Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2005

Les tabous des émeutes meurtrières

Analyse toujours très intéressante et sans langue de bois d'Ivan Rioufol  dans son dernier bloc-notes du 11 novembre 2005 « (...)Ainsi, des mots de Sarkozy appliqués à des comportements précis ont été prétextes, pour les émeutiers, à exiger des excuses. Le tir d'une grenade lacrymogène près d'une mosquée a été assimilé à une agression. L'empressement de la gauche à alimenter ces polémiques est venu confirmer sa légèreté. D'autant qu'elle est restée muette devant la mort de Jean-Claude Irvoas, tué à Epinay-sur-Seine, et celle de Jean-Jacques Le Chenadec, qui a succombé lundi à Stains sous les coups d'une racaille.
L'apathie des consciences conduit les jobards à affirmer qu'ils «comprennent» les violences. Ils assurent que, non, rien n'a été fait pour les banlieues et que l'exigence de «respect» des casseurs est légitime. Certains accréditent l'idée que la police se comporte en «colonisateur». Ces adeptes de la repentance, assidus chez les sociologues et les animateurs de télévision, sont prêts à tous les renoncements pour obtenir les faveurs des révoltés sublimés.
Ce sont ces belles âmes que préfère entendre le monde politique, qui aimerait tant sous-estimer le désastre. Il se sait responsable des ghettos : il n'a cessé de chanter les mérites de l'immigration, en se désintéressant de l'accueil. Les gardiens du politiquement correct, qui monopolisent la parole, diabolisent encore ceux qui mettent en garde contre une arrivée trop massive de populations extra-européennes et l'emprise de l'intégrisme dans des quartiers. (...) »
 

Une autre analyse tout aussi intéressante Par Sidney Touati pour Guysen Israël News Les émeutiers de la Toussaint …ou du Ramadan ? daté du Vendredi 11 novembre

Là aussi l’auteur évoque  «(...) Un élément domine ces faits. Tous les observateurs ont noté la volonté destructrice qui anime les auteurs des violences.
Pourtant, cette violence « aveugle » s’arrête aux portes d’un édifice : tout brûle…à l’exception des mosquées. Les vieilles « jacqueries » n’épargnaient ni la maison du seigneur, ni celle du curé ! Rien n’échappe à la rage nihiliste des émeutiers, hormis ce lieu de culte. La mosquée, à l’inverse de tout le reste, est intouchable, sacrée. Une grenade lacrymogène explose à proximité, et non dans une mosquée, et c’est le tollé général. Les plus hauts représentants de « l’islam de France » montent au créneau, réclamant enquête et justice !
Que conclure de ces faits ? Que la religion est une composante majeure de ces émeutes. Et que nous sommes les témoins directs de l’émergence brutale du religieux dans la sphère sociale. Nul ne peut aujourd’hui ignorer que la composante fondamentale du problème est l’islam et sa dérive politique : le fascisme islamiste.
(...)Lorsqu’il s’agit de l’islam, le politique se heurte à une sorte d’interdit, de tabou. Or, ces violences expriment un télescopage de valeurs incompatibles, voire antinomiques : celles véhiculées par l’islamisme et celles qui sont au fondement de nos sociétés démocratiques.
La nouvelle hiérarchie de valeurs qui sous-tend l’approche des émeutiers est claire : sacralisation de la mosquée et de l’islam/destruction de l’espace civil ou celui de la dhimmitude  (...) jugé impie.
Dans la dynamique des émeutiers, le religieux dans sa composante islamiste est devenu dominant. Les valeurs de la république qui mettent respect de l’autre et des biens d’autrui et d’une manière générale la vie humaine et sa protection au sommet, sont abandonnées. Seul ce qui possède l’attribut « islam » est digne de respect. Le reste est sans valeur. D’origine musulmane, les deux jeunes morts accidentellement provoquent une réaction hyper violente. Jean-Pierre Moreau et Jean-Jacques Le Chenadec sont roués de coups - ce dernier succombera à ses blessures - sans provoquer d’émotion particulière chez des émeutiers : leurs victimes sont des Français non musulmans, donc sans valeur à leurs yeux. »
Soulignons toujours le blog du Stalker  où figure  un excellent texte polémique (Maintenant il suffit dire la réalité pour être polémique ) de Raphaël Dargent Le temps des kaïra

Commentaires

"Les émeutiers de la Toussaint …ou du Ramadan ?[...] leurs victimes sont des Français non musulmans, donc sans valeur à leurs yeux."

--> Les sionistes peuvent causer, eux qui hurlent à l'antisémitisme et invoquent la Shoah dès que quelqu'un ose parler du colonialisme israélien ou des crimes de guerre de Tsahal !

Que serait l'Islam sans Israël?
Que serait Israël sans l'Islam ?
Poser ces questions, c'est déjà y répondre.
Fascisme vert et Etat sioniste sont complémentaires.

Écrit par : megacatastrophemondiale | 13/11/2005

Les commentaires sont fermés.