Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2005

Les feux de la haine

Article plein de bon sens d’André Glucksmann Les feux de la haine  paru dans Le Monde

Brûler des véhicules vides est un délit. Enflammer des bus pleins, vider sous les passagers des bidons d'essence et craquer une allumette est un crime. Faut-il être philosophe pour distinguer les violences contre les choses et la terreur contre les personnes ? Un seuil a été franchi. Voici venue l'heure du nihilisme. Il prend au sérieux un slogan jusqu'alors fantaisiste : "Nique tout !"

Les cas de cruauté ne soulèvent aucun sentiment d'horreur ni de répulsion chez les insurgés. Eux qui déplorent à juste titre le sort de deux jeunes électrocutés n'ont pas un mot, pas un regard pour les victimes et les morts qu'ils font. Comme si le cap du respect humain une fois franchi, la lutte à mort devenait règle.

(...)

Peut-on ou non user du terme "racaille" et d'autres quolibets non moins dépréciatifs ? Faut-il s'abstenir de toute stigmatisation des incendiaires sous prétexte que des innocents pourraient se sentir visés ? Le sacro-saint souci de ne pas susciter d'"amalgame" fait justement l'amalgame. Il suppose impossible de séparer le bon grain de l'ivraie, donc de distinguer la minorité de l'ensemble. La belle âme compatissante interdit de nommer un chat un chat et un incendiaire de véhicules habités un assassin potentiel. On confond ceux qui brûlent et ceux qui s'y refusent. On prend la partie pour le tout.

Les Trissotins moralisateurs ne veulent pas froisser les incendiaires, ainsi entament-ils une bataille grotesque sur les mots pour contourner la cruauté des faits. Certains, qui reprochent "racaille", écrivent quelques lignes plus loin : "barbares", "sauvages" ou "voyous". Le politique regrette les termes "discriminants" et se réfugie dans le vocabulaire homologué : "délinquants". Tant pis pour la présomption d'innocence. Voilà l'émeutier coupable avant d'être jugé. La confusion atteint des sommets dans le vocabulaire neutre : les "jeunes" incendient, les "jeunes" tirent à balles réelles, pour conclure : les jeunes sont en colère. Les incendiaires sont jeunes (sans guillemets) parmi les jeunes, jeunes comme tous les jeunes. Pour éviter l'amalgame, on le chauffe à blanc ? Il faut juger chacun sur ses actes et non sur sa génération ou son origine ethnique. Jeune ou vieux, un voyou qui terrorise est un voyou. Le discriminant infamant refuse de confondre classe d'âge ou lieu d'habitation et comportement criminel. Le dernier mot est à Diziz la Peste, le célèbre rappeur : "Asperger d'essence un handicapé, c'est parce que t'as un malaise ou t'as pas de boulot ? Non, t'es qu'une merde, c'est tout !"

(...)

Commentaires

"Le dernier mot est à Diziz la Peste, le CELEBRE rappeur..."

On sent le type qui écoute souvent du rap... Disiz la Peste n'est pas célèbre, c'est une marionette parmis beaucoup d'autres. Ca me fait penser que Finkielkraut parle dans une récente interview du rappeur "Docteur R"... il a du faire un amalgame entre "Doc Gyneco" et "Mister R". Enfin, en dehors du sionisme, Glucksmann et Finkielkraut ne connaissent pas grand chose...

Écrit par : megacatastrophemondiale | 24/11/2005

N'est pas juif qui veut!
N'est pas d'ailleurs un Gluskmann qui veut non plus!
Mais sans plus...

N'est pas cependant incendiaire le dernier des philosophes niais qui a pignon sur rue...

Non plus, n'est pas l'intermédiaire idéal, n'est pas le "médiologue" parfait capable de dédramatiser sur le moment, l'idéalité même des gestes condamnés...
Et condamnables...

Par contre, est à condamner de telles interventions!
Qui puent leur pesant de simplification!

Eux qui rêvent tant à la guerre(Irak,etc...), qu'ont-ils besoin de venir nous la reprocher?

Écrit par : daniel | 24/11/2005

Oui, ces sionistes qui font campagne pour les massacres de civils en Irak et qui après ça hurlent à la montée de l'Islam(isme), on appelle ça des pompiers pyromanes.

Écrit par : megacatastrophemondiale | 24/11/2005

Finkielkraut n'a rien d'un sioniste, il a toujours été pour la création d'un Etat palestinien. Il penche quelques fois pour Sharon mais en Israel même la gauche est ^favorable à ces idées, la droite est parfois et même souvent contre lui. Il vient de quitter son parti pour créer un parti centriste.

Personne en France n'a fait campagne pour les massacres de civils en Irak. Il aurait été condamné pour cela.

Écrit par : Fabrice Trochet | 26/11/2005

A partir du moment où, sur l'échiquier politique israélien, Alain Finkielkraut se situe quelque part entre les staliniens et les nostalgiques de Jabotinski, il ne remet pas en cause le sionisme. En effet, même les (groupusculaires) partis situés à gauche du Parti Travailliste nient la réalité de la Naqba - ou présentent cette dernière comme la conséquence de la "guerre de libération nationale (!)" du peuple juif.

Que les travaillistes israéliens soient ponctuellement d'accord avec Sharon est, somme toute, peu étonnant. Le Mur construit sur les terres palestiniennes est, par exemple, une idée de la "gauche" israélienne - une gauche qui, transposée sur l'échiquier politique français, se situerait à l'extrême-droite

Qu'une partie de la droite israélienne soit en désaccord avec Sharon sur le retrait de Gaza, voila qui est indéniable. Mais cela montre uniquement qu'il existe plus royaliste que le roi ou, devrais-je dire, plus colonialiste que le colon. Le retrait de Gaza est surtout une manière pour Sharon de détourner l'attention de la Cisjordanie - Cisjordanie où continuellement des Palestiniens sont délogés et voient leurs habitations détruites pour laisser place à des colonies.

Sharon n'est pas le Martin Luther King d'Israël, ni même d'ailleurs son Général de Gaulle.

Finkielkraut n'a évidemment pas fait campagne pour les "massacres de civils en Irak"...il a la franchise bien trop sélective pour ça. Il s'est contenté de faire campagne pour la guerre en Irak, ce qui, dans les faits, revient strictement au même.

