Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2006

Benoît XVI condamne la violence : les médias et les islamistes indignés

medium_Benoit-XVI.jpegTriste époque ! Un pape condamne la violence commise au nom d’une religion, aussitôt les médias s’enflamment ou plutôt attisent le feu en interprétant des propos au pape qu’il n’a pas tenus. Les médias français toujours d’une extrême légèreté n’avaient pas l’air d’avoir consulté le texte original. D’ailleurs il a fallu attendre presque une semaine pour que ce texte ( traduction de ce discours du pape en intégralité disponible ici ) tant controversé soit divulgué dans un journal et ce dans la Croix du lundi 18 septembre qui a été épuisé très rapidement.(Cela prouve aussi que les français recherchent la vérité et sont en attente d’un vrai journal.) Heureusement qu’Internet est là. Encore une fois comme à l’époque du texte sur le projet de la Constitution européenne, c’est sur le net tant décrié par les médias français que nous avons pu lire les meilleurs analyses. Pourtant les journalistes professionnels ont le toupet de toujours s’interroger sur la perte de leur crédibilité auprès du public. Ce dernier n’est pas dupe. Nous savons tous que la caste journalistique essaye de manœuvrer l’opinion. Elle se fait l’écho des bruits les plus tendancieux.

Les réactions de bon sens sont venus là où on pensait ne pas l’entendre.
Lionel Jospin sur Benoît XVI au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro:
"Doit-il s'excuser ? Je pense que non. Il est paradoxal qu'une partie de ceux qui demandent des excuses sont ceux qui, par ailleurs, menacent et trouvent légitime d'utiliser l'islam au nom de la violence. On n'a pas de raison de s'excuser devant ces gens-là, même s'il faut éviter de froisser les musulmans".
Interrogé sur France Inter vendredi 15 septembre, l'écrivain italien Umberto Eco a estimé qu'"à propos du discours du pape, on a joué le même jeu qu’avec les caricatures danoises. Un petit épisode est déformé pour déclencher un mouvement gouverné par des fondamentalistes. Le pape aurait pu énoncer le théorème de Pythagore, et il y aurait eu quelqu’un capable de démontrer que c’était une attaque raciste".

L’étonnant avec les médias est la différence de traitement qu’ils font entre la religion catholique et l’islam. Alors qu’ils traquent la moindre parole du pape ou des prélats catholiques qui pourrait être un dérapage, avec l’islam les médias se comportent d’un toute autre manière ; ils essayent de trouver une parole démontrant que c’est une religion d’amour de tolérance et de paix (RATP).

Ainsi toutes les exactions commises au nom de l’islam sont censurés.
Des églises brûlent au Nigeria, des populations chrétiennes et animistes sont massacrés au Soudan et en Indonésie, des violentes agressions sont commises contre les Coptes en Egypte, des chrétiens sont tués ou emprisonnés sous prétexte de blasphème au Pakistan, en Arabie Saoudite....

Même en France les nombreux actes de vandalisme visant des églises ou des cimetières catholiques ne sont pas divulgués. Dimanche 20 août l’église d’Osny (selon le Parisien de l’édition local du Val-d’Oise, l’hypothèse du geste criminel ne fait aucun doute) a été incendiée ; cela n ‘a pas suscité de protestations officielles comme c’est le cas lorsqu’il s’agit de mosquées ou de synagogues. Deux poids, deux mesures.

Qu’en des siècles d’obscurantisme, l’Eglise se soit comporté comme une brute à l’égard de ses semblables, cela pourrait à la rigueur s’excuser, mais qu’en un siècle de lumière et de soit-disant progrès, les mêmes faits se reproduisent de la part d’une autre religion, voilà qui ne peut que révolter la conscience de tout homme libre.

Commentaires

Vous faites bien de souligner dans cet article l'anticléricalisme jusqu'auboutiste qui ignore les exactions musulmanes mais s'entête à critiquer le Pape.

