Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2007

K.libres : le magazine gratuit de formatage des étudiants angevins

ea739f7e80d0766a6487a7096eef34b9.jpgLecture du gratuit K.libres  « Le mag gratuit des étudiants ». Belle maquette et je dois l’avouer bien rédigé, en fait c’est très pro. C’est assez étonnant nous sommes vraiment à l’ère du gratuit.  A Angers on trouve de plus en plus de magazines culturels gratuits. Tout cela est bien sûr financé par la publicité et Angers Loire métropole. En contrepartie, on n’y critique ni le P.S. ni la mairie d’Angers dont le maire est socialiste. Ici les médias sont aux mains d'un même monopole comme l’a bien analysé Stéphane Curet dans un de ces articles sur son blog. On y parle donc  politique sans être partial ; dans l’édito de ce numéro N°9 , on  est même  très clair « comprenez , nous sommes de la vieille école. De celle qui considère qu’il est urgent de prendre position, de débattre, de militer. »

Ce numéro d’avril/mai a été rédigé avant les élections présidentielles Ils ont été obligés de donner la parole à quatre  jeunes militants politiques : UDF, UMP, PS, LCR pour nous faire croire à l’équité. Mais à l’intérieur on peut s’apercevoir de l’orientation politique de cette revue.

On peut y lire une interview complètement insensé de Benoît Delépine « chacun est libre de voter pour qui il veut à partir du moment où il s’agit d’un candidat républicain. Ce qui exclut Sarkozy et Le Pen. « et pourtant il se sent proche de José Bové dont ses valeurs sont vraiment anti-républicaines. Il l’a déjà démontré en détruisant une parcelle de maïs transgénique.

Laurence  Mijoin  reproche au cinéma français d’être peu engagé mais sous sa plume cela veut dire qu’il n’est pas assez à gauche d’ailleurs elle reprends un  article du Monde diplomatique  « C’est probablement en relation avec l’état lamentable de la gauche française » Pourquoi engagé devrait être forcément être de gauche ? En tout cas les films orientés à gauche ont beaucoup plus de facilité à être diffusé , ce qui n’est malheureusement pas le cas des films de cette droite anticonformiste comme ceux de Gérard Blain

On y parle de BD  aussi avec Jean-Yves Duhoo auteur de « Soigne ta gauche ». Pour lui « La vraie gauche, c’est le Parti communiste »

Signalons tout de même une interview intéressante d’Ibréhima Tamega originaire du Mali qui a quitté son pays il y a cinq ans pour venir étudier en France : « Depuis des siècles, on fait croire aux jeunes Africains que la France est la clef de la réussite. Encore aujourd’hui, les manuels scolaires comportent plus d’exemples français qu’africains. Cette vision d’une France eldorado est l’une des principales causes de l’émigration des Africains. Mais ce n’est pas la seule. L’autre facteur est sans doute le sous-développement du continent africain.(.. .) la question de l’immigration est surmédiatisée à des fins politiques.(…) Or il existe d’autres problèmes bien plus graves en France, comme la démotivation des jeunes et le manque de  confiance dans l’avenir du pays »

Jilali  Hamham auteur de la souffrance , lui s’aperçoit que «  La France est une société communautariste , alors qu’au contraire il ne faudrait pas opposer les communautés » Pourtant  cette revue fait la promotion d’association communautaire comme le Mrap qui vient d’ouvrir une antenne à Angers. J’avais déjà souligné le caractère malfaisant de cette association Dans cette article Nourredine  Krim  assure  que l’antenne angevine du Mrap n’a pas d’appartenance politique, j’en doute. J’avais déjà évoqué  une conversation téléphonique avec cette association à Paris à propos des actes anti-chrétiens :  Pour le Mrap un acte antichrétien n’était  pas leur problème même s’il le condamnait.

