Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/02/2006

L'Islam défie la vieille Europe

Le bloc-notes d'Ivan Rioufol  L'Islam défie la vieille Europe paru dans le Figaro du 10 février 2006 est toujours aussi détonnant rempli d'une verve pétillante qui fait frémir la bien-pensance. C'est l'un des rares journalistes à proposer une grille d' analyse fondée sur le bon sens. Il ose défendre les quelques voix appelant à la raison surtout venues de médias moyen-orientaux. Cela n'est guère étonnant que la France cède aux pressions des islamistes car elle  a toujours soutenu les pires dictateurs. N'oublions pas que le France a accueilli Khomeiney ;  les intellectuels français  ont  soutenu aussi les pires dictatures communistes, maoïste, et même Pol Pot, Castro, etc. La liste est trop longue.  Il est à noter que l'huma s'est dissocié de ses confrères : ce journal n'a pas publié une seule de ces caricatures ; et pourtant il a souvent insulté les chrétiens. 
 

"C'est le monde musulman qui se caricature : à Londres, des nazislamistes ont manifesté en brandissant des pancartes «Europe, ton 11 Septembre va venir», «Massacrez ceux qui insultent l'Islam». A Bruxelles, ils défilaient le Coran à la main, tandis qu'à Paris, d'autres criaient «Dieu est grand !» Au Proche-Orient, des ambassades européennes ont été incendiées. Des Irakiens réclament une fatwa pour tuer les caricaturistes danois de Mahomet. Qui entend les indignations des «modérés» ?

L'Islam européen, légitimement heurté par l'irrespect porté au prophète, a majoritairement évité de descendre dans les rues. Cependant, il n'a pas tenté de se désolidariser des propos anti-occidentaux ou des appels au djihad. Il n'a pas jugé utile de dénoncer la manipulation des foules, réagissant à des publications datant de septembre. Reprenant à son compte le registre victimaire de «l'humiliation», il n'a pas contribué à calmer les esprits.

Les quelques voix appelant à la raison sont surtout venues de médias moyen-orientaux. C'est un journaliste jordanien, Jihad Momani, de l'hebdomadaire Shihane, qui a été le plus courageux en publiant les caricatures controversées avec ce commentaire : «Qu'est-ce qui porte plus préjudice à l'Islam, ces caricatures ou bien les images d'un preneur d'otages qui égorge sa victime devant les caméras (...) ?» Le confrère est, depuis, en prison.

Le choc entre les cultures crève les yeux. Y compris en Europe, où la communauté issue de l'immigration explique vouloir conserver ses lois divines : elles interdisent la reproduction de Mahomet, mais aussi la critique du Coran, en dépit de sourates appelant à tuer juifs et croisés. Au contact des démocraties depuis plus de trente ans, l'Islam a peu modifié ses modes de pensée et de comportement. En exigeant l'immunité médiatique, les musulmans s'estiment hors du droit commun.

Les «modérés» se montrent solidaires de leurs «frères» et «soeurs» pour réclamer, de tous, le respect de leur religion. Or, cette alliance est une première victoire pour les islamistes, qui ont entrepris de tester la détermination de l'Occident à défendre la laïcité et la liberté d'expression. Leur deuxième victoire viendrait de la contrition des démocraties. Le défi est donc clair : ou la vieille Europe résiste, ou elle s'excuse encore. L'esprit munichois qui l'habite fait craindre le pire.

Inavouable peur

C'est un délit de blasphème que les musulmans veulent voir sanctionner par les démocraties laïques. Ils ont déjà reçu les encouragements complaisants des États-Unis et de la Grande-Bretagne, qui ont jugé «inacceptables» la publication des dessins. En France, les bons esprits qui ont obtenu que les critiques contre les homosexuels soient punissables, ont ouvert la voie à une semblable législation contre l'«islamophobie». Des associations musulmanes lancent des pétitions dans ce but.

L'idéologie antiraciste, qui inspire le discours dominant sur le «vivre ensemble», vient en renfort. Elle prétend que ceux qui tiennent tête aux extrémistes sont extrémistes eux-mêmes. Elle assure que les caricatures représentant Mahomet en terroriste sont du même ordre que les caricatures antisémites de jadis. Une contre-vérité : la critique contre une religion ou un système de pensée – le catholicisme en fait régulièrement les frais – ne peut être assimilée à la dénonciation raciste.

