Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2005

Tout arrive ! avec Maurice G. Dantec

Tout arrive !  avec Maurice G. Dantec
 
Au coeur de ce Tout arrive ! sur France-Culture le singulier Maurice G. Dantec pour son épais et mystérieux roman Cosmos incorporated.
A ses côtés, Patrick Besson pour quelques échanges sur l'écriture et les voyages dans le temps (du Moyen-Age au 13e siècle), l'individu dans la croisade, ou encore le Canada...

Mais avant tout cela, on débute par un hommage au comédien Jacques Dufilho, disparu hier, à la carrière ponctuée de quelques rôles mémorables et d'une hilarante visite de chapelle.
 
Cette fois-ci tous les participants étaient très favorable à Maurice G. Dantec.
En Bonus on a pu entendre un extrait de son prochain CD.

29/08/2005

Mickael Wallbook arrêté hier à Saint Germain des Prés

(La France Nouvelle, 2 septembre 2008)
Mickael Wallbook arrêté hier à Saint Germain des Prés
Alors qu’il s’apprêtait à se rendre à une séance exceptionnelle de signatures
au milieu de ses plus proches fidèles - pour célébrer la sortie européenne de
« Zéphyr, Ombres, Bonheur », son dernier opus-evènement sorti hier – Mickael
Wallbook, le sulfureux et cultissime auteur franco irlandais de « l’Impossibilité du
Nil », prix Goncourt 2005, a été appréhendé hier en fin d’après midi par la
gendarmerie, non loin du Café de Flore, fameux établissement du sixième
arrondissement. L’écrivain, sans doute sous l’empire de l’alcool, déambulait sur
le trottoir « la bite à l’air, en semi érection » pour reprendre l’expression de
quelques témoins effarés « et semblait, curieusement, pendu à son téléphone
portable... » .
Les images du délit, prises par des badauds et immédiatement diffusées sur le
net ont rapidement fait le tour des rédactions et, malheureusement - ou
heureusement ?- de la planète, où Wallbook, déjà traduit en soixante-neuf
langues, connaît une admiration et une influence croissantes.
Refusant d’obtempérer aux injonctions d’un agent qui se trouvait sur place,
c’est manu militari que l’interessé à été emmené quelques instants plus tard par
les forces de l’ordre, non sans avoir essayé de justifier les raisons de son
comportement erratique (érotique penseront certains), notamment en hurlant
qu’un kamikaze neosalafiste allait faire sauter la librairie où il était attendu
quelques dizaines de mètres plus loin. Poussée délirante qui semble bien
accréditer la thèse de la consommation immodérée d’alcool voire d’une autre
substance psychotrope...
Une enquête a été ouverte, mais il est vraisemblable que l’attentat à la pudeur
sera le principal chef d’accusation retenu, d’autant que de nombreux enfants se
trouvaient sur les lieux, ainsi qu’on peut l’observer sur moults clichés pris à
l’occasion. A l’heure où nous imprimons, Mickael Wallbook serait encore en
garde à vue ainsi que nous l’a annoncé son avocat.
Kinésithérapeute de formation, Wallbook commet un premier roman remarqué,
«Les tensions du dos mènent à la chute », puis obtient la reconnaissance du
public avec «Articles épars et mules austères», objet très vite culte, mêlant
subtilement essai philosophique, religion, et misère sexuelle. Suivront «Flat
Porn», de facture plus traditionnelle, ainsi que « l’Impossibilité...» il y a trois ans,
qui emportera l’adhésion internationale à l’unanimité, malgré le courroux de la
communauté islamique, et de nombre d'irreductibles détracteurs.
Wallbook nobellisable ? Telle est la question qui fait couler beaucoup d’encre
ces temps-ci, autour de la parution de son dernier ouvrage. Espérons que la
sottise de notre héros national, dont on ne compte plus les facéties, ne
sanctionne pas cette ultime consécration.
Quoi qu’il en soit et à l’instar des provocations d’un Gainsbourg ou d’un
Bukowski, l’incident d’hier saura faire parler de celui qui, non content d’être
considéré comme un écrivain de génie, peut d’ores et déjà se réjouir d’être
intronisé Roi du marketing.
Louison Rascoli.