Écrit par : stephane | 21/09/2006

Je viens d'un autre blog et ai suivi le lien jusqu'ici pour lire ton commentaire qui est je le reconnais trés interessant..
Ces quelques réactions de lionel et de umberto m'etaient inconnues.... mais combien juste....
C'est vrai qu'il faut sortir du journal télévisé ou des torchons papiers pour trouver qq réactions intelligentes...
Cela dit, juste pour terminer, je suis athée comme pas mal de gens mais respecte les croyances de chacun.... mais malheureusement, ayant vécu dans pas mal de pays musulmans...( niger, arabie, tchad, djibouti... et j'en passe)... c'est la seule que je ne puis respecter du fait de ses différentes interpretations jusqueboutistes et malléables a souhait..... DE toute façon.. on a peur du monde musulman... on le ménage....
cordialement

Écrit par : ano et nyme | 21/09/2006

"Qu’en des siècles d’obscurantisme, l’Eglise se soit comporté comme une brute à l’égard de ses semblables, cela pourrait à la rigueur s’excuser, mais qu’en un siècle de lumière et de soit-disant progrès, les mêmes faits se reproduisent de la part d’une autre religion, voilà qui ne peut que révolter la conscience de tout homme libre."

--> Il y a une faille dans le raisonnement, là... L'abjecte secte chrétienne ne s'est pas seulement "comporté comme une brute à l'égard de ses semblables" durant "des siècles d'obscurantisme" (dont elle ne serait en rien responsable??!!). C'est faire preuve de bien trop d'indulgence à son égard que de présenter les faits ainsi.

La vérité c'est que la religion chrétienne, en tant que pute au service des monarques, a propagé autant qu'elle a pu cet obscurantisme. Et si, aujourd'hui, la France n'est plus une monarchie de droit divin, c'est essentiellement parce que le peuple français a su, lors d'une des plus belles pages de son histoire, guillotiner son roi et vaincre les armées contre-révolutionnaires qui lui venaient en aide.

Si notre Nation avait attendu les consignes de la racaille cléricale pour éradiquer l'absolutisme royal, on serait aujourd'hui encore sous le joug d'un Louis XXVII, d'un Charles XIX ou que ne sais-je...

Écrit par : megacatastrophemondiale | 22/09/2006

Je ne sais pas si c'est une provocation.
Il existe d'autres pays qui se sortent aussi bien que la France alors qu'ils ont une monarchie (Danemark, Belgique, Royaume-Uni, etc).
Si nous serions sous un Louis XXVII ou 'un Charles XIX , rien ne prouve que cette monarchie serait plus anti-démocratique que notre régime actuel.Le pouvoir démocratique peut exister sous n'importe quelle sorte de gouvernement.
Cette armée révolutionnaire a commis un génocide en Vendée que l'on oublie trop souvent.
En ce moment les régimes aux mains des islamistes sont plutôt des dictatures, c'est cela que je déplore.

Je crois que nous n'avons pas du tout les mêmes points de vue ; je ne pensais pas qu'une personne citant Elisabeth Lévy pouvait avoir des idées aussi éloignées des miennes. Chacun a ,il est vrai, sa propre grille de lecture.

Écrit par : Fabrice Trochet | 22/09/2006

Il se trouve que le pape est mieux écouté chez les imams qu'ailleurs!
Etonnant non?

Je pense que la vérité est là!
Il a perdu son auditoire préféré et il cherche à le retrouver pour s'opposer à son ennemi historique sans être ridicule!
(cf Staline: le Vatican? Combien de divisions?)

Islam/Christianisme: même combat!

Mais bon, la Terre est encore ronde mais pas pour longtemps avec le Benoit! Déjà qu'avec Darwin...Hum!

Faudra rallumer le grand Phare qui peut éclairer les hommes, avant que tous ces fous nous entrainent dans l'obscurité

Écrit par : Edmont | 22/09/2006

"La vérité c'est que la religion chrétienne, en tant que pute au service des monarques, a propagé autant qu'elle a pu cet obscurantisme."
Hum...Comprendriez-vous si je vous disais que c'est exactement l'inverse? Que c'est le monarque qui était au service de la religion.
Pas certain.

"Mais bon, la Terre est encore ronde mais pas pour longtemps avec le Benoit! Déjà qu'avec Darwin...Hum!"
Edmont, sa sainteté le pape Benoît XVI a dit le contraire de ce que vous affirmez et ce justement dans le discour qui a tant indigné la communauté musulmane.

