Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2007

La Presse Littéraire Spécial Ecrivains infréquentables

medium_thumb_infrequentable.jpegUn numéro Hors série de La Presse Littéraire consacrée aux écrivains infréquentables sous titré " Les maudits de la République des lettres tels que Maurice G. Dantec, Dominique de Roux, Renaud Camus, Oswald Spengler, Maurice Barrès, Nicolás Gómez Dávila, Pierre Corneille, Paul Léautaud, Carl Schmitt, Hector Berlioz, Ivan Illich, Edmund Burke, Léon Bloy, Philippe Muray, Witold Gombrowicz, Robert Brasillach.

Valérie Scigala  dans un très bon texte consacré à Renaud camus souligne que le terme infréquentable est mal choisi car celui-ci est au contraire un écrivain que l’on prend plaisir à fréquenter.

La plupart des écrivains choisis ne se situe pas à gauche et c’est cela qui les rend infréquentable ou plutôt insupportable pour le milieu culturel. Moi aussi je suis plutôt attiré par ces écrivains car ils possèdent un esprit libre et ouvert, une pensée dissidente. Ils ne craignent pas la polémique et ose affirmer leurs idées comme Nicolás Gómez Dávila qui se définit comme réactionnaire. D’ailleurs celui-ci écrivait " Nous devons exposer nos idées en toute simplicité comme le fairait l’adversaire honnête qui se prépare à les réfuter. Toute astuce avilit. " Dommage que Fréderic Saenen ne nous ait pas offert quelques citations de Nicolás Gómez Dávila dans son texte sur cet écrivain. Cela aurait permis de mieux le connaître. Alain Rioufol fait lui un éloge du réactionnaire. Ce qualificatif avait autrefois un sens péjoratif. Il devient maintenant plutôt positif car il semble désigner toutes personne s’opposant à la pensée dominante, s’éloignant de la pensée aseptisée.Les médias se méfient comme de la peste des expressions trop tranchées, des turbulences de pensée ; l’époque est au bromure et au Valium . Les écrivains, les penseurs qui carburent à l’adrélanine font scandale.

Dans cette revue nous retrouvons plusieurs styles d’écrivains comme Léon Bloy l’imprécateur sacré, le grand artiste de la vocifération et de l’anathème mais je préfère celui qui manie l’ironie à l’invective comme Philippe Muray dont un article lui est consacré par Jean-Gérard Lapacherie  qui se penche plus particulièrement sur Le XIX °siècle à travers les âges.

Dominique de Roux figure aussi dans cette revue. J’ai lu quelques-uns de ces livres mais je n’ai jamais accroché.

Bien aimé l’article d’Ygor Yanka  sur le journal de Paul Léautaud, cet écrivain attachant et irritant.

La Presse Littéraire Spécial ÉCRIVAINS INFRÉQUENTABLES Hors série N°3, 19,90 €. Disponible chez certains les marchands de journaux.

13:39 Publié dans Revue | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : littérature

Commentaires

Grand merci pour votre appréciation.

Écrit par : Yanka | 11/04/2007

Cette revue m'a aussi permis de découvrir d'autres blogs comme votre site fort interessant

Écrit par : Fabrice | 11/04/2007

Les commentaires sont fermés.