L'inavouable : ces intimidations font peur. Le Figaro a rapporté, samedi, qu'un musée danois avait refusé de présenter un tableau qui déplaisait à des musulmans et que les traducteurs du livre de la parlementaire néerlandaise antifondamentaliste Ayaan Hirsi Ali avaient réclamé l'anonymat. L'égorgement du cinéaste Theo Van Gogh a été compris comme un avertissement. L'assassinat aux cris d'«Allaho Akbar !» d'un prêtre catholique, Andrea Santoro, lundi en Turquie, s'ajoute à ces terreurs qui ont aussi frappé Madrid et Londres.

Quand Jacques Chirac condamne les «provocations manifestes», mercredi, en écho à la publication par Charlie-Hebdo d'autres caricatures, le président satisfait notamment Tariq Ramadan qui réclame «un peu plus de respect», en attendant «une conjoncture plus favorable» (Libération, 8 février). Mais d'autres musulmans sont à écouter. Ce professeur de Tunis par exemple, Hamadi Redissi, s'adressant aux Occidentaux, : «Vous ne devenez pas renoncer à la libre critique. Si vous cédez, c'en sera fini.»

Limiter la charia

Le respect sans cesse réclamé par l'Islam (le mot signifie soumis) a déjà conduit, en France, des municipalités à proposer des piscines non mixtes. Des écoles se sont pliées à des obligations sur les interdits alimentaires, l'absentéisme pour raison religieuse, le contenu des programmes, etc. (phénomènes décrits en juillet 2004 par le rapport Obin). L'islamisation de certaines banlieues est à l'oeuvre, dans le premier pays musulman d'Europe.

Or, si les critiques contre l'American way of life inspirent les commentateurs, les réserves contre la charia restent bien discrètes. Aussi est-il heureux que le projet de loi sur l'immigration, présenté hier par le gouvernement, semble vouloir se préoccuper du sujet. Outre une restriction du regroupement familial, le texte entend soumettre les arrivants à des engagements à respecter les valeurs de la République, qui protègent notamment le droit des femmes et les libertés individuelles. La moindre des choses..."

Commentaires

J'aimerais croire à un échange libre et tranquille entre toutes les nations, croyances, mais cet echange ne semble se situer que dans un système de pensée occidental.

Au fil du temps, il faut bien se rendre à l'évidence qu'un affrontement avec le "monde" musulman est chaque jour un peu plus du domaine du possible. Il viendra sans doute un jour où de moins en moins de personnes seront prêtes à voir leurs propres valeurs humiliées.


Churchill est à la mode en ce moment: "a preférer le déshonneur à la guerre, vous aurez et la guerre et le déshonneur".

Le tout est encore de savoir si on est rentré dans une logique de conflit, et si oui comment s'y préparer, et pour quelles conséquences?

Sans joie, je me pose ces questions.

Écrit par : Gilles | 13/02/2006

Il serait peut-être temps de cesser les repentances et d'être enfin fiers de ce que nous sommes, croire en nos valeurs?
Entièrement d'accord avec votre analyse.

Écrit par : CCRIDER | 13/02/2006

A dire vrai, je suis étonné par le discours ambiant d'une phobie stigmatisant tout ce qui porte une référence à l'Islam. Cet état de fait mérite bien un programme de recherche de psycho-sociologie et de sociologie de la formation des opinions publiques dans la démocratie française.

Les idéologies de l'extrêmisme (de droite comme de gauche), se sont toujours nourries anthropologiquement de la victime ternaire sacrificielle, que ce soit chez les nazis ou les fascistes mussoliniens ou chez les pétainistes français ou chez les staliniens ou les maoistes,etc.

Le communisme étant enterré, la distinction droite -gauche étant de plus en plus brouillée par l'apparition des politiques économiques de socialisme libéral d'un côté, et de social capitalisme de l'autre, le processus de globalisation économique et médiatique poursuivant son renforcement planétaire;il faut bien trouver un bouc emissaire pour le montrer du doigt et commencer à batir formellement une actualisation de l'idéologie partisane de l'exclusion.

