Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/11/2005

Désinformation sur les émeutes dans les banlieues

Sur le blog de Sylvain Attal  on y apprends qu’un  « confrère allemand de la Frankfurter Runschaü qui venait, avec ses collègues, d'être convoqué par Jean-François Copé pour un rappel à l'ordre sur la réalité de la situation dans les banlieues me confiait l'autre jour à quel point il avait été choqué par la méthode. Les correspondants pensaient obtenir des informations, on leur a fait la leçon. Mais ils ne viennent pas tous de pays où un président peut tenir le crachoir un quart d'heure à la télévision sans avoir à répondre à la moindre question! "Et puis, me dit-il, ce n'est quand même pas nous qui avons décrété l'état d'urgence!"
Encore une manifestation de la fameuse arrogance française. Même les deux pieds dans la glaise, les ministres français qui devraient pourtant en profiter pour prendre une leçon de modestie se permettent de corriger le travail de la presse étrangère. Avec la presse domestique, il est vrai que ce genre de sermons passent très bien et sont même anticipés.. »
 

Les média français se sont bien auto-censurés comme le confirme Jean-Claude Dassier, le directeur général de LCI  dans  The Gardian  qui a admis avoir volontairement censuré la couverture des émeutes de banlieues, et ce afin de « ne pas favoriser l’extrême droite ». Selon le quotidien britannique The Gardian, le journaliste a déclaré « La politique française est en train de se droitiser, et je ne veux pas que des hommes politiques d'extrême droite soient à nouveau en deuxième position, ou même en première parce que nous aurons montré des voitures en feu à la télévision ».

Commentaires

Le problème c'est pas le Front National ou d'autres extrèmistes ultra friqués mais LA FRANCE , les villages, les campagnes , le passé, NOTRE HISTOIRE.

Si les Français réfléchissaient plus avec leur tête et non avec leur codevi il ya longtemps que ces petits m'enfoutistes et anti chrétiens seraient retournés ou JAMAIS passés.

Vous savez là ou sa ne rigole pas qu'il parait avec le pouvoir "local".

désolé d'en arriver là mais les Français les vrais en ont marre. Que dirait le Général De Gaulle lui qui a essaye de sauver les meubles????

Écrit par : scrumb | 21/11/2005

Les déclarations du DG de LCI sont stupéfiantes. Elles sont un déni de démocratie car elles ne reconnaissent pas la capacité de chacun à se faire sa propre opinion et à voter en conséquence.

Comment Dassier et ses potes alchimistes de l'info vont-ils s'y prendre pour présenter l'actualité française sans "faire le jeu de l'extrême-droite"? Où tracent-ils la limite entre une image qui renforce le FN et une qui écarte l'électeur de ce vote démoniaque?
Cette limite n'existant pas, il va bien falloir désinformer. Tout simplement.
Là où l'on va rire (pleurer), c'est en 2007, lorsque l'on réalisera que cette petite tambouille médiatique ne produira à coup sûr pas l'effet escompté.

Écrit par : minas | 22/11/2005

"désolé d'en arriver là mais les Français les vrais en ont marre. Que dirait le Général De Gaulle lui qui a essaye de sauver les meubles????"

--> Sûrement pas la même chose que toi, en tout cas. Le nationalisme du Général était un nationalisme ouvert, non xénophobe.

Écrit par : megacatastrophemondiale | 22/11/2005

Minas merci d'être venu passer ici apporter un intéressant commentaire

Écrit par : Fabrice Trochet | 23/11/2005

Regard sur nos banlieues

Nos banlieues ne sont -elles pas devenues le lieu commun de tous les maux et de toutes les difficultés sociales de la société française depuis les années 70 ?

Cul de sac urbain et social ou viennent s'échouer toutes les misères et toutes les images négatives d'un environnement dégradé, les banlieues ne sont-elles pas finalement le reflet de nos propres imperfections et de celles de toute la société française ?

