Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2006

Le coeur de la France

Interessant article paru sous la plume de Michel Volle à contre-courant du pessimisme ambiant intitulé le coeur de la France

Souvent les étrangers qui visitent la France s’étonnent : comment se fait-il, disent-ils naïvement, que dans ce pays « décadent » où les semaines de travail sont courtes alors que les grèves, les vacances et les repas sont si longs, dans ce pays où « rien ne marche », finalement, tout marche ? Que ces Français si « peu sérieux » soient, finalement, si efficaces ?

Il se peut que cette décadence dont on parle tant, que ce fameux manque de sérieux, ne soient que des couches superficielles qu'il faut décaper pour approcher la réalité. (...)

Mes clients cessent souvent d'écouter lorsque je dis qu'il convient d'être attentif à la qualité des rapports humains dans l'entreprise. Ils croient que le secret du succès réside dans la qualité de l'organisation ; elle y contribue, mais la meilleure des organisations n'aidera en rien si elle n'est pas animée par des personnes de bonne volonté.

Lorsque les spécialités se diversifient comme elles le font aujourd'hui, toujours tentées de se fermer l'une à l'autre, restaurer la capacité d'écoute est une pure question d'efficacité. Si au passage les rapports humains s'améliorent, tant mieux !

*     *

Mon admiration va donc à ces personnes fines et généreuses qui font marcher les choses sans faire de bruit et que j'appelle les « animateurs », ou encore les « vertébrés » : elles apportent à l'entreprise son style, sa personnalité, son âme enfin. Je crois que c'est grâce à elles que notre pays fonctionne ; on les connaît mal parce qu'elles sont discrètes et que leur mode d'action est subtil.

J'an ai rencontré à tous les niveaux de la hiérarchie. Je me rappelle une secrétaire dans un ministère, un vendeur dans un grand magasin, un plâtrier, une dame qui fait tourner les services administratifs d’une université, un facteur, une jeune femme qui s’occupe des vieux dans une maison de retraite, un directeur d'agence à l'ANPE, un informaticien à Air France, un couturier, un artisan chocolatier etc.

Indiquons un ordre de grandeur : la part des animateurs dans la population active me semble être de l'ordre de 10 à 20 % . Cette élite est donc à la fois minoritaire et relativement nombreuse. Je voudrais esquisser ici son portrait.

*     *

Les animateurs sont des personnes modestes et, le plus souvent, peu conscientes d’un rôle qu’elles remplissent avec un grand naturel. Alain Desrosières, à l’INSEE, diffusait avec une générosité infatigable des photocopies d’articles intéressants et mettait assidûment en contact ceux qui avaient des idées à échanger : pour lui cela allait de soi, mais il était le seul à agir ainsi.

L’animateur semble porter en lui une source, ou une force, qui le rend invulnérable à l’ennui comme aux contrariétés. Il aime « que les choses avancent », il cultive la simplicité dans les procédures comme dans son langage que ne pollue aucun anglicisme, aucune concession au politiquement correct. Il est souple mais sa colonne vertébrale est ferme. Il travaille sans bruit, avec un léger sourire, et j'ai vu que cela déconcertait les Allemands qui croient que sourire au travail, ce n’est pas seriös.

(...)

Peut-être l’animateur a-t-il interposé entre le monde et lui un filtre qui protège sa sensibilité. Il détourne son regard des tags qui souillent les murs, des architectures qui déshonorent le paysage, du débraillé des bons sentiments. La prétention des médias, l’agitation futile des milieux de l’édition, l’exhibitionnisme des technoparades et autres gay prides, l’étalage de la pornographie glissent sur lui sans l’atteindre.

Sa simplicité, qui agit sans paraître effleurer les choses, s’appuie sur une lucidité sans illusion : il voit nettement les prostitutions du carriérisme, les cuistreries, scélératesses et perversités, la corruption, la prédation. Mais plutôt que de perdre son temps à s’en indigner il les traite comme des obstacles à contourner.

Je vois dans cette sagesse la vraie richesse, la grande ressource de notre pays. (...)

19:31 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : société, politique

Commentaires

Oui peut-être, mais en attendant, il y a aussi un tas d'animateurs au chômage ou qui s'expatrient.

Pendant ce temps là, à Angers, on construit des centres islamiques, pour faire de l'animation...

http://avenirdufutur.hautetfort.com/archive/2006/11/10/15000-m2-pour-un-centre-islamique-a-angers.html

Écrit par : Stéphane | 10/11/2006

Heureusement qu'il existe des comportements pacifiants et dignes d'estime, ici et partout dans le monde. Reste à savoir s'ils seront plus forts que les pulsions belliqueuses ou les crimes de l'indifférence.

Écrit par : Cosmic Dancer | 13/11/2006

Les commentaires sont fermés.