Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/02/2007

Doc Gyneco s'énerve

En ce moment circule une vidéo enregistrée avant une émission de Oui FM visant à présenter Doc Gyneco comme un être violent. Certes le rappeur s’énerve mais on ne sait pas pourquoi. J’avais d’ailleurs écrit sur le site On le dit de Christophe Grébert «  On n'a pas vu ce qui s'est passé avant. On ne sait pas de qui il parle. C'est une vidéo sortie de son contexte. » Ce commentaire a été hélas supprimé. Je lui ai demandé par e-mail la raison de cette censure. Ce monsieur prônant la défense de la libre expression citoyenne sur le Web n’a pas daigné me répondre.

Je n’ai jamais eu d’inimitié envers Doc Gynéco. Il me faisait quelques fois rire. Depuis qu’il s’est engagé politiquement et surtout à droite les médias qui avaient de l’indulgence pour lui ne se prive pas de le critiquer. Il a tout de même le droit de soutenir qui il veut. Nous ne sommes pas encore dans un pays totalitaire…

Commentaires

Il s'empire le povre avec Sarkozy. Cela ne lui fait pas du bien

Écrit par : mash | 20/02/2007

Il était bien avant. Il ne devrait pas faire de la politique . Et avoir choisi Sarkozy c'est n'importe quoi.

Écrit par : nina | 20/02/2007

Ségo c'est mieux

Écrit par : riton | 20/02/2007

il est en train de comprendre ce qu'il en coûte de ne plus appartenir à l'Empire du bien, comme disait P Muray.
il a donc rejoint les forces obscures, objets de toute l'intolérance et la haine du parti "progressiste"
bienvenu dans le réel, bouffon!

Écrit par : hoplite | 20/02/2007

Et le site de Grebert est socialiste. C'est pas étonnant qu'il censure. S'ils sont au pouvoir l'ére de toute la clique de ruquier sera à la télé. Cela sera tres triste.

Écrit par : ralph | 21/02/2007

On est descendu bien bas. L'ennemi de ces cultureux est maintenant Doc Gyneco. qu'on le laisse tranquille.

Écrit par : Ika | 21/02/2007

Fabrice, je pense que tu rigole quant tu nous dit que nous ne sommes pas encore dans un pays totalitaire. Nous ne sommes plus libre de dire ce que l'on pense. La télé ne nous informe plus . La Une ou la deux, passé 15 minutes on y parle de musique de cinéma , de météo, de faits divers quand cela ne fait pas quelques fois les titres.

Écrit par : Patrice Huet | 21/02/2007

On en vient même à poursuivre quelqu'un jusque dans sa tombe. Le cas de Papon est risible. on va jusqu'à regarder s'il est mort correctement.

Écrit par : Gérard | 21/02/2007

Oui gérard va-t-on enterrer cet après-midi Maurice Papon sous contrôle policier… ou fera-t-on procéder ensuite à l’ouverture de sa tombe pour s’assurer que l’ancien haut fonctionnaire de l’État français n’emportera pas en enfer sa légion d’honneur ?
Il paraît que lui laisser arborer cette décoration devant les vers et autres asticots de sa dernière demeure serait une « insulte à la mémoire de ses victimes ». La pantalonnade de cet ultime acharnement compassionnel l’est-elle moins ?
Quand l’Inquisition faisait déterrer un cadavre afin de le juger, elle avait un but sonnant et trébuchant à défaut d’honorable : il s’agissait ni plus ni moins que de se « payer sur la dépouille », c’est-à-dire condamner le défunt post-mortem pour récupérer tout ou partie de ses biens. Une légalité quelque peu douteuse, certes, mais dont le monde s’accommodait fort bien à l’époque. En tout cas, autant que de la légalité de certains procès contemporains.

Écrit par : Phillipe R | 21/02/2007

J'ajouterai
Si on ne tenait pas à ce que Maurice Papon arbore sa légion d’honneur, encore aurait-il fallu ne pas la lui donner. Le responsable en est donc surtout Charles De Gaulle qui lui fit cet honneur dès 1948, trois ans à peine après la fin des hostilités et en toute connaissance du passé de l’intéressé.
Verra-t-on certains justiciers professionnels demander qu’on déterre le cadavre le plus célèbre de Colombey-les-deux-Églises afin de le juger pour « complicité de complicité » ? Le ridicule, on le sait bien, n’a jamais tué de vivant… Alors, les morts !

Écrit par : Phillipe R | 21/02/2007

Les commentaires sont fermés.