Les sociétés arabo-musulmanes de par leurs marquage culturel, de par leur histoire tumultueuse avec l'occident depuis plus de 6 siècles ( à compter de reconquête hispanique de l'andalousie), de par leur situation géopolitique et géostratégique dans les jeux de puissances occidentales, se sont prétées, avec ineptie et betise malgré elles, les flancs à ce rôle de bouc emissaire aujourd'hui.

Il n'ya pas péril, et il n'y'aura jamais péril en la maison " France ", tant qu'on agira avec sagesse, intelligence et équité.

Ce péril vert tant redouté n'existe que dans une manipulation et manigance politicienne, qui a pour objet l'agitation chaque fois de spectres pour ameuter l'opinion et la diriger ensuite a son gré.

Où est ce péril pour des pays qui s'entredéchirent en intra muros et entre eux, et avec une comptabilité macabre effarente : guerre Iran-Irak, 1 million de morts; guerre civile en Algérie, 200 000 morts; etc.

Des pays où les pouvoirs en place sont tous illégitimes et ne se maintiennent que par des régimes déspotiques et dictatoriaux assis sur la rente minière, la corruption institutionnelle, la propagande politicienne et la repression via la police politique et une armée soumise.

Écrit par : Abraham.dz | 14/02/2006

A dire vrai, je suis étonné par le discours ambiant d'une phobie stigmatisant tout ce qui porte une référence à l'Islam. Cet état de fait mérite bien un programme de recherche de psycho-sociologie et de sociologie de la formation des opinions publiques dans la démocratie française.

Les idéologies de l'extrêmisme (de droite comme de gauche), se sont toujours nourries anthropologiquement de la victime ternaire sacrificielle, que ce soit chez les nazis ou les fascistes mussoliniens ou chez les pétainistes français ou chez les staliniens ou les maoistes,etc.

Le communisme étant enterré, la distinction droite -gauche étant de plus en plus brouillée par l'apparition des politiques économiques de socialisme libéral d'un côté, et de social capitalisme de l'autre, le processus de globalisation économique et médiatique poursuivant son renforcement planétaire;il faut bien trouver un bouc emissaire pour le montrer du doigt et commencer à batir formellement une actualisation de l'idéologie partisane de l'exclusion.

Les sociétés arabo-musulmanes de par leurs marquage culturel, de par leur histoire tumultueuse avec l'occident depuis plus de 6 siècles ( à compter de reconquête hispanique de l'andalousie), de par leur situation géopolitique et géostratégique dans les jeux de puissances occidentales, se sont prétées, avec ineptie et betise malgré elles, les flancs à ce rôle de bouc emissaire aujourd'hui.

Il n'ya pas péril, et il n'y'aura jamais péril en la maison " France ", tant qu'on agira avec sagesse, intelligence et équité.

Ce péril vert tant redouté n'existe que dans une manipulation et manigance politicienne, qui a pour objet l'agitation chaque fois de spectres pour ameuter l'opinion et la diriger ensuite a son gré.

Où est ce péril pour des pays qui s'entredéchirent en intra muros et entre eux, et avec une comptabilité macabre effarente : guerre Iran-Irak, 1 million de morts; guerre civile en Algérie, 200 000 morts; etc.

Des pays où les pouvoirs en place sont tous illégitimes et ne se maintiennent que par des régimes déspotiques et dictatoriaux assis sur la rente minière, la corruption institutionnelle, la propagande politicienne et la repression via la police politique et une armée soumise.

Écrit par : Abraham.dz | 14/02/2006

Il y a tout de même une menace avec AL Quaïda qui a tué à l'aide de ces kamikazes le jour de ce fameux 11 septembre, une menace avec l'Iran. Les propos des musulmans n'inspirent pas à la paix : "Ceux qui affirment que Mahomet était pacifiste sont des menteurs et des incultes. Il a usé de la violence et l'a prêchée" Mohammed Bouyeri, assassin islamiste du cinéaste néerlandais Theo Van Gogh, lors de son jugement - février 2006
En Israel, en Algérie on tue et tous ces assassins font référence à l'islam.
Et puis tous les pays qui se sont inspirés ou qui s'inspirent de la charia sont des gouvernements despotiques.