Écrit par : megacatastrophemondiale | 26/11/2005

décidément, mégaconneriemondiale continue à faire des siennes... D'où tient - il cette grille de lecture débilitante, consistant à, finalement, diaboliser le juif chez le penseur ? L'histoire se répette, à l'infini, et l'enfer est toujours pavé des meilleures (soi-disant, aujourd'hui : l'humanisme, l'anti-racisme, blabla, tec...)... comptons sur méga.... pour alimenter le flot des idiots inutiles !

Écrit par : cdumas | 27/11/2005

C'est qui, Finkelkraut?

Écrit par : daniel | 29/11/2005

"décidément, mégaconneriemondiale continue à faire des siennes... D'où tient - il cette grille de lecture débilitante, consistant à, finalement, diaboliser le juif chez le penseur ? L'histoire se répette, à l'infini, et l'enfer est toujours pavé des meilleures (soi-disant, aujourd'hui : l'humanisme, l'anti-racisme, blabla, tec...)... comptons sur méga.... pour alimenter le flot des idiots inutiles !

--> Mais d'où arrive ce politiquement correct nauséabond?
On croirait entendre causer un militant socialiste !

Je "diabolise le juif chez le penseur" ? C'est vrai, je l'admets : selon moi, Alain Finkielkraut n'a pas toujours raison. D'ailleurs, puisque vous évoquez l'antienne de "l'enfer pavé de bonnes intentions", je vous rappelerai brièvement les "bonnes intentions" du sieur Finkielkraut dans sa jeunesse : il fut maoïste... Mao : entre 60 et 160 millions de victimes. Comme quoi, quand je dis que Finkielkraut n'a pas toujours raison, ce n'est pas une affirmation sans fondement. Ironiquement, dans une récente interview, Finkielkraut affirme que l’ « antiracisme sera au vingt et unième siècle ce que fut le communisme au vingtième. » Si, dans le « communisme », il inclue le maoïsme de sa jeunesse, nul doute que ce vingt et unième siècle sera aussi, pour l’espèce humaine, le dernier !

Notons d'ailleurs que c'est ce même philosophe qu'on retrouvera en 1981 se réjouissant de l'arrivée au pouvoir des pourritures social-démocrates. Pas clairvoyant non plus, en plus du reste, le Alain.

S'il était encore besoin de le préciser, en tant que gauchiste, je raffole des "penseurs juifs", de Karl Marx à Noam Chomsky en passant par Léon Trotsky.

De plus, pour compléter ce que je pense concernant Finkielkraut, il m'arrive, fort rarement il est vrai, d'être en accord avec lui, et notamment, lorsqu'il déclare que "naguère, l'esprit défendait ses droits contre l’apologie fasciste de la force brute ; aujourd’hui il est empêché de le faire, au nom de l’antifascisme". Et encore, cette citation est extraite d'un ouvrage intitulé La défaite de la pensée - ouvrage dont Henri Meschonnic a superbement montré les limites (cf Modernité Modernité, chapitre intitulé "De quoi ils ont peur" ).

A force de vous vautrer dans le point Godwin, vous finirez encarté à SOS racisme.

Écrit par : megacatastrophemondiale | 07/12/2005

Mégamachin, savez-vous qu'il y a en Israël des sionistes (La Paix Maintenant par exemple) qui militent pour la création d'un Etat palestinien et pour le démantellement des colonies ? Et vous qui semblez parfaitement connaître Israël, vous trouvez que Peretz se situerait à l'extrême-droite en France, lui qui est un ancien syndicaliste ? Et je n'ose pas vous demander votre avis sur Jabotinsky (un gros facho sans doute ?).

Par pitié, cessez votre numéro d'antisioniste primaire.

Écrit par : Igor | 07/12/2005

L’art (en)culinire de la machine mediatico-politique consiste plus que jamais à nous faire avaler tout et n’importe quoi, pourvu que personne ne remette en cause la novlangue institutionnalisée et glorifiée.

Pour s’en convaincre il suffit d’avoir goûté la tambouille qui nous a été servie chaque jour durant cette première quinzaine du mois de novembre 2005.
Dénué de toute objectivité car dans une absence totale de subjectivité, le média propagandiste, jusqu’à en vomir, nous a délivré sa pitance habituelle mais cette fois dans une proportion telle qu’il est certain que nous ne sommes plus une minorité a en avoir défailli.

la recette de cette farce ? En voici les grandes lignes :

« Afin de satisfaire les papilles des gobeurs de mensonges et contre-vérités, présentez dans une tranche horaire bien choisie un mesclun de mots avariés dont vous aurez depuis des années épuisés la substance jusqu'à en garder les colorants aguicheurs :
« pauvreté socio-économique », « banlieue », « chômage », « jeunesse » feront l’affaire, voire même « intégration », « incivilité » et pourquoi pas « délinquance ». Les fins gourmets apprécieront « racisme anti-musulman », « discrimination ».

Rejetez catégoriquement « racaille », « guerre civile », « couvre-feu », « nihilisme », « racisme anti-blanc » dont la rugosité, l’âpreté, la tessiture bien trop prononcés risqueraient de choquer les palais délicats, habitués à des mets qui ne sont pas de choix mais qui restent évidemment bien choisis et qui ne nécessitent aucune digestion cela va sans dire.

N’oubliez pas que les pauvres estomacs fragiles dont ils sont pourvus vous permettent seulement d’ajouter une pincée, un soupçon (ah ! ah !) de Finkielkraut, de Glucksmann etc.…voire même du Dantec mais alors concassez bien le tout ; et plutôt deux fois qu’une pour ce Dantex… Dantec, pardon !
De la mesure évidemment, le but étant seulement de relever, que dis-je ! d’élever aux firmaments le plat national que vous vous empresserez de servir à chaud, j’ai bien dit à chaud !, car je vous le rappelle la vengeance, elle, est un plat qui se mange froid…

Donc n’abusez point des épices, ceci pourrait leur gâcher les fêtes de fin d’année,
il serait con de chier colère pour Noël et St Sylvestre,
entre dinde et feux de joie,
entre l’ambiance « chaleureuse » des banlieues et les cotillons de minuit. »

Bon appétit,
Jérôme.

PS: Au plaisir et bonne continuation à toi Fabrice.

Écrit par : Jersan | 10/12/2005

"Par pitié, cessez votre numéro d'antisioniste primaire."

Evidemment que je suis antisioniste. Mais rassurez-vous : je suis également islamophobe.