Choisir comme solution d'urgence, le couvre feu en réactivant une loi de 1955, si fortement chargée de symbolique historique pour mater la rebellion de leurs pères algériens, même si ces jeunes ne sont pas tous d'origine algérienne, n'est ce pas brandir les symboles des vieux démons ? A -t-on oublié q'un demi-siècle ne suffit toujours pas à refermer les plaies d'un passé peu glorieux et encore si douloureux dans les cœurs et les mémoires ?

Au-delà de la surenchère politique, de la surenchère des violences urbaines qui conduit les jeunes à réagir du baromètre des mots au compte des carcasses brûlées et des défis suicidaires que constituent les destructions d'écoles ou de gymnase, au-delà des mots et des faits de ces dernières semaines, ne faut-il pas y voir la révélation d'un mal plus profond qu'il ne suffira pas de traiter à coup de millions, de déclarations provocatrices ou angéliques, de rustines de réparations ou de tout autre plan d'urgence ?

Il y a de toute évidence urgence à se pencher d'un peu plus près de nos banlieues si lointaines de nos préoccupations quotidiennes.

Mais de toute évidence, a-t-on suffisamment entendu le cri de révolte et de désespoir de cette jeunesse oubliée : la misère sociale de nos banlieues et plus encore l'indifférence, la discrimination et l'humiliation ne sont-elles pas à l'origine de ce que nous appellons désormais la désepérance ?

Une fois que l'on a dit cela, est-on plus avancé ? Peut être que non, mais face à ce désarroi social et humain, ne regardons plus nos banlieues avec la haine, ou l’œil de la peur au ventre, avec le regard curieux porté sur la bête fauve ou plus encore avec le regard hypocrite de l'indifférence du chacun chez soi et du chacun pour soi.

A-t-on suffisamment entendu le cri de révolte ?

Face à notre amnésie et à notre indifférence, acceptons de dire haut et fort que la banlieue ne sera plus au banc, à une lieue de nos préoccupations quotidiennes, que les banlieues font désormais partie de la France, pas la France black, blanc, beur des paillettes de la coupe du monde, mais la France tout simplement !

Refusons de faire de nos banlieues, le souffre-douleur de nos lacunes et de nos imperfections. N'acceptons plus la surenchère politicienne mais acceptons notre responsabilité à tous face aux évènements de ces derniers jours.

N'acceptons plus le désordre, les trafics, la peur et la violence, mais n'acceptons plus non plus l'humiliation des contrôles policiers, les discriminations au logement ou à l'embauche, n'acceptons plus la violence sociale aveugle,

pour qu'un jour l'enfant des banlieues puisse faire la fierté de la république française, pour qu'un jour les enfants de nos banlieues ne meurent plus sous l'emprise de la drogue, de la violence et de la désespérance,

pour que les enfants des banlieues puissent un jour devenir des citoyens à part entière et non des citoyens de seconde zone, pour qu'un jour l'enfant des banlieues rêvent de jours meilleurs pour sa famille, pour qu'un jour il puisse se projeter dans un avenir possible,

pour qu'un jour l'enfant des banlieues ne tombe pas sous le coup de balles perdues, dans une cage d'escalier ou dans un ascenseur défectueux, pour qu'un jour l'enfant des banlieues, ne meurent plus électrifié ou tout simplement oublié...


Ne les oublions jamais, ils sont aussi nos enfants.

Travaillons ensemble pour qu'enfin, les jeunes des banlieues participent de façon active au positive à la construction d'une France meilleure.

Écrit par : Hocine | 28/11/2005

juste une idée à populariser auprès des gens de couleur qui se font contrôler à longueur de journée : pourquoi ne s'accrochent-ils pas leur carte d'identité sur la poitrine à la manière de l'étoile jaune de sinistre mémoire ? Je pense que ce serait un sacré symbole pour montrer de manière tout à fait ostentatoire à quel niveau nous en sommes arrivés dans ce pays.

