Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2006

Antisémitisme : combat très douteux

Lecture du bloc-notes d’Ivan Rioufol  de ce vendredi toujours aussi impertinent qui en quelques lignes propose une grille d’analyse fondé sur le bon sens.

 

Manifester contre la barbarie

Ce n'est pas seulement l'antisémitisme qui a tué Ilan Halimi, séquestré et torturé durant trois semaines dans un appartement de Bagneux (Hauts-de-Seine) parce que «les juifs ont de l'argent». Le jeune homme a été victime d'une barbarie commise par des brutes ayant atteint, selon un policier, «le degré zéro de la pensée». Il a été victime de la loi du silence, imposée notamment par Yousouf Fofana, qui vient d'être arrêté en Côte d'Ivoire.

Les émeutiers de novembre avaient été excusés pour avoir brûlé des écoles et des bibliothèques. Les belles âmes ne s'étaient pas émues davantage du meurtre d'un père de famille, tué parce qu'il photographiait un lampadaire dans une cité. Cette fois, la civilisation est atteinte, à force d'endoctrinements manichéens et de démissions. Sa défense mérite la mobilisation (à Paris: dimanche, 15 h, place de la République).

Une mort applaudie

«Les Noirs sont là pour tuer les Blancs» : un des propos rapportés cette semaine par la veuve du gendarme Raphaël Clin, tué accidentellement sur l'île antillaise de Saint-Martin. Les témoins se seraient réjouis de l'accident et plus encore de la mort du militaire. Qui s'indigne ?

Interrogé à ce sujet à l'émission "L'invité de RTL" de Jean-Michel Apathie sur RTL  ce vendredi 24 Février François Bayrou a affirmé qu’il en n’avait jamais entendu parler sur une antenne. 

Jean-Michel Apathie : Il y a eu des dépêches et on a entendu - avant-hier, je crois - l'épouse de ce gendarme témoigner.

François Bayrou Et bien, c'est une horreur absolue et qui mérite exactement la même sollicitude et la même attention.

Jean-Michel Apathie : On est obligé de constater, François Bayrou, que cette compassion vis-à-vis de ce gendarme n'existe pas.

Et bien, c'est faux. Pour vous, peut-être, mais pour moi, ce n'est pas le cas. Ce que vous racontez là mérite la même émotion, sauf que, d'après ce que vous dites, c'est un accident qui a duré un moment.

Jean-Michel Apathie : Il a agonisé au bord de la route.

C'est impossible. Vous me le dites ! Vous êtes au micro. Vous êtes journaliste, vous avez vérifié votre information, je pense. Moi, je n'arrive pas à croire que, où que ce soit sur le territoire français - même si c'est loin, à Saint-Martin.

Jean-Michel Apathie : Dans les Antilles.

Je n'arrive pas à croire, et je ne veux pas croire, que des gens aient vu agoniser quelqu'un - quelle que soit la couleur de sa peau - en souhaitant sa mort. Ce que vous dites là mérite que vous le disiez à l'antenne, que vous y alliez. Cela fait des jours que cette information, sans doute, vous l'avez.

On n'a pas entendu un responsable politique du côté de l'autorité de l'État.

Et bien, vous m'entendez !

Il est étonnant et pour tout dire scandaleux que Bayrou se permet de douter de l'agonie de ce gendarme, alors qu'ailleurs il est prêt à manifester pour une autre agonie aussi sordide.
J’ai téléphoné au MRAP (assez facile à avoir d'ailleurs, aucune attente)  à propos de la manifestation de dimanche pour savoir s’il fallait dénoncer aussi le meurtre de ce gendarme. On m’a répondu que le MRAP ne participera pas à cette manifestation car le Front National sera présent. Cette interlocutrice  a  ajouté : « nous sommes sur un terrain glissant ».
Sur ce dernier point elle avait parfaitement raison, je pense qu’exploiter  politiquement ce genre d'affaire est ignoble.