Écrit par : megacatastrophemondiale | 14/12/2005

"Les feux de la haine"... Il va vraiment chercher loin son inspiration Feux de l'amour/Feux de la haine. Sa faible rhétorique ferait passer Victor Newmann pour un véritable philosophe...

Écrit par : Daryl | 16/12/2005

Y serait pas plutôt: "Humanophobe" le "mégacassetoidelàquejem'ymette"?

Écrit par : daniel | 17/12/2005

"Y serait pas plutôt: "Humanophobe" le "mégacassetoidelàquejem'ymette"?"

--> C'est fort dommage de lire des commentaires aussi cons et politiquement corrects sur un tel blog... Malheureusement, ce commentaire n'est pas un cas isolé.


Mais non, je ne suis pas misanthrope.
C'est vrai, je cumule : anti-capitaliste, anti-"antiraciste", anti-"socialiste", antisioniste, anti-Islam... Ca fait un peu poujadiste, tous ces "anti", n'est-ce-pas? Mais non, en fait je suis simplement communiste révolutionnaire.
On peut-être anti-ci ou anti-ça, mais il ne faut pas cumuler trop de "anti' - c'est mal vu.

Ca me fait penser à ce que disait Céline... Attention, c'est odieux ! Militants UDF, lecteurs de Libération, fan de BHL, martinobristes, royalais, fabiusards, hollandais, languiens...ne lisez pas!

"Souvenons-nous qu'il était possible, toléré sous Blum d'être ceci ou cela, mais pas tout à la fois et en même temps. Tout le morceau ! On vous tolérait en somme d'avoir l'air de... Mais toujours avec une petite réserve, un recours, un caleçon - à votre choix.
Si vous étiez antisémite alors s'il vous plaît en même temps, antiraciste ! à la bonne heure ! Le coup nul!... Si vous étiez rapprochiste alors, je vous prie, en même temps, pro-anglais ! Bravo ! Antiguerre, soit si vous voulez ! mais conférencier en loge ! La compensation ! Toujours un petit crochet au cul pour respecter la morale, les convenances, le bon ton, la patrie et en définitif le juif!"


Lucide, Céline ajoutait dans sa préface à l'édition de 1942 que l'Ecole des cadavres avait eu "le mérite d'être rejeté par toute la presse française (y compris l'antisémite), en totalité, au titre d'ordure totale, obscénite qu'il convient de traiter avec pincettes et par le silence."

Écrit par : megacatastrophemondiale | 18/12/2005

Megacata... Que préconises-tu alors?

Quels remèdes?

Gilles Châtelet, JC Michéa, Orwell, Lasch, Jaime Semprun,... Tu dois bien avoir une idée!

Anti/pro... phile/phobe... Voilà à quoi se réduit le débat aujourd'hui!

D'ailleurs on ne débat plus... les 3/4 des commentaires de blogues sont en dessous du café du commerce et peuplés de Trolls qui ne tirent leur savoir que de Gougueule.

Écrit par : Gat' | 19/12/2005

J'ai reçu un invite à visiter un site néo-bolchevique ces derniers temps...
Bolchévico-léniniste ou néo-staliniste...
J'avoue que dans tous ces "sistes", je me mélange un peu...
J'ai pas demandé à "Google" ce qu'il en pensait, je me suis contenté de demander à moi seul ce que j'en pensais...

Le résultat de la recherche fut: pas de réponse convaincante...

Pas de quoi relever le niveau, pas de quoi se fatiguer l'argument pour le faire péremptoire...

Devant l'invective, rien qui puisse lui offrir prise, rien qui puisse lui servir de faire valoir...

Écrit par : daniel | 19/12/2005

Savoir que mégacaca, qui a tout du jivaro réducteur de têtes, me résume au con de base, au politiquement correct, me conforte dans l'idée que la meilleure des idées n'est le plus souvent que la plus pire, du moment que pour l'exprimer ses souteneurs n'ont d'autre moyen que de crier haro sur le pauvre baudet...
Qui n'en demandait pas autant...

Écrit par : daniel | 19/12/2005

C'est assez extraordinaire qu'une simple relation de faits criminels ( les incendies d'automobile ) déclanche une diatribe antisémite ? Le problème dans la France du XXI me siècle, c'est que des minorités extrémement intelligentes ont pris le pouvoir intellectuel en ignorant presque totalement ce qui faisait fonctionner les Français du peuple et faisait de la France un pays agréable à vivre. C'est presque trop tard maintenant pour rappeler que tant que les politiciens et les médias mépriseront la communauté la plus importante ( 35.000.000 de chrétiens ) la France ira de merdouille en merdouille. Une invité africaine de Ardisson a dit qu'elle était heureuse dans la France de 1970...depuis les barbares de 1968 ont imposé la loi matérialiste et existencialiste de la jungle...

Écrit par : maudubo | 20/12/2005

Glucksmann, BHL, Finkelkraut: les "nouveaux intellectuels" sont pasés du 45 tours au DVD sans quitter le devant de la scène. De cuistrerie en bidonnage - cf. le vrai-faux reportage de Glucksmann en Tchétchénie - et d'opération humanitaire et extase mystico-médiatique, ils sont là, toujours là, avec cette pose qu'ils ont en commun d'affectionner - donner des leçons, inlassablement,et sur tout, à tout le monde, et en particulier au peuple français, les bofs vichystes, communistes, lepénistes, et racistes choisissez lequel et vous avez droit au cumul...!

La fréquentation des plages de la Méditerranée orientale pourrait rehausser leur teint blafard, qui ne va pas s'embellir sur les plateaux télé ou sur le pavé parisien des protestations morales avec Jane Birkin ("Serbes! Arrêtez vos massacres!)...

Les voir quitter la France pour cet ailleurs merveilleux qui semble selon eux n'être qu'ailleurs, loin de la France, jamais assez "démocratique", est mon voeu le plus cher. Je sens que je vais l'écrire dans une tribune du "Monde" prochainement, juste pour voir...

Écrit par : vladimir | 20/12/2005

Les Bronzés font du vol à voile...

L'heureux titre d'un film qui reste à produire...

L'heureux d'une finalité qui pourrait rassembler toutes ces infirmités de l'âme et de l'esprit en un convoi sur Airbus 380, direction les Philipines...

Rendus là-bas, nous aurions enfin la paix ici...

