Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2006

Renaud Camus, « Rannoch Moor - Journal 2003 »

La sortie d’un livre de Renaud Camus constitue pour moi un évènement. Elle devrait l’être aussi pour la critique littéraire mais hélas elle semble l’ignorer ;  pourtant Renaud Camus est certainement l’un des plus brillants styliste de notre époque. Mais de nos jours, une oeuvre est dite bonne ou mauvaise au regard de la morale, des valeurs de notre époque.  « Je déteste mon époque, j’ai horreur de la classe qui y occupe tous les emplois, je trouve l’état de la société intolérable et les valeurs qu’elle chérit le plus fort me soulèvent le cœur. Il aurait été bien étonnant que l’époque, la classe unique aux affaires et la société en place aillent me chercher pour me faire fête. » Hélas les critères de l’esthétique de la langue ne compte plus. De ses écrits on n’a seulement retenu une phrase sortie de son contexte et de plus amputée. 
 
Son journal est toujours aussi volumineux, aussi dense (814 pages) ;  il n’hésite pas à exposer les moindres détails de sa vie jusqu’aux pensées les plus intimes sans s’épargner. Et s’exposer à notre époque comme le fait Renaud Camus, c’est prendre un risque. Il aborde même les relations avec ses amis comme Finkielkraut et Pascal Sevran, ses problèmes d’argent, ses contrats avec ses éditeurs.

Cette année une large place est consacrée à son voyage en Ecosse,  d’où le titre Rannoch Moor emprunté à un coin d'une lande écossaise, où il nous fait découvrir ces jardins, villages, châteaux, maisons d’artistes, églises et ses souvenirs de jeunesse. Renaud Camus aime les vastes étendus parsemées de toute architecture qui puisse enlaidir le paysage.

Pour ceux qui ont l’intention de voyager en Ecosse, ce livre constitue assurément un bon guide certes très subjectif mais néanmoins très libre(L’index des nom de lieux que ce soit des hôtels, restaurant, châteaux, etc, est fort utile). Quelquefois ses considérations historiques sur ces lieux ressemble hélas trop à un guide historique.

Il nous fait part de  ses lectures :  Tocqueville mais aussi Hobbes, Sterne et Platon dans le texte original.

Ce qui est le plus intéressant dans ce livre ce sont toutes les réflexions sur la déliquescence de la société, la dégradation de langue et les mutations du vocabulaire. On n’ose plus nommer les choses, on ne peut plus dire toute vérité factuelle qui ne convient pas à l’idéologie dominante. Renaud Camus écrit dans une langue admirable ce qu’on ne peut  plus penser. 


 

Renaud Camus, « Rannoch Moor - Journal 2003 » (Ed. Fayard)

17:05 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Littérature

Commentaires

Comment aimer cette époque figée dans la grandiloquance des principes et niant l'évidence des faits ?
Pour moi, c'est terminé ... Je ne l'aime plus ... Et tous mes écrits en souffrent.

Écrit par : Jean Christophe Bataille | 13/06/2006

Cette très jolie critique donne envie de lire Renaud Camus.

Mais, je me permets de répondre à Jean Christophe Bataille au sujet de la médiocrité de notre époque. Si celle-ci ne vaut rien, nous n'en aurons que plus de mérite à réussir à la faire changer. A vaincre sans péril on triomphe sans gloire.
Armez-vous Monsieur Bataille ! Affûtez votre plume, aiguisez-là finement. Elle n'en transpercera que plus facilement le poitrail de l'ennemi. Nourrissez-là de la meilleure encre, celle qui empoisonne le méchant mais revigore le lecteur.
Et nous serons nombreux à faire de même, à nous rendre dans la plaine pour des combats épiques où l’époque tragique s’effondrera sous les coups fatidiques de nos justes écrits.
Alors, surtout ne baissez les bras, rejoignez la rébellion, ceux du verbe libre.
La guerre sera rude mais la gloire sera au bout du chemin.

Écrit par : Stephane | 15/06/2006

Les commentaires sont fermés.