Commentaires

Que Bayrou trouve cela incroyable prouve surtout qu'il ades sources d'informations biaisées (la presse vendue à la pub), ce qui est terrible pour un responsable politique, et qu'il ne sait pas que le mal existe, ce qui est étonnant pour un catholique. L'émotion ne suffit pas, ce qu'il faut c'est de l'action en faveur de la foi catholique, pour éviter la diffusion de la haine raciste.

Écrit par : l'homme dans la lune | 25/02/2006

Zapping de la semaine du 21 au 26 février diffusé sur canal + le dimanche 27 Février

1- Mère d’Ilan Halimi : « (…) Comment dans un pays de tolérance peut-on tolérer cela ? » Shhhh….
2- Président du CRIF : « (…) Dire que les juifs sont riches et faire l’amalgame entre juif et argent est honteux, d’ailleurs la majorité des juifs sont pauvres et vivent en banlieues » Shhhh….
3- Sarkozy : « (…) Il est inadmissible que l’on puisse assassiner une personne en raison de son appartenance religieuse ou de sa race. Quant au caractère antisémite et raciste de ce meurtre il n’est plus à démontrer, des documents salafistes ont été retrouvés » Shhhh….

Dans une autre séquence, qui ne fait pas directement suite à celle-ci, on peut voir, entre autres zapouilles, Patrick Devedjian pris à parti par un journaliste lors d’une interview :
Ce dernier questionne le proche de Nicolas Sarkozy sur la provenance des informations concernant le lien établi entre le bourreau d’Ilan et les milieux islamistes, accusant implicitement le ministre de l’intérieur d’être à l’origine d’une rumeur et Devedjian de l’avoir relayée durant l’entretien. Offusqué, Devedjian rétorque qu’il tient ces éléments de la presse et des médias, comme tout le monde.

Est-il besoin d’être un spécialiste en rhétorique pour comprendre le caractère abject d’un tel montage de la part de canal + ?
Bah ! Sans doute un relent de paranoïa de ma part !

Tout comme lorsque je m’indigne des « incidents en marge » du défilé rendant hommage à Ilan.
Il serait absurde de ma part de penser que le MRAP, et tous ceux qui ont déclarer ne pas vouloir défiler ce dimanche pour cause de présence du FN et du MPF, sont des hypocrites finis qui ne méritent que le mépris.
Fou que je suis de croire en effet que le MRAP accorde plus d’importance à la présence de ses ennemis qu’à la mort d’Ilan, leur prétendu pote auquel il ne faut soi disant pas toucher.
Internement je mérite à affirmer que le Mouvement Raciste Amis des Palestiniens et toute la clique affiliée a, en ce jour du dimanche 27 février 2006, gravé à jamais dans ce fol esprit qu’est le mien, a donc et cela dans une indifférence criminelle désigné le coupable idéal : le racisme incarné par Philippe De Villiers conspué et sorti manu militari du cortège.
Pour les « anti-racistes » militants, Youssouf Fofana n’étant qu’une abstraction il eut sans doute été mieux traité.

Ce renversement de situation vous étonne ? De Villiers : le blanc, le catholique, l’occidental !

Le blanc, le catholique, l’occidental vilipendé le soir même dans l’émission « Ripostes » de Moati où un ramassis de crétins a réussi le tour de passe-passe ahurissant de le rendre responsable de la mort d’Ilan car ce fameux blanc, possesseur des richesses, raciste de fait, évidemment, maintenant délibéremment dans l’inculture des populations immigrées désoeuvrés, ne doit pas s'étonner nous apprend-on que pareils drames alors se produisent.

Voilà comment en une semaine la barbarie a atteint son paroxysme, la mort d’Ilan n’aura pas suffi à rassasier la haine, il aura fallu en plus s’en prendre à sa dignité en fomentant le plus immonde des mensonges : lui coller l’image du bourreau.

D’ailleurs l’intitulé de l’émission « Ripostes » n’était-il pas
« Ilan : la barbarie antisémite ? »
Véridique.
Cela ne s’invente pas.

Jersan Romcho.

Écrit par : Jersan Romcho | 02/03/2006

Interessant commentaire de votre part Jersan. Petite question, pourquoi regarder Canal+ et ses guignols?

