Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/12/2005

Le grand bazar de l'info Yves Agnès

Un livre de plus sur les média. Un livre de trop ! Yves Agnès a eu le toupet de sous-titrer ce livre « Pour en finir avec le maljournalisme » Maljournalisme : un mot emprunté à Jean-Pierre Tailleur , qu’il omet de signaler, auteur d’un des plus brillants ouvrages sur la presse française Bévues de presse. Assez étonnant  car il explique par ailleurs d’où provient le terme malinformation.
Son constat sur les médias sonne comme une rengaine usée : « Les bavures médiatiques se sont banalisées », « La vérification des informations est aujourd’hui de moins en moins pratiquée »...
 
Yves Agnès souligne qu’« on peut à l’inverse se réjouir  de la prudence et de la modération dont ont fait preuve les médias écrits et audiovisuels après les incidents survenus lors de la manifestation lycéenne du 8 mars 2005 ».  Les médias ne se sont pas emballés sur le » racisme anti-blancs » « pouvant donner du grain à moudre à une extrême droite ». C’est sans doute pour cela que les médias français ont fait preuve d’une très grande retenue vis à vis des dernières émeutes en banlieue. Les média français se sont bien auto-censurés comme le confirme Jean-Claude Dassier, le directeur général de LCI  dans  The Gardian  qui a admis avoir volontairement censuré la couverture des émeutes de banlieues, et ce afin de « ne pas favoriser l’extrême droite ».
 
Yves Agnès a l’air d’être réticent vis à vis d’Internet , repère de « pédophiles, maquereaux, racistes ou négationnistes ».

Il note que 10 000 dépêches d’agences sont produites chaque jour. Pourtant il omet de signaler que les médias français répercutent les mêmes informations. C’est ici qu’Internet est intéressant car il permet de signaler des informations passées inaperçues comme les nombreux actes de vandalismes visant des églises, temples ou cimetières chrétiens (voir le site indignations.org).

Deux églises ont été attaquées lors des émeutes pendant la nuit du 6 novembre 2005. De nombreux médias étrangers s'en font l'écho mais étrangement la presse nationale - télévisions, radios et journaux - reste muette Un autre point positif d’Internet que cet auteur a oublié : les débats grâce aux nombreux sites  sur la toile à propos du traité constitutionnel européen.
Yves Agnès s’inquiète de l’omniprésence des patrons de grosses société dans la presse écrite et audiovisuelle. C’est un problème mineur ; d’ailleurs les groupes TF1 et Lagardère sont entrés dans le capital de l’Humanité sans que la ligne éditoriale infléchisse.
 
Face à ces médias classiques, il propose  des sites militants proche du milieu alter-mondialiste et donc très subjectifs comme Uzine, Acrimed...Il fait aussi l’éloge d’Ignacio Ramonet  qui n’a jamais eu  de scrupules à se présenter avec Fidel Castro que je considère plutôt comme un dictateur.
 
A la lecture de ce livre on ressent un profond malaise : les journalistes sont tès politiquement correct, ils ne sont pas prêt à combattre la censure qui sévit en France.
J’oubliais : Yves Agnès a été rédacteur en chef au Monde, et directeur général du Centre de formation et de perfectionnement des journalistes (CFPJ).
 

20/12/2005

Thibault Isabel Le champ du possible

Thibault Isabel, avec ce livre dense de 440 pages,  propose un regard très pertinent sur la modernité.  Il aborde toutes les facettes de celle-ci : sociale , politique et culturelle ; le sport  et la  psychologie ne sont pas oubliés.

Thibault Isabel est très inspiré par les travaux de Christopher Lash injustement méconnu auquel il y consacre un important chapitre intitulé «Christopher Lash : un populiste contre le progrès » Ce mot populisme chez ce penseur n’a pas le sens péjoratif que l’on connait en France : il constituerait une résurgence du républicanisme de l’antiquité et de la Renaissance. « Lash souligne que nos sociétés modernes souffre « d’une absence patente de débat public » Les sociologues et tous ces soit-disants experts prennent la parole au nom du peuple. Nous découvrons une étude sur le  mouvement populiste dont on peut trouver sous ce vocable un parti politique américain rassemblant des fermiers du sud et de l’Ouest des Etats-Unis s’opposant à l’industrialisation galopante. Un autre cas célèbre est celui des populistes russes aux 19°siècle réclamant « la terre et la liberté »

Il s’inspire aussi  de Pierre-André Taguief qui a offert une généalogie historique et philosophique de la notion de  progrès. Thibault Isabel analyse  cette société de plus en plus  machinisée et  aussi la raréfaction des contacts humain. Les apories de la modernité trouvent leurs sens dans un recours à la totalité de notre culture.