Écrit par : Fabrice Trochet | 14/02/2006

Ils rejettent la Croix, ils auront le croissant

_____


L’affaire dite « des caricatures de Mahomet » se prête à plusieurs niveaux de lecture et d’interprétation, et ils ne sont pas forcément incompatibles entre eux. À chacun, en tout cas, il y a manipulation, et tant pis pour les esprits forts qui se croient tenus de ricaner d’un air entendu à la moindre évocation de quelque complot que ce soit.

1. Le mahométisme avance ses pions avec un culot chaque jour plus évident. Il ne trouve pas la moindre résistance dans ce ventre mou qu’est devenu l’Occident, et cela ne fait qu’exacerber encore sa volonté féroce d’intégrer enfin celui-ci dans son dar el salam (royaume de la « paix », autrement dit de l’islam régnant sans partage). La publication initiale des dessins humoristiques « blasphématoires » vis-à-vis de l’islam et de son faux prophète par un journal danois remonte au 30 septembre 2005. Pourquoi donc l’« affaire » n’a-t-elle éclaté vraiment que fin janvier, début février 2006 ? Parce qu’entre-temps, les Frères Musulmans – organisation de loin la plus évoluée, donc la plus dangereuse de l’expansionnisme mahométan, animée par un cobra répondant au nom évocateur de Tarek Ramadan – a chauffé à blanc ce qui tient lieu d’opinion publique dans l’Oumma (communauté mondiale de l’islam). Et le piège a fonctionné : devant les premières réactions forcément négatives du monde islamique, des journaux norvégiens – volant au secours de la « liberté de la presse » (défense de rire) – ont repris les caricatures publiées par leur confrère nordique ; puis, comme la mayonnaise montait toujours (c’était couru d’avance, et du reste calculé), il s’est trouvé un journal français soucieux de se remettre à flots (France Soir) pour reprendre à son tour les dessins maudits, corsant ainsi la sauce. Résultat : gigantesque levée de bouclier dans l’Oumma, incendie des ambassades du Danemark et de Norvège en Syrie et au Liban sous influence syrienne, émeutes en Indonésie, graves menaces partout contre la France et ses intérêts, assassinat en Turquie d’un prêtre catholique italien au cri d’« Allah hou Akbar ! », et c’est évidemment très loin d’être fini... Réaction des gouvernements, associations, évêques, rabbins et autres grandes consciences collabos du ventre mou : un baisser-culotte piteux et unanime, donc prévisible, au nom des « droits de l’homme » et du « respect dû à toutes les religions » !... Esprit de Munich, es-tu là ?… « Toutes les religions », tu parles, Charles ! Où étaient ces cloportes lorsque passaient des films injurieux et blasphématoires contre Jésus ou Marie ? Où seront-ils quand sortira la nouvelle saloperie antichrétienne et même antichristique attendue pour le printemps prochain, à savoir la transposition cinématographique du Da Vinci Code, ce livre ordurier dont les millions de copies publiées dans toutes les langues paveront l’enfer après le Jugement Dernier ? Où sont-ils en ce moment même, alors que leur ami l’islam – cette merveilleuse religion d’amour, de paix et de tolérance – opprime et massacre partout dans le monde les non-musulmans, et surtout les chrétiens, qu’ils aient le malheur de vivre officiellement ou non sous le joug de la charia ?

