Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2005

Falk Van Gaver Le politique et le sacré

Belle émission, hier que j’ai eu la chance d’écouter sur France-Culture Les chemins de la connaissance Comment parler de Dieu ? avec Falk Van Gaver auteur de Le politique et le sacré paru aux Presses de la Renaissance (2005)
Je connaissais de lui que ces critiques de livres dans la revue Immédiatement. Je viens de constater que c’est aussi un jeune (25ans) écrivain d’une très grande maturité. Ses paroles, sa voix posée, ses mots précis m’ont vraiment touché. J’ai noté quelques-uns de ces propos « Il faut dire enfin à pleine voix la vérité théologique du monde. »
« La modernité c’est penser comme la sortie de la religion tout en reprenant ces valeurs ces idées. »
Sue le site de France-Culture on peut en savoir plus sur ce livre, c’est sans doute la retranscription de la quatrième de couverture.
"La fin du XXe siècle a vu disparaître les idéologies totalitaires qui, longtemps, ont nourri la réflexion mais ont épuisé progressivement le filon des promesses. Le monde est entré dans une phase de désarroi moral et spirituel. Le libéralisme, idéologie marchande, occupe désormais tout l'espace intellectuel. Il réduit l'homme à l'état de consommateur aux désirs perpétuellement inassouvis. Et pourtant, nous avons plus que jamais besoin de repères.
Dans cet essai nourri d'une quantité impressionnante de lectures, Falk van Gaver soumet avec bonheur notre époque à l'épreuve de l'Évangile et nous entraîne dans un tourbillon de pensée où foi et raison s'entremêlent et dont surgit la modernité éternelle du message civilisationnel du Christ.
Le Politique et le Sacré répond à sa manière au message du pape Jean-Paul II qui invite les chrétiens à s'engager, à faire entendre leur voix. Il est en ce sens porteur d'une nécessité qui se proclame et s'assume."

Commentaires

Les seules idéologies qui n'aient pas disparu sont les pires, celles qui se nourrissent de la fragilité de l'homme, les religions.

Écrit par : schnauzer | 15/03/2005

C'est peut-être ce que l'on peut lire dans certaines publications. Mais la réalité est tout autre, il existe des catholiques dans tous les milieux et ils ne sont pas tous fragiles. Je crois plutôt que la religion se nourrit de la force de chaque homme.

Écrit par : Fabrice Trochet | 16/03/2005

Les commentaires sont fermés.