 Un philosophe qu’affectionne particulièrement Thibault Isabel est Nietzsche qui avait juste en soulignant que  notre civilisation a été contaminé par un esprit de ressentiment, de dégoût et de  frustration .

 Je ne peux résumer ici  ce livre fondé sur l’extrême diversité des thématiques et des références. Tous ces thèmes stimulent la réflexion et font apparaître une paradoxale unité de fond à travers toute une trame riche et complexe.

16/12/2005

Pédophilie, antisémitisme, racisme

Pédophilie, antisémitisme, racisme : à  ces mots, instantanément le système hystérique médiatique et politique se met en place, même le Président de la République n ‘échappe pas à cette règle. A la bourse des valeurs morales c’est très rentable et produit le maximum si l’on joue sur la vitesse de la réaction qui peut permettre la remontée de la  côte de popularité.. Parfois les médias et les politiques se trompent comme dans l’affaire très médiatique du RER   . D’autres affaires furent moins médiatisée comme l'agression, du jeune Israël le 4 juin 2004 à proximité de son école talmudique d'Epinay. Les médias se sont emparés une fois de plus de cette affaire et ont tout de suite crié au loup antisémite. Une nuit après, nous apprenons que 4 autres personnes ont également été agressées, l'une d'origine arabe, l'autre d'origine haïtienne ainsi qu'un Africain et un homme d'origine portugaise. En définitive, nous apprenons que toutes ces personnes auraient été victimes d'une personne dérangée mentalement qui faisait l'objet d'un suivi psychiatrique.

D’autres affaires sont vite retombés dans l’oubli comme  lors du pseudo-attentat du  préfet du Jura fraîchement promu : Aïssa Dermouche 

Le pire a été atteint avec Jack Lang qui a appelé à lyncher des soit-disants coupables  :
La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Douai (Nord) a prononcé mercredi un non-lieu en faveur de l'époux d'une institutrice du Pas-de-Calais qui avait été incarcéré pendant plus d'un an pour des actes de pédophilie, a-t-on appris de source judiciaire.
Alain Hodique, aujourd'hui âgé de 60 ans, mari de la directrice de l'école maternelle de Bucquoy, près d'Arras (Pas-de-Calais), avait été accusé d'abus sexuels sur cinq enfants âgés de quatre à six ans.
Il avait été placé en détention préventive du 5 septembre 2001 au 18 septembre 2002.
A l'issue de l'instruction suivie par deux juges successifs, Alain Hodique avait été renvoyé en août 2004 devant les assises du Pas-de-Calais.
"Il y avait pourtant des déclarations absolument délirantes des enfants dans ce dossier", a expliqué Me Frank Berton, qui a défendu deux accusés de l'affaire d'Outreau. "Une des enfants avait même parlé d'attouchements sur un de ses frères alors qu'elle n'en a pas!"
L'avocat réclame également des excuses publiques de la part de Jack Lang, ministre de l'Education nationale au moment des faits et actuel député du Pas-de-Calais.
Jack Lang avait dénoncé "les actes scandaleux et odieux commis par l'époux de la directrice de l'école" dans un courrier qui avait été adressé à l'ensemble des parents des élèves de l'école de Bucquoy en septembre 2001.
L'ex-ministre de l'Education avait été poursuivi en violation de la présomption d'innocence devant le tribunal correctionnel d'Arras. Le tribunal s'était déclaré incompétent en avril 2002 et avait renvoyé l'affaire devant la Haute cour de justice, Jack Lang étant protégé par sa fonction ministérielle. "Alain Hodique a été pour sa part littéralement cloué au pilori par l'intervention médiatique du ministre. Cela lui a déjà valu quatre ans et demi de souffrances", a estimé Me Berton.
A la suite de cette affaire de pédophilie, le mari de la directrice d'école a été licencié de son emploi de délégué commercial tandis que son épouse est toujours suspendue de l'Education nationale. (AP du 14 décembre 2005) 
C’est d’autant plus paradoxale que Jack Lang avait  défendu la  loi sur la présomption d'innocence.
Quand est-ce que ces manipulateurs d’opinion cesseront de jouer avec les émotions et se pencheront sur les problèmes qui déterminent réellement notre destin ?
 

