Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2006

16°salon de la revue

Au dernier (16°) salon de la revue à Paris,j’ai pu assister à  un interessant débat entre Vincent Peillon (Membre medium_ptsalon2006.jpgdu courant Nouveau parti socialiste)  et Paul Thibault animé par la revue Le Philosophoire  au demeurant excellente revue. Le thème : La philosophie aujourd'hui: entre sagesse individuelle et idéal politique   J’ai noté quelques propos interessants. 

 Vincent Peillon a abordé le problème de l’Europe dont le principal projet est l’élargissement comme on peut le lire dans les livres scolaires.Paul Thibault : « La France est le pays qui a le plus parié sur la politique. [...]La démocratie a toujours deux faces ;  les mauvais symptômes : obsession de corriger le passé, repentance, etc. L’acharnement contre le passé est passablement triste. » 

Peillon s’est insurgé  à propos de l’affaire Redeker contre le silence de l’Etat où  « pas même un responsable de mon parti » ne s’est prononcé.  «  Il y a une gêne française avec le statut de la religion. »

Paul Thibault  lui a répondu qu’à la fin de sa vie François Furet a dit : « la France est en déficit spirituelle » il voulait dire quelque chose qui assure une identité, un repère dans notre société. Aux Etats-Unis ce qui rassemble est  le nationalisme. 

Vincent Peillon tout cela est remplacé par la religion laïque l’école laïque mais elle est en crise.

Paul Thibault a dit une chose inquiétante concernant les élites qu’il connaît bien :  « les élites méprisent le peuple » 

Je suis plutôt venu pour découvrir des revues car je suis un passionné de revue mais j’en achète de moins en moins. Il y avait un stand consacré aux nouvelles revues. L’intérêt de  créer une nouvelle revue est de  faire place à des courants, à des idées qui ne sont pas ou peu représentés dans les circuits officiels sinon cela n’a aucun sens.  Je constate que l’on voit toujours les mêmes styles de revue . J’aime surtout lire de vieilles revues où les textes étaient très polémiques ; hélas aujourd’hui nous sommes à l’ère du consensus mou et feutré. Il faut des revues qui cherche à dire.

J’ai remarqué tout de même quelques revues intéressantes Bunker (Belle maquette, un ton original) et surtout La nuit, une publication des Éditions Sulliver qui doit paraître prochainement. J’ai pu en  lire les épreuves . On y retrouve des textes d’Irénée D. Lastelle dont j’avais pu lire l’étonnant et  le surprenant Le Scarabée, seuil nucléaire et dissolution , et aussi un texte inédit de Léon Bloy « La revanche de l’infâme » sur la voiture, la vitesse. Voici un extrait de la présentation de cette revue :

 « [...] Si le titre de cette revue fait écho en partie au célèbre Minuit dans le siècle de Victor Serge, il témoigne en outre d'une perte de connaissance et d'un étouffement que trop d'entre nous éprouvent : quand d'autres parlent en lieu et place de chacun, et quand l'écrasement puis le déni des sensations et du langage sous l'effet de l'ordre industriel-marchand conduisent au silence.

Nous avons donc voulu rompre la relative unilatéralité de notre travail d'éditeur en élaborant une revue destinée à réunir des voix la plupart du temps isolées, d'aujourd'hui et parfois même d'hier, et qui pourront être appelées, dans une tâche commune, à instruire une critique utile, centrale, d'une civilisation qui vacille au bord de l'abîme » 

15:10 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : littérature, revue

Commentaires

Le principal défaut de ces revues étant qu'elles sont mal distribuées !
Où peut-on les trouver ?
J'aimerais vivement lire ce texte de Léon Bloy de la revue La Nuit.

Écrit par : stephane | 22/10/2006

Bah, les revues en ligne permettent d'accéder facilement aux textes. Exemple: la revue des Ressources, pour laquelle j'écris des nouvelles.

Écrit par : wrath | 24/10/2006

Beaucoup de revues dont celles mentionnées ci-dessus ne sont pas en ligne. Je préfère d'ailleurs un bel objet que peut être une revue.

Écrit par : Fabrice Trochet | 24/10/2006

"A l’ère du consensus mou et feutré" nous tentons à notre manière de vomir cette "civilisation vacillante", merci de le remarquer.

Mal distribuées parce que en général auto-distribuées !
Si la revue Bunker vous intéresse, rendez-vous sur le site pour plus de renseignements (les commandes en ligne sont possibles...) www.collectif-bunker.com

Le Bunker

Écrit par : collectif bunker | 29/10/2006

Il y avait dans le premier numéro de "la nuit" un article prévu sur Guy Debord ("Guy Debord vu par les comiques") qui a été supprimé.

Écrit par : Ben | 01/11/2006

Peut-être que ce texte ne méritait pas d'être publié car il était tout simplement mauvais ou ce n'était pas dans le style de cette revue qui aime bien le sérieux.

Écrit par : Fabrice Trochet | 01/11/2006

Je pensais pourtant que ça aurait été intéressant de lire leur avis sur les différents imposteurs qui surfent sur la mode actuelle du "situationnisme" et se réclament de Debord jusqu'à l'indécence au-delà des exemples les plus évidents et les plus discrédités (type l'incontournable requin Sollers).

Écrit par : Ben | 02/11/2006

Je pensais pourtant que ça aurait été intéressant de lire leur avis sur les différents imposteurs qui surfent sur la mode actuelle du "situationnisme" et se réclament de Debord jusqu'à l'indécence au-delà des exemples les plus évidents et les plus discrédités (type l'incontournable requin Sollers).

Écrit par : Ben | 02/11/2006

Est-ce que ce texte est diponible quelque part ?

Écrit par : Fabrice Trochet | 02/11/2006

Je ne sais pas.

Écrit par : Ben | 02/11/2006

Merci au "Grain de sable", le premier à avoir signalé l'existence de la revue La Nuit.

Je viens de prendre connaissance des quelques remarques qui figurent sur votre site. Et je puis y répondre : l'article sur Guy Debord ne figure pas dans le premier numéro tout simplement parce qu'il n'était pas encore tout à fait prêt pour être donné à lire. Il figurera au sommaire du deuxième numéro qui paraîtra au mois de mars 2007.

Par ailleurs, je profite de ce courrier pour vous signaler que nous avons été pris de court pour l'insertion, dans le premier numéro qui vient de paraître, d'une petite feuille d'errata dont je vous transmets à tout hasard le texte :

Page 13, cinquième et sixième ligne du § 12, au lieu de :
”(de Marx à Gabel, me semble…”
il faut lire :
“(de Marx à Gabel, l’essentiel a été dit), me semble…”.


Page 92, nous avons omis de mentionner que la suite
de l’article intitulé Comment Sardanapale s’occupe de
Charles Baudelaire et d’André Breton sera publiée
dans les deux prochains numéros de La Nuit.

En vous remerciant.

Écrit par : Irénée Lastelle | 04/11/2006

Les commentaires sont fermés.