Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2007

Avril- 22, Ceux qui préfèrent ne pas

medium_2916492313_01_SCLZZZZZZZ_V42528006_AA240_.jpegEn ces périodes d’injonction à se rendre aux urnes , la lecture de cet ouvrage est salutaire. Sous formes de pamphlets, aphorismes, nouvelles, textes humoristiques,etc. plusieurs écrivains, philosophes, poètes se sont penchés sur cette question « Pourquoi, cette fois-ci ne pas y aller ». Ce n’est plus à la mode de pourfendre les élections comme les anarchistes le pratiquaient vers le début du 19° siècle, pourtant ces auteurs ne sont pas des anarchistes ; ils se situent ,à les lire ,dans des sensibilités politiques forts différentes ; c’est aussi ce qui rend intéressant ce recueil. Chacun a ses raisons de ne pas voter. De très bons textes : celui de Sarah Vajda " Je n’irai plus voter, les lauriers sont coupés » me semble être un des meilleurs , de l’humour, de l’impertinence mais ce qui fait le charme de ce texte c’est la qualité littéraire. « A vouloir contenter tout le monde et son maître, la société française devient une gigantesque société de récréation où , les gosses à coup de pierre, de cocktails Molotov, réclament en vain l’amour du censeur parti sans laisser d’adresse ou inconnu à l’adresse indiquée, dans le temps où l’ordre moral tient pour pédophilie toute estime du maître pour l’élève, à crime le désir et voit dans le dégoût du monde comme il va une tentation fasciste ! "On y trouve un Mehdi Belhaj Kacem toujours aussi révolté avec un texte extrait de son dernier livre très radicale mais beaucoup moins hermétique que ses derniers écrits. C’est d’ailleurs pour cela que je n’avais pas consulté son dernier essai peut-être à tort car en découvrant ce texte je constate qu’il est proche de son pamphlet ravageur, dissident La chute de la démocratie médiatico- parlementaire .

Dès l’instant où les citoyens ont jeté le bulletin dans l’urne, ils ont du même coup remis entièrement leur vie entre les mains de quelques hommes. Et après ? s’interroge Philipe Boisnard.

Malek Abbou se penche sur le vote blanc et plus particulièrement sur l’occultation de celui-ci. Cela m’a paru moi aussi toujours bizarre qu’il soit très difficile de connaître le nombre de bulletins blancs. Malek Abbou ira sans doute voter tout comme Alain Jouffroy qui dans un texte de quelques lignes assez caricaturale « (…)La haine et le mépris de la politique relèvent de la démagogie. En votant je proteste contre elle. » n’incite pas du tout à s‘engager de cette façon.

Beaucoup d’autres textes : Alain Badiou, Acot-Mirande, Eric Arlix, Pierre Audard, , Bertrand Bonello, Alain Brossat, Gilles Châtelet, Sylvain Courtoux, François Cusset, Jean-Pierre Dépétris, Laurent Jeanpierre, Cyril Loriot, Jean-Clet Martin, Jean-Luc Moreau, Olivier Pourriol, Nathalie Quintane, Bernard Sichère, Christophe Spielberger, Bernard Stiegler, Michel Surya, Laurent de Sutter.

Avril-22 : Ceux qui préfèrent ne pas , Le Grand Souffle

 

Afin de prolonger ce texte je vous invite à consulter ce site Nous n’irons plus voter

Commentaires

C'est vrai qu'il y a de quoi être dégoûté vu le niveau de la campagne électorale.
Les auteurs de cet ouvrage, déçus par la démocratie actuelle, proposent-ils des solutions pour faire malgré tout évoluer ce pays ?

Écrit par : Stephane | 17/04/2007

Un simulacre de démocratie, c’est comme une vraie dictature.
Tout repose sur l’intoxication cérébrale.
Même si l’on sait pertinemment qu’il ne sort jamais rien d’une élection, l’important est que les électeurs éprouvent le besoin d’aller voter en nombre.
Gare ! S’ils ne se déplacent pas pour voter ! Pour les punir, on leur enverra Monsieur Grippe aviaire et le vilain Chikungunyyaaa.

Élections : N’importe lequel et qu’on en finisse.
http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/

Les élections démocratiques : Un simulacre
http://les-elections-democratiques.over-blog.fr/

Écrit par : xray | 21/04/2007

C'est la meilleure solution pour ne pas cautionner ce système : abstention.

Écrit par : riton | 05/05/2007

Il existe enfin un ultime reproche que l'on m'a régulièrement adressé, et que j'ai surtout entendu siffler à mes oreilles ...
II paraîtrait que lorsque je ne vote pas, je donnerai ma voix...
On se demande bien à qui je pourrai la donner ? A l'éboueur du coin ? J'entends des
petites voix qui me soufflent doucement :, répétant la bonne
propagande médiatique du monde politique... A la bonne heure... ]e donnerai ma voix à
Sarkozy lorsque je ne vais pas voter ! Sans voter, je voterai quand même ! Mince ! C'est
un tour de passe-passe encore plus fort que ceux d'Houdini ! ]e ne me savais pas si
grand magicien...

Écrit par : A.G. | 06/05/2007

Les commentaires sont fermés.