 

Cela pourrait paraître étonnant de voir cette alliance entre le milieu publicitaire et ce milieu soi-disant contestataire mais comme le soulignait François Ricard  dans La génération lyrique, À partir du moment où l'économie capitaliste, pour continuer à se développer, n'a plus besoin comme autrefois d'un milieu encadré par des valeurs et des traditions qui en assurent l'ordre et la stabilité, mais qu'il lui faut au contraire une société éminemment mobile, malléable, “ ouverte ” au changement continuel et prête sans cesse à rejeter ce qu'elle a en faveur de ce qu'on lui offre, toute idéologie prônant le renouveau incessant et l'abandon des modèles anciens, toute avant-garde fascinée par la subversion et l'“audace ” cesse de la menacer et devient bel et bien son alliée. L'ancienne inimitié qui opposait le poète ou le révolutionnaire à l'univers des marchands et des“ épiciers ” le cède ainsi à une complicité fondée sur le même besoin  de “ transgression ”, le même refus des “ limites ”, le même oubli du  passé, c'est-à-dire la même vision d'un monde débarrassé de contrainte et infiniment léger.

Commentaires

Intelligent décryptage de ce "gratuit" ! Et très juste citation finale, que je me permets de vous emprunter...

Écrit par : Ludovic | 29/05/2007

Bravo Fabrice pour cet excellent article.
Nous vivons à Angers une véritable situation de monopolisation de la presse par la Mairie.
On se croirait dans 1984 !
Ce n'est plus du tout la démocratie !
Il faut le faire savoir.

Écrit par : Stephane | 29/05/2007

Bonjour,
Le Comité éditorial de K.libres1 tenait à formuler un droit de réponse à l’article qui remettait notamment en cause son indépendance éditoriale vis-à-vis de la municipalité et des annonceurs.

Il est donc important de souligner que SEUL le premier numéro de K.libres a bénéficié de subventions - Université, Jeunesse et sports, municipalité et Crous - au titre de son lancement. Depuis, le magazine - étant effectivement gratuit - est entièrement financé par la publicité. On pourra débattre longuement quant à la viabilité d’un tel modèle économique, mais d’un point de vue éditoriale, notre indépendance éditoriale est ainsi totalement et définitivement assurée vis-à-vis des institutions de la ville.

Reste alors la question des annonceurs que vous avez également soulevée en citant la publicité d’Angers Loire métropole... À partir du moment où la publicité est la seule ressource financière d’un média, son indépendance rédactionnelle est-elle en danger ? Angers Loire métropole (qui achetait pour la première fois un encart publicitaire dans K.libres) n’a pas cherché à intervenir dans nos choix éditoriaux, ni à en connaître son contenu rédactionnel. Pas plus d’ailleurs que tous les autres annonceurs amenés à communiquer par le biais de l’achat d’une publicité au sein du magazine. Les sollicitations n’ont pourtant pas manqué depuis le début de l’aventure K.libres: achat d’une publicité ou affichage de notre logo en échange de la rédaction d’un article, publireportage... Nous portons toute notre attention à rendre infranchissable la frontière entre publicité et rédaction, même si cela doit nous coûter de l’argent. Une attitude que pourrait nous envier beaucoup de journaux ou magazines, bien que payants.

Dans votre article, vous expliquez: « En contrepartie, on n’y critique ni le PS ni la mairie d’Angers dont le maire est socialiste ». Je ne citerai qu’un exemple, à la page 26 du dernier numéro (le 9), où Corentin Ménard analyse la politique municipale de réaménagement du centre-ville qui vise à éloigner certaines populations marginales de ce lieu de consommation pour « populations solvables »: « À l’heure où les classes moyennes peinent à se reproduire, réserver le quartier le mieux équipé aux activités des populations aisées constitue une démarche qui aurait quelque difficulté à convaincre de son socialisme. »

Nous ne sommes aux mains de personne. Certainement manquons nous parfois d’esprit critique et de neutralité (voire même d’objectivité, pseudo valeur journalistique à laquelle nous ne croyons pas plus que vous), mais soyez assuré que ce n’est en rien le ressort financier qui nous en empêche.

