Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2006

Caricatures jihadistes : insultes à l'islam ?

Judicieuse analyse d' Alain FINKIELKRAUT parue  dans Libé  jeudi 09 février 2006 sous le titre Fanatiques sans frontières

http://www.liberation.fr/page.php?Article=357882

"(...)L'image qui a mis le feu aux poudres représente Mahomet coiffé d'un turban en forme de bombe. Image injurieuse, nous dit-on. Lien blessant, lien offensant, lien diffamatoire entre le Prophète et le terrorisme. Sans doute. Mais ce lien, ce ne sont pas les caricaturistes danois qui l'ont établi, ce sont les jihadistes.

Pourquoi n'y a-t-il jamais eu de manifestation dans le monde arabo-musulman contre les attentats sanglants de New York, de Madrid, de Monbassa, de Bali et d'ailleurs ?

De surcroît, les images des foules furieuses et vociférantes qui saccagent les ambassades scandinaves sont infiniment plus obscènes, infiniment plus caricaturales que les croquis venus de Scandinavie.

Les croyants qui s'estiment outragés et calomniés par une telle représentation de Mahomet répondent en disant : «Kill those who insult islam !» Et ceux qui insultent l'islam, à leurs yeux, ce ne sont pas seulement les auteurs des dessins incriminés, ce sont les gouvernements des pays où ces dessins ont été publiés et les ressortissants de ces pays eux-mêmes.(...)"

Commentaires

Orchestration de la violence et manipulation des despotismes arabo-musulmans


Beaucoup d’analystes ou se proclamant comme tels, font peut-être sciemment, l'amalgame entre 2 problématiques différentes:

__ L'exhibition de scènes de violence de la part de certaines populations s'affichant comme des défenseurs zélés de l'Islam, et de ce fait outrées par la publication des caricatures insultantes du prophète Mohammed, est à vigoureusement dénoncer.

__ La publication en elle-même des caricatures insultantes, est une forme de violence à l'encontre des croyances ordinaires, dans le sens de croyances qui prônent la concorde générale, l'esprit de justice et l'égalité de traitement entre les hommes; et non le racisme , l'inhumanité et la promotion de l'injustice et la spoliation.

1.] La réponse à donner aux zélés intéressés de la liberté d'expression absolue doit être une réponse de l'esprit, donc du dialogue (je ne dis pas la discussion).

La liberté d'expression n’est pas une valeur absolue, sinon elle devient beaucoup plus un moyen de guerre et de domination aux puissants de l’heur. Cette liberté s’arrête là où elle peut froisser ou blesser l’intimité innocente d’autrui, dont les croyances religieuses en font partie. Est-ce qu’un de ces journalistes zélés de ladite liberté accepte qu’on caricature injustement sa femme ou sa mère ou son père de telle façon qu’on insinue explicitement leur identification à des terroristes ?

2.] Ces scènes d’exhibition de violence dans certaines rues de pays à religion islamique, est beaucoup plus l’œuvre des pouvoirs en place qui manipulent ce type de manifestation pour leurs desseins politiques conjoncturels ou lointains. Ces pouvoirs vomissent tous la démocratie et son corollaire la liberté d’expression. Ce type de publication de caricatures qui touchent l’intimité de l’être humain verse dans le renforcement de ces pouvoirs dictatoriaux. La dictature quelle qu’elle soit se nourrit de 3 choses :
La propagande, la corruption institutionnelle et la primauté du sécuritaire interne via la police politique et une armée soumise.
La propagande insinueuse qui est en train de se faire par ces pouvoirs est de propager que la démocratie et son pendant principal la liberté des médias, sont des vecteurs maudits qui pervertissent la société par leurs attaques tous azimuts contre les valeurs profondes des gens, et qu’il faut s’en éloigner et même en combattre l’avènement.


Ces scènes de violence hypocritement manipulées n’ont aucun lien avec les prescriptions de la véritable religion islamique.Qui bien au contraire dénonce ce type d’action comme étant de la « Djahilia », c’est-à-dire d’une forme d’action de la société anté-islamique appelé la loi du talion « œil pour œil, dent pour dent ».

Est ce qu’il n’est pas de notre rôle en tant que membres de cette humanité planétaire d’un côté , et dans notre intérêt bien compris, d’aider ces populations à prendre entre leurs mains leurs destinées pour hâter l’avènement de régimes démocratiques permettant leur participation sociétale dans la dignité et l’équité?

