Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2005

L'Eglise subversive à l'égard des banlieues

Comme le signalait Alain Finkielkraut,  le regard de l’Eglise à l’égard des violences urbaines est consternant de platitude. L’évêque d’Angers Mgr Jean-Louis Bruguès a rappelé aux autorités civiles et militaires à la messe du 11 novembre « Les jeunes qui ont acquis la haine de notre société à force d’exclusion et de désespérance sont nos frères » (...) Tous frères,  insiste l’évêque d’Angers en appelant chacun au partage avec son prochain. Justement si mon frère avait commis un tel délit, je ne l’aurais pas excusé. Hélas il subit plutôt ces violences ; il a été obligé de quitter son appartement de la banlieue orléanaise pour se réfugier chez mes parents.

Au lieu d’être outragés par les voitures, écoles et les églises incendiés, on excuse ces criminels, on essaye de trouver des justifications. L’église participe à cette propagande véhiculée par nos média devenus de nos jours le premier pouvoir.

Le grand théologien  Jacques Ellul dans  La subversion du christianisme avait relevé cette perversion. «  Hier elle était pour le patronat, aujourd'hui pour les syndicats. Hier, elle prétendait détenir la Vérité absolue, elle était dogmatique, aujourd'hui elle dit n'importe quoi sans aucune limite. Hier elle était pour une morale sexuelle féroce et rigide, maintenant elle est pour l'avortement, l'homosexualité, etc. On peut continuer indéfiniment. J'ai déjà ailleurs attaqué cette plasticité*. Il n'y a là nul « progrès » : simplement l'Église adopte sans plus les idées et les mœurs de notre société, comme elle adoptait celles de la société d'hier ou d'avant-hier. Même quand elle défend le pauvre, elle n'est pas plus vraie aujourd'hui qu'il y a cent ans ou deux cents ans. C'est exactement la même trahison. Il n'y a aucune vérité incarnée aujourd'hui cette simple conformité au courant dominant de notre société. C'est la même subversion du christianisme, avec en plus l'orgueil (...) et l'hypocrisie qui consiste à battre sa coulpe de chrétien sur la poitrine des générations antérieures. Je n'y reviens pas. (...)

Dans le domaine des cultures nous trouvons exactement la même inversion. Le christianisme s'imbibe comme une éponge de toutes les cultures et de leurs avatars. Dominé par la culture gréco-romaine, il est devenu terrien et féodal (le système des bénéfices) dans le monde féodal, avec, nous le verrons, toutes les croyances qui le peuvent garantir. Il est devenu bourgeois, urbain, argentifère avec le système capitaliste, et maintenant il devient socialiste avec la diffusion du socialisme. Il a servi à diffuser la culture occidentale dans le monde tant que l'Occident a été conquérant et qu'il asservissait le monde. Maintenant, il se laisse pénétrer par les valeurs des cultures africaines, orientales, amérindiennes... il est du côté « des plus faibles », toujours habile à trouver sa justification, et nous aurons demain un christianisme islamisé, exactement comme aujourd'hui nous avons un christianisme marxisé, hier un christianisme rationaliste (libéral) et avant-hier un christianisme aristotalisé après platonisé ; dérision du se faire tout à tous . »

Les royalistes de la Nouvelle action royaliste  dans le dernier édito de leur revue adopte la même attitude." Il faut que les citoyens gardent leur sang-froid, même devant leur voiture incendiée, même devant leur usine calcinée."Pas un mot pour les victimes. Ce n'est guère étonnant de la part des royalistes à l'abri dans leurs belles demeures. Ce chaos social profite à la classe dominante , aux puissants  qui nous dirigent ;  d'ailleurs depuis le début de ces violences le CAC 40 est en forte progression.

Commentaires

et tu veux quoi, que l'Eglise organise une nouvelle croisade ?

Écrit par : z. | 17/11/2005

"Ce chaos social profite à la classe dominante , aux puissants qui nous dirigent ; d'ailleurs depuis le début de ces violences le CAC 40 est en forte progression."

--> Cette progression est fort logique car ces émeutes ont montré une chose : la victoire quasi totale du capitalisme dans les esprits. Il fut un temps où le pauvre, l'exploité savait machinalement qui étaient ses ennemis et où ils se trouvaient. Désormais, bon nombre de jeunes des quartiers populaires, lorsqu'il s'agit d'exprimer leur colère, ne trouvent rien de mieux à faire que de brûler des voitures d'exploités, de caillasser des bus (remplis de pauvres), de crâmer les crèches et les écoles de leurs quartiers...

Écrit par : megacatastrophemondiale | 17/11/2005

effectivement méga, "à qui profite le crime ?" que certains évitent de se poser !

z.

Écrit par : z. | 17/11/2005

Qu'est-ce qu'on n'entendrait pas si on avait brûlé une mosquée ou une synagogue?
Là est toute la différence entre des religions sûres d'elles et/ou dominatrices et quelque chose qui ne ressemble plus à rien tellement c'est imprégné de tout...
Quelqu'un d'ailleurs a dit que le dernier communiste serait un catho...

Écrit par : CCRIDER | 18/11/2005

Effectivement Chirac s'est indigné du jet de deux engins incendiaires contre la mosquée de Carpentras, en oubliant de comparables faits contre des églises.

Écrit par : veritas | 18/11/2005

A z

J’aurais voulu qu’e l'Eglise condamne ces violences, qu’elle prenne la défense des victimes au lieu de s’apitoyer sur le sort des casseurs. Comme le remarquait Finkielkraut à l’émission Ripostes " Ces casseurs ont reçu une formidable légitimité héroïque ou victimaire (...) C’est une invitation à la récidive."

