Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/07/2006

Elisabeth Lévy virée de France-Culture

David Kessler,le patron de France-Culture, a décidé d'arrêter l'émission d'Elisabeth Lévy, 'Le premier pouvoir",consacrée au médias et qui rencontrait un franc succès.


Diffusée le samedi matin de 8h10 à 9h, l'une des meilleures audiences de la station, "Le Premier pouvoir", consacré aux médias, décortiquait chaque semaine le fonctionnement de ce "contre-pouvoir devenu pouvoir à part entière".

Joint par téléphone par Le Quotidien Perm@nent novelobs.com au sujet des motifs de sa décision, David Kessler avance qu'une "émission hebdomadaire sur les médias ne permet pas d'entretenir un rapport rationnel à l'actualité, et se trouve nécessairement prise dans le tourbillon de l'immédiateté". "Je reconnais que cette émission était très écoutée, ajoute le directeur de la station. Mais l'audience n'est pas le critère essentiel de France-Culture.
Notre priorité est la cohérence des programmes et la définition des sujets qui ont de l'importance. Il y a des sujets dont on ne parle jamais: l'économie de la culture, par exemple. Je compte y remédier prochainement."

Assez étonnant ! Une journaliste virée alors qu’elle faisait de l’audience. C’était peut-être là le véritable objet de ce licenciement. Elisabeth Lévy était l’une des rares voix à réaliser une véritable critique des médias, à faire entendre un ton différent idéologiquement. Elle osait aborder les vrais problèmes dont l’un comme le suggèrait le titre de cette émission : le poids exorbitant des médias. En fait elle était « politiquement incorrect » comme certains disent ; pour parler dans un langage plus clair, elle n’était pas de gauche.

Commentaires

http://culturalgangbang.blogspot.com/2006/07/le-premier-pouvoir-ne-titillera-plus.html

http://www.bigbangblog.net/breve.php3?id_breve=204

Elisabeth Lévy n'est pas foncièrement de droite... ni de gauche d'ailleurs.

Écrit par : CGBi | 11/07/2006

Affirmer qu'Elisabeth Lévy n'est pas de gauche pour finaliser la décision prise de l'évincer de france Inter, me semble être la preuve d'un certain parti-pris idéologique que par ailleurs l'auteur de ce blog prétend constamment dénoncer...
C'est même une contre vérité!

Écrit par : Edmont | 11/07/2006

C'est triste. Une de plus, après Génestar, Ardisson, Fogiel, Zéro, July et tant d'autres moins connus. La présidentielle se prépare... Très triste...

Écrit par : Eric | 12/07/2006

A Edmont

Elle dénonçait la nouvelle censure, l'inculpation du passé, le climat de délation, la hantise de la vigilance, le manichéisme accusateur, la diabolisation des dissidences, la propagande-spectacle et comme le regretté Muray la festivité permanente , toutes ces valeurs défendus par la gauche ; il est vrai aussi par cette droite qui ne se différentie plus de la gauche.

Je vous conseille de lire les maîtres censeurs d'E Lévy.

Écrit par : Fabrice Trochet | 13/07/2006

Encore la chasse aux sorcières...

Bienvenue en Union soviétique où tout est censuré s'il ne convient pas à la doctrine officielle !

Écrit par : Stephane | 14/07/2006

Au fait, y a t-il d'autres angevins ou proches voisins, sur ce blog ?

Écrit par : Stephane | 14/07/2006

Ces valeurs ne font plus débat, la gauche comme la droite se sont laissées emporter par la disparition du Réel.

Le secrétariat aux droits des victimes!!! La gauche aurait rêvé de l'inventer!

A vrai dire la bienpensance est partout à gauche à droite et ailleurs, chacun a ses thèmes (sans papiers, fonctionnaires).

On peut quand même dire que vous êtes plus prompt à dénoncer les abus de la bienpensance dite de "gôche" que la censure exercée par les capitaines d'industrie (Genestar...)... Les deux faces d'une même médaille.

