Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2007

Maurice G. Dantec : American Black Box 2

medium_Dantec-blackbloc.2.gifTerminé la lecture d’American Black Box de Dantec. Si les premières pages m’avaient plutôt enchanté ( voir ma première impression) la poursuite de cette lecture me procure un jugement plus nuancé. En fait, je suis plutôt déçu, je pense même que je ne conserverai pas ce livre. Beaucoup de répétitions, de violence, des phrases de ce style  « Pendant que les microbes parisiens s’amusent dans leurs madréporaires raclures de bains de pieds, qu’ils ingurgitent en proportion de volume de papier-journal putrescible qu’ils sécrètent, le sort du mode est suspendu (…) »

Je suis souvent d’accord avec ses propos sur l’islam même s’il est vrai que je ne vais pas aussi loin que lui. J’avais reçu une lettre d’insulte de sa part, sans doute mal conseillé ,cela m’avait déçu car je ne le considère pas comme un ennemi. Pourtant, Maurice G.Dantec fait référence à Carl Schmitt qui considère que la distinction entre l’ami et l’ennemi est primordiale en politique. Il faut avant tout savoir qui sont nos ennemis. Pour Dantec cela ne fait aucun doute, les islamistes en font partie et ceux qui les soutiennent.

« Et l’Islam est un nihilisme, si ce n’est le nihilisme par excellence. (…) L’islam ce communisme du désert » Je ne pense pas aussi que l’islam est une religion, d’ailleurs cette idéologie est soutenu en France par des athées.« L’aveuglement des nihilistes occidentaux au sujet de l’islam semble un condensé de tous les aveuglements successifs de l’Occident depuis deux siècles. Sur le danger jacobin, sur le danger marxiste, positiviste, bolchevik, puis nazi, tiers-mondiste, maoïste, post-moderniste. »

Par contre Maurice G. Dantec aurait pu insister sur l’anti-christianisme en France où les profanations d’églises et de cimetières se passent dans le silence des élites et malheureusement des prélats.

Maurice G. Dantec raconte sa conversion au catholicisme et en bon catholique défend les croisades. Je rappellerai d’ailleurs que ne sont pas les croisés qui ont envahi les terres musulmanes, ils ont été défendre les chrétiens d’Orient et les lieux saints de la chrétienté. La première croisade est un élan de foi. Léon Bloy a écrit : « la folie des croisades est ce qui a le plus honoré a raison humaine » J’ai eu l’occasion d’écouter Mgr Brizard directeur de l’œuvre d’Orient dans une de ces remarquables conférences organisées par l’association Foi et Culture à Angers. « Notre foi s’appuie sur le tombeau vide. Rendre visite au Saint Sépulcre, c’est faire l’expérience de la foi. Les croisades sont motivés par la défense du Saint Sépulcre. »

On pourrait aussi parler de l’Inquisition médiévale. Je commence à comprendre cette époque où l’emprise de la religion était très importante. Il suffit de transposer le délit d’opinion du domaine religieux au domaine politique. Dans un ou deux siècles on se moquera peut-être de notre époque si moralisante : on peut être condamné pour une parole de travers.

Dans ce livre par rapport à ces précédents journaux , Maurice G. Dantec parle peu de littérature. Il cite tout de même des écrivains que l'on peut  taxer de réactionnaires dont Dominique de Roux (Je n'y ai jamais trouvé un intérêt à le lire) et évidemment des mystiques. Ainsi dans American Black Box alternent des citations de Nicolas Gomez d'avila et de G. K. Chesterton.

Au niveau musique  seuls Johny Cash Richard Pinhas,Recoil ou  Nine Inch Nails trouve grâce à ces yeux  Plus cet objet (...) Ezékiel un groupe de Lyon pour moi totalement inconnu mais qui me sidère, au sens strict dès la première écoute.Sans doute le seul groupe made-in-France qui à ma connaissance, puisse se hisser- et dès le premier opus! - à la hauteur des artistes susnommés.

On y découvre Dali qui lui aussi avait des opinions très mal-pensantes.

Ce livre se termine par les émeutes de novembre 1995, venant confirmer son analyse de la situation française.