Écrit par : Jersan Romcho | 22/09/2006

"Hum...Comprendriez-vous si je vous disais que c'est exactement l'inverse? Que c'est le monarque qui était au service de la religion.
Pas certain."

--> Donc le maquereau c'était l'Eglise, selon vous? Soit... Dans ces cas là, celui qui jouait le rôle de la pute, c'était le monarque. Mais cette précision que vous apportez, pour utile qu'elle soit, ne rend pas moins méprisable le couple société de classes/religion.


Par contre, je suis absolument d'accord avec le commentaire de Edmont. Islam, christianisme : même combat. Il aurait même pu continuer la liste : judaïsme, hindouisme, et caetera.

Écrit par : megacatastrophemondiale | 23/09/2006

"Etonnez-moi,Benoit..."

Pour ce faire il aura fallu pas moins de 400 ans pour reconnaitre que la terre était ronde!

J'en suis tout retourné!
Pas grave je pivote sur mon axe...
Comme une danseuse sur sa pointe...

Par contre, les nouvelles forces de l'Axe, qui gravitent autour de Ratzinger(encore que, pour eux, ce qui les retient au sol serait plutôt leur tête de plomb plutôt que la force gravitationnelle) s'efforcent de remettre en cause toutes les théories évolutionnelles... elles... elles... elles... elles...

Mon disque se raye...

Écrit par : Edmont | 23/09/2006

Mon disque d'accrétion, bien sûr...

Mais tout le monde avait compris!

Écrit par : Edmont | 23/09/2006

Je vous dit que vous commettez une erreur monumentale à mettre l'Eglise catholique et les créationnistes évangélistes dans le même panier.
Mais bon vous n'êtes pas à quelques contre-vérités près.
Et puis relisez ou plutôt lisez le discour prononcé par le pape et vous comprendrez la teneur de mes propos au lieu de prendre bêtement au pied de la lettre les mots de mon précédent post.
Plus que pivoter comme une danseuse, vous commencez à tourner en bourrique...
Quant à vous megacatastrophemondiale votre discour de farouche laïque vous amène à ne même plus reconnaître les différences fondamentales qui distinguent les religions.
Notamment reconnaître que lorsque l'Eglise vous fout la paix, l'islam, lui, souhaite une seule chose vous voir mort ou dhimmi si vous ne vous êtes pas encore converti.

Écrit par : Jersan Romcho | 24/09/2006

Je tiens à souligner l'excellente émission de Philippe Meyer l'esprit public sur France-Culture qui a traité cette semaine de ce sujet. Les invités : Max Gallo, Jean-Louis Bourlanges,Yves Michaud, Michaela Wiegel


Voici l'introduction sur le site de FC
http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/esprit_public/

"Les propos tenus par le Pape dans son discours sur la Foi et la Raison prononcé le 12 septembre dans le grand amphithéâtre de l’Université de Ratisbonne en Bavière ont provoqué un tollé dans une partie du monde musulman. Benoît XVI, s’interrogeant sur la notion de guerre sainte a en effet cité un dialogue datant de 1391 entre l’empereur byzantin Manuel II Paléologue et un Persan. Au cours de cet échange, le premier fait cette réflexion au second : « montre-moi donc ce que Mahomet a apporté de nouveau, et tu y trouveras seulement des choses mauvaises et inhumaines, comme son mandat de diffuser par l’épée la foi qu’il prêchait. »

Bien que la pratique de l’Islam ne soit pas au centre de la réflexion proposée par le pape à Ratisbonne puisque son propos est le rapport entre la Foi et la Raison, il oppose assez nettement les constructions théologiques du christianisme et de l’Islam. Le dialogue qu’il a cité lui sert en effet à illustrer la filiation directe entre la pensée grecque, où le Logos est dominant, et la théorie chrétienne qui aboutira, avec la philosophie des Lumières, au triomphe de la Raison. A l’inverse, il rapporte les propos de Manuel Paléologue selon lequel, dans la doctrine musulmane, « Dieu est absolument transcendant », c'est-à-dire que la Foi justifie tout, même le déraisonnable, et donc, la violence.