Quant aux critiques qui portent sur le fond de ce numéro 9 - qui, nous le rappelons, avait pour objectif d’informer nos lecteurs sur des sujets qui nous apparaissaient comme fondamentaux à l’approche d’importantes échéances électorales, et pas de faire la publicité d’un parti ou d’un candidat (dont les intitulés et les noms, vous en conviendrez, sont, sur l’ensemble du magazine rarement mentionnés) - nous vous en laissons bien évidemment seul juge.

Bien à vous.

1Magazine gratuit d’information (et pas que culturel) des étudiants angevins, diffusé tous les deux mois sur les campus par l’association Diversités.

Écrit par : K.libres | 29/05/2007

Ici il n’y a pas besoin de demander un droit de réponse, ce n’est pas K.Libres
Comme je l’avais précisé sur Agora vox http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=24898 où vous pouvez suivre les différents commentaires :
C’est vrai vous ne faites pas la pub pour un candidat mais en interviewant des personnes très à gauche comme Benoît Delépine: « Chacun est libre de voter pour qui il veut à partir du moment où il s’agit d’un candidat républicain. Ce qui exclut Sarkozy et Le Pen. » (Cela est faux Sarkozy n’est pas anti-républicain , Kouchner ne serait jamais entré dans un gouvernement anti-républicain) vous adoptez une ligne politique très à gauche. Ou comme Jean-Yves Duhoo auteur de « Soigne ta gauche ». Pour lui « la vraie gauche, c’est le Parti communiste ». Et puis vous savez très bien que le Mrap est proche du PC. Tout ceci donne une ligne politique très à gauche. Je sais qu’une revue même pas à droite mais de centre droit ne pourrait être distribué sur les campus. Contact avait refusé de vendre la revue Cancer ! et même Richer pendant quelques temps. Une revue non-conformiste ne peut être diffusée. « L’analyse la politique municipale de réaménagement du centre-ville qui vise à éloigner certaines populations marginales de ce lieu de consommation pour « populations solvables » si c’est cela la critique du PS. En fait c’est une critique de gauche de la municipalité.

J’ai appris aussi que vous n’avez pas donné de réponse pour un article à quelqu’un qui n’avait pas tout à fait la même vision des choses que vous.

Écrit par : Fabrice | 30/05/2007

"" Une revue non-conformiste ne peut être diffusée. ""

Non conforme d'après quels critères?

Comment croire qu'aujourd'hui le conformisme serait de gauche quand pendant longtemps la droite l'a utilisé comme argument inquisitorial pour dénoncer les déviances du progressisme?

Écrit par : edmont | 30/05/2007

Cher Edmont j'ai comme l'impression que vous vous méprenez sur les mots.
Il ne faut pas confondre conformisme et tradition me semble-t-il.
De plus arguer comme vous le faîtes que la gauche n'est pas conformiste car dans le passé elle ne l'était pas, voilà qui me semble un raisonnement qui tient peu la route.

Allons, alllons...vous savez tout comme moi que l'idéal gauchiste est une religion à part entière, quiconque s'écartant du droit chemin balisé par ses dogmes étant considéré comme hérétique.
Sur le plan des valeurs et de la morale j'ai envie de dire que droite, gauche c'est un peu la même chose, et pourtant cela n'empêche pas le gauchiste de qualifier les pensées de droite de fascistes.
Vous en avez un de bel exemple ici même avec ce Benoît Delépine qui voit en Sarkosy un hitler bis.

J'ai droit tous les jours à cette prêche de la part de ses plus fidèles fervents que sont les perroquets galvanisés par les média et une télévision décérébranlante.
A une époque par exemple, on vous crachait dessus si vous osiez remettre en doute l'assertion suivante : " Bush est un con, ça se voit à sa gueule".