Je terminerai ce texte par cette citation de Cioran qui résume bien le thème principal de ce livre « La complaisance pour l’adversaire, signe distinctif de la débilité, c’est-à-dire de la tolérance, laquelle n’est en dernier ressort qu’une coquetterie d’agonisant »

American Black Box : Le théâtre des opérations 2002-2006

16:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : littérature, Dantec

27/01/2007

Festival Premiers Plans

medium_index_affiche.jpegA Angers se déroule en ce moment le Festival Premiers Plans  Cette année on y présente l’intégrale Pasolini. J’essayerai d’aller demain à une table ronde autour de ce controversé mais néanmmoins talentueux cinéaste.

Ce festival est un nécessaire mélange des genres . Le cinéaste russe Nikolay Khomeriki a présenté son film "977" une suite de tableaux dans lesquels on a beaucoup de peine à entrer comme l’écrit le journaliste du Courrier de l’Ouest. L'auteur , sans langue de bois, se charge de descendre son film mieux que ne l'aurait fait n'importe quel critique : "Je ne peux pas vous dire quel est le thème du film. Je ne le sais pas .Après toutes ces années, je cherche à comprendre pourquoi je fais du cinéma. Ce film a été créé à l’ aveugle, avec peu de moyens. Le scénario n'était pas fini quand on a commencé à tourner. Quitte à faire un film expérimental, je voulais aller jusqu'au bout. "

14:45 Publié dans Angers | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Angers, cinéma

24/01/2007

Peine perdue , Laurent Rochut

medium_Laurent-Rochut.jpgVoilà un écrivain qui a le goût de la polémique ; ce qui ne peut que révolter les bien-pensants. Il a d’ailleurs été formé à la bonne école : L’idiot International , la revue de feu Jean-Edern Hallier. Peine perdue est une lettre cinglante de rupture à sa mère, un règlement de compte « familial » et aussi un réquisitoire contre l’idéologie soixante-huitarde. C’est un roman mais comme tout roman il y a une part de soi-même. On en vient même à se perdre ; est-ce son autobiographie ou un roman ?

On sent dans son écriture une énergie débordante, une volonté d'en découdre avec la gauche moralisante.

Peu à peu, vous avez appris à faire votre travail de pions, de kapos des consciences. Vous êtes devenus experts en procès d'intention, en comités de vigilance, en professions de foi. C'était une version socialo-opportuniste de la révolution culturelle. Il n'y aurait de place au soleil qu'à ce prix.
Terroriser la pensée, la fliquer dans la moindre de ses manifestations d'indépendance ou de virilité. Mettre au pas l'opinion, d'une dénonciation l'autre, telle aura été votre sale besogne.

Il y a aussi de la foi dans ce livre.

L’humanité est malade de la mort de Dieu. Elle est veuve du sacré et s’invente des mystères de tireuse de cartes. Lorsqu’il parle de Dieu , c’est un dieu qui part en croisade, libère Jérusalem, châtie les médiocres et non celui qui pardonne, qui écarte les bras pour mieux nous étreindre.

Violente charge contre la presse : Un de ces procès expéditifs qui se bâclent en un éditorial commandé. Les chroniqueurs sont les commissaires politiques du nouvel ordre mondial.

Il raconte l’histoire de ce jeune homme poursuivi pour avoir participé à une manifestation contre l’avortement.  Plusieurs CRS l’ont poursuivi jusque dans un immeuble où il s’était réfugié. Il a refusé d’obtempérer et a ouvert la fenêtre du palier, au dernier étage. Il s’est faufilé sur la corniche et a glissé. Il venait d’avoir 22 ans. Sa mort n’a pas ému un journaliste. Je me souviens très bien de cette anecdote ; cela doit faire plus de 10 ans. C’est à cause de cela que ma vision des médias et de la politique s’est radicalement transformé.

Ce roman est aussi celui d'une génération sacrifiée. « Nous sommes un paradoxe vivant, un plissement d'histoire, un noeud gordien, trop vieux pour avaler les couleuvres du modernisme épuré que nous préparent les thuriféraires du XXIe siècle et trop jeunes pour nous sentir coupables du passé. »

 

Ce que j’aime aussi dans ce livre, c’est son écriture fluide, ses phrases claires, courtes « Dans ce monde surveillé, je suis un passager clandestin. Je ne joue pas le jeu. Je ne joue pas. Je ne suis pas un animal social. Je suis l'esprit d'enfance entré en résistance. »

J’attends vraiment avec impatience son prochain roman car Laurent Rochut fait partie de ces belles surprises de ces dernières années.