Le raisonnement du Pape ne s’arrête cependant pas à cette schématique dichotomie qui sert de départ à sa réflexion. Le théologien qu’est Joseph Ratzinger, explique la progressive déshellénisation du christianisme et en arrive à la conclusion « qu’une raison qui reste sourde face au divin et qui repousse la religion dans le domaine des sous-cultures est incapable de s'insérer dans le dialogue des cultures. » Ainsi, son discours, pris dans sa globalité est une invite aux échanges entre les cultures et les religions, soit l’inverse de ce qu’en ont retenu ceux qui, en Turquie, au Pakistan, en Indonésie, en Irak, en Jordanie et dans divers pays européens dont la France ont appelé à des manifestations hostiles et réclamé des excuses publiques au Pape. Celui-ci a exprimé ses regrets dimanche dernier au monde musulman pour les remous occasionnés par ses déclarations, déclarations qui ont semble-t-il servi de prétexte au meurtre d’une religieuse italienne en Somalie."

Écrit par : Fabrice Trochet | 25/09/2006

J'ai ajouté un petit article sur mon blog qui devrait tous vous interesser... http://avenirdufutur.hautetfort.com/

Écrit par : stephane | 25/09/2006

Entièrement d'accord avec votre article.
Le plus cocasse aura été d'entendre Les Guignols de l'Info demander des excuses au PApe. Eux qui ne se sont jamais privés de dessouder l'Eglise ont du mal à traiter les religions sur un même pied.

Écrit par : Gabriel Fouquet | 26/09/2006

A ce sujet, je rejoins Edmont et Megacatastrophemondiale, même si je vous accorde volontiers que concernant les railleries religieusement incorrectes, voire certains actes violents, il y a souvent, de fait, deux poids, deux mesures. Quelle merde. Pardon pour cet élan de colère.

Écrit par : Cosmic Dancer | 27/09/2006

Gabriel Fouquet, vous n'êtes pas très assidu aux Guignols!
J'ai quand même l'impression qu'ils désacralisent autant à droite qu'à gauche, autant christ que mahomet...

Y'aurait que Yahvé qui serait un peu épargné...

L'accusation d'antisémitisme aggravé fusant de partout...

On a les associations anti-racistes qu'on peut!
Hi hi hi...

Écrit par : Edmont | 27/09/2006

Ecouté hier la nouvelle émission de France-culture dont j'avais déjà parlé Du grain à moudre http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/grain/fiche.php?diffusion_id=45622

Interessant et inquiétant car même le musulman soit-disant modéré Rachid Benzine n'a pas voulu condamné la violence auquel se réfère les islamistes pour justifier leurs actes meurtriers.

Écrit par : Fabrice Trochet | 28/09/2006

Voilà où mène le manque de courage ... La lacheté se paye un jour ou l'autre. Quand Hitler s'armait, personne ne voulait voir la guerre arriver. La situation est pourtant préoccupante en Europe à l'horizon de 10 ans. Seule les américains ont déjà anticipé les futurs conflits de religion (sous quelle forme ?) qui se préparent dans le monde occidental. Le pire c'est que c'est l'amérique qui a soufflé sur les braises ...

Écrit par : Jean Christophe Bataille | 28/09/2006

Et ça continue
Robert Redeker, le professeur de philosophie qui avait publié une tribune virulente sur l'islam le 19 septembre dans Le Figaro, a été menacé de mort et est depuis placé sous protection, a-t-on appris jeudi 28 septembre.Le proviseur du lycée de la banlieue de Toulouse dans lequel il officie a annoncé à ses collègues qu'il serait provisoirement remplacé

Écrit par : Fabrice Trochet | 28/09/2006

Il y a la menace mais aussi cette pensée formatée distillée depuis des années par nos journalistes. Comme vous venez de l'écrire chez moi, il est interdit de dire certaines phrases ou d'écrire certains mots, au risque de faire disparaitre toute objectivité. L'atmosphère est vraiment devenue étouffante pour les gens de plume.