Écrit par : idea | 22/12/2005

L'affaire du sac du train Nice-Marseille, rapportée le 4 janvier: mais pourquoi si tard? Bizarre, non? Les médias sont en général prompts à sauter sur le sensationnel sans trop de vérif... Rappelons la vraie-fausse juive du RER C...

C'est sûr, une telle annonce, cela n'aurait pas été du plus bel effet à la veille de l'abolition du décret sur l'état d'urgence tant réclamé par les belles âmes apparemment satisfaites d'une situation devenue partout extrêmement tranquille...

A quel jeu joue-t-on exactement?

Écrit par : vladimir | 04/01/2006

ben oui justement une telle chose en plein état d'urgence... on n'avait jamais vu autant d'insécurité que depuis que Sarko est à l'Intérieur, saluons autant de compétence et d'efficacité

Écrit par : idea | 04/01/2006

Le plus étonnant dans cette affaire est que le train a été stoppé par le contrôleur mais les gendarmes n'ont pas pu monter à bord car il n'y avait pas de plainte formelle de la SNCF.

Écrit par : Fabrice Trochet | 04/01/2006

C'est en effet un point des plus effarrants d'autant plus que la scène se déroule en période d'état d'urgence.
ce que ces flics ont fait là, n'est ni plus ni moins que de la non-assistance à personne en danger !

Écrit par : xavier | 04/01/2006

je trouve déplorable à notre époque d'entendre parler de "vrais" français.Qu'appelle t-on un vrai français??faut-il étaler son arbre généalogique avant de se prétendre français?Sur combien de générations faut-il remonter?Personnellement,je me sens française car, je vis dans ce pays, je participe à son économie et en subis également les désavantages.Pourtant, j'ai des origines espagnoles mais ma carte d'identité indique nationalité française.Il en est de même pour Mohamed, Pierre, Paul ou Jacques.Je me sens donc en droit d'exprimer mes revendications dans ce pays qui est le mien.Je n'excuse évidemment pas les dégradations matérielles et physiques des émeutes de novembre mais,quand vous êtes face à un gouvernement sourd et aveugle et que vous, vous vivez dans un marasme social et économique depuis des années, que vos seules perspectives d'avenir sont le chômage, la discrimination(comme parler de vrais français),je comprend la colère de ces jeunes.Quelle place leurs laissons-nous dans notre société,quelle écoute leurs accordons-nous?Il est temps de ne plus considérer nos banlieues comme les ghettos de la misère sociale et de fermer les yeux.C'est un problème de société, donc moi aussi je me sens concernées.Il est temps de regarder les choses en face, et de trouver des solutions ensembles avec une égalité des chances pour chacun quelques soient nos origines.Nous vivons tous dans le même pays.

Écrit par : caroline | 07/01/2006

"je trouve déplorable à notre époque d'entendre parler de "vrais" français.Qu'appelle t-on un vrai français??"
D'autant plus déplorable que je n'ai jamais parlé de ça. Drôle de question ! Je m'aperçois que quelqu'un a évoqué cela plus haut. Je ne savais pas que cette question tarraudait la société française.

Écrit par : Fabrice Trochet | 07/01/2006

"quand vous vivez dans un marasme social et économique depuis des années, que vos seules perspectives d'avenir sont le chômage, la discrimination"...

Et il faudrait encore ajouter: le trafic de drogue qui seul permet de s'habiller convenablement et de se déplacer dans des conditions humaines, c'est-à-dire dans une voiture neuve si possible de marque allemande...