23/08/2005

Jean Baudrillard Cool Memories V

Lecture du livre de  Jean Baudrillard Cool Memories V 2000 – 2004 paru chez Galilée , un livre rempli d’aphorismes d’une très grande banalité. Pour meubler, il tire des citations d’autres auteurs dont on se demande vraiment où il a pu les trouver. Baudrillard, au contraire d’autres penseurs ne mentionne jamais les livres d’où il a pu emprunter une phrase. Ainsi Renaud Camus aurait dit que « Il y a trop de juifs à France-Culture » ; bien sur Baudrillard ne mentionne pas d’où il a extrait ce propos. D’ailleurs il n’aurait pas pu le faire puisque c’est faux.

L'Indispensable Tristan-Edern Vaquette

Le grain de sable poursuit sa route. Cette fois-ci vous trouverez un entretien avec L'Indispensable Tristan-Edern Vaquette, le punk rouge, auteur, compositeur, comédien performer, véritable libertaire et aussi auteur d’un roman " Je gagne toujours à la fin ".

Voici quelques extraits

(...)Y'a-t-il un ou des livres qui t’as particulièrement marqué ?

Disons un quinté, dans le désordre : "Splendeurs et misères des courtisanes", de Balzac, le diptyque "L’Imposture" et "La Joie" de Bernanos, "Une Histoire décousue, ou la vie de Rembrandt" de Van Dongen, "La Philosophie dans le boudoir" de Sade, le cycle des "Jeunes Filles" de Montherlant. Allez ! J’ajoute "La Volupté de l’honneur" de Pirandello, dès fois qu’il y ait un non partant.

(...)

Que penses-tu du mouvement des intermittents du spectacle ?

Partagé.

D’un côté tu as des gens dont les préoccupations sont exclusivement syndicales (On exige une subvention artistique parce qu’on vient de faire l’éclairage sur la "La Nouvelle Star" ou la voix du canard au fond à gauche dans le dernier Disney, mais qu’un peintre qui, lui, a du talent et l’exerce, ait juste droit au RMI, ce n’est pas notre problème : en somme, on se fout complètement de l’art mais on veut les avantages et surtout le prestige de l’artiste, ça fait tout de même mieux en société que de dire qu’on est ouvrier produisant à la chaîne des objets de propagande et d’abrutissement.)

De l’autre, tu as des riches cyniques dont le seul discours politique est "Plus pour ma gueule et si mes congénères sont dans la galère, tant mieux, je pourrai les faire travailler plus et pour moins cher s’il ne veulent pas crever de faim" (Ajoute à ça la petite revanche arrogante qu’ont sent bien contre "les artistes", ces fainéants qui nous méprisent et nous insultent depuis des siècles : et bien dansez maintenant…)

Entre deux "ennemis de classe", de toi à moi, j’ai bien du mal à choisir, mais, à tout prendre, au final je défends les premiers parce que j’ai l’impression que le "pouvoir" est plutôt du côté des seconds – être "contre", toujours. (Pour aller plus loin, j’ai répondu à un article sur le sujet dans la revue Hermaphrodite  )

Tu es un des rares artistes à défendre Costes. Est-ce que cela t’a causé des problèmes ?

Non. Au pire de passer pour un lèche-cul carriériste qui courtise un collègue plus vieux et reconnu dans l’unique but de réussir dans son sillon.

14/08/2005

La peur Finkielkraut

Saisi en cours de route, l'émission du mercredi 10 août, les Rencontres de Pétrarque sur France-Culture consacrée à la peur, la brillante intervention d’Alain Finkielkraut .

Il constate que l’idée de la peur est de droite mais que la plupart des « anti-peureux » vivent dans des coffres-forts. Ce sont souvent eux qui méprisent le peuple.

 

Finkielkraut a conclu que lui a peur des chercheurs en sciences sociales.