J'essaie de projeter dans l'avenir la conséquence des positions qui se dessinent dans la société Française.

La France a une longue histoire de guerres civiles et autres reglements de compte/massacres à grande échelle. Impossible que cela se produise dans notre société éclairée?

J'aimerais en être persuadé. Le conflit en Yougoslavie nous a montré que l'on peut s'attendre à tout. Malheureusement.

Écrit par : Gilles | 04/03/2006

Samedi soir nous avons pu assister une fois de plus à l’entreprise de propagande diligentée par feu Ardisson dont la fonction sur la chaîne publique depuis qu’il anime son émission Tout Le Monde En Parle aura été sans aucun doute d’attiser la haine entre les communautés, entre les individus, de recouvrir la Parole par des monceaux de stupidités, de mensonges et de sarcasmes.
Durant les années TLMEP, ce triptyque destructeur avait certainement pour but de préparer les noctambules à leurs virées du samedi soir : « vidons toutes pensées de ce qu’ils leur restent de cerveau, la nuit et ses excès se chargera d’enfoncer le clou », dans la même lignée et avec le même cynisme que ce dirigeant de TF1, Patrick Le Lay pour ne pas le citer, qui n’hésite pas à dire que plus le programme diffusé vide le cerveau du téléspectateur plus le pouvoir de pénétration de la publicité est grand (à nous de tirer les conclusions qui s’imposent ! cf. http://www.acrimed.org/article1688.html).

Mais il serait faux de croire que l’émission TLMEP relevait seulement du divertissement ou bien même de l’advertainment ; souvent les sujets (mal)traités ne prêtaient pas à rire et auraient mérité que l’on prenne le temps de s’y attarder mais le gimmick propagandiste était bien rodé entre Ardisson et Baffie :
1-Apparition de l’invité sur une ambiance musicale qui préfigure tout le sérieux du sujet à venir (sans ironie de ma part).
2-Pitch d’Ardisson sur l’invité et lancement du thème à (dé)battre (Plusieurs plans sur le visage d’Ardisson dont le masque reflète la gravité du propos)
3-Exposé de l’invité qui s’exprime sur le sujet encouragé par le masque d’Ardisson
4-Intervention du maître de cérémonie qui donne sa vision sur toutes opinions émises par l’invité (ou bien coupe au montage celles qui le dérange).
5-Interventions sarcastiques et/ou déplacés du bouffon Baffie qui détournent l’attention du téléspectateur des propos tenus par l’invité.
6-Rires ou sourires pseudo gênés mais assurément complices d’Ardisson qui cautionne ainsi le leurre et tend à le renforcer.
7-Appariton d’un contre-invité surprise défendant le point de vue d’Ardisson et apportant la contradiction à l’invité (l’effet de surprise étant évidemment une tactique utilisé pour déstabiliser ce dernier), on repasse à l’étape 1, 2, 3 ; Baffie, lui, se fait oublier et la mine grave d’Ardisson approuve chacune des interventions du contre-invité qui gagne ainsi en crédibilité et en qualité d’écoute.

Une pratique de propagandiste, pour s’en convaincre je conseille que trop vivement la lecture de « Ils ont tué la télé publique » par Jean Robin (Editions du Journalisme Continu). Une enquête remarquable, richement documentée sur la télévision française et les dérives du service public. Jean Robin s’attarde longuement sur le phénomène Ardisson en démontant la mécanique ardissonienne mettant ainsi en exergue toute la pourriture du personnage et sa participation à la dissémination pernicieuse dans les médias d’une certaine idéologie malfaisante.
Notons que Jean Robin a sans doute contribué au choix de Patrick De Carolis concernant « l’éviction » d’Ardisson de France Télévisions ce qui a le mérite d’être souligné.

