Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2006

peine de mort : les paradoxes de la gauche

L’autre fois en écoutant dans l’émission « On a tout essayé » les attaques hystériques de  Miller  contre  Marc-édouard Nabe, j’ai été étonné de l’entendre dire que Rebatet méritait d’être fusillé à la libération. Outre le fait qu’il n’a pas été fusillé à la Libération ni ensuite d’ailleurs (Rebatet est mort en 1972),  mais Miller n’est pas à un mensonge près, un autre détail m’a troublé :  c’est  le fait que Miller approuve la peine de mort. Je remarque que tout le monde est pour la peine de mort même les plus progressistes.  Lors de l’affaire Redeker le MRAP proche du PC ne s’est pas insurgé eux aussi contre l’appel au meurtre de ce philosophe, bien au contraire. Toutes les fois qu’un parti révolutionnaire a pris le pouvoir, loin d’abolir la peine, il  commencé par l’étendre au délit d’opinion. Rien de plus naturel que de supprimer qui vous gêne. C’est ce qu’on fait toutes les idéologies porteurs d’un monde meilleur : communisme, maoïsme, régime cambodgien, tous ces mouvements porteurs d’un idéal de liberté et d’égalité.

L’idéaliste sombre toujours dans le fanatisme car il ne supporte pas l’opposant.

17:15 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : politique, PS, PC

Commentaires

"L’idéaliste sombre toujours dans le fanatisme car il ne supporte pas l’opposant."

--> Bien dit ! Ce constat est-il également valable pour les idéalistes sionistes qui ont agressé Alain Soral le 14 septembre dernier? Ou bien ne s'applique-t-il qu'aux vilains Rouges?

Écrit par : megacatastrophemondiale | 26/10/2006

Résumer la gauche à Miller et au MRAP ne suffit pas à justifier aigreur et animosité! On croirait entendre De Villiers!
C'est vrai qu'il nous arrive de rêver à la guillotine tant certaines têtes ne nous reviennent pas: mais bon c'est la gauche mitterrandienne qui a osé abolir la peine de mort, non?

Moi quand j'entends Miller, j'éteints le poste... C'est tout simple...

Écrit par : Edmont | 26/10/2006

Cela doit être la 2ème fois que je regarde cette émission suite à un e-mail m'annonçant la venue de Nabe. J'ai écouté hier l'émission l'Arène de France ; il y avait encore le président du MRAP , Aounit, qui n'a pas hésité a comparer Redeker à Ben Laden. Certains avaient l'air étonné de son extrémisme.
Je n'ai jamais dit que je résume la gauche au MRAP et à Miller. Je trouve honteux que le MRAP bénificie de larges subventions par des conseils régionaux qui sont de gauche certes, mais il serait de droite cela serait la même chose.
Maintenant on ne peut plus rien dire sinon on est un suppôt de De Villiers. Ce n'est pas étonnant que notre presse soit si mauvaise.
Ce qui m'énerve avec la gauche c'est le 2 poids 2 mesures. Par exemple le livre de Claire Chazal a été censuré. Aucun média n'en a parlé. Plus d'infos http://clairezachal.blogspirit.com/

Écrit par : Fabrice Trochet | 26/10/2006

Nous avons écrit un article sur le sujet :
http://culturalgangbang.blogspot.com/2006/10/au-rgal-des-connards-mondains.html

En fait le petit milichien G. Miller confond Brasillach et Rebatet. Pourtant à force de ressasser le fascisme il devrait connaitre ses classiques.

Écrit par : Gabriel Fouquet | 27/10/2006

Voilà un fin commentaire qui mériterait d'être porté à la connaissance des principaux intéressés, je voudrais voir la tête des Miller et consort exposés devant leurs contradictions!
Quels arguments utiliseraient-ils pour justifier cette pratique, eux qui pourtant fustigent les Etats-Unis qui en usent ?
Notons que la Chine, qui en abuse et détient le record des exécutions, échappe curieusement à la critique ou tout du moins ne fait pas l’objet d’autant de haine.
Intéressant aussi de voir qu'un Rebatet puisse susciter plus d'animosité auprès de cette population de gauche que les mollahs qui lancent des fatwas à tire-larigot en ce moment même.
Intéressant de voir qu’un an après les émeutes, les Bouna-et-Zied, ces pingouins qui pour fuir la police se réfugièrent dans un transformateur, ont leur hommage dans les média mais que pas un mot ou presque pour ce photographe amateur battu à mort par des barbares de rues devant sa petite famille et dont on ne connaît même pas le nom.
Deux poids deux mesures, oui c’est bien cela… jusqu’à en vomir.

Écrit par : Jersan Romcho | 29/10/2006

Miller (que j'évite en général comme j'évite Ruquier) est le type même du gauchiste haineux, dont la certitude de soi n'a d'égale que l'agressivité.

Le 2 poids - 2 mesures de la gauche n'est pas nouveau : on se souvient de l'indignation à l'égard de la junte argentine ou de Pinochet et de la complaisance sans bornes vis-à-vis de l'URSS.

Écrit par : Le Proton Jovial | 31/10/2006

Les commentaires sont fermés.