Et toutes ces discriminations que "Caroline" omet, quelle négligence!: les allocations familiales qui sont réservées aux seuls "vrais Français", les subventions qui ne sont versées qu'aux municipalités des banlieues de la classe moyenne où vit une proportion ultra-majoritaire de ces mêmes "vrais Français", la Sécu et les soins médicaux, eux aussi réservés aux seuls "vrais Français" munis d'un passeport en cours de validité s'il vous plait, la "culture jeune" qui est totalement bannie des radios, télévisions, maisons de production de disques, au point que les rappeurs peuvent être considérés comme les nouveaux penseurs dissidents de la société française (tout comme Soljenitsyne l'était jadis en URSS), et puis l'achat de survêtements de marque réservés aux seuls "vrais Français", blonds si possible, qui sont les seuls qui peuvent se les payer... Et j'en passe et j'en oublie! Non, vraiment, quand je pense à toutes ces monstrueuses inégalités et ignobles discriminations, j'ai envie de brûler une école maternelle! Pas vous?

Je crois, pour finir, que quand "Caroline" mentionne les "vrais français", elle veut parler des franchouillards, non? C'est pourtant simple, vous ne comprenez vraiment rien à rien! Et vous n'allez pas maintenant me dire que vous êtes 100% pur porc, ça n'existe pas, voyons: "nous sommes tous des enfants d'immigrés! 1ère, 2ème, 3ème génération, etc..."

Vive la France.

Écrit par : vladimir | 07/01/2006

J'ai lu attentivement ces commentaires et ne puis m'empêcher de donner mon avis sur une des questions posées : "Qu'est-ce qu'un vrai français ?".
Et bien, je pense qu'il s'agit tout simplement d'un citoyen intégré, qui respecte les lois de notre pays et notre constitution. Pas question donc de couleur ni de religion, MAIS UNIQUEMENT D'ADHESION AUX VALEURS FONDAMENTALES DE LA FRANCE.
En conséquence, je comprends aisément l'agacement plus que justifié de ceux qui dénoncent les dérapages pour le moins inadmissibles de ceux qui revendiquent leur appartenance à un pays dont ils rejettent pourtant les règles fondamentales (et constitutionnelles), et qui n'hésitent pas, par la force et des actes de délinquance, d'imposer leurs propres lois.
Mettons donc un terme à l'hypocrisie ambiante !
Sinon, gare au danger !
De la même façon, pourquoi nos étudiants, confrontés aux conditions inacceptables des stages qui leur sont pourtant imposés, ne se mettraient-ils pas également à incendier voitures, bâtiments, etc... pour pouvoir enfin se faire entendre.
Idem en ce qui concerne les jeunes arrivant sur le marché du travail, pour lesquels le "CPE" est une véritable insulte et le déni de leurs droits fondamentaux (imaginez les, confrontés aux affres d'un employeur "véreux" qui les mettrait quotidiennement sous pression, les obligeant à travailler plus que de raison, et au mépris du code du travail, au risque, s'ils refusaient de se soumettre à ces directives, de se retrouver du jour au lendemain sans emploi...)
Idem, également, s'agissant des justiciables lésés (le procès d'Outreau n'étant malheureusement qu'un simple exemple du disfonctionnement de notre système judiciaire).
En conclusion, tous ces citoyens descendent-ils dans la rue et commettent-ils des méfaits sous prétexte qu'ils ont le sentiment que leurs droits fondamentaux ne sont pas ou n'ont pas été respectés ?
Etc...
Non, bien sûr, car ils restent, malgré tout, respectueux des lois de leur pays.
Voici donc ce que je voulais répondre à ceux qui défendent la cause de tous ces délinquants qui revendiquent leur "droit au statut de français", mais qui n'apportent néanmoins pas la preuve de leur légitimité à ce titre.
Et j'affirme solennellement ici n'appartenir à aucun parti politique et n'adhérer à aucune autre doctrine que la mienne (totalement objective) : celle de la raison.
Et j'ajouterai encore une chose, s'agissant de LCI (sujet également évoqué ici) :
- Je suis profondément choquée par la perpétuelle désinformation que cette chaîne nous impose,
- Je lui ai déjà fait part de mes critiques à cet égard et la seule réponse reçue a été l'envoi massif, qui continue encore, de virus (une bonne dizaine par jour - et je n'ai aucun doute quant au responsable de ces envois, ayant alors créé une adresse email uniquement dans ce but - et bien m'en a pris)
- Et je constate encore aujourd'hui que la politique de cette chaîne n'a pas changé : alors que, s'agissant de l'affaire "Mahomet", l'ensemble des chaînes a diffusé le discours du Premier Ministre danois, par lequel il affirme ne pouvoir s'excuser au nom de la presse de son pays, bénéficiant d'une liberté constitutionnelle, LCI a censuré ce discours en osant affirmer qu'il avait présenté ses excuses au monde arabe... !!!
Il me semble donc temps de faire connaître les méthodes pour le moins discutables de ce media, dont les principes déontologiques sont plus que discutables, au mépris même de la mission qui est la sienne !