Vous voulez un exemple des idées propagées par Thierry Ardisson ?
Revenons à l’émission TLMEP de samedi soir (24/06/06).
Emilie Frèche auteur de « La mort d’un pote » explique qu’avec la mort d’Ilan Halimi, celle de Sohane et bien d’autres ce sont les années « touche pas à mon pote » et le multiculturalisme qui sont à remettre en cause. Le « vivre ensemble » est donc mis à mal ; cette jeune femme de trente ans évoque également le retour de l’antisémitisme et explique :
« si Fofana le meurtrier d’Ilan est un antisémite qui s’ignore nous ne devons pas ignorer, nous, le caractère antisémite de son crime ».
Les paroles d’Emilie Frèche me semblaient frappées par le sceau du bon sens et ne devoir souffrir d’aucun commentaire. C’était sans compter l’intervention nauséabonde de Péri Cochin…

Avant de continuer arrêtons nous un instant sur Péri Cochin. Journaliste et chroniqueuse chez Ruquier
(« On a tout essayé »), celle-ci fut invitée par Ardisson dans le but de promouvoir la version libanaise de TLMEP – et flatter ainsi le narcissisme égratigné de l’homme en noir ! – qui s’avère être un clone parfait de l’émission d’Ardisson – les ambitions mégalo-narcissiques du sombre personnage sont pathétiques ; quand on pense qu’il met en scène, au cours des dernières émissions auquelles il a droit, de pseudos appels de Patrick De Carolis lors desquels ce dernier lui demanderait de reprendre TLMEP l’année prochaine, on croit rêver ! – avec le détail près que les libanais n'auront pas de
« est-ce que sucer c’est trompé ?» nous assure Péri Cochin…

Péri Cochin, je disais, réagit donc assez vivement aux propos d’Emilie Frèche et commence par minimiser (pour ne pas dire nier !) le caractère antisémite du crime d’Ilan Halimi en sous entendant, tenez vous bien, que Youssouf Fofana et ses acolytes avaient agi seulement pour l’appât du gain allant ainsi à l’encontre des éléments de l’enquête et des propos tenus par les barbares eux-mêmes, terme qu’elle récuse – alors même que « le gang des barbares » se qualifiait ainsi ! relève avec justesse Emilie Frèche – puisque je cite « ce sont des gens comme vous et moi (…) vivant dans une société consumériste (…) les geôliers d’Ilan ont dit aux enquêteurs qu’ils auraient agi dans le but de pouvoir se payer des vêtements », bref elle nous la joue « Ooooh ! pôôôvres petites victimes du système », la boue suintant de sa bouche ne suffit pas à convaincre l’auditoire ? – Jean-Paul Rouve, ex Robins des Bois, invité également sur le plateau, semble toutefois, notons le, minimiser ou nier lui aussi le caractère antisémite de ce crime abominable puisque il précise que
« ces assassins sont des barbares avant tout » – C’est alors que le ridicule se surajoute à la bêtise crasse lorsque Peri Cochin évoque les méfaits des films violents dans les cerveaux des pôôôvres petites victimes ! Devenant de moins en moins soutenable c’est alors le moment que choisi Ardisson pour congédier Emilie Frèche qui n’aura pas pu bizarrement avoir le mot de la fin.

Ce qu’il y a d’étonnant est qu’habituellement lorsque Ardisson n’est pas d’accord avec quelqu’un il ne se gêne pas pour le lui dire, or il fut d’un mutisme total et hormis un invité ou deux sur le plateau personne n’apporta la contradiction à Peri Cochin.

L'objectif est clair : nier le caractère antisémite de la mort d'Ilan.

Ce qui s'inscrit dans la droite lignée de la pensée ardissonienne (voir "Ils ont tué la télé publique")

Vous me direz pourquoi tirer sur un homme mort alors qu’Ardisson est fini, évincé du service public. Et bien tout simplement parce que la « pensée » ardissonienne va perdurer sur France Télévisions avec Ruquier et ses potes, fidèles de l’homme en noir (cf. « Ils ont tué la télé publique » de Jean Robin), et que de fait la lutte contre les faiseurs de non-pensée, les falsificateurs de la vérité ne fait que commencer.


Jersan Romcho

Écrit par : Jersan Romcho | 27/06/2006

Que voilà une analyse basée sur des éléments pratiques d'observation!
En peinture on appelle ça du "trompe-l'œil"!