Écrit par : Jean Christophe Bataille | 28/09/2006

J'ai écouté Europe 1 à propos de cette affaire Redeker : le journaliste qui animait cette émission prenait tant de précautions que ça devenait lamentable.

Tout de même un article interessant dans la dépêche suivi d'un entretien avec Redeker
http://www.ladepeche.com/aff_art.asp?Ref=200609281156

Écrit par : Fabrice Trochet | 28/09/2006

Sur le site de l'innocence.
http://www.in-nocence.org/public_forum/public/read.php?f=1&i=25129&t=25129#reply_25129
Message de Robert Redeker à André Glucksman
Cher André,

Bonjour.
Je suis maintenant dans une situation personnelle catastrophique. De nombreuses menaces de mort très précises m'ont été adressées, et j'ai été condamné à mort par des organisations de la mouvance al-qaïda. L'UCLAT et la DST s'en occupent, mais...je n'ai plus le droit de loger chez moi (sur les sites me condamnant à mort il y a un plan indiquant comment venir à ma maison pour me tuer, il y a ma photo, celle des lieux où je travaille, des numéros de téléphone, et l'acte de condamnation). Mais en même temps on ne me fournit pas d'endroit, je suis obligé de quêmander, deux soirs ici, deux soirs là...Je suis sous protection policière permanente. Je dois annuler toutes les conférences prévues. Et les autorités m'obligent à déménager. Je suis un SDF. Il en suit une situation financière démente, tous les frais sont à ma charge, y compris ceux eventuels d'un loyer d'un mois ou deux éloigné d'ici, de deux déménagements, de frais de notaire, etc...C'est bien triste. J'ai exercé un droit connstitutionnel, et j'en suis puni, sur le territoire même de la République. Cette affaire est aussi une attaque contre la souveraineté nationale: des lois étrangères, décidées par des fanatiques criminophiles, me punissent d'avoir exercé un droit constitutionnel français, et j'en subis, en France même, grand dommage.
Amitiés

Écrit par : Fabrice Trochet | 28/09/2006

sur http://www.theonion.com/content/node/46031

Le « Gandhi Musulman » prêche légèrement moins de violence

BAGHDAD- Dans les écoles, les cafés, sur les places de la ville et dans chaque maison, les irakiens discutent désormais de l’enseignement révolutionnaire de l’activiste sunnite Iyad al-Naqib, que certains surnomment déjà « le Mahatma Gandhi musulman », et de ses encouragements à pratiquer des formes de violence « légèrement moins drastiques » contre les infidèles et les croisés.

Connu pour des déclarations aussi révolutionnaires que « un œil pour un œil rendrait tout le monde aveugle, arrachons plutôt un téton pour un œil », al-Naqib, 46 ans, est aujourd’hui à la fois célébré et critiqué à travers le monde arabe pour la radicalité de ses prêches « un peu moins violents ».

Les partisans d’al-Naqib se voient ainsi par exemple recommander de se faire plutôt sauter dans les discothèques le week-end, lorsqu’elles sont moins fréquentées, et d’équiper leurs commandos suicides de grenades plutôt que de ceintures d’explosifs, jugées trop meurtrières.

Ses vues nouvelles ont valu cette année à al-Naqib le Prix pour la Paix au Moyen-Orient, décerné par le gouvernement Yéménite, et attribué tous les ans à une personnalité qui défend « tout ce qui ressemble même vaguement à un début de commencement de paix dans la région ».

« A une époque où le monde arabo-musulman et l’Occident semblent courir vers leur destruction mutuelle, il est rafraîchissant d’entendre enfin une voix de semi-modération

s’élever au milieu du chaos », a déclaré cette semaine Ahmed Sha’lan, connu pour avoir été emprisonné après avoir diffusé des textes d’al-Naqib. « Ses partisans conduisent la révolution par des moyens non totalement violents ».

Ancien avocat, al-Naqib a élaboré ses vues moins-violentes après avoir travaillé plusieurs années à l’ambassade d’Irak à Istanbul, où il avait pu, au cours d’un épisode resté célèbre, résoudre une dispute avec un ambassadeur américain au moyen « d’une grosse droite. » Cette approche semi-violente, qui n’a laissé à sa victime que des séquelles cérébrales moyennement irréparables qui durent cependant être traitées en urgence aux Etats-Unis, a contribué à éveiller al-Naqib au potentiel d’une résistance fondée sur une « violence un peu moins extrême ».

