Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2005

Turquie et Europe

Suite au billet précédent ATTAC 49 a reconnu cet erreur « Vérification faite (et nous aurions dû, vous avez raison, tout vérifier), seul "religieux" figure dans le préambule du traité : dont acte ! »


Comme le soulignait Finkielkraut dans son émission Répliques du 2 février sur l'Europe et la Turquie : L’Europe veut tellement s’amender que toute référence à l’héritage chrétien a été éliminée du traité constitutionnel
J’ai assisté plusieurs fois aux réunions d’ATTAC, j’ai toujours été stupéfié de leur anti-christianisme et de leur fascination pour le monde musulman, comme beaucoup d’autres associations d’extrême-gauche, d'ailleurs. Je ne les voie jamais débattre avec des chrétiens mais très souvent avec des associations musulmanes comme cette conférence auquelle je n’ai malheureusement pas pu assister du 7 janvier organisé par l’Association culturelle des jeunes musulmans autour de la tyrannie des marques.

Je crois que je voterai non à cette constitution non pour les mêmes raisons que l’extrême-gauche qui est contre cette constitution mais pour l’entrée de la Turquie dans l’Union. Je ne pense que l’entrée de ce pays sera un bien pour l’Europe mais je sais qu’elle est tellement avancé dans les négociations avec la Turquie qu’il sera difficile de refuser à ce pays l’entrée dans l’Union. On ne pourra pas dire non dans 10 ans. Il est vrai que les partisans du non à l’entrée de la Turquie disent quelques fois des bêtises comme De Villiers qui affirment que 70 % des femmes sont voilées. Ceux qui ont visité savent que c’est faux.
Dans le figaro de vendredi dernier NICOLAS DUPONT-AIGNAN dans un article intituléTurquie et Constitution européenne sont liées aborde ce point dont voici un extrait :

Or, comment prétendre inviter nos concitoyens à parapher ce contrat de mariage en leur enjoignant de ne surtout pas se demander avec qui ils le signent ? C'est un peu se moquer du monde, car chacun sait que, quand on se marie, on se soucie bien plus du conjoint que du Code civil ! Or le conjoint est aussi turc.

«Mais cette adhésion n'est pas certaine !», nous répondra-t-on. Au contraire, deuxième secret de polichinelle, il est bien évident qu'il ne sera pas possible de dire non après une décennie de négociation avec Ankara : la crise qui s'ouvrirait alors avec la Turquie serait trop grave pour que quiconque en prenne le risque. Comme le dit joliment Robert Badinter, on ne dit pas non devant Monsieur le Maire après 10 ans de fiançailles. Ajoutons qu'on nous dira dans 10 ans qu'il serait suicidaire pour la France de bloquer solitairement l'adhésion turque dans le cadre de la constitution, cette dernière faisant dépendre la plupart de nos lois du bon vouloir de la majorité (qualifiée) de nos partenaires. C'est donc seulement en juin prochain, en refusant de signer la constitution, que les Français auront la dernière chance d'empêcher le mariage forcé avec la Turquie. Après, il sera définitivement trop tard.


Sylvie Goulard confirme dans la même émission Répliques Le pire scénario que je vois se dessiner, c’est celui dans lequel on dit d’un côté aux turcs "faîtes un maximum d’efforts nous sommes engagés au plus haut niveau et vous rentrerez dans l’Union" et on dit au citoyen européen « ne vous inquiétez pas. Jusqu’à la fin le processus est ouvert » Il y a une ambiguïté qui ne risque pas d’être constructive.

Commentaires

Je suis très intéressé par la pensée de Finkielkraut et, bien que non juif, j'écoute avec intérêt son émission "Qui vive" sur la radio juive (que vous pouvez réécouter sur le site internet de la radio RCJ). Je suis totalement d'accord avec lui.

Lors de la dernière émission, voici ce qu'il a dit de l'Europe :
Alain Finkielkraut- (…) Je suis de plus en plus conscient que cette Europe-là ne ressemble plus à rien. Que elle est d'autant plus immorale qu'elle se veut angélique. Et que l'Europe qu'on nous propose, c'est une Europe non plus… ce n'est plus un être politique, mais c'est une Europe qui nous invite, si vous voulez, à nous dépouiller du vieil homme politique, à abdiquer la condition politique au profit, si vous voulez, d'un monde exclusivement réglé par la morale, par le droit et par l'économie. C'est la même Europe qui… qui veut imposer la directive Bolkestein, c'est-à-dire : le marché règle tout, le droit équilibre le marché, et pour le reste on donne des leçons de morale. Et on demande aux peuples européens de voter pour justement le dépouillement de la politique et de la démocratie par elle-même. Moi, je ne voterais pas pour ça. Si l'Europe va vers autre chose va vers autre chose que la démocratie, va vers autre chose que la politique, ce sera sans moi.

Ilana Cicurel- Ça veut dire que vous allez voter non au référendum ?

Alain Finkielkraut- Vraisemblablement. Tout n'est pas joué, j'entendrais les arguments des uns et des autres, mais je suis trop européen, je suis trop profondémment européen, pour me reconnaître, si vous voulez, dans cette Europe-là… post-politique et d'autant plus immorale qu'elle se veut exclusivement morale.

Écrit par : VinZ | 24/03/2005

Merci pour cette information qui prouve que des hommes intelligents peuvent être tres septique à l'égard de cette constitution. Je ne connais pas le site de RCJ et le jour de l'émission de Finkielkraut. Pouvez-vous me donner l'adresse de ce site ?

Écrit par : Fabrice Trochet | 26/03/2005

Alors, le site de RCJ est http://www.radiorcj.info
Dans la partie "Ré-écouter", sélectionnez "Qui-vive". Et ensuite, il s'agit de l'émission du 20 mars.
La citation que j'en ai faite est à peu près au bout de 19 minutes, mais il parle auparavant notamment des négociations entre la Croatie et l'Union Européenne, ce qui est très intéressant.

Écrit par : VinZ | 29/03/2005

Les commentaires sont fermés.