Écrit par : Daryl | 14/07/2006

Oui c'est exact, la bien_pensance est partout : à droite comme à gauche.
"On peut quand même dire que vous êtes plus prompt à dénoncer les abus de la bienpensance dite de "gôche" que la censure exercée par les capitaines d'industrie (Genestar...)." Exact aussi car peu ose dénoncer les abus de la bienpensance dite de "gôche" . Et concernant Genestar, je ne lis pas Paris-Match et les quelques papiers que j'ai pû lire de lui chez le coiffeur sombraient aussi dans la bien-pensance. Et puis a vrai dire cette revue est plutôt de droite, une droite bourgeoise, une droite bien-pensante. Genestar n'a rien à voir avec le cas E. Lévy. C'est d'ailleur ces patrons friqués tel Edouard de Rothschild qui investit dans son journal préféré : Libé (le journal des bobos, des cadres sup).

Écrit par : Fabrice Trochet | 14/07/2006

Lagardère a réussi à faire de Genestar un martyr... C'est fort.

Le fait est que les capitaines d'indutries ont investi dans la presse droite ( Le Point, Le Figaro, Paris-Match) comme de gôche (Libé, Le Monde).

Ce qui sépare ces journaux c'est une infime ligne sociétale... Libérale-libertaire comme dirait Clouscard pour les uns plutôt "ultralibérale" comme les autres.

Exemple au moment du scandale des stock-options (Zacharias, Forgeard...), le Point nous livre un numéro sur les tricheurs du chômage fondé sur des supputations (les tricheurs existent mais ils sont tellement forts que même l'OCDE ne peut pas les voir)....

Chaque jour la presse de droite nous martèle que les fonctionnaires sont la plaie de notre nation tandis que celle de gôche nous explique que le mariage gay est urgent et que régulariser les sans-papiers est prioritaire.

Elisabeth Lévy de Droite?? Vous vous empressez de la mettre dans ce camp, aux dernières élections elle a voté Chevenement... Elle n'est pas non plus pour Sarkozy qu'elle a coincé lors d'un Culture et dépendances avec le fameux "Je me sens étranger dans mon propre pays".

Écrit par : Daryl | 14/07/2006

J'ai dit qu'elle n'était pas de gauche et à vrai dire vous avez raison elle n'est pas du côté de la droite sarkozienne. Je sais qu'aux dernières élections elle a voté Chevenement soutenu par des souverainistes de gauche comme de droite. Chevénement est justement celui qui a voulu briser la ligne de séparation entre la droite et la gauche.

Écrit par : Fabrice Trochet | 15/07/2006

Si l'on se fie à ses propos et non à ses actes, il ne fait aucun doute que Chevènement est de gauche. Que des souverainistes de droite l'aient soutenu ne fait pas de lui un homme politique de droite - à moins de raisonner comme un vulgaire stalinien.

Ecoutez donc causer Chevènement... "République... laïcité... Nation... "... Autant de valeurs de gauche.

La droite n'a accepté la République française que très tardivement et à contre-coeur. D'ailleurs, pour empêcher l'instauration en France d'une République sociale, la bourgeoisie n'a jamais hésité à faire preuve de la plus extrême cruauté (cf. révolte des Canuts, journées de juin, Commune...). La droite s'escrime aujourd'hui encore à supprimer le peu de contenu social qu'il reste à notre République - cette dernière étant de plus en plus bananière et islamique.

Que la laïcité ne soit pas une valeur de droite, je ne crois pas qu'il soit encore nécessaire de le démontrer (le chrétien Sarkozy s'en charge).

La Nation n'est pas un concept auquel les réactionnaires sont attachés, tout au plus peuvent-ils l'utiliser à des fin purement tactiques (c'est ce que fait le borgne, par exemple, avec un certain talent).
Déjà, durant la Révolution française, les réactionnaires préfèraient l'invasion de la France par les armées monarchistes à l'instauration d'un nouveau régime.
En 1871, craignant une révolution sociale, la bourgeoisie s'est réconcilié en un temps record avec la Prusse : le nationalisme, le patriotisme étaient, là encore, du côté du prolétariat.
Rappelons nous aussi que, pour Charles Maurras, la chute de la République et l'accession de Pétain au pouvoir ont constitué une "divine surprise".
Plus récemment, Sarkozy s'est illustré par ses dires et écrits hostiles à notre devise nationale (dont il faudrait, selon lui, retirer le mot "égalité") et à notre modèle social, ainsi que par ses prises de position en faveur de l'américanisation de la France (communautarisme, religion, sionisme et, également, politiquement correct (notamment via la "discrimination positive")).