Ici cela s'appelle du "trompe-pensée"!

Tuer un homme quelqu'il soit est avant tout un assassinat et son auteur doit être jugé et puni pour cela!
Et uniquement pour cela!
Je ne pense pas qu'aucune des religions du livre, puisse s'opposer à ça, puisque la défense de l'humain est, parait-il, à la base des convictions dont ils se prévalent!

Je ne vois pas pourquoi alors, il faudrait reconnaitre à l'une plus de responsabilités qu'à l'autre...

Ce serait admettre qu'une différence fondamentale les divise, cependant que la somme des trois tire ses mêmes arguments des mêmes faits invérifiés...

Écrit par : Edmont | 28/06/2006

Dois je comprendre que vous-même niez le caractère antisémite du crime commis sur Ilan Halimi?
Ou dois-je interpréter votre commentaire comme un refus de l’existence même du crime motivé par le racisme et la haine de l’Autre ?
Auquel cas je suppose que la notion de génocide vous est étrangère…N’est ce pas ?
Soyons clair ce n’est pas seulement la cause juive que je défends en pointant du doigt l’antisémitisme de ces barbares mais bien avant tout l’humain qui est atteint à travers elle.
Mes interventions n’ont pour but que de critiquer les "indignations sélectives" (sur ce thème je conseille la lecture de « France-Intox » de Frédéric Valandré).
En effet je me pose toujours la question de savoir ce qu’il serait advenu si Ilan s’était appelé Mouloud et ses tortionnaires avaient été des « gaulois ».
Dans le contexte (les cendres encore chaudes de novembre 2005), il ne fait aucun doute que le racisme, la xénophobie voire même l’islamophobie eussent été les prétextes de nombreux « débordements », à tort ou à raison, mais accueillis par les média avec certainement plus de compassion que les propos somme toute raisonnables de la jeune Emilie Frèche ne le furent sur le plateau de TLMEP.
Cette logique de « deux poids, deux mesures » est absolument honteuse et commence à devenir particulièrement insupportable en France.
Tout comme Medhi Belhaj Kacem qui pense que les élections de 2007 vont imprimer un virage à droite toute, et ce pour très longtemps. Et il a raison ! Car c’est justement parce que des personnes comme lui auront présenté les racailles comme des victimes qu’ils ne sont pas ; et ce malgré tout le pataquès que l’on aura fait entre autres autour de la mort de deux pingouins qui pensaient échapper à la police en se réfugiant dans un transformateur – une idée aussi bonne que celle d’un hippopotame allant sur la banquise pour se débarrasser du pic-boeuf qu’il a sur son dos ! – afin de les présenter comme « victimes des persécutions routinières subies par qui est basané ou noir en France » (« La psychose française », M.B.K) quant une majorité de français ne voit en eux que des crétins, et ce à juste titre lorsque l’on repense au troisième gus qui après avoir pavané devant les caméras comme une starlette outragée par des paparazzi, se fît coffrer plus tard pour participation aux émeutes.
Au jeu du chat et de la souris t’as perdu mon gars, ai-je envie de lui dire, mais rien à côté des mères de ses soi disant
« potos » et cela à cause des stupidités de la sous-culture des minables.
On retrouve M.B.K en roue libre, si je puis dire, quand il récuse tout argument confondant « l’avidité de la consommation capitaliste » des « jeunes » lorsque celui-ci provient de bourgeois.
Est-ce être bourgeois que de travailler pas loin d’une cinquantaine d’heure par semaine en moyenne pour gagner l’équivalent d’un SMIC (39h.) ?
De fait je pense ne pas être bourgeois, on est d’accord.
Et je n’ai pas pour autant les désirs frustrés de ces énergumènes qui s’identifient à des idoles valorisant le dieu argent et le stupre qui va avec, avec en tête la croyance absolu que rien ne se gagne, que tout se prend.
Combien de mères sont les otages de fils vampiriques qui ponctionnent dans les subsistances de la famille pour pouvoir se payer le dernier Lacoste à la mode estampillé « racaille » ? Oserais-je un jour, au risque de passer pour un menteur, raconter l’hallucinante nuit alcoolisée passée en partie en compagnie d’un vieil SDF délogé (DELOGE!!!) de son nid de misère à coups de jets de bières par trois ou quatre racailles maghrébines frustrées de ne pas avoir pu me foutre sur la gueule et accéder à mon appartement pour y commettre je ne sais quelles forfaitures?
Ai-je pour autant le lendemain de cette sombre nuit pratiquer ratonnades ?
Pouvait-on m’en vouloir d’avoir eu l’idée de nous venger – et pas en allant brûler je ne sais quelles voitures d’innocentes victimes ! – sachant que les menaces qui pesaient sur moi étaient lourdes mais absolument rien à côté de celles subies par Johnny, mon compagnon d’infortune d’un soir que j’ai honteusement abandonné à son triste sort dans les mains de ces triples ou quadruples lâches.
Voyez vous cher Edmont si je vous parle d’Honneur et de Justice, peut-être est-ce parce que je n’entends rien de tout cela dans vos propos relativistes, et que vos commentaires me renvoient au silence que font les têtes creuses remplies de vide lorsqu’elles tombent à terre. A tort ou à raison.