Écrit par : daniel | 20/12/2005

Les remèdes, je ne les ai pas tous (une chose est sûre : ils ne se trouvent pas dans les élections). Il y a cependant des choses qui me paraissent nécessaires. Ainsi, il est urgent de rompre complètement avec les directives de la tyrannie européiste (rappelons que la Commission Européenne est un organe non élu composé majoritairement de religieux).

Une autre tâche à accomplir est la lutte contre le communautarisme, cette arme de division massive entre les mains de la bourgeoisie. Dans ce domaine aussi, il est hors de question de faire preuve d’indignation sélective ou de langue de bois : les apôtres du communautarisme, qu’ils soient proches d’Act Up, de la LCR, des Frères musulmans, du CRIF ou du FN… sont des ordures! Pour ceux qui ne connaitraient pas, voir l’instructif http://communautarisme.net/ .

Le plus dangereux des partisans du communautarisme -extrêmement dangereux car favori pour 2007- est bien évidemment Nicolas Sárközy de Nagy-Bocsa.
Sarko est, rappelons-le :
-à l’origine de la création du Conseil Français du Culte Musulman
-un sioniste patenté
-un européiste fanatique
-un religieux (d’origine juive, mais catholique baptisé)
-un partisan de la thèse aberrante selon laquelle l’Islam serait une « religion de paix » (cf notamment ses déclarations lors de sa visite au Qatar)
-un tenant de l’importation en France du suicidaire modèle de société yankee
- un adepte de l’ OTAN (Charles de Gaulle doit se retourner dans sa tombe…).



J’ai d’autres occupations pour l’instant, mais je prendrais beaucoup de plaisir à exposer en détail le positionnement politico-religieux de sarko dans un prochain article (que je mettrais en ligne sur mon site, entre autres) . Le nain hongrois qui veut ressembler au Breton borgne, voilà un sujet polémique… J’entends d’ici les accusations d’antisémitisme que me vaudra mon article !




Je ne connais pas encore Lasch.

J’ai trouvé Vivre et penser comme des porcs… de G. Châtelet très intéressant (et odieux ! regardez donc la page 125 : Châtelet cite La question juive de Karl Marx !).

J.-C. Michéa a parfaitement compris l’enjeu que représentait l’Ecole dans la lutte qui oppose le capitalisme à l’humanité. Malheureusement, pour avoir eu des discussions sur le sujet avec des communistes, je m’aperçois que ses idées ont du mal à « percer » (sauf chez les professeurs qui, eux, se rendent souvent compte que progressivement on les transforme en de simples animateurs). Néanmoins, je ne suis pas Michéa lorsqu’il affirme que l’antimilitarisme et l’anticléricalisme n’ont pas partie liée avec l’anticapitalisme… Comme si les combats menés contre le Capital pouvaient se disjoindre de ceux contre les religions (à ce sujet, voir--> http://rapaces.zone-mondiale.org/pages/comm14.htm ) et le militarisme !

J’ai beaucoup aimé L’abîme se repeuple de Semprun. Je me suis d’ailleurs servi il y a peu d’une citation extraite de cet ouvrage pour illustrer un article sur (et, cela va sans dire, contre) les racailles. Il me semble que l’on trouve des critiques de Semprun et de l’EDN sur l’excellent site de J.-P. Voyer ( http://perso.wanadoo.fr/leuven/). D’ailleurs, puisque je mentionne le site de Voyer, il faut également y lire ce qui concerne raclure-de-bidet-Guy-Debord… Rien de tel pour désacraliser le personnage.

Orwell fait évidemment partie de mes lectures (1984, La ferme des animaux, Hommage à la Catalogne…le reste suivra). 1984, mis entre les mains d’un abruti, peut donner lieu à des interprétations à hurler de rire. Ainsi, il y a peu, j’ai lu sur le net (http://www.journalechange.com/realistes/orwell052002.html), sous la plume d’un obscur Clément Leroy (des cons ?) que Eric Blair alias George Orwell « avait de manière visionnaire (sic) si bien su prévoir la montée du communisme en URSS » ! Le mérite d’Orwell c’est d’avoir su prévoir la montée du communisme en URSS… 31 ans après Février et Octobre ! Gageons que cet imbécile de Leroy, dont l’horloge interne retarde d’un tiers de siècle, découvrira en 2020 que le Mur de la honte s’est effondré…

Mon « idée » serait plutôt reprise de l’ultragauche, des «conseillistes » : fonder une société démocratique, vraiment démocratique (pas comme aux USA, où Bush est élu en 2000 avec des centaines de milliers de voix de moins que son rival ; pas comme en Ukraine, où l’on refait voter le peuple parce qu’il a eu la mauvaise idée d’élire le candidat dit « pro-russe » ; pas comme en Allemagne où la « gauche » tourne autour de 52% mais où la chancelière est de droite ; pas comme en Irak où les soi-disant résultats sont connus un mois après le scrutin, voire plus ; pas comme en Norvège, au Danemark, en Irlande où, lorsque le peuple dit non à la dictature européiste, on organise un second voire un troisième referendum ; et caetera…).

Comme le note l’incontournable Noam Chomsky, la démocratie des conseils est « aussi intolérable pour l’Occident que pour Lénine et Trotsky ». Il n’empêche, en Russie, Allemagne, Hongrie… d’éphémères expériences eurent lieu. La bourgeoisie a alors pu compter sur les « socialistes » et les staliniens pour écraser dans le sang ces intrépides tentatives d’émancipation des exploités. Mais, en ce moment même, en Bolivie, la classe ouvrière et les paysans, en lutte contre leur bourgeoisie sécessionniste inféodée au Capital yankee, tendent à s’organiser de la sorte. Une lueur d’espoir…

Écrit par : megacatastrophemondiale | 23/12/2005

Je veux pas me vanter, mais faut reconnaitre qu'avec moi des masques sont tombés...
A peine que je pose mon doigt sur ce qui dérange, et voilà que des langues se délient...
Que des cœurs se lâchent...
Que des âmes apparaissent...

Qu'enfin le monde s'offre à la vie...

Écrit par : daniel | 23/12/2005

Pour juguler les conséquences des feux de la haine
qui s'allument entre les diverses micro-minorités qui se sont arrogées en France le monopole de la parole, M. le miniministre de l'Intérieur vient de nommer M. Arno Klarsfeld à la tête d'un nouveau machin chargé d'évaluer les lois sur l'historiquement correct.

