Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2005

Révolte consommée

Débuté la lecture d’un essai très passionnant de Joseph Heath et Andrew Potter intitulé: Révolte consommée. Le mythe de la contre-culture publié chez Naïve . Vraiment passionnant ! Explosif ! Il s’agit d’ une analyse impitoyable, percutante  mais très juste des milieux de la contre-culture notamment des antipublicitaires et de la manière dont ils sont finalement récupérés par le capitalisme.
Voici le début de leur introduction « Septembre 2003  constitue un tournant dans le développement de la civilisation occidentale. Ce  mois-là,   le magazine Adbusters (Casseurs de pub  en France) commença à accepter des commandes pour le Black Spot Sneaker, sa propre marque de chaussures de sport "subversives". Depuis, aucun être sensé ne peut encore croire qu'il existe une contradiction entre la culture « dominante » et la culture "alternative". Depuis, il est devenu évident pour tout le monde que la rébellion culturelle,qu’illustre parfaitement  Adbusters, ne constitue  pas une menace pour le système ... mais qu’elle est le système.

Fondé en 1989, Adbusters est le périodique phare du mouvement de brouillage culturel. Il est surtout connu pour avoir lancé la Journée sans achat ( Buy Nothing Day) qui s’est répandue, ensuite, dans plus de cinquante-cinq pays. »

 Ces deux essayistes mettent à nu les mécanismes de récupération par le capitalisme de ces mouvements anticonsommations dont l'émergence a eu pour résultat de créer de nouveaux marchés et de renforcer le système, au lieu de combattre ses perversions et ses excès. A la fois histoire de la pop culture, manifeste politique et analyse sociale, cet essai propose un vrai débat, s'amuse à remettre en question les personnalités les plus médiatiques de la contre-culture ( Michael Moore, Naomi Klein... ) et aussi les intellectuels français (Baudrillard, Debord) mais surtout, invite le lecteur à trouver de nouvelles pistes de réflexion.

 Une critique complète de ce livre sera accessible prochainement sur Le grain de sable

Commentaires

"I hate myself and I want to buy" ;-)

Excellent livre sur la pseudo subversion des Rebelles (quoique Lasch avait critiqué la rébellion dans la Culture du Narcissisme dans le chapitre sur le pseudo-radicalisme universitaire)...

Les réflexions sur le besoin de "distinction" et "la course aux armements" en se basant sur Veblen sont vivifiantes et nous sortent de la critique habituelle de la société de masse...

Le "démontage" des baudruches Moore, Klein est cinglant

Néanmoins, leurs solutions ne sont pas très concluantes: réduction du temps de travail, taxe sur la TVA remise pour les annonceurs publicitaires, péages pour les véhicules polluants à l'entrée des villes... Un pot pourri entre Blair et Jospin!!

En somme le diagnostic est bon, les solutions proposées le sont moins ( à part peut-être la TVA pub)...

Écrit par : Majdar | 25/10/2005

Ca à l'air interessant mais je n'ai jamais entendu parlé de ce bouquin. C'est sûr, tout a déjà été dit.
Et tous ces rebelles que vous dénoncez ont tenté quelque chose. Il me semble que les maux auquels ils s'attaquaient étaient justes. D'ailleurs ces rebelles sont aussi récupérés par l'extreme-droite qui pensent être aussi les vrais rebelles.

Écrit par : stef | 25/10/2005

Evidemment peu de publicité a été faite autour de cet ouvrage ( il démonte tous les tropismes de la rebellion), seul Ph. Petit de Marianne en a parlé...

Loin de parler de "récupération" explication commode pour les "alternatifs", l'ouvrage s'évertue à montrer que le désir des contre-culturels est de se démarquer de la masse conformiste et vulgaire... De ce désir de distinction ( "être cool", "être alternatif") naît la contre-culture, toujours en quête d'un nouveau modèle quand les masses finissent par s'approprier une nouvelle culture... Les rebelles, tel Sisyphe recommencent alors une autre recherche forcément dérangeante et subversive...

Musique, art, idées, vêtements, alimentation, modes de vie... Tout est bon pour se "distinguer" ( Veblen)

Écrit par : Majdar | 25/10/2005

J'ai l'impression que cet ouvrage enfonce des portes ouvertes.

L'apport théorique de Debord est plus que jamais d'actualité, mais chacun peut savoir que ce type était aussi un petit-bourgeois mégalomane.

Moore tape sur les Républicains, et il le fait assez bien, mais son point de vue est souvent celui de l'aile gauche du Parti Démocrate, rien de subversif là dedans... D'ailleurs une palme d'or au festival de Cannes constitue une preuve suffisante que Moore est parfaitement intégré au Système (taper sur Bush est certes consensuel).

De toute façon, là où il reste des prolétaires révolutionnaires, ce n'est pas Debord ou Moore qui leur servent de maîtres à penser.

Ces icônes (Baudrillard, Moore, Klein...) ne sont que celles des classes moyennes de gauche, des bobos et autres altermondialistes.

Écrit par : megacatastrophemondiale | 27/10/2005

Ce livre est vraiment rafraichissant, insolent et pertinent. De plus il est écrit dans un langage clair et les anecdotes sont très précises. Accablant. Certains ont cru que ces auteurs étaient de droite, hors il en est rien même si ces 2 auteurs démontrent comment la gauche s’est détourné des masses populaires et essayent de les ringardiser. « Les critiques ont tendance à dénigrer les goûts populaires ». Je crois cher mégacatrastophe que ce livre aborde et complète parfaitement les sujets que vous avez abordé dans votre site. Je vous le conseille.

