Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2007

Faut-il une grande cuillère pour signer avec Google?

Reçu le dernier catalogue des Editions de l'Eclat où on peut y lire en introduction un interessant article Faut-il une grande cuillère pour signer avec Google?

Le 25 août 2005, les Éditions de l’éclat ont signé un accord de partenariat avec le moteur de recherche Google pour leur projet Google-livres dont le Landernau de l’édition française s’est ému.(...)

Pourtant le projet Google-livres est relativement timide encore par rapport aux possibilités de l’internet de s’associer au livre, mais il part de quelques principes simples : ceux-là mêmes que nous avions énoncés dans le «Petit traité plié en dix sur le lyber», paru en avril 2000 dans le volume Libres enfants du savoir numérique (...)

C’est pourquoi nous avons signé. La quasi-totalité du catalogue est désormais consultable sur Google-Livres, à l’exception – pour le moment – des « nouveautés », pour lesquelles un délai a été respecté, à la suite d’une discussion avec des libraires.(...)

(...)On permet l’accès à une partie des contenus, on permet une recherche thématique à l’intérieur du livre, on renvoie à d’autres livres, à l’éditeur, vers des librairies, etc., mais jamais on ne se substitue au livre, dont la forme reste omni-présente à travers l’image même des pages consultées. Contrairement aux sites, on ne peut ni télécharger, ni imprimer. Paradoxalement, Google-Livres indique ainsi les limites d’une information infinie (qui est un leurre) surfant de blogs en sites, et propose un retour (qui est une avancée) vers un médium ancien, encore aujourd’hui sans équivalent.(...)

 (...)Six années d’expérience lyber nous ont apporté la preuve que la mise en ligne intégrale et gratuite d’un ouvrage, non seulement ne nuit pas à la vente du même ouvrage en librairie, mais, dans la plupart des cas, la stimule. Ce qui ne signifie pas qu’internet soit un « extraordinaire moyen de diffusion de la pensée », mais que la lecture en ligne est une pratique totalement inadaptée au lecteur de livres.(...)

(...)Certains confrères (Le Monde, 24 mars 2006) se sont plaints récemment de la (trop grande) place prise par les petits éditeurs sur les tables des librairies, reprochant ainsi un parasitage de ces tables par une production disparate, incontrôlée, toujours renaissante de ses cendres. La petite édition agace. Ils auraient été plus inspirés de diriger leurs flèches inconsidérées vers les productions tout aussi incontrôlées de livres-people et autres livres-kleenex dont la librairie se demande de plus en plus si ils la concernent, tant leurs « lecteurs » semblent avoir tendance à les acheter(...)

17:10 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : littérature, information

Commentaires

Moi aussi!

Ils ont dû l'envoyer à beaucoup de monde ici, comme partout dans le MONDE!

M'enfin, c'est pas du virtuel ce catalogue... Il est rien qu'en papier!

Écrit par : edmont | 21/03/2007

Les commentaires sont fermés.