2. N’est-elle pas curieuse, cette initiative de la presse danoise consistant à agiter gratuitement un chiffon rouge devant une communauté musulmane très importante pour un si petit pays ?… N’est-il pas étrange aussi que les presses norvégienne et hexagonale se soient dépêchées de relayer une si énorme « gaffe » ? On aurait voulu exciter la termitière islamiste qui est en train de bouffer toute la maison Europe qu’on ne s’y serait pas pris autrement. Pauvres Scandinaves !… Ces fiers Vikings, devenus luthériens, mais lassés ensuite de l’austérité parpaillote, ont vu leurs mœurs s’avilir peu à peu à mesure que la virilité les abandonnait ; en outre, aveuglés par cette même tolérance qui les avait amenés à jeter leur gourme et leur bonnet par-dessus les moulins, ils ont ouvert en grand les portes de leurs pays à la sauvagerie mahométane, qui commence à s’épanouir chez eux aussi. Il est fort possible qu’on ait poussé à la faute le journal danois par lequel le scandale est arrivé. Au nom, bien sûr, du nécessaire « choc des civilisations » voulu par les néo-conservateurs américains pro-sionistes et leurs chiens courants européens, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel. Pauvres hexagonaux, crétinisés – irrémédiablement, cette fois – par les célébrations du « Bicentenaire » de la chienlit nationale, puis par celles du centenaire des lois de séparation de l’Église et de l’État !… Et promis à un surcroît d’abrutissement définitif par l’institution annoncée d’une Journée nationale de commémoration de l’esclavage, après les incessantes Journées de remémoration de la Shoah, de la Shoah et de la Shoah (dont la chaîne Arte s’est faite la spécialiste hallucinée)… Les pleureuses de la repentance tous azimuts, capables de flétrir dans un même souffle et sans rire l’« homophobie » et l’« islamophobie », n’ont pas fini de faire recette, et la France n’a pas fini de sombrer dans l’amnésie provoquée par le « devoir de mémoire » ! Nous avions touché le fond, et maintenant, nous creusons.

3. On se souvient de l’« affaire du foulard islamique ». Elle avait suscité, en Hexagonie uniquement, l’émotion des « progressistes laïques » (pléonasme), c’est-à-dire la quasi-totalité du magma jacobin qui, dans notre pays, fait semblant de penser, d’informer, de juger et de gouverner comme il le faudrait, mais qui est toujours là – et un peu là ! – pour mettre la vérité sous le boisseau et sous les verrous les derniers imprudents qui la clament. Cette « affaire » montée en épingle appelle l’analyse suivante, que personne ou presque n’a faite, et pour cause. On peut penser ce qu’on veut de l’islam, de son obsession inepte d’une prétendue pureté, de son odieux mépris des femmes, qui le rend tout particulièrement méprisable, et il est même permis de rappeler ici la définition abrupte qu’en donnait saint Alphonse de Liguori : « cette religion dont même les chiens ne voudraient pas »… N’empêche qu’étant donné l’invraisemblable déliquescence des mœurs en Occident, on conçoit que croiser dans la rue à longueur de journée des petites pétasses « de souche » qui se promènent avec des jeans à ras le pubis, des débardeurs s’arrêtant juste en dessous des seins et – entre les deux – un string ostensible (parfois orné de diamants, pour être sûr d’attirer les regards), cela puisse scandaliser ne serait-ce que des indigènes normalement attachés à un minimum de pudeur, de décence et de respect d’autrui (si toutefois ces notions ont encore un sens) ; que l’on songe, par conséquent, à ce que de telles exhibitions représentent aux yeux des colons – inassimilables, et même non intégrables par définition – qu’on a insisté pour importer en masse dans nos pays contre la volonté des peuples autochtones et qui nous arrivent non seulement d’Orient, mais du moyen âge oriental, c’est-à-dire d’un tout autre espace-temps. Les caricatures de Mahomet, c’est la même chose, mutatis mutandis : on croit, ou l’on fait mine de croire que l’on a affaire à des esprits « adultes » capables de rire d’eux-mêmes, de leur propre religion, de leurs propres coutumes avec un humour aussi toxique et décadent que le nôtre, et à la surprise générale, on se plante avec majesté… On a voulu et obtenu la pluriethnicité, le multiculturalisme, le métissage systématiques et obligatoires. On a en prime ce fameux « choc des civilisations » souhaité et orchestré par ceux-là mêmes qui ont conçu et mettent en œuvre le projet babélien de la mondialisation, principal détonateur du choc en question, et il serait naïf d’évoquer, à propos de ces êtres, le gag de l’arroseur arrosé : en mondialisant ainsi à marche forcée, ils savent très bien quel chaos va en sortir et en sort déjà (ne parlons même pas de l’aspect purement économique des choses, de plus en plus catastrophique aussi). Ce qu’ils veulent surtout, c’est en finir avec les religions n’entrant pas dans le moule consensuel qu’exige leur volonté féroce d’uniformisation universelle. Même dénaturé dans le sens des loges par la secte gnostique conciliaire qui occupe et éclipse pour un temps l’Église romaine, même apparemment rallié au projet de « religion mondiale » censée procurer une paix éternelle à tout le genre humain, le catholicisme romain – ou son vestige – demeurait la bête noire des hauts maçons. Il fallait donc achever de l’abattre par une opération en tenaille consistant d’une part à « libérer » les mœurs et à fouailler l’hédonisme, d’autre part à lui balancer dans les pattes l’une des fausses religions les plus immondes qui aient jamais été inventées par le père du mensonge. Lorsque l’islam aura accompli la besogne à laquelle on le destine, c’est-à-dire transformer tous les apostats du catholicisme en dhimmis (pseudo-évêques hexagonaux en tête, cela va de soi), on compte bien se débarrasser de lui à son tour, et la route de l’Antéchrist sera enfin dégagée. On vient donc de mettre le feu à la barbarie islamiste afin de susciter un choc en retour des occidentaux, car on les sait suffisamment jobards pour croire dur comme fer que leur laïcisme d’État et leur crispation aussi veule que suicidaire sur la « liberté de religion » sont capables d’enrayer la marée verte… Comme si la « laïcité républicaine » n’avait pas toujours été exclusivement une arme par destination contre l’Église catholique, et elle seule !… Comme si elle avait de quoi séduire ou impressionner les hordes écumantes qui hurlent partout leur haine de l’Occident et leur frustration de n’avoir pu le soumettre plus tôt… Le réveil risque d’être pénible, en particulier pour les « gays, lesbiens, bisexuels et transsexuels », qui ont le vent en poupe à l’heure actuelle (oh, la ravissante image !), mais dont on ne sache pas qu’ils puissent raisonnablement compter sur le si tolérant mahométisme pour les autoriser à reconstruire Sodome… La stratégie des hauts maçons apparaît limpide à qui connaît tant soit peu leurs manigances multiséculaires : ils font flèche de tout bois pourvu que cela finisse par ruiner le christianisme, d’où la coalition contre nature et forcément éphémère entre d’un côté le rigorisme stupide d’un islam parti à la conquête du monde par le djihad, de l’autre le libertarisme déchaîné, deux ennemis jurés du catholicisme, qui repose à la fois sur l’adoration de la Sainte Trinité et une saine morale naturelle.