Il s'agit en réalité de sauver la minorité juive du désastre d'une fort hypothétique abolition, réclamée par la pétition des fameux 19 historiens et avant eux souhaitée par toutes les personnes dotées d'un cerveau de taille standard, de la loi dite "Gayssot" de sanctuarisation de la Shoah et, par ce biais, de mise sous tutelle de l'histoire européenne de la deuxième moitié du XXème siècle.

Le vrai visage de Sarko, si besoin était, apparaît au grand jour.

En réponse, le MRAP invective le fils Klarsfeld dans un amalgame sans cesse répété entre les territoires palestiniens occupés par Israël (stratégie prétendument défendue par ledit avocat) et le colonialisme en général, et français en particulier, suivez mon regard Gaza-Clichy-sous-Bois, même combat!

Ensuite:
- le mariage d'Elton John et le couplet progressiste moralisateur sur le "c'est pas encore demain la veille en France"...,
- une tentative de viol dans la "banlieue d'Etampes",
- séquence émotion avec le dernier livre-témoignage de Claire Chazal sur "les sagesses indiennes" (n'est pas d'Inde qui veut), et puis hop!
- une tournante à Bondy,
- la parenthèse avec les inévitables chapons fermiers du Gers de rigueur,
- et rebelote avec la création d'un collectif pour la défense des droits des métisses eurasiens végétariens et bisexuels,
- la chronique pipole intitulée "le phénomène Paris Hilton n'est qu'il qu'un soufflé médiatique?": subversif en diable, le chroniqueur, en voilà un qui n'hésite pas à se remettre en question, on dirait Philippe Val!
- soupçons d'attouchements sur mineurs de moins de 3 mois par un responsable du centre aéré Ste Jeanne d'Arc de La Ciotat, jusqu'ici connu pour entretenir une liaison (homosexuelle) notoire avec un prêtre intégriste condamné récemment (avec sursis) pour récidive de coprophagie , ...

et voilà les infos du jour sur la radio unique!

Écrit par : vladimir | 27/12/2005

A ta place Vladimir, j'éviterais d'écouter ta radio préférée...

Tu t'en feras drame sûrement, ça te sera comme un déchirement, comme la perte d'un être cher, mais après tu auras comme un grand soulagement...

Rien ne vaut ici d'être pris pour argent comptant!

Aux "ailleurs", les lendemains fleurissent encore...

Écrit par : Edmont | 27/12/2005

Le texte qui suit va prendre le relais du discours de A. Glucksmann, non pour continuer à se focaliser sur l'épi-phénomène décrit de manière formelle, c.à.d. juridique, si ce n'est logomachique. Cela, tout simple policier comme tout individu averti d'un petit savoir des arcanes du droit, pourrait l'exposer, il n'y'a pas besoin d'un soit disant "philosophe" pour ce faire. On aurait souhaité qu"il nous éclaire de ses lumiéres sur un autre registre, à savoir celui de la caractérisation humaine, anthropologique, sociétale, socio-économique et enfin politique du véritable phénomène, et non des innombrables et inattendues manifestations de ses épi-phénomènes.

Ma problématique est tout autre dans l'espace socio-culturel concerné au premier chef, mais fondamentalement dans ses composants abstraits, elle recoupe largement ce qui se passe dans les banlieues embrasées, pour quelqu'un d'intelligent qui veuille bien réfléchir conceptuellement en termes de modèle, schèmes et trames d'analyse des situations sociétales de l'existence.

Pourquoi certains ressortissants de pays à majorité musulmane se transforment en terroristes nihilistes?

En fait, ces gens contrairement à ce que croient beaucoup parmi nous les occidentaux, n’ont d’attaches avec la religion musulmane que le nom, et ils n’en ont cure. Bien au contraire, ils sont les plus pires ennemis de l’Islam véritable. Il est un verset dans le coran qui dit « que celui qui tue injustement une âme humaine [ remarquez bien qu’il ne dit pas un musulman], est à l’égal de ce qui tue toute l’humanité ». L’injustice dans le corpus islamique est d’une gravité extrême, puisque Dieu lui-même s’en interdit pour lui-même définitivement l’usage quelqu’en soient les situations. Il est dit dans le coran « J’ai donc interdit à moi-même l’usage de l’injustice,… ».

Tout comme dans la Thorah où la vertu de la justice doit être primordiale et prééminente. C’est le sionisme et la politique politicienne qui a perverti le véritable message hébraique de justice , de compréhension et d’entraide entre les hommes.

La notion de Djihad tant ressassée dans la littérature occidentale du sensationnel et de la stigmatisation, et qu’on voudrait rattacher à la notion de guerre contre tous, à l’exception des musulmans est une injure à cette religion.
Le Djihad dans l’Islam est de 2 sortes:

Le Djihad El Akbar ( la grande lutte sainte), qui est le noyau et le summum de la religion islamique, à savoir le toilettage permanent du cœur de soi-même vers le chemin de dieu, c.à.d la voie juste qui contrecarre toute perversité de l’être pour que celui-ci soit une rahma (une miséricorde) pour l’univers ( pour l’ensemble de la création de Dieu): qu’elle soit tangible ou non, matériel ou immatériel, visible ou non visible , être vivant(y compris l’animal, les végétaux en plus de l’humain sans distinction ni de race ni de confession ni de classe ni d’idéologie).

Le Djihad El-Asghar ( La petite lutte sainte), est celui que mène la société, armes à la main contre un ennemi pour défendre justement ses droits à la vie et à la dignité, à savoir la guerre de défense contre l’ennemi spoliateur.

Il ne faut pas oublier que la première constitution dans le monde a avoir donné des droits importants aux AHL-EL-Kitab ( les gens du livre: Chrétiens et israélites), est celle faîte par Mohammed le prohète de l’Islam à Yathrib ( Médine,aujourd’hui). En ces temps, les israélites étaient considérés par l’église comme des infra-humains et utilisés comme bouc émissaire à chaque crise socio-économique.

L’islam prône et promeut l’usage de la raison et de la science:
La plupart des sourates du coran portent plusieurs fois l’exclamation de Dieu
« Comment qu’ils ne soient pas raisonnables ! » pour méditer de telles choses de la création.
Les hadiths du prophète encourageant l’être humain à chercher de la science sont légion, les plus iconiques sont:
« Cherche la voie de la science, du berceau( de ta naissance) au tombeau ( jusqu’à ta mort) »
« Pars à la recherche de la science, même jusqu’en Chine ».
L’organisation El-Qaida et tous les groupuscules qui s’en réclament sont avant tout les producteurs d’une idéologie politicienne nihiliste et macabre. La religion dont ils se réclament est une apologie de la mort, de la désolation et de la création des fitnas (guerres internes dans les sociétés humaines et entre ces dernières), c’est justement à l’antipode de la nature de la religion quelle qu’elle soit qui est concorde générale, amour humain et justice.