Écrit par : Fabrice Trochet | 19/11/2005

Les Eglises se doivent de vivre un moment et de mourir après...
C'est tout là leur problème...
Certaines mettent du temps à le comprendre, tergiversent le temps de quelques générations mais, à une échelle, disons "cosmique", à quelques siècles près, finissent toutes en "ruines archéologiques"...

En attendant leur combat entre elles, dans l'immédiat, fournit aux peuples des raisons de se perdre dans des guerres dont l'humanité pourrait se dispenser!

Écrit par : daniel | 19/11/2005

Il ne s'agit pas d'"excuser" (les casseurs doivent être punis par la justice) mais d'arrêter d'entretenir de la haine les uns envers les autres. Il s'agit de "comprendre". On ne peut pas vaincre quelque chose si on ne comprends pas son fonctionnement. Toutefois, je ne sais pas si on peut vaincre la violence, en tout cas totalement : elle est en chacun de nous, elle fait partie de ce monde. Il s'agit surtout de la reconnaitre, de ne pas s'en faire complice, de ne pas la faire grandir et d'aider ceux qui y sont empêtrés à en sortir. Voilà le discours chrétien.

Écrit par : Frédérique | 02/12/2005

Comprendre les criminels d'accord mais aussi comprendre les victimes. L'Eglise a eu du mal à tenir ce discours. D'ailleurs dans une première conférence à l'assemblée plénière à Lourdes Mgr Ricard n'a pas eu de mot pour les victimes.
C'est assez bizzare votre discours ,Frédérique, car la plupart des familles chrétiennes pratiquantes tiennent à ce que leurs enfants soient bien éduqués, qu'ils obéissent à des règles. Je ne vois pas pourquoi il faudrait laisser faire ces casseurs.
Ainsi il aurait fallu comprendre Hitler et non le condamner. Remarquez c'est un peu ce qu'a fait l'Eglise.

Écrit par : Fabrice Trochet | 02/12/2005

Relevé sur un site de Camus cet article

Ci-après un texte de l'Evêque d'Evry : il est frappant de voir à quel point ce texte est imprégné du prêt à penser contemporain - tres éloigné de Alain Finkielkraut ...

Je souligne s'agissant de l'expression d'un Evêque catholique : pas de condamnation des violences, pas de sources (Ecriture , ni Tradition, ni magistère) ... On a envie de demander à Mgr s'il a lu les béatitudes (Heureux les doux, les artisans de paix ...).

Je me suis toujours demandée comment de saints evêques avaient pu justifier des guerres, des violences diverses ... eh bien je le vois : Mgr Dubost est tellement convaincu de la légitimité de la révolte qu'il en approuve le principe ...

Au moins hier l'Eglise validait la violence des autorités légitimes : il y a pour cela des bases peu nombreuses mais sérieuses (notamment dans les épitres de St Paul aux Romains et St Pierre) ...

J'en viens à me demander si Mgr Dubost n'est pas convaincu de l'illégitimité des autorités actuelles de la République ... et de la légitimité de ses adversaires ...

Il est clair que rien de tout cela n'aidera en quoique ce soit les intéressés (s'ils en nourrissaient l'intention) à s'intégrer !

NB : cet evêque fut évêque aux armées !!!

Écrit par : Stef | 04/12/2005

Fabrice,
Je pensais que mon message était clair ... :) Je n'ai jamais parlé d'"excuser" et ne "pas condamner" les criminels, ni de "laisser faire les casseurs" ...
Je parle juste d'arrêter d'entretenir de la haine, à l'égard des uns, comme des autres ... Je crois à la Justice ... Mais je me méfie des jugements réducteurs des hommes, qui consisteraient à séparer le monde en deux, les méchants et les gentils, ou de mettre tout le monde dans des petits sacs de généralités (mais dans quel sac se mettent-ils eux-mêmes ??), bref, enfermer les gens dans ce qu'ils montrent d'eux, dans ce qu'on croit savoir d'eux ... Fabrice, je réalise que mon discours est incompréhensible : il faut avoir compris sa propre violence pour comprendre celle des autres. C'est mon cas.
En ce qui concerne Hitler, vous devriez lire les ouvrages d'Alice Miller sur la violence. Derrière elle, se cachent de grandes souffrances qu'ils convient de comprendre (pas excuser ! faites vous la différence ?) pour comprendre et améliorer notre société. Bien qu'il n'en reste pas moins un monstre à condamner, j'éprouve cependant, comment dire, de l'empathie envers Hitler ... Cela vous choque t il ? Comprenez vous pourquoi ?
Pour finir, puisque vous parlez des "familles chrétiennes", je vous dirai que n'importe quelle famille, chrétienne ou athée, a envie d'avoir des enfants bien éduqués. Avez vous des enfants Fabrice ? Les régles dont vous parlez ne sont pas la propriété des chrétiens. Diriez-vous que les athés n'ont aucune moralité ? (vous vexeriez sérieusement mon papa ....).
Je vais vous dire une chose, Fabrice, que si peu de chrétiens ont compris : c'est le chemin spirituel vers soi même, vers sa propre vérité, cette aventure intérieure, qui amène vers une certaine éthique ... et pas le contraire ....
Bien cordialement.

Écrit par : Frédérique | 06/12/2005

Merci pour vos précisions. Les mots sont importants. J'ai sans doute confondu excuser et comprendre. Concernant l'aventure intérieure je ne peux que vous rejoindre et vous conseille de lire Chales Juliet qui a écrit de tres beaux textes sur sa propre aventure intérieure.

Très cordialement

Écrit par : Fabrice Trochet | 08/12/2005

Les commentaires sont fermés.