Écrit par : Fabrice | 27/10/2005

En effet, Potter et Heath s'inspirent en partie des vues de David Brooks sur les "bobos"...

Mais ce n'est pas tout, ils dénoncent pêle-mêle "la chasse au cool", le fait d'avoir du Radiohead dans sa discographie, les punks, le hip-hop, Klein qui vit dans un loft, Moore et sa mauvaise foi, les casseurs de pub, les adeptes du bio et les écolo-warriors, les hippies, les "nerds" des années 80 devenus classe dominante ...

Qui trouve grâce à leurs yeux? Star-Trek.

Écrit par : Majdar | 27/10/2005

Il me semble que Baudrillard dans la "Société de consommation", il y a plus de 30 ans maintenant, avait déjà clairement constaté que la consommation était un langage de différenciation et qu'à ce titre consommer du contre-culturel c’est toujours une façon de consommer mais de façon paradoxalement « puritaine » par opposition à l’ « hédonisme » consumériste. Certes Baudrillard a écrit beaucoup de choses depuis et y compris des conneries, je ne suis pas par ailleurs un fanatique de cet auteur. Mais franchement là, à part remuer des concepts classistes très anglo-saxons, ce bouquin ne me semble pas apporter grand chose de nouveau. Il y a tellement d’autres choses qui me semblent beaucoup plus intéressantes à lire.

Écrit par : S. B. | 27/10/2005

ATTENTION
tellement facile, vos réacs sur les maîtres à penser de l'alternative.
Vous voulez provoquer, alors expliquez qui d'autres que les"petits bourgeois" et ceux que vous fustiger de "bobos", terme le plus à la mode que j'ai jammais vu, qui d'autres donc a fait évoluer le monde des idées, de l'analyse du système et des moyens d'actions révolutionnaires, il faut être un con pour ne pas comprendre que par exemple l'histoire du mvt68 est justement l'histoire d'une union stratégique entre classes "protégées" etudiantes et classes ouvrière, il faut être con pour na pas reconnaître que la révolution ne se fera pas sans cette union et cette reconnaissance mutuelle, les gouvernants et autres decideurs CGT-PCF ne s'y sont pas trompés et ont cassé le mouvement dès qu'un vrai risque révolutionnaire est apparu, dès l'instant ou grace aux étudiant, vous déplaise ou non, cette unification sacré à commencer à voir le jour.
Ce qui est dangereus et anti-révolutionnaire par exellence, c'est de se protéger derrière des représentations toute faite qui anhilient les vérités dérangeantes.
qui va en prison pour opposition politique si ce n'est les étudiants dans tous les pays de dictature.
Juger quelqu'un sur quelque clichés nauséabonds a propos de ses origines est le réflexe le plus confortable qui soit, et évidemment celui qui arrnage le mieux les politiques de division des décideurs.
alors le faire pour Debord ...
aveu cinglant de crétinite aigue
ou tout simplement d'envie que les choses perdures en l'état.
c'est vous qui devenez à l'abri de la violence de l'histoire et des faits, ou tout simplement de l'autocritique avec vos clichés minables.
les contestataires ont toujours beaucoup plus soufferts leurs idées que ceux qui les traitent de bobos.
croyez vous que les ouvriers n'ont rien à apprendre.
tout dépend de vos réelle objectifs.
le leur était la révolution, à la vie à la mort
alors vos papautages à la mode ne témoignent que de votre lacheté.
les étudiants ont tout à apprendre des classes populaires,
ET VICE VERSA
ou aloors chacun sa merde, mais ça, ça doit mieux vous convenir.
pauvres débiles nantis ...

Écrit par : syd67 | 06/11/2005

Ce ne sont pas des réactions c'est ce que rapporte ce livre. Les ouvriers ont peut-être quelque chose à apprendre des intellectuels mais ce sont ces derniers qui les insultent en les traitant de beaufs et autres termes bien-pensants. La gauche politique a depuis longtemps abandonné les classes populaires.

Écrit par : Fabrice Trochet | 06/11/2005

Je trouve un peu facile et inutile, voire dangereux de traiter quelqu'un de débile parce qu'il n'a pas la meme opinion que la votre (quelle ouverture d'esprit... et surtout quel apport au débat)
Ce bouquin il est vrai enfonce quelques portes ouvertes, mais s'il peut permettre a quelques uns (par exemple des ouvriers ou des enfants d'ouvriers) de les ouvrir ces fameuses portes et de prendre les bouquins de Debord et Cie pour se forger une opinion, je trouve tout cela plutôt sain
De plus il est a mon avis toujours utile de désacraliser et de critiquer les "idoles"intellectuelles (tout sentiment subversif mis à part...)c'est vivifiant.
On rentre tout a fait dans l'analyse que Bourdieu fait du "bon" goût dans les réactions que j'ai lues, les "rebelles" qui avaient déja lu des analyses ayant des points communs avec celles de Révolte consommée prennent trés vite des airs de blasés au lieu d'être ravis de voir des gens découvrir cette pensée avec laquelles ils étaient peut être en accord il ya peu de temps! On en sortira donc jamais!!!
A bon entendeur
PS Au fait SB si tu as des conseils de lectures (hormis Baudrillard que je connais) ca m'interesse

Écrit par : sandra | 13/02/2006

Les commentaires sont fermés.