Lorsqu’on ne laisse pas Dieu régner par Sa présence, Il règne par Son absence, et le pire châtiment qu’Il puisse infliger à ceux qui Le rejettent, c’est de les abandonner à eux-mêmes, autrement dit à l’abîme.

… Bon, allez, assez de sinistrose, on oublie tout ça ! Le CAC 40 frise les cinq mille points, on peut gagner gros au Loto, et nous aurons les J.O. l’été prochain à Athènes, sans compter le somptueux spectacle de guignols que la présidentielle de 2007 réserve à ces veinards d’hexagonaux. C’est le moment de changer de télé, Raymond !… Et de commander vingt caisses de Heineken ! T’as raison, Marcel, le duel Sarko-Ségolène avec la TNT en 16/9ème entre deux matches du Mundial en Allemagne, faudra pas louper ça !

Écrit par : François | 14/02/2006

Il revient du moyen-âge, avec sa lourde jambe de bois taillée dans la vraie croix du christ, le François?

En retour d'une croisade ratée, en ayant fait crochet au pays des chevaliers teutoniques remplir sa gourde en peau de zébi, d'une dizaine d'hectolitres de mauvaise bière allemande...

De la bière qui fait roter...

Écrit par : Edmont | 14/02/2006

Edmont, tu es dantesque par ta seule impertinence. Tu arbores pourtant le profil austère du buveur d'eau plate. Bien sûr, tout le monde peut se tromper, et tu carbures peut-être au diesel ? En tout cas, tu pèses des tonnes, même si tu es beau comme un camion.

