trompe personne».
S.O.S. racisme n'a pas voulu s'associer aussi à ces manifestations.

L'antiracisme devient si ridicule et si incohérent qu'il se disqualifie lui-même. Il a dû mal à trouver des excuses à l'intégrisme musulman mais peut-être qu'il cherche de nouveaux ennemis.
Je me souviens de l'affaire Aïssa Dermouche, un attentat d'inspiration raciste selon le MRAP. Aussitôt les rituelles condamnations se sont déversées sur les téléscripteurs. Ensuite le silence a régné dans les médias. Depuis aucun n'ose révéler la vérité sur ce faux attentat. En contactant la presse officielle et même la presse alternative, je n'ai rien pu en tirer même La lettre à Lulu est restée silencieuse. Je pensais qu'en étant de Nantes cette lettre aurait pu en savoir davantage.
Cela donne aussi l'impression que ces organisations entretiennent le racisme comme si c'était une marchandise qu'ils ne cherchent surtout pas à voir disparaître, car cela les amènerait à disparaître eux aussi.


Le reportage suivant sur la chasse aux français en Côte d'Ivoire donnait un fort contraste avec ces manifestations antiracistes. La réalité raciste est venu frapper la gueule de ces bonnes consciences. Il n'y avait pas de demi-mesure. "A chacun son blanc"scandaient les manifestants. Mais le plus étonnant était d'entendre ces mêmes messages de haine à Paris. Je n'ai entendu aucun message d'associations antiracistes condamnant ces propos. On estime que ces personnes originaires de côte d'Ivoire n'ont pas les mêmes droits et les mêmes devoirs que d'autres français. C'est là que commence véritablement le racisme.
Les bonnes consciences, comme Olivier Duhamel sur France-Culture ce mercredi 10 novembre, reprochent à la France d'intervenir dans ce conflit ; mais si elle était restée absente ces mêmes belles consciences l'auraient critiqué. D'ailleurs lorsque la France ne fait pas assez comme au Rwanda on lui fait aussi un procès. Quoique l'on fasse, on mécontentera toujours quelqu'un.

Commentaires

Il est bon de rappeler que sans l'intervention des troupes françaises il y a de cela près d'un an , la Cote d'Ivoire aurait sombré dans la guerre civile comme le Liberia et le Sierra Leone voisins! On a vu le résultat.Quand au racisme c'est hélas un fond de commerce inépuisable utilisé par les forces politiques de certains pays (dont la Cote d'Ivoire)lorsque tout argument crédible à leur maintien au pouvoir s'est depuis longtemps envolé. Ne boudons par notre satisfaction de le voir régulièrelent condamné dans nos démocraties même si c'est de manière imparfaite et partisane!

Écrit par : manutara | 10/11/2004

A propos des "50 civils tués par les soldats français". Bon, alors j'aimerai qu'on me dise à partir de quel moment les soldats ont le droit de faire feu. Quand ils sont morts étranglés ? Il faudrait encore que nos soldats s'excusent de ne pas s'etre laissés tuer pour contenter l'opinion ?
Mais le foutage de gueule est à son comble dans les propos de Sebastien Dano Djeje qui dit d'abord que la mort des neuf soldats français était une erreur, avant d'ajouter que la responsabilité des avions ivoiriens reste encore à prouver. C'est le coup du chaudron percé. C'est toujours drole au début, agaçant à la fin.

Écrit par : novgorod | 11/11/2004

Ce que la presse ne dit pas, à propos de la Côte d'Ivoire, souvent parce qu'elle ne le sait pas, c'est que la France a passé au lendemain de la décolonisation avec ses anciens "partenaires", dont la Côte d'Ivoire, des accords de défense et d'assistance.
Celui avec la Côte d'Ivoire a été signé en 1961, il stipule que la France doit intervenir dans son ancienne colonie si celle-ci est menacé d'un danger tant interne qu'externe.
A ce titre nos troupes sont intervenues dans le cadre de l'Opération Licorne fin 2002, à la DEMANDE du président Gbagbo, pour protéger son régime des rebelles.

Écrit par : gribouillages | 14/11/2004

Je viens de lire dans l'Ouest-France qu'une manif de soutien à Gbagbo a eu lieu dimanche par une soixantaine d'Ivoiriens en scandant des slogans hostiles à la France et au président Français "Chirac assassin".

Écrit par : Fabrice Trochet | 16/11/2004

C'est vrai que toutes ces associations contre le racisme ne vont que dans un sens.Effectivement dés que ce sont des français qui se font massacrés ou injuriés ,alors là les associations contre le racisme ne défilent plus .
Si elles ne réagissent pas il va

Écrit par : ROUSSEAU | 14/01/2005

C'est vrai que toutes ces associations contre le racisme ne vont que dans un sens.Effectivement dés que ce sont des français qui se font massacrés ou injuriés ,alors là les associations contre le racisme ne défilent plus .
Si elles ne réagissent pas il va

Écrit par : ROUSSEAU | 14/01/2005

Les commentaires sont fermés.