Pour comprendre l’origine de cette idéologie « de la terre brulée », il faut avoir à l’esprit l’histoire de la relation Occident-Orient et la carte géopolitique actuelle du monde arabo-musulman.

Cette idéologie n’est pas née un certain jour ex-nihilo, son substrat est l’observation de la mort ou l’echec de toutes les idéologies dont a été nourri le monde arabe , via des pouvoirs politicards corrompus et dictatoriaux : nationalisme arabe version nasser ou baâth, socialisme spécifique arabe, monarchisme autocratique à idéologie islamisante comme en Arabie Saoudite et dans la plupart des Etats du Golfe arabe,etc.

Le dépit des sociétés musulmanes a été encore accentué avec l’avènement de l’Etat d’Isræl en 1948, et la sortie manu militari par les forces isræliennes de plusieurs milliers de palestiniens autochtones qui n’ont trouvé que des refuges fortement précaires dans les pays frontaliers à isræl et dans la bande de gaza.

La guerre d’Algérie avec sa cruauté et sa durée ainsi que l’usage des camp d’internement et de la torture à grande échelle et le mouvement de population important qu’elle a induit dans la société musulmane autochtone déjà fragilisée , a ajouté de l’huile dans l’idéologie nihiliste que l’occident est l’ennemi du monde musulman. L’agression tripartite France, Royaume-Uni, Isræl contre l’Egypte de Nasser lors de la nationalisation du canal de Suez a fait accroire encore plus qu’Isræl n’est qu’un dominion entre les mains de l’occident pour agresser le monde arabo-musulman.

La défaite de nasser lors de la guerre des six jours de 1967 a radicalisé encore plus l’idéologie islamisante . Le coup de grâce a été les accords de camp David et la reconnaissance de l’Etat d’Isræl par l’Egypte, puis la jordanie. Le Président égyptien Sadate est alors assassiné par un garde du corps rattaché à cette mouvance radicale.

La véritable date de naissance du terrorisme islamiste est celle commençant avec l’assassinat de Sadate, et la prise du pouvoir en Iran par les ayatollahs et à leur tête Khomeyni

L’heure est alors venue pour l’islamisme politique radical que ce soit en Algérie ou en Egypte. En Algérie, il sera le précurseur des méthodes employées par les hordes de Zarkaoui en Irak : extermination des civils innocents. Mais le GIA algérien va encore loin dans le perfectionnement macabre et l’horreur infra-animale : égorgement d’enfants, de femmes enceintes et leur fœtus, viol collectif sur femmes et jeunes filles puis égorgement,, égorgement des 7 moines de Tibhirine et des intellectuels mêmes islamistes mais modérés,etc., il ne manquait que le cannibalisme.

Les gouvernants ignares et corrompus arabes se comportent vis-à-vis de leurs populations en potentats cruels pour la majorité et corrupteur pour la minorité des courtisans. Ces populations regardent bien que leurs pays regorgent de ressources naturelles et financières, mais que la majorité végète sous le seuil de pauvreté.
Pour pouvoir prétendre à un niveau de vie tout juste satisfaisant , il faut non du labeur et de l’argent sainement gagné; mais beaucoup plus de la flatterie du gouvernant, de faire son entrée dans les réseaux de la corruption institutionnelle orchestrée en haut lieu, etc.

Ce renversement des valeurs au niveau de l’individu et de la société pour pouvoir réussir matériellement , ajouté à cela les injustices fréquentes subies et tout le dépit historique de la société arabo-musulmane tel que décrit ci-dessus, a propagé une vraie pollution mentale et dans l’individu et dans la société.

On arrive alors à une situation où l’ineptie, la bêtise et l’absurdité deviennent des choses communes banales dans cette société arabo-musulmane.Comme dirait Pirandello
« La vie est pleine d’absurdités qui peuvent avoir l’effronterie de ne pas paraître vraisemblables.Et savez-vous pourquoi? Parce que ces absurdités sont vraies. ».
Alors vous aurez dans ces groupes terroristes des enseignants du supérieur,des avocats, des médecins, des cadres sortant d'écoles et d'universités américaines réputées, dirigés par des illetrés et des incultes. Des gens qui n’ont aucune science de l’exegèse coranique en train de délivrer des fatwas qui n’ont ni tête ni queue, mais qui sont acceptées par leurs groupes parce que idéologiquement ils les rassurent sur leurs actes inhumains.

Le terreau sur lequel ils se nourrissent pour renouveler leurs effectifs est celui-là même décrit plus haut marqué par la défaite des états, par la gangrène de la dictature et de la corruption des pouvoirs en place, par l’échec de toutes les idéologies promues par ces pouvoirs, par la pollution mentale qui s’est propagée tel un virus maligne sur la (ou plutôt l’in)conscience de la société arabe surtout. Qu reste t-il alors après tout cela ? Il reste la promotion du nihilisme vêtu hypocritement et tactiquement pour besoin de recrutement sur l’islam.

Le terrorisme international se proclamant islamiste ne peut être vaincu que si l’on agit sur ses causes et le dépassement des injustices historiques et actuelles subies par les sociétés arabo-musulmanes.

L’occident doit faire l’impossible et d’ailleurs c’est sa mission première en ce seuil de 21 è siècle, d’aider intelligemment et sincèrement et de manière discrète, à l émergence de forces démocratiques afin d’agir avec pour résorber courageusement les véritables injustices historiques qu’ont subies les palestiniens.

Isræl ne doit pas être egocentriste et ne doit en aucun cas se plier à l’extrême-droite isrælienne et aux faucons parmi les décideurs de son gouvernement. L’existence d’isræl est aujourd’hui un état de fait et de droit que personne ne peut remettre en cause. Isræl, si elle veut perdurer, doit vivre en bonne intelligence et entraide avec l’ensemble des pays arabes du proche -orient et du maghreb. Mais encore faut-il qu’elle donne des gages qu’elle veut aller à cette esperance. Et le premier gage, c’est de montrer son sérieux et sa détermination dans la création du nouvel état palestinien indépendant, de cesser les bombardements sur les civils, de détruire le mur de la honte. Si Isræl avance sur cette voie, je suis parmi les premiers à la défendre contre quiconque touchera à ses droits avec les deux postures humaines de Djihad défini supra.
D’ailleurs si Isræl s’insère intelligemment dans la sphère arabe, ce pays sera un moteur de l’évolution des populations arabo-musulmanes vers plus d’ouverture et d’échange intensifiés avec l’occident.

