Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2005

Constitution et Mémoire

Reçu RDT info le Magazine de la recherche européenne édité par la Commission européenne. Ce dernier numéro d’Avril est consacré à la mémoire et à la science. On peut s’y abonner gratuitement via le site web .
Dans l’article intitulé La science des traces, l’auteur écrit " qu’il n’y a pas pire que l’oubli et que le souvenir est la seule possibilité de tenir la mort à distance". Dans l’édito on y ajoute que Les églises romanes et les cathédrales gothiques, les Lumières et la musique baroque « font » indéniablement l’Europe.
Sur la mémoire, Chantal Delsol a écrit un magnifique texte « Pour l’honneur des imbéciles » paru dans le Figaro Je voudrais une Europe qui n'ait pas peur de son ombre. Où est son ombre ? Dans son passé, qui la suit et l'habite comme il habite toute chose humaine, mais dont elle aimerait se débarrasser : l'Europe rêve de ressembler à ce héros qui avait perdu son ombre, et marchait sur le vide vertigineux de son absence de définition. L'Europe a des caractéristiques. Elle est grecque et romaine, elle est chrétienne, elle est moderne. Tout cela forme un monde. L'Europe n'est pas ce personnage sans qualité qu'elle croit être, elle n'est pas l'universel en marche auquel toutes les cultures devraient s'identifier. Elle porte sa particularité, elle aussi, c'est une gloire et une croix, elle est incarnée, donc pesante, donc tentée par les conflits. Elle n'est pas, comme l'a dit un de nos gouvernants, «aussi musulmane que chrétienne»
Chantal Delsol n’a pas osé rappeler le nom de ce gouvernant qui est Jacques Chirac. Mais ce dernier avait dit aussi « Cette histoire d’élargissement est tout a fait absurde. La Turquie maintenant est candidate, demain ce sera la Zimbabwe ! » C’est vrai que ces paroles ont été dites en 1980. Il a eu le temps de changer. Mais dernièrement comme le faisait remarquer Patrick Poivre d’Arvor, lors de la fameuse prestation face à 80 jeunes, Jacques Chirac louait le traité de Nice lorsqu’il l’avait signé. Il a répliqué « J’ai dit alors que c’était le meilleur accord possible » Notre chef d’Etat dira sans doute la même chose pour ce nouveau traité dans peu de temps.

Les commentaires sont fermés.