Écrit par : Sagesse | 04/02/2006

L'Histoire rattrappe vite toute fanfaronnade dans la surenchère nationalitaire ou patriotique. 130 000 colonisés sont morts pour que la France sorte des ténèbres de l'emprise du nazisme, assis sur un grand magma populaire de la collaboration et de la lâcheté via l'idéologie d'extreme-droite du petainisme. Il ne faut jamais oublier que la majorité des français se disant de souche vivaient normalement et vaquaient joyeusement à leurs affaires. Tous les historiens reconnus par leur sagesse et leur impartialité (pour ne pas dire objectivité) français et étrangers vous diront et vous répèteront que c'est le sursaut de De Gaulle et de la poignée des résistants, appuyés héroiquement ( dans le sens fort du terme) des forces puisées parmi les autochtones des colonies, qui ont sauvé l'honneur de la france.
Une patrie reconnnait ses vrais défenseurs et ses farouches amants dans les moments existentiels les plus sombres et les plus durs. Ceux-là même qui aujourd'hui narguent l'arabe, le noir africain ou le ressortissant des Dom-Tom, sont de la lignée des lâches de cette idéologie de l'extreme-droite néo-pétainiste qui sacralise la force brute, la puissance injuste et la philosophie hobbsienne de " l'homme est un loup pour l'homme" et d'une appréhension fausse de la théorie darwinienne de la sélection naturelle.
Le problème des banlieux est un problème avant socio-économique, et dans ses marges socio-culturel dans le sens de la reconnaissance mutuelle des différences identitaires dans une démocratie ouverte et animée par le dialogue et le respect de l'altérité.

Écrit par : abraham.dz | 08/02/2006

"Il ne faut jamais oublier que la majorité des français se disant de souche vivaient normalement et vaquaient joyeusement à leurs affaires"

euh,... ils crevaient juste un peu de faim, quant à vaquer joyeusement... c'est peut-être un peu exagéré. Mais pour le reste je suis assez d'accord.

Écrit par : idea | 06/03/2006

Intéressants de lire tous ces commentaires:

En gros les "sociologues" nous expliquent que c'est un probleme de justice sociale et morale- et bref nous sommes tous freres, et tout ce que réclament les bruleurs d'ecole est un peu de "reconnaissance".

C'est une idée qui a longuement été débattue et qui porte un nom:victimisation. Le bourreau, le caid, la racaille qui détruit ta boite au lettre, te harcele au pied de ton immeuble en fumant un joint est la vraie "victime", et attention si tu oses moufter: "toi, t'es mort".

Il ne sert à rien de se bercer d'illusion. Il y a en France deux populations: l'une qui a grandi dans une Histoire ou en a pris ses Valeurs, l'autre qui ne s'en reconnait pas et vocifere au mot de France (qu'il faut naturellement "baiser comme une salope").

Ainsi donc, les bobos continueront à se trouver beaux à défendre les "injustices raciales". Les gens qui rèvent un peu moins et qui ont le sentiment que la France implose totalement n'auront qu'à se résigner en silence comme un paquet de grenade prêtes à exploser. Cette réalité de la double population n'est jamais abordée par d'autres que le Front National: résultat, de moins en moins de gens votent, le vide est comblé, Lepen passe au second tour.