Écrit par : François | 14/02/2006

Mon totem c'est la grosse Bertha!
Par contre mon philtre d'mour est tiré d'un Kubi de Korbièr!!!
Mais c'est seulement quand j'entends parler religion que ça me met l'Edmont à bout!!!

Écrit par : Edmont | 15/02/2006

Tu y viendras ou reviendras pourtant, Edmont. En tout cas, je te le souhaite, parce qu'autrement, tu es hyper mal barré. Demande un peu à Dantec ce qu'il pense de l'appesanteur totale en la matière : il en est bien revenu, lui !

Sur ce, salut, parce qu'il faut que j'aille taillader un ou deux Sarrasins et une paire de Cathares, histoire de me remettre en jambes. Sans oublier de prendre mon tonneau de cervoise à 18° pour la journée, bien entendu ! ;o)))

Écrit par : François | 15/02/2006

Dantec?

Ah oui, le type-guignol avec une hélice sur la tête...

L'hélicoptère semi-intellectuel qui s'essaie au sauvetage en mer des derniers défenseurs de l'occident chrétien!

Justes tombés d'une plateforme de forage que les éléments déchainés viennent d'envoyer par le fond...

Ouais! C'est un boulot plutôt bien payé!

Écrit par : Edmont | 15/02/2006

"Le choc entre les cultures crève les yeux. Y compris en Europe, où la communauté issue de l'immigration explique vouloir conserver ses lois divines : elles interdisent la reproduction de Mahomet, mais aussi la critique du Coran, en dépit de sourates appelant à tuer juifs et croisés."

Comment pouvez affirmer cela à propos de "LA communauté issue de l'immigration",
estce cette communauté se réduitaux 7 ou 8000 personnes qui ont défilé contre les caricatures ?
il y a au sein de cette communauté des avis très divergents, il y a un gouffre qui sépare par exemple les position de l'UOIF et celle d'un abdelwahhab Meddeb,
il y a beaucoup de musulmans qui se sont peut-être senti blessé par certains amlgames sans pour autant prendre position dans le débat sur les caricatures,

et puis il y la majorité qui reste indifférente à ce genre de débats et quine demande qu'à vivre sa religion le plus paisiblement possible dans son pays la France, et qui ne demandent qu'une chose : être regardé d'abord et avant tout comme des individus et non comme des membres d'une communauté, communauté qui n'existe que dans le rêve de certains ou le cauchemar d'autres

Écrit par : combien sont ils ? | 16/02/2006

"Le choc entre les cultures crève les yeux. Y compris en Europe, où la communauté issue de l'immigration explique vouloir conserver ses lois divines : elles interdisent la reproduction de Mahomet, mais aussi la critique du Coran, en dépit de sourates appelant à tuer juifs et croisés."

Comment pouvez-vous affirmer cela à propos de "LA communauté issue de l'immigration",
est-ce que cette communauté se réduit aux 7 ou 8000 personnes qui ont défilé contre les caricatures ?

il y a au sein de cette communauté des avis très divergents, il y a un gouffre qui sépare par exemple les position de l'UOIF et celle d'un abdelwahhab Meddeb,

il y a beaucoup de musulmans qui se sont peut-être senti blessés par certains amalgames sans pour autant prendre position dans le débat sur les caricature.

et puis il y a la majorité qui reste indifférente à ce genre de débats et qui ne demande qu'à vivre sa religion le plus paisiblement possible dans son pays la France, et qui ne demande qu'une chose : être regardée d'abord et avant tout comme des individus et non comme des membres d'une communauté, communauté qui n'existe que dans le rêve de certains ou le cauchemar d'autres.

la nuance doit être de mise dans ce genre de débat. Utiliser des généralisations abusives et des termes aussi catégoriques que "la communauté" ne fait le jeu que des extrémismes de tous les bords.

Écrit par : combien sont ils ? | 16/02/2006

Ils sont l'OUMMA, bonhomme, et ils te feront chier dans ton froc un jour. Surtout si tu les méprises parce que t'as sniffé une ligne de coke en trop.

Écrit par : François | 21/02/2006

Les commentaires sont fermés.