Jersan Romcho

Écrit par : Jersan Romcho | 30/06/2006

Tu dessoûle jamais???

Si tu contines, tu vas nous faire un bon génocide du foie, ou de l'estomac, enfin un truc comme ça...

Ou alors change de boisson!

Cherche quelquechose contenant moins d'amertume...

Écrit par : Edmont | 01/07/2006

Mais oui cher Edmont, ce soir promis je laisse tomber le traditionnel bières-chips-canapé-3/0, m’en vais siroter orangeade et menthe à l’eau auprès de mes congénères sur la place de la Comédie – la bien-nommée – à Montpellier où le grand écran attend patiemment le troupeau. Ce soir, entre deux bouchées de barbapapa et couplets de la Marseillaise, les yeux rivés sur le match qui décidera de l’avenir de notre chère patrie, nous espèrerons en silence que chaque couleur qui compose l’équipe de France apporte sa touche à la victoire. Puisse le Black-Blanc-Beur renaître de ces cendres encore chaudes ! Demain les sociologues d’Etat parleraient alors d’« effet Bioman », du « que du bonheur » de vivre en France, le pays du multiculturel où chacun mérite sa place du simple fait qu’il soit (caillera ou bobo de préférence).
Ce qui me fait penser à notre Président et à son musée du quai Branly.
Le musée du quai Branly, cette musique d’une queue branlée, qui couine à l’Elysée, la bande-son d’un vieux rêvant à la postérité – malgré la réticence qu’il prétendait avoir pour cette tradition monarchique qui consiste à ériger un monument « à sa gloire » –.
Cette volonté de laisser une trace, si je puis dire, de l’idéologie relativiste dont il est le plus fidèle serviteur, aura été grandement relayée par la propagande journalistique qui a insisté subtilement sur la présence future dans ce musée de « la Mona Lisa africaine ».
Cela ne vous aura pas échappé je suppose.

Voilà Edmont, quant à l’amertume sachez que c’est ce qui me vient sur la Langue quand les autres ont perdu ou vendu la leur.

Bon match malgré tout, je n'en doute pas puisque la France va gagner (non! non! je ne suis pas bourré!) .

Écrit par : Jersan Romcho | 01/07/2006

pourquoi parler d'"intervention nauséabonde" de Péri Cochin, et plus précisément pourquoi utiliser le terme "nauséabond" ?? Il s'agit d'un mot devenu très à la mode depuis quelque temps et qu'on nous sert à toutes les sauces.....