La France, pays socialiste, où les elites savent toujours mieux ce que nous sommes sensés voir, comprendre (LCI).

Triple probleme:
Non integration
Population hétérogène
Incapacité des dirigeants à agir

A mon sens, l'issue de cette situation ne se fera que dans la douleur (probablement une Lepénisation pour un petit bout de temps, le temps de faire le sale boulot; et encore, c'est la version "optimiste"). Bref, ca ne va pas etre drole.

Mesdames, Messieurs les bobos, bon courage.

Écrit par : Gilles | 06/03/2006

Salut Hocine !
Je te comprends mais je ne puis adhèrer comme çà à ton exposé, brillant au demeurant.
Si moi ( j'ai 65 ans ) ai été pris au piège des politiques en étant envoyé d'office deux ans en Afrique du Nord pour "combattre le FLN" et garder l'Algérie Française, (mais j'en suis revenu vivant) après que de Gaulle eût signé les accords d'Evian avec ce même FLN, toi et les tiens, vous êtes pris au piège par un laxisme, la dérobade, le manque de clairvoyance, la lâcheté des politiques depuis...30/35 ans.
Le pire crime de de Gaulle a été de donner des ordres pour que nos fidèles harkis, soldats français, ne puissent embarquer pour le France... Ce qui comme tu le sais les a condamné à une mort sauvage et barbare ainsi que leur famille. Par dzaine de milliers... C'était un génocide!
Aussi affreux que la rafle des juifs par la police française pendant la seconde guerre mondiale. La France... pays des droits de l'homme !!!
Et que dire de ce gros millions de pieds noirs obligés de s'expatrier vers la France ? ( "La valise ou le cercueil" comme je pouvais le lire sur les murs d'Alger ou d'Oran)
Rien pour eux n'étaient prévu. L'immense majorité d'entre eux n'étaient que des ouvriers, des fonctionnaires de la SNCF, de l'Education Nationale etc.. des petits commerçants... Ils ont été déracinés.
La colonisation.... N'en retenons qu'un chose : Ne jamais oublier de resituer les événements dans le contexte de leur époque. La France n'a pas été "leader" de ce besoin de terres nouvelles et des richesses de leurs sols et sous-sols en Europe... Loin s'en faut..Dans les siècles passés, le Royaume d'Angleterre ( l'Empire en fait) dominait le monde, les Belges, Les Espagnols, les Portugais etc...
Je ne pense pas t'apprendre que notre pays est dans une situation économique peu enviable, voire catastrophique. La dette, la fameuse dette n'est pas de mille deux cents milliards d'euros mais de 20 mille milliards d'euros quand on y inclue par exemple les retraites des fonctionnaires ( trois fois plus nombreux que dans la plupart de nos pays voisins en % de population) La croissance est en panne. Nos entreprises souvent plombées par les charges sociales sur les salaires ont de graves problèmes de compétitivité. Tu n'ignore pas non plus que les bénéfices ( surtout faits par les filiales à l'étranger) rapportent d'abord aux actionnaires, les salariés étant loin derrière.. MAIS le systéme capitaliste mondial ( la France est une chiure de mouche sur le globe terrestre ) est ainsi fait que les entreprises ont avant tout besoin des actionnaires pour avoir toujours de l'argent "frais".
Dans tout ce fatra, si tu regardes depuis des années le détail des budgets votés, c'est tout ce qui tourne autour du social ( et j'inclus l'éducation nationale avec ses un million cinq cent mille salariés dont 500.000 qui n'ont jamais vu un élève) qui est le poste le plus important et de très très loin. Cet argent massif est-il bien employé ?
L'immigration : A la fin des années 60 nous en avions besoin, il y avait du travail pour tout le monde et nous manquions de bras.
Cette immigration, à l'inverse des USA, CANADA etc.. n'a jamais été "contrôlée" même si le terme peut agacer, disons que personne n'a fait les projection sur 5 à 10 ans pour "prévoir" les besoins du pays et le plein emploi. Bien sûr, les médecins, les profs venus avant ou après leurs études en France ont toujours eu du travail et ils continueront d'en avoir car il y a un manque crucial de médecins dans ce pays ( toujours ce furieux manque de projection pour les années à venir) Cette politique " à vue" sont aussi dûes à un perpétuel changement de majorité, droite gauche à chaque élection. Les français sont très certainement le peuple le plus VERSATILE au monde. Ils sont devenus ingouvernables.
Dans l'immigration, le rapprochement familial, si humain puisse-t-il être a été financièrement ( sécurité sociale et aides diverses que tu connais ) une augmentation du déséquilibre.
Avec les clandestins et les "sans papiers" les français ( ou pas) d'origine africaine y compris du nord bien sûr, les plus nombreux, représentent environs 10% de la population totale. Comme tu le sais, une majorité d'entre eux, mal formée est sans travail et ça crée le monde à part que tu connais. Ce monde à part avec ses dérapages quotidiens( je te fais grâce de la liste) crée un certain racisme, qu'on peut appeler amalgame si tu préfères. Le mal est fait et je t'avouerai que je ne vois pas de solution d'un coup de baguette magique. De plus, avec la montée de l'Islam radical ( qui vient de l'esprit des hommes et non des paroles du prophète je l'espère !) ajoute à la confusion générale.
La faute à qui ce tableau aussi noir ???