Alors svp ne feignez pas de ne pas comprendre ce que nous dit Fabrice.

Les véritables anti-conformistes sont les contre-révolutionnaires, ceux qui souhaitent renouer avec la Tradition.

Écrit par : Jersan Romcho | 30/05/2007

Le respect des traditions pour beaucoup de gens s'apparente à du simple conformisme, sans qu'ils en aient particulièrement conscience!

Y'à que les agitateurs et les ayatollahs pour prétendre le contraire.

On peut être de gauche sans être gauchiste, comme de droite sans être fasciste, et j'aime bien Benoit Delépine.

J'adore surtout tous ceux qui moquent les institutions lourdes, les esprits bornés comme vous, et qui disent comme moi: "C'est vachement bien les traditions, surtout quand on ne les respecte pas!"

Écrit par : edmont | 31/05/2007

"J'adore surtout (...) ceux qui disent comme moi".

Merci edmont.

Écrit par : Ludovic | 31/05/2007

"Les véritables anti-conformistes sont les contre-révolutionnaires, ceux qui souhaitent renouer avec la Tradition"
Ceci signifierait-il que le crédo révolutionnaire représente aujourd'hui la conformité? Il me semble pourtant que nous vivons une époque largement encensée par les penseurs de droit comme nous rapprochant peu à peu de la médiocratie américaine, qui n'a pas grand chose de révolutionnaire...
J'ajoute, pour parfaire l'approche réthorique, que si nous vivons aujourd'hui une révolution durant depuis deux décennies, ce que beaucoup pensent qui s'estiment également peu conformistes, celle-ci est plutôt ultra-réactionnaire et peu gauchisante.
Avez-vous noté que notre cher évêque de Rome vient de "libéraliser" le retour à une pratique traditionnaliste des offices. Je vous laisse donc goûter votre anticonformisme catho d'(extrême) droite avec votre chef de file, digne du grand gloupier, notre très gauchisant Benoît XVI.
J'ajoute que vous devez probablement vous féliciter d'avoir assisté à la victoire de l'anticonformisme, qui a porté à la magristrature suprême l'archétype de la pensée indépendante et libre en la personne de NS.
Enfin, laissez-moi relever que votre critique de la "critique de gauche de la mairie d'Angers" laisse apparaître que vous lui repprochez uniquement d'être de gauche. L'important ne semble donc pas à vos yeux que l'on exprime une opinion dissidente, mais bien que l'on exprime la même que vous.
S'agissant de la revue Cancer, laissez-moi vous indiquer que, pour en avoir feuilleté un ou deux numéros, son anti-conformisme m'apparaît surtout comme très malsain, ce qui explique peut être davantage qu'autre chose sa (peu) relative confidentialité.

Bonne continuation et n'hésitez surtout pas à être moins conforme dans votre anticonformisme.

Écrit par : blackbalt | 09/07/2007

« Ceci signifierait-il que le credo révolutionnaire représente aujourd'hui la conformité? » En quelque sorte c’est d’ailleurs ce que j’ai constaté ainsi que d’autres comme François Ricard publié par les Editions Climats « À partir du moment où l'économie capitaliste, pour continuer à se développer, n'a plus besoin comme autrefois d'un milieu encadré par des valeurs et des traditions qui en assurent l'ordre et la stabilité, mais qu'il lui faut au contraire une société éminemment mobile, malléable, “ ouverte ” au changement continuel et prête sans cesse à rejeter ce qu'elle a en faveur de ce qu'on lui offre, toute idéologie prônant le renouveau incessant et l'abandon des modèles anciens, toute avant-garde fascinée par la subversion et l'“audace ” cesse de la menacer et devient bel et bien son alliée. L'ancienne inimitié qui opposait le poète ou le révolutionnaire à l'univers des marchands et des“ épiciers ” le cède ainsi à une complicité fondée sur le même besoin de “ transgression ”, le même refus des “ limites ”, le même oubli du passé, c'est-à-