Écrit par : megacatastrophemondiale | 15/07/2006

Megacatastrophemondiale, comme le bon vin, vous vous bonifiez avec le temps (vos réflexions rejoignent un peu celle de Zeev Sternhell dans "Les antilumières")

Vous ne cédez pas à la mode des blogues, peut-être est-ce pour garder une pertinence dans l'analyse grâce à des articles ciselés et de longue haleine...

Vous savez où me trouver....

Pour en revenir à notre discussion, l'excellent Paul Thibaud a envoyé cette missive à Libé:

http://www.liberation.fr/opinions/rebonds/193289.FR.php

Elisabeth Lévy n'en finit plus d'être virée de la radio.

http://www.bigbangblog.net/breve.php3?id_breve=204

Dans les commentaires, un message d'Elisabeth Lévy herself... Elle a en tout cas mon soutien de droite ou de gauche...

Elle confesse qu'elle n'est plus chevenementiste... Bayrouiste alors comme JF Kahn??

Écrit par : Daryl | 16/07/2006

Bon sang, il y a pleins d'anarchistes conservateurs ici !

Écrit par : Stephane | 17/07/2006

Des anarchist tories comme le disait Orwell....

Écrit par : Daryl | 18/07/2006

Où l’on voit que le caractère dérangeant d’une chose dépend de son environnement :

Un journaliste de gauche à Valeurs Actuelles, ce serait dérangeant. Un journaliste libéral au Monde diplomatique, ce serait dérangeant. Un journaliste
altermondialiste sur TF1 ou une émission économique prolibérale sur Arte, ce serait dérangeant. Mais aucun média ne veut, in fine « déranger » son public.

Les milieux boudivins/altermondialistes se mobilisent contre le déplacement del’émission de Daniel Mermet, vu comme le dernier bastion « alter » sur un France
Inter en voie de droitisation avancée, mais ne défendent pas E. Lévy qui n’est pas de leur « couleur idéologique » (E lévy serait plutôt nationale-républicaine, à la
Chevènement), et qui fait tâche dans un France Culture relativement à l’identité monocolore, identité dont David Kessler est le garant.

Écrit par : Guillaume | 18/07/2006

Une bande clowns (tristes), vous n'êtes qu'une bande de clowns qui attendez une catastrophe pour virer dans la "collaboration" (etdes vrais valeurs!)...Des guignols comme vous , il y en avait plein les salons" dans les années '30! Ils ont finis suceurs de bitte de Pétain...
La France moisie (et eternelle) encore et toujours...

Écrit par : jes | 24/07/2006

jes est un bel exemple des collabos d'aujourd'hui qui ont ceci en commun avec leurs devanciers de 40/44 le goût de l'insulte sexuelle et l'aveu de leur vacuité intellecteulle devant toute critique

Écrit par : Pandantag | 04/08/2006

Ah j'oubliais un autre point commun que les nouveaux collabos de la France gaucho ont avec leurs homologues de la Révolution Nationale dorioto-déatiste, c'est l'antismétisme généralisé qu'ils ont d eplus en plus d emal à dissimuler derrière leur amour immodéré de toutes les plus sales dictatures de la planète.

Écrit par : Pandatag | 04/08/2006

C'est dans le picon-bière que Pandatag puise son inspiration!

Au bout de trois en général on vomit, l'animal doit en être au quatrième...

Écrit par : Edmont | 04/08/2006

Votre commentaire ne fait pas aussi avancer le débat.

Écrit par : Fabrice Trochet | 05/08/2006

Les commentaires sont fermés.