« La violence n’est pas la solution », écrivait al-Naqib dans son désormais célèbre essai publié en 1998 La semiviolence par la pratique. « Elle ne constitue approximativement que 19/20e de la solution. Nous devons cesser d’œuvrer à l’annihilation totale de tous ceux qui s’opposent à nous, mais privilégier l’extermination de seulement certains d’entre eux. Peut-être serait il même désirable d’appliquer une certaine compassion, voir de la pitié, pour les innocents comme les enfants, qui sont encore susceptibles de changer de religion ».

Dans une interview donnée en 2003 au quotidien britannique The Guardian, al-Naqib déclarait que « l’immoralité décadente de la civilisation occidentale » devait être « presque entièrement, mais pas tout à fait, balayée de la surface du globe ».

« Al-Naqib est un grand et puissant penseur » affirme Sha’lan. « Sa doctrine de la ‘moins-violence’ et de ‘l’implication passive dans la violence d’autrui’ résonne dans le cœur de millions de musulmans, et est en train de devenir un extraordinaire élan collectif.

Il ajoute : « Comme le dit Babu (le surnom que lui donnent affectueusement ses partisans), ‘Je dénonce ceux qui tuent en grands nombres, car la mort de quelques-uns, ou même d’un seul s’il est bien choisi, porte mon message fort et loin.’ »

Comme de nombreux opposants politiques qui osent aujourd’hui s’élever contre le chaos ambiant, al-Naqib a payé cher pour son engagement et ses convictions. Il avait été emprisonné pendant deux jours après avoir critiqué les attaques du 11 septembre 2001, affirmant que la destruction de seulement une des deux tours aurait été suffisante.

« Tu dois incarner et porter le changement que tu veux pour le monde », a-t-il coutume de dire. « Je suis prêt à mourir pour défendre ma vision de la moins-violence, mais il n’est pas de cause pour laquelle je sois prêt à tuer 1000 personnes s’il suffit simplement de leur arracher les jambes ».

Écrit par : ralph | 03/10/2006

J'aime bien l'humour, du plus décalé au plus subtil, mais après avoir lu ça, je me dis encore et encore(je me redis quoi!) qu'on ne peut définitivement pas rire avec n'importe qui!

Écrit par : Edmont | 03/10/2006

Ralph, vous m'avez fait mourir de rire et vous en remercie encore et encore (je vous reremercie quoi!).

Écrit par : Jersan Romcho | 05/10/2006

Claude Lévi-Strauss (né en 1908) : « L’intolérance musulmane adopte une forme inconsciente chez ceux qui s’en rendent coupables, car s’ils ne cherchent pas toujours, de façon brutale, à amener autrui à partager leur vérité, ils sont pourtant (et c’est plus grave) incapables de supporter l’existence d’autrui comme autrui. » Tristes Tropiques, 9e partie, xxxix.

« J’ai dit dans "Tristes Tropiques" ce que je pensais de l’islam. Bien que dans une langue plus châtiée, ce n’était pas tellement éloigné de ce pourquoi on fait aujourd’hui un procès à [Michel] Houellebecq. Un tel procès aurait été inconcevable il y a un demi-siècle ; ça ne serait venu à l’idée de personne. On a le droit de critiquer la religion. On a le droit de dire ce qu’on pense. [...] Nous sommes contaminés par l’intolérance islamique. Il en va de même avec l’idée actuelle qu’il faudrait introduire l’enseignement de l’histoire des religions à l’école. J’ai lu que l’on avait chargé Régis Debray d’une mission sur cette question. Là encore, cela me semble être une concession faite à l’islam : à l’idée que la religion doit pénétrer en dehors de son domaine. Il me semble au contraire que la laïcité pure et dure avait très bien marché jusqu’ici. » Visite à Lévi-Strauss, Le Nouvel Observateur, 10 octobre 2002.

Écrit par : ralph | 08/10/2006

Les commentaires sont fermés.