Écrit par : chalala | 08/08/2006

Excusez moi cher monsieur, madame, chalala, de vous avoir offusqué en employant ce vocable effectivement très connoté, cela je vous le concède aisément et ne vois rien à ce que vous puissiez me le reprocher ; néanmoins je trouve votre intervention très légère, quelque peu déplacée et, à y regarder de plus près, absolument irréfléchie ; en effet lorsque l’anus-bouche dont est pourvue Péri Cochonne se met à caqueter, je « sens » plus ce qu’il veut dire qu’y comprend grand-chose. D’ailleurs là était le concept de l’émission d’Ardisson : sur les sujets sensibles préférer le ressenti à un débat de fond, faire germer dans les esprits plus qu’une croyance : une sensation ; mieux qu’une certitude : un soupçon.
Rien ne sert de démontrer, mieux vaut insinuer : gain de temps, impacts plus importants, voilà le credo de la junk-tv.
J’affirme et je pense avoir démontré que Périnée Cochin avait et aura pour mission de défendre le « politiquement correct », c'est-à-dire qu’elle communique, à l’instar de ses congénères médiatiques, au profit du pouvoir ; pouvoir détenue par une machine qui refuse systématiquement que les sujets tabous soient mis à jour ; pouvoir de plus en plus autoritaire qui refuse ainsi la parole à quiconque osera proclamer par exemple que Youssouf Fofana est un ignoble antisémite et que le motif du crime infâme qu’il commit sur Ilan n’était pas plus l’appât du gain qu’intelligentes (et la marque d’une société qui se prétend humaniste) les justifications journalistiques qui s’ensuivirent pour expliquer pareilles atrocités.
Lorsque Peri Machin explique que les films (américains, sans doute !) induisent chez les « jeunes » des comportements violents elle insinue sournoisement que la société est responsable du meurtre d’Ilan ; donc que Fofana et ses sbires sont quelque part les victimes de ce drame horrible.

Je demande et poserais la question en ces termes :

Pourquoi « le gang des barbares » et ceux à venir ne suscitent-ils pas le dégoût et l’unanimité quant à la décision d’en finir avec ces animaux ?

Un début de réponse.
Youssouf Fofana, ce nom incarne à lui seul toute la misère du monde, voilà où s’arrête la réflexion des bien-penseurs.

N’oubliez jamais cher chalala, que l’autorité c’est vous-même qui l’incarnait lorsque vous vous arrogez le droit d’ouvrir la bouche pour faire valoir vos considérations d’asthmatiques.

Je le répète, tout ceci sent mauvais, très mauvais et c’est à peine si l’on peut imaginer de quelle béance de tels discours pestilentiels peuvent sortir.
« Nauséabond » est un adjectif qui a souvent été usité par la gauche (assez large la gauche tout de même !) pour qualifier tous discours d’extrême-droite, vous avez raison, et alors ?
Le FN n’a pas le monopole de la puanteur, non ?

Écrit par : Jersan Romcho | 08/08/2006

monsieur romcho,

sans nier le caractere antisemite du crime que vous mettez en avant ... ce crime avant tout un crime à l'encontre d'un francais... qualifier cette atrocité de crime antisémité risque d engendrer des violences entre communautés .... la haine engendre la haine vous en etes l'exemple....

Écrit par : alex | 14/03/2007

Oui mais bien sûr, voilà que maintenant j'incarne la haine...
Dois-je vous préciser que lorsque Fofana commet l'ignoble, je réponds modestement et avec sans doute une certaine lâcheté SEULEMENT par des mots?
De plus où est la haine chez les juifs? Du moins par quels actes de haine la communauté juive a-t-elle réagi suite à la mort d'Ilan?

Une question : lors du jugement de Youssouf Fofana, lorsque sera démontré le caractère antisémite de cet assassinat, demanderez-vous à ce que les médias taisent le verdict? Et pourquoi alors ne pas souhaiter tant qu'on y est que le tribunal ne retienne pas comme circonstance aggravante le caractète antisémite de ce crime ignoble, et ce dans le but d'éviter d'ajouter de l'huile sur le feu qui couve.

Je trouve ce déni de réalité fortement suspect, pour ne pas dire plus, et vous laisser ainsi le bénéfice du doute...

Écrit par : Jersan Romcho | 17/03/2007

Les commentaires sont fermés.