Écrit par : abraham.dz | 08/01/2006

Les intellectuels de la phobisophie et de la pensée striptease

Les circonstances m'ont fait connaître A. Finkielkraut en tant que personnage d'auteur et celui des médias. Donc, je suis à même de porter un jugement personnel sur ces facettes de ladite personne.
A. Finkielkraut nage bien, mais pas là où l'opinion publique autant avertie que désintéressée, lui aurait su gré de l'avoir illuminé par des idées de compréhension véritable des évènements, de description des phénomènes et de dévoilement non des positions idéologiques opportunistes et éphémères, mais des consciences individuelles de droiture et de sincérité, à commencer par la sienne.

Certains (faux) intellectuels vivent de par leur amour éperdu jamais assouvi du "paraître" au détriment de l'être dans une ambivalence qui les déconnecte des vrais enjeux et véritable caractérisation du phénoméne objet de l'observation et du débat.

Cette ambivalence est trés visible dans le cas d' A. Finkielkraut, de BHL, d'A.Glucksmann et d'autres intellectuels français de confession juive. Alors que les faits et les faits sont tétus et tout le monde en convient, nos valeureux intellectuels ne reconnaissent pas qu'il y' avait colonisation de la bande de Gaza par Israel et que l'Armée israelienne agissait en force occupante repressive tout comme les Armées coloniales des empires européens, si ce n'est pire.

Cette évacuation coûte que coûte de leur esprit d'une telle réalité flagrante de déni de droit via l'idéologie sioniste, leur crée un complexe psychologique en forme de rempart vis-vis de toutes les situations de déséquilibre des forces et de domination. On commence alors à dire que le colonialisme est par certains côtés positif, que l'esclavage a été aussi l'oeuvre des noirs eux-mêmes, que les spécialistes de la traite négrière en sont des négociants arabes, que les noirs sont aussi racistes que les blancs et qu'il faut légiférer pour inclure le racisme anti-blanc, que les jeunes des banlieues sont des fanatiques islamistes ou des haineux de leur pays la france, etc., en somme, on se disculpe soi-même pour soi-même. Est-ce là le rôle de l'éclaireur des consciences , de l'intellectuel juste et courageux ?


Ils me paraissent dés l'abord comme de (faux) intellectuels salonnards dans le sens où quelqu'un parle de faits sociaux de manière logomachique sans en avoir éprouvé le vécu, ou comme de gens arrivistes imbus d'artifice pour la "haute société", se montrant connaisseurs à la vue d'une peinture et qui en dissertent pour disserter.
Ces gens là sont de vrais opportunistes ( dans le mauvais sens) pour l'air du temps qui plait et qui va plaire. C'est des gens sectaires, voyez comment un infra intellectuel s'attaque à Edgar Morin (n'oublions pas qu'il est aussi d'origine confessionnelle israelite) lors de sa critique du colonialisme d'Israel sur la Bande De GAZA ou contre le livre de R. Garaudy " Les Mythes Fondateurs de la politique israelienne ". Ajouté à cela, la position insultante de Finkielkraut des français issus de l'immigration maghrebine et africaine.

La publicité qui en est faite de sa personne par les plateaux de télévision dénote clairement un coup de pouce et de la frange de sa communauté d'origine , à savoir juive proche des organisations juives prosionistes, et d'une partie de la droite à curseur se rapprochant de plus en plus des thèses de l'extrème droite française ( pas seulement Le Pen, vous avez aussi maintenant le chef du MPF de Devilliers et une partie de l'UMP animé par Sarkozy). Tous jouant sur la fibre du narcissime populiste par une fixation pathologique sur les français d'origine maghrébine et africaine , comme étant l'épine dorsale de la crise française.

Krishnamurti Jiddu ,un spiritualiste de premier ordre, prévoyait déjà,que les médias grand public et la publicité de propagande idéologique et de basse politique, ainsi que les organisations et appareils religieux toutes confessions confondues, vont être, beaucoup plus, un vecteur d'abatardissement des messages de vérité aux fins de propagande tacite et imperceptible.

On le voit tous les jours; les plateaux de télévision sont pleins d'intellocrates et d'intellectuels de salon invités pour la circonstance non pour éclairer un tant soit peu objectivement la plèbe que nous sommes; mais bien au contraire de nous conduire vers leurs façons de voir et leur idéologie. C'est pas pour rien que beaucoup d' intellectuels bien racés qui ont des choses vraies à nous dire soient ostracisés par les médias lourds.
Le véritable lynchage d'intellectuels de renom de droite comme de gauche, de confession juive ou autre, est beaucoup plus l'oeuvre de ces faux intellectuels, surtout quand il s'agit de critiquer même timidement la politique israelienne vis-à-vis des palestiniens.
UN CRIME EST UN CRIME
Le colonialisme, tout comme l'esclavage et la déportation pour raisons politiques ou éthniques ou confessionnelles de population est un crime contre l'humanité.Les peuples colonisés n'ont pas demandé aux puissances européennes de venir les "civiliser". C'est une ineptie que de s'en glorifier pour des marges d'actions positives résiduelles à l'intérieur du système criminel.
Alors on nous dit :
- que les colons ont laissé des immeubles, des terres mises en valeur;
- des esclaves ont été admirablement traités par des des familles gentleman et des gens bien élevés;
- des gars politiquement incorrects pour le despote, déplacés de force vers une plage de Hawai en plein été sur airbus dernier cri avec de belles hotesses, pour être hébergés dans un pensionnat de luxe;
et on nous dit, qu'il faut bien sûr s'en glorifier, non seulement dans la sphère privée mais aussi dans la sphère publique qu'est l'école et la loi.
Le gouvernement Français est-il devenu à ce point un attardé mental, sous l'influence de ces faux intellectuels?
A tel point qu'un député de la majorité UMP, M. Luca puisse nous transporter via une singularité de la courbure du temps, avec un discours digne des années 1950 à mettre à l'actif des partisans de l'Algérie Française et de leur force de frappe criminelle l'OAS. De plus son attitude corporelle et psychique lors de ce discours masque mal qu'il veut en découdre avec ses "ex-indigènes" de "l'ex-valeureux empire colonial français".
Les algériens, population typique d'une colonisation de peuplement, n'ont aucune haine envers le peuple français, bien au contraire ils y éprouvent naturellement de la sincère sympathie. Beaucoup de pieds noirs reviennent chaque année pour pélérinage dans leur seconde patrie, et ils reçoivent de la part de petites gens comme des notables un accueil des plus chaleureux.