12/12/2005

Crédibilité des médias

Retrouvé dans mes fichiers, un entretien auquel j'avais répondu, pour un mémoire rédigé par une étudiante sur les médias. 

Question n°1 :
 
Que pensez-vous de la crédibilité des médias en France aujourd’hui ?
 
Fabrice Trochet : Je suis assez méfiant vis à vis des médias. Je pense que les médias sont de moins en moins crédibles. Ils reprennent de plus en plus d’informations véhiculées par d’autres médias sans les vérifier.
 
 
Question n°2 :
 
Certains professionnels considèrent les Français comme responsables de la perte de crédibilité des médias puisqu’ils sont de plus en plus friands de voyeurisme, et « d’information spectacle ». Partagez-vous ces propos ?
 
Fabrice Trochet : Pas du tout. Les Français sont plutôt friands d’une bonne information, c’est à dire honnête.  D’ailleurs il y a de plus en plus d’émissions chargées de décrypter les médias :  Arrêts sur images (France 5), Le Premier pouvoir (France-Culture), Hebdo du médiateur (France 2), Arrêt sur infos (Europe 1) etc. Le public est en attente d’une information honnête.
 
 
Question n°3 :
 
Comment expliquez-vous cette recrudescence de dérives qui sévit au sein  de tous les médias français ? ( Affaire Juppé, Affaire Baudis, Affaire du RER D…)
 
Fabrice Trochet :Concernant les  hommes politiques, c’est la perte grandissante de leur pouvoir et de la toute puissance des médias qui représentent maintenant le premier pouvoir.
 
Concernant l’affaire du RER D, c’est un exemple type de fait divers que l’on diffuse d’autant plus vite qu’elle est attendue. On parle sans cesse de la montée de l’antisémitisme en France.  Dès qu’il y a la moindre suspicion, ce type d’affaire fait la Une des journaux. Ensuite ce fut l’incendie du centre social juif à Paris qui a aboutit à l’arrestation d’un bénévole lui-même juif. Les actes prétendus racistes sont aussi mis en exergue. Je me souviens de l'affaire Aïssa Dermouche, un attentat d'inspiration raciste selon le MRAP. Aussitôt les rituelles condamnations se sont déversées sur les téléscripteurs. Ensuite le silence a régné dans les médias ; et pour cause : il n’y avait aucune preuve d’un attentat raciste.
Rien n’est strictement plus grotesque que cette course frénétique à utiliser l’antisémitisme ou l’antiracisme dans le moindre fait divers. C’est pour cela que les médias se trompent. Ils utilisent une ligne idéologique qui ne peut s’appliquer à tous les faits divers.
 
Question n°4 :
 
Quel est, selon vous, le comportement que devraient adopter les Français pour améliorer la crédibilité des médias ? Devenir un lectorat plus averti et plus critique ?
 
Fabrice Trochet : Pour améliorer la crédibilité des médias, il faudrait que chaque français téléphone, envoie un courrier lorsqu’il relève une erreur, et si les journaux continuent dans leurs erreurs, ne plus les acheter.
 
 
Question n°5 :
 
Pensez-vous, enfin, qu’il existe « une recette miracle » pour lutter contre ces dérapages et ainsi préserver la crédibilité de nos médias ?
 
Fabrice Trochet : Il existe quelques recettes permettant de lutter contre ces dérapages. Vérifier les informations même si elles proviennent de quotidiens de référence comme Le Monde. Evidemment ne pas croire tout ce que diffuse Karl Zéro et son Vrai journal . Ceux qui ont délibérément violé la déontologie tel Karl Zéro devrait être sanctionné.
Je pense que les médias devraient reconnaître leurs erreurs.

