Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2006

Autour de Philippe Muray

La mort de cet écrivain m’a vraiment attristé. Je n’ai pas le courage d’écrire un article sur lui ; d ’autres que moi l’ont d'ailleurs fait. J’ai sélectionné quelques articles.
 

Très bel hommage de Philippe Muray rempli de sincérité et de tendresse  par son éditeur Michel Desgranges .On peut y lire quelques confidences sur le milieu de l'édition

(...)Pour qui a de la fortune, ou un emploi qui lui laisse des loisirs, le souci ne se pose pas ; qui en est dépourvu se cherche alors une situation dans le domaine qu'il croit être le sien : la presse littéraire ou l'édition – il devient un professionnel des lettres, et consacre l'essentiel de son énergie à une stratégie d'entr'aide cauteleuse avec ses confrères du même trottoir : "j'écris un bon article sur ton livre et tu en feras écrire un ejusdem farinae sur le mien par un tel dont je sais qu'il te doit un service" ou "je publie avec une grosse avance ton roman (in petto : un roman de merde) et n'oublie pas que tu es juré d'un prix auquel je présente ma dernière œuvre" – rien de tout cela ne se dit à haute voix : cela va de soi. (Quoique... Un jour, Yves Berger, alors grand manitou littéraire de Grasset, m'invita à déjeuner pour me livrer cette confidence : "c'est désolant, Michel, mais nous ne pouvons plus publier que des auteurs qui peuvent nous rendre des services").

Philippe n'avait ni fortune ni emploi à loisirs rétribués et, même si son œuvre lui ouvrait déjà les portes du milieu (au sens d'Albert Simonin) intello-littéraire, sa simple honnêteté, et un élémentaire respect de soi, lui interdisaient d'être un atome, ou une étoile, d'un univers de compromissions constantes, de trahisons et de jalousies, de mensonges et de flatteries hypocrites...
    Ce qu'il décida fut digne : il fit le choix d'écrire discrètement plus de cent romans policiers populaires assez bêtas et plutôt rigolos (nous nous en amusions souvent) vendus à plusieurs dizaines de millions d'exemplaires (et je pense que tout Français a lu Philippe sans le savoir...) ; cela ne fut pas sans lui coûter de peine, cela lui permit d'être ce qu'il voulait être : un écrivain authentiquement libre.
    C'est sans hésiter que je révèle ainsi non pas tout, mais l'essentiel, du secret du discret Muray avare de détails, car pour moi qui sais combien il lui eût été, socialement, facile d'être l'une des vedettes médiatiques de la France des lettres, ce choix montre l'honneur de l'homme ; si lui n'en parlait pas, ce n'est pas par quelque honte, mais parce qu'il avait la conviction, fortement exprimée dans son œuvre, que tout individu a le droit fondamental de ne dire sur lui-même que ce qu'il estime pertinent de dire.(...)

 
Bel article de Sébastien Lapaque  paru dans L’Opinion indépendante

13:55 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Merci mon cher Fabrice pour ces excellents articles (l'article de Benoit Duteurtre "Muray est une fête" est aussi très bon)

En ce qui concerne les romans policiers, je savais qu'il en avait le goût (cf articles sur Simenon)... Et il est bien possible que nous ayons tous lu du Muray sans le savoir..

Philippe Muray a accompli une oeuvre immense ( les inédits ne feront qu'accentuer ce phénomène) et je vois déjà certains de ses contempteurs d'antan retourner leurs vestes...

Écrit par : Majdar | 11/03/2006

Les commentaires sont fermés.