-Et l'Algérie, un aussi beau et aussi riche, aussi vaste pays a de quoi faire vivre le triple en de ses habitants actuels.
Que s'est-il passé ?
Que s'y passe-t-il aujourd'hui ?
Bien à toi.
Au delà de ton constat, peux-tu proposer des solutions ? Moi je n'en ai pas.



Nos banlieues ne sont -elles pas devenues le lieu commun de tous les maux et de toutes les difficultés sociales de la société française depuis les années 70 ?

>>>>> Oui Hocine mais aussi les zones les plus aidées financièrement, ce n'est pas une vue de l'esprit.


Cul de sac urbain et social ou viennent s'échouer toutes les misères et toutes les images négatives d'un environnement dégradé, les banlieues ne sont-elles pas finalement le reflet de nos propres imperfections et de celles de toute la société française ?

>>>>>> C'est vrai, mais, sincèrement, la faute en revient-elle à 100% aux divers gouvernements qui se sont succèdés. Et la conjoncture économique internationale ??


Choisir comme solution d'urgence, le couvre feu en réactivant une loi de 1955, si fortement chargée de symbolique historique pour mater la rebellion de leurs pères algériens, même si ces jeunes ne sont pas tous d'origine algérienne, n'est ce pas brandir les symboles des vieux démons ? A -t-on oublié q'un demi-siècle ne suffit toujours pas à refermer les plaies d'un passé peu glorieux et encore si douloureux dans les cœurs et les mémoires ?

>>>> Quand il y a le feu il faut "sauver" les meubles, dans l'urgence. L'urgence n'est jamais parfaite. Surtout devant un peuple si prompt à juger et à blâmer.


Au-delà de la surenchère politique, de la surenchère des violences urbaines qui conduit les jeunes à réagir du baromètre des mots au compte des carcasses brûlées et des défis suicidaires que constituent les destructions d'écoles ou de gymnase, au-delà des mots et des faits de ces dernières semaines, ne faut-il pas y voir la révélation d'un mal plus profond qu'il ne suffira pas de traiter à coup de millions, de déclarations provocatrices ou angéliques, de rustines de réparations ou de tout autre plan d'urgence ?

>>>> Donne ta solution.... Le mal est fait ne l'oublie pas.


Il y a de toute évidence urgence à se pencher d'un peu plus près de nos banlieues si lointaines de nos préoccupations quotidiennes.

Mais de toute évidence, a-t-on suffisamment entendu le cri de révolte et de désespoir de cette jeunesse oubliée : la misère sociale de nos banlieues et plus encore l'indifférence, la discrimination et l'humiliation ne sont-elles pas à l'origine de ce que nous appellons désormais la désepérance ?

