Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2007

Enquête sur le roman

medium_291649216X_01_SCLZZZZZZZ_V42525395_AA240_.jpeg50 écrivains de notoriété et de genre différents ont répondu à 5 questions sur la littérature, le roman. 384 pages pour 18, 80 € c’est pas très cher, surtout pour lire ces passionnantes réponses ou commentaires et polémiques de ces écrivains contemporains.

Il se dessinent tout de même une complémentarité entre ces écrivains. Il sont nombreux à constater l’effacement du sacré, de la spiritualité, de la religion dans le roman, ce qui ne peut que provoquer un dépérissement de la littérature. C’est d’ailleurs l’avis de Juan Asensio dont ses propos sont toujours aussi détonants et forts intéressants agrémentés de nombreuses références. Je ne le suis pas lorsqu'il écrit qu’il « déteste la facilité et goûte l’hermétisme » Dans un texte, je ne recherche ni la facilité, ni la difficulté mais plutôt la beauté, je pense que l’on peut la trouver cette flamme ,ce lyrisme, ce style lumineux dans un livre aussi bien difficile que facile.

J’ai retrouvé Dragan Babich  que j’avais interviewé sur Le grain de sable, lui il s’est plutôt penché sur cette espace de liberté dans la littérature, un thème qui lui est cher et qui transparaît dans ses romans. Justement Michel Déon voit dans le roman le seul espace de liberté. Les gouvernements en ont peur.

L’intérêt de ce livre outre de lire quelques célébrités (Dantec, Soral , Pierre Jourde, François Taillandier, Michel Surya, Pierre Bordage, etc) est de découvrir des écrivains de notoriété moins importante mais tout de même aussi intéressant voire plus. Quelques écrivains dont j'ai déjà chroniqué leurs livres sur ce blog figurent dans cette enquête comme Mathieu Baumier, Sarah Vajda , Christopher Gérard.

J’ai eu un plaisir de lire Gwen Garnier-Duguy qui constate aussi que la foi est ce qui a déserté la littérature. « Maintenant que les imaginaires ne puisent plus à l’encre de Dieu, s’est substituée à Lui la pensée du Mal. » « Un grand livre est un livre qui change la vie »

Pierre Gillieth est très énervé contre les éditeurs qui manque d‘audace. Michel Horst pense que c’est chez les « petits éditeurs » que l’on peut trouver cette espace de liberté.

La lecture de ce livre est vraiment enrichissante et permet de découvrir de talentueux écrivains. Cette enquête sur le roman me semble très positif car je constate que la littéraire est toujours bien présente dans ce monde et est encore capable de nous surprendre.

Enquête sur le roman de Arnaud Bordes, Stephan Carbonnaux, Serge Takvorian, Le Grand Souffle

11:55 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Littérature

Commentaires

Dans Rivarol Moudenc n'en dit pas vraiment du bien. Tous ces écrivains sont des prétentieux. Ils se déclarent tous être les meilleurs

Écrit par : réac | 05/05/2007

Les commentaires sont fermés.