Peine perdue , Laurent Rochut, Phébus

20:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : littérature

23/01/2007

Dantec en direct jeudi 25 janvier

medium_Dantec_bandeau.jpg
Maurice G. Dantec répondra en direct sur internet aux internautes dans le cadre des Rendez-vous du Forum Catholique le jeudi 25 janvier prochain à partir de 20h. Le débat se tiendra ici.

19:15 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Dantec, littérature

07/01/2007

Soupe au cochon interdite ?

Décidément la France est un pays qui s’oriente de plus en plus vers le totalitarisme, un totalitarisme mou peut-être, mais très proche de l’univers décrit par Georges Orwell dans son roman 1984. Nous sommes de plus en plus contrôlés.  Pour distribuer à manger aux SDF, il faut maintenant une autorisation. Complètement absurde !  Et d’ailleurs le conseil d’Etat a interdit la distribution de soupe au cochon donné par l’association Solidarité des Français, proche des Identitaires.  Cela serait en effet discriminatoire car elle priverait d’un repas gratuit les pauvres  musulmans et juifs. Ce qui n’est pas pouvé car aucune association musulmane ou juive ne s’est plainte. Il est vrai que de plus en plus de cantines scolaires sont obligés de servir de la viande Hallal mais je pense que l’on devrait pouvoir  donner ce qui nous plaît. Si ces belles âmes veulent distribuer de la soupe sans viande, rien ne les empêche de le faire.

Cette association ne bénéficie pas des subsides gouvernementales comme c’est le cas de la plupart des associations. L’initiative individuelle n’est plus tolérée sauf si l’on est de gauche ou d’extrême gauche. La liberté d’expression est de plus en plus restreinte et maintenant c’est au tour de la liberté de donner.  Pour l’Etat, le bon citoyen doit rester chez lui à regarder la télévision et donner de l’argent pour le téléthon, le sidathon... pour toutes les causes certifiées conformes par les médias et le show-biz.

19:35 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : actualité

05/01/2007

Maurice G. Dantec : American Black Box

Commencé la lecture du troisième volume du théâtre des opérations de Maurice G. Dantec : American Black Box. J’attendais la sortie de ce livre avec impatience. Cela faisait si longtemps qu’il devait sortir mais il a été refusé par deux maisons d’éditions. Nous sommes à une époque où il ne faut rien dire : les livres hors du consensus mou n’ont plus la faveur des médias chargés dorénavant d’étouffer toute pensée critique. L’esprit critique est le plus dangereux adversaire du pouvoir. Maurice G. Dantec ne fait que rechercher la vérité. Ce qui l’a amené à se convertir au catholicisme mais  pas à ce catholicisme mou qui n’ose plus se défendre lorsqu’on l’attaque. Ces nouveaux évêques et curés m’horripilent ; ils s’insurgent contre des actes commis contre des synagogues ou des mosquées mais ne condamnent plus les attaques d’églises. En cela les traditionalistes sont une chance pour le catholicisme comme l’a bien compris Benoît XVI. L’ombre de Léon Bloy plane sur ce livre et il y fait référence à cette occasion : « Léon Bloy le prédisait il y a un siècle : les derniers évêques feront se déserter les églises ». Dans ce livre on trouve de nombreuses références à des revues plus ou moins confidentiels : Ligne de risque, Cancer ! Eléments, Tiqqûn, des revues auxquelles j’ai eu aussi l’occasion de lire.

Je vais donc poursuivre cette lecture avec plaisir ; je préfère ses journaux à ses romans même si l'écriture de ce journal me semble plus proche de ses derniers romans.

 

22:15 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : littérature, Dantec

03/01/2007

Messe de minuit interrompue à Montpellier

Entendu aux infos de 19 heures sur Europe 1, ce mercredi 27 décembre 2006. Vous pouvez écouter cette info ici.

Dans la cathédrale de Montpellier, les fidèles écoutaient la messe de minuit célébrée par l'évêque, lorsque des personnes sont entrés en hurlant des insultes, en manifestant de diverses manières leur hostilité envers la foi chrétienne tel que  « Dieu est mort »...

Encore une fois les hommes politiques et les médias n’ont pas manifesté leur hostilité contre cette acte antichrétien. Cette indifférence et même cette hostilité à l’égard du christianisme est de plus en plus inquiétant alors que la moindre insulte contre l'islam et le judaisme fait la une des médias.