Pour moi le fondement de la crise sociétale française se résume comme suit:

La question des français issus de l'immigration maghrébine n'est qu'un épi- phénomène parmi tant d'autres. Le phénomène est la crise mutidimensionnelle que subit la france depuis la fin des années 70.

Cette crise est le passage à vide d'un cycle de contrat sociétal perdurant dans ses pesanteurs négatives vers une autre configuration sociétale complexe avec l'irruption des beurs, le vieillissement de la frange des français se disant de souche, l'appronfondissement de l'UE et ses derniers temps son élargissement, et enfin la donne de globalisation mondialisante,surtout économico-financière.

Les institutions de la république sont en complet déphasage par rapport à la forme et au niveau des aspirations de la société française.

d'un côté des beurs qui aspirent à une simple reconnaissance et de dignité.
de l'autre, la frange de population se disant de souche aspirant à un niveau de développement d'épanouissement personnel .
Le tout confronté à une architecture institutionnelle de forme et de contenu à pédales bric-à brac: en partie rétrogade, en partie en avance, en partie à tâtonnement opportuniste et éphémère.

Il manque donc pour s'occuper véritablement de la crise, la mise en branle d'une architecture à fondement systémique et des institutions nouvelles et des équipes qui en auront la charge de la voie de sortie de crise.

Écrit par : abraham.dz | 08/01/2006

On ne saurait être plus clair Megacatastrophe... Vous semblez trouver dans les conseils communistes de l'école germano-hollandaise votre principale source d'inspiration...

Lasch, Michéa sont des auteurs d'importance en particulier pour leur critique du progrès à l'instar de Thibault Isabel...Mais sont-ils pour autant des authentiques républicains? Ils sont populistes bien sûr (et non communautariens), il est cependant regrettable qu' un Michéa ne voit dans le modèle républicain qu'une mystification de la bourgeoisie...

Bizarrement JC Michéa possède une audience loin de la "common decency", il épate pas mal de profs, des membres de la fondation du 2 mars, Alain Soral et Serge Halimi....

Nous sommes d'accord sur le diagnostic: Nicolas Sarkozy se croit dans une démocratie d'opinion segmentée comme un impact publicitaire...Je ne fais pourtant pas de Nicolas Sarkozy le fils de Le Pen, il est clair qu'il appartient plus au camp de la droite légitimiste et cléricale ... au camp du néopétainiste (cf AG Slama "Le siècle de M.Pétain") qu'au fascisme... Néanmoins il ne demeure qu'une simple émanation de notre époque.

Quant à la situation mondiale, nous sommes bien entrés comme l'affirme Vicente Verdu ("Le style du monde") dans l'ère du capitalisme de fiction, confisquant l'essence même de la démocratie au profit du bien-être, du festif (Muray fait des émules) et des droits de l'homme... Le handicap mental devenu norme de civilisation ( "Parpot le bienheureux")...

Nous avons quelques cartouches fournies ici et là sur le net (Fabrice Trochet, Emmanuel Rousselet et vous-même Megacata par exemple), bien sûr la ligne de fracture sionisme/antisionisme empêche certaines convergences (ce qui est bien dommage).

Cessons de nous attacher aux philosophes pipolisés ayant accès au pages "rebonds" de Libé, "horizons" du Monde et "débats su Fig". La catastrophe est déjà là depuis 1981 ( an zero JL pour Jack Lang) , le Rire est criminalisé, la critique du progrès est ghettoisée, les droits de l'homme ont vampirisé l'équilibre democratique.

Écrit par : Gat' | 08/01/2006

L'équivalent pour la France du livre de McDonald n'a pas encore été écrit. Et s'il l'était, il aurait bien du mal à trouver un éditeur... Dommage, car c'est bien tout un pan de l'histoire intellectuelle de l'après 1945 qui n'est pas vraiment mis en lumière...

Kevin MacDonald, The Culture of Critique: An Evolutionary Analysis of Jewish Involvement in Twentieth-Century Intellectual and Political Movements, Praeger (1998), 379 pp.

Écrit par : vladimir | 08/01/2006

J'ai pu avoir en mains le livre de Kevin MacDonald intitulé "The Culture of Critique: An Evolutionary Analysis of Jewish Involvement in Twentieth-Century Intellectual and Political Movements", édité et publié chez Praeger (1998), 379 pp.
Il me semble qu'il tisse délibérément des relations à des problématiques différentes.
Dans son ésprit, les juifs à travers le monde ont encouragé l'idéologie égalitariste, libertaire et anti-raciste et ont pu transformer profondément les ressources de valeurs traditionnelles du monde occidental. A contrario dans un pays constitué de juifs,c.àd. entre eux, à savoir en Israel, le conservatisme, le chauvinisme nationaliste ou confessionnel pour ne pas dire"racial" s'érige en maître dans cet espace.
Israel est fondé sciemment sur un malentendu entretenu délibérément par les concepteurs de cet Etat pour brouiller le rapport qu'entretient Israel avec les diasporas juives à travers le monde.
Entre le sionisme doctrine politique nationaliste née au 19è siécle suite à la vague d'éclosion des nationalismes européens, et la religion hébraique , on ne peut sincèrement trouver que des points d'achoppement et de divergences graves et profondes.
Israel étant un état né trés récemment de manière artificielle, avait besoin dans l'esprit de ses concepteurs d'une idéologie de l'exclusion des arabes et de colonisation au vrai sens du terme, du recroquevillement sur soi de la communauté israelienne, et de la distillation de valeurs de chauvinisme qui parfois singe le chauvinisme nazi.

Toutes ses valeurs ne se reconnaissent pas dans la religion hébraique, bien au contraire elles y sont combattues.

Écrit par : abraham.dz | 17/01/2006

http://www.alainsoral.com/media_web/2006/16janv2006.php

Il est lucide ce Soral, parfois.

Écrit par : megacatastrophemondiale | 26/01/2006

Les commentaires sont fermés.