Une fois que l'on a dit cela, est-on plus avancé ? Peut être que non, mais face à ce désarroi social et humain, ne regardons plus nos banlieues avec la haine, ou l’œil de la peur au ventre, avec le regard curieux porté sur la bête fauve ou plus encore avec le regard hypocrite de l'indifférence du chacun chez soi et du chacun pour soi.

>>>> Ta dernière phrase est juste même si elle n'est qu'un constat. L'Indifference, le corporatisme, l'égoïsme sont les 3 meilleures caractéristiques de la société française. C'est valable pour TOUS !


A-t-on suffisamment entendu le cri de révolte ?

Face à notre amnésie et à notre indifférence, acceptons de dire haut et fort que la banlieue ne sera plus au banc, à une lieue de nos préoccupations quotidiennes, que les banlieues font désormais partie de la France, pas la France black, blanc, beur des paillettes de la coupe du monde, mais la France tout simplement !

>>>> Comment faire ?? ( y compris du côté de la banlieue qui est partie prenante au premier chef )


Refusons de faire de nos banlieues, le souffre-douleur de nos lacunes et de nos imperfections. N'acceptons plus la surenchère politicienne mais acceptons notre responsabilité à tous face aux évènements de ces derniers jours.

N'acceptons plus le désordre, les trafics, la peur et la violence,

>>>>> Primordial : la base de tout.


mais n'acceptons plus non plus l'humiliation des contrôles policiers, les discriminations au logement ou à l'embauche, n'acceptons plus la violence sociale aveugle,

>>> Celà va de soi. Le respect doit être MUTUEL. Il se mérite.


pour qu'un jour l'enfant des banlieues puisse faire la fierté de la république française, pour qu'un jour les enfants de nos banlieues ne meurent plus sous l'emprise de la drogue, de la violence et de la désespérance,

>>>>> Qui introduit la drogue.
Et puis, il n'y a pas que dans les banlieues que des jeunes meurent d'overdose.
C'est en effet chez les jeunes de milieus "favorisés" que ce fléau tue le plus.



pour que les enfants des banlieues puissent un jour devenir des citoyens à part entière et non des citoyens de seconde zone, pour qu'un jour l'enfant des banlieues rêvent de jours meilleurs pour sa famille, pour qu'un jour il puisse se projeter dans un avenir possible,

>>>> Souhait on ne peut plus juste. Pour celà il faut un pays FORT, riche, compétitif, donc en croissance.
Le "social" a montré depuis longtemps ses limites.


pour qu'un jour l'enfant des banlieues ne tombe pas sous le coup de balles perdues, dans une cage d'escalier ou dans un ascenseur défectueux, pour qu'un jour l'enfant des banlieues, ne meurent plus électrifié ou tout simplement oublié...


Ne les oublions jamais, ils sont aussi nos enfants.

Travaillons ensemble pour qu'enfin, les jeunes des banlieues participent de façon active et positive à la construction d'une France meilleure.

>>>>> Là tu n'es pas loin de la sagesse.

L'idée est là. Tous ensemble apportons notre valeur ajoutée. Il y a du chemin à faire. Des images à restaurer.
Des états d'esprit à boulverser, litteralement.
Parmi les "nantis" ( lol) aujourd'hui, il y a des salariés qui ne risqueront jamais le chomage... C'est ceux-là qui défilent le plus dans la rue pour sauver leurs avantages acquis au mépris des jeunes générations. Ils ne voudront jamais savoir que le monde a totalement changé. Ce sont ceux là qui, tels des kamikases, font tout pour empêcher les pilotes de l'avion France dont ils sont passagers de le maintenir en vol. D'éviter le crash.
C'est le mal français.

Ecrit par : Hocine | 28/11/2005

Écrit par : du Halgouet | 08/03/2006

Les commentaires sont fermés.