08/12/2005

La revue Tsim Tsoûm enfin parue

Le N°1 de  TsimTsoûm sous-titré Contradiction du domaine de la lutte  est enfin paru. Nul ne sera déçu. C’est un bel objet : superbe maquette, contenu toujours aussi insolent, ironique, explosif que l’ancienne revue Cancer ! mais des textes de plus grande qualité et plus cohérent. Rien à jeter !
 Entretien passionnant avec SOHEIB BENCHEIKH  recteur de la Mosquée de Marseille  « ce théologien d ‘un islam introuvable » accusé d’être un réformateur. A la première question de Laurent James celui-ci lui réponds sans langue de bois  :  «  Ecoutez, pour être plus  plus clair et précis, depuis quelques années nous voyons en France entrer en scène une communauté musulmane, en partie mue par  une sorte de radicalisation qui se manifeste à  travers une religiosité superficielle, laquelle apparaît comme une liste interminable d’interdits et d'obligations sans aucune profondeur spirituelle ou envergure philosophique. Tout simplement parce que l'Islam traduit chez ces  personnes, notamment les jeunes, un malaise d'ordre social. Personnellement, je ne suis  pas un politique, et je ne revendique aucune représentativité. J'ai des convictions, j’ai mon idée à moi de l'Islam et de son adaptation : je le dis haut et fort, quel que soit le risque. Je  ne cherche pas à plaire. Je sème des graines mais je ne cherche pas à récolter des fruits. » Suit un très beau  texte sur l’islâm , les gauchistes écrit  dans une langue de feu par Laurent James.
Pierre Jourde  signe  une critique savoureuse et pleine de punch  qui démystifie Sollers et ses acolytes de la revue Ligne de risque. Costes m’a admirablement surpris par son papier sur Genet. Alina Reyes nous offre un texte lumineux sur la littérature. Cette revue m’a permis de découvrir l’ écrivain Guy Dupré grâce à un excellent entretien mené par Sarah Vadja. Celle-ci y est très présente dans ce numéro avec deux autres textes. 
Une réussite. Y figure aussi  dans  ce numéro  très agréable : des nouvelles, un texte de Cravan, un journal aléatoire...Tout cela dans une certaine unité, une certaine dimension spirituelle d’où le titre : TsimTsoûm.

02/12/2005

L'esprit critique menacé

Article surprenant paru dans Le Monde sous la plume d'Anne-Marie Le Pourhiet L'esprit critique menacé

Renaud Camus, Michel Houellebecq, Oriana Fallaci, Edgar Morin, Olivier Pétré-Grenouilleau, Max Gallo, Elisabeth Lévy, Paul Nahon, Alain Finkielkraut... la liste devient longue et inquiétante des journalistes, écrivains, universitaires et intellectuels poursuivis ou menacés de poursuites pénales par des associations vindicatives et sectaires pratiquant l'intimidation judiciaire soit pour faire taire toute opposition à leur cause, soit tout simplement pour interdire à l'avance le moindre débat sur leur conception particulière de l'amitié entre les peuples.

(...)

Cette situation ridicule est indigne d'une démocratie libérale et donne de la France l'image d'un pays immature dérivant dramatiquement vers la mise sous tutelle judiciaire de l'intelligence et de l'esprit critique, où le sectarisme conduit les mêmes à vouloir expédier un philosophe en prison et distraire de la justice un terroriste italien ou des incendiaires de banlieue.

(...)

Courts métrages subventionnés à Angers

Assisté mardi soir au 400 coups à une série de  courts métrages tournés en Pays de Loire financés par Le Conseil Régional des Pays de la Loire. C’était donc gratuit. Le plus intéressant a été l’explication de ce financement. « Toutes ces oeuvres présentent des valeurs d’ouverture, de tolérance, d’universalisme... »  Ainsi  le Conseil Régional des Pays de la Loire contrôle la lecture des scénario, les oeuvres... Aucun critère de qualité n’a été évoqué, cela se voyait. L’idéologie est donc plus importante que la qualité. D’ailleurs on ne voit vraiment pas pourquoi ce Conseil Régional subventionnerait ceci. Ces films étaient tristes. Pas de scénario. Le financement public ne peut que produire des oeuvres insipides.