Écrit par : Abraham.dz | 12/02/2006

"Oeil pour oeil finira par rendre le monde aveugle" disait Gandhi... L'ennui , c'est que les faits sont têtus, que la loi du talion a encore de beaux jours devant elle avec pareille interprétation de la religion... Ne donnons pas comme Monsieur Abraham dans l'angélisme béat. Restons fermes et vigilants, toujours prêts à éradiquer toute résurgence de totalitarisme ( y compris le vert) aussi bien en Europe qu'ailleurs... ( Israêl par exemple)

Écrit par : CCRIDER | 13/02/2006

Un dicton universel dit " L'oeil aura beau voir clair, si l'esprit ne regarde"

Votre message ne répond pas à ma problématique et je relève même une mécompréhension de ma note précédente.

Bien à vous de considérer mes positions comme de "l'angélisme béat", mais le fait est là qu'on est plus au temps des "rodeos".

Que vous le vouliez ou non, le village planétaire on en est bien dedans culturellement et cela de manière me semble t-il irréversible.

Evoquer l'usage de la force brute pour faire face aux dysfonctionnements générés en grande partie par des pesanteurs irrationnelles et des pratiques politiques anachroniques, à cette interpénétration des communautés humaines, des cultures et des modes de vie dans notre espace européen, loin de résoudre ce à quoi vous tendez, complexifie encore plus gravement de manière itérative et pleine d'incertitudes les problèmes, si problème il y'à.

A problème social complexe et à contours incertains, seule l'intelligence pilotée par la force morale peut y faire efficacement face. Et çà, c'est la vraie posture de l'héroisme version 3ème millénaire.

L'Histoire rattrappe vite toute fanfaronnade dans la surenchère nationalitaire ou patriotique. 130 000 colonisés sont morts pour que la France sorte des ténèbres de l'emprise du nazisme, assis sur un grand magma populaire de la collaboration et de la lâcheté via l'idéologie d'extreme-droite du petainisme. Il ne faut jamais oublier que la majorité des français se disant de souche vivaient normalement et vaquaient joyeusement à leurs affaires. Tous les historiens reconnus par leur sagesse et leur impartialité (pour ne pas dire objectivité) français et étrangers vous diront et vous répèteront que c'est le sursaut de De Gaulle et de la poignée des résistants, appuyés héroiquement ( dans le sens fort du terme) des forces puisées parmi les autochtones des colonies, qui ont sauvé l'honneur de la france.

Une patrie reconnnait ses vrais défenseurs et ses farouches amants dans les moments existentiels les plus sombres et les plus durs. Ceux-là même qui aujourd'hui narguent l'arabe, le musulman, le noir africain ou le ressortissant des Dom-Tom, et parfois le juif, sont de la lignée des lâches de cette idéologie de l'extreme-droite néo-pétainiste qui sacralise la force brute, la puissance injuste et la philosophie hobbsienne de " l'homme est un loup pour l'homme" et d'une appréhension fausse de la théorie darwinienne de la sélection naturelle.

Le problème des banlieux dont la population pourrait être accusée d’être porteuse potentiellement du totalitarisme vert, est un problème avant tout socio-économique, et dans ses marges , socio-culturel dans le sens de la reconnaissance mutuelle des différences identitaires dans une démocratie ouverte et animée par le dialogue et le respect de l'altérité.

Personnellement je suis et j'ai été toujours partisan de l'idée que la foi religieuse, est avant tout et aprés tout, une affaire de sentiments privés. Et il me semble que toute expérience ou aventure spirituelle qui se transforme en appareil et organisation publique, perd véritablement sa propre finalité originelle qui est le toilettage permanent du cœur de soi-même sans intercesseur vers le chemin du bien, c.à.d, la voie juste qui contrecarre toute perversité de l’être pour que celui-ci soit une une miséricorde pour l’univers ( pour l’ensemble de la création de Dieu): qu’elle soit tangible ou non, matériel ou immatériel, visible ou non visible , être vivant(y compris l’animal, les végétaux en plus de l’humain sans distinction ni de race ni de confession ni de classe ni d’idéologie).
Et cette profession de foi humaniste ouverte sur l’universel n’est en aucune façon antinomique de la pratique démocratique des sociétés modernes, et par ricochet l’exercice des libertés publiques. Bien au contraire elle en constitue, parmi d’autres moyens formels ou informels, l’antidote humaniste aux zèles, chauvinismes et extrémismes de la pensée et de l’action de tous bords. En un mot, cette posture de l’être humain irrigue le corps social de la lumière de la sagesse et du sens de la mesure éthique, et ôh! combien l’évolution contemporaine de notre démocratie en on a besoin.

Écrit par : Abraham.dz | 14/02/2006

Les commentaires sont fermés.