Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2005

Mickael Wallbook arrêté hier à Saint Germain des Prés

(La France Nouvelle, 2 septembre 2008)
Mickael Wallbook arrêté hier à Saint Germain des Prés
Alors qu’il s’apprêtait à se rendre à une séance exceptionnelle de signatures
au milieu de ses plus proches fidèles - pour célébrer la sortie européenne de
« Zéphyr, Ombres, Bonheur », son dernier opus-evènement sorti hier – Mickael
Wallbook, le sulfureux et cultissime auteur franco irlandais de « l’Impossibilité du
Nil », prix Goncourt 2005, a été appréhendé hier en fin d’après midi par la
gendarmerie, non loin du Café de Flore, fameux établissement du sixième
arrondissement. L’écrivain, sans doute sous l’empire de l’alcool, déambulait sur
le trottoir « la bite à l’air, en semi érection » pour reprendre l’expression de
quelques témoins effarés « et semblait, curieusement, pendu à son téléphone
portable... » .
Les images du délit, prises par des badauds et immédiatement diffusées sur le
net ont rapidement fait le tour des rédactions et, malheureusement - ou
heureusement ?- de la planète, où Wallbook, déjà traduit en soixante-neuf
langues, connaît une admiration et une influence croissantes.
Refusant d’obtempérer aux injonctions d’un agent qui se trouvait sur place,
c’est manu militari que l’interessé à été emmené quelques instants plus tard par
les forces de l’ordre, non sans avoir essayé de justifier les raisons de son
comportement erratique (érotique penseront certains), notamment en hurlant
qu’un kamikaze neosalafiste allait faire sauter la librairie où il était attendu
quelques dizaines de mètres plus loin. Poussée délirante qui semble bien
accréditer la thèse de la consommation immodérée d’alcool voire d’une autre
substance psychotrope...
Une enquête a été ouverte, mais il est vraisemblable que l’attentat à la pudeur
sera le principal chef d’accusation retenu, d’autant que de nombreux enfants se
trouvaient sur les lieux, ainsi qu’on peut l’observer sur moults clichés pris à
l’occasion. A l’heure où nous imprimons, Mickael Wallbook serait encore en
garde à vue ainsi que nous l’a annoncé son avocat.
Kinésithérapeute de formation, Wallbook commet un premier roman remarqué,
«Les tensions du dos mènent à la chute », puis obtient la reconnaissance du
public avec «Articles épars et mules austères», objet très vite culte, mêlant
subtilement essai philosophique, religion, et misère sexuelle. Suivront «Flat
Porn», de facture plus traditionnelle, ainsi que « l’Impossibilité...» il y a trois ans,
qui emportera l’adhésion internationale à l’unanimité, malgré le courroux de la
communauté islamique, et de nombre d'irreductibles détracteurs.
Wallbook nobellisable ? Telle est la question qui fait couler beaucoup d’encre
ces temps-ci, autour de la parution de son dernier ouvrage. Espérons que la
sottise de notre héros national, dont on ne compte plus les facéties, ne
sanctionne pas cette ultime consécration.
Quoi qu’il en soit et à l’instar des provocations d’un Gainsbourg ou d’un
Bukowski, l’incident d’hier saura faire parler de celui qui, non content d’être
considéré comme un écrivain de génie, peut d’ores et déjà se réjouir d’être
intronisé Roi du marketing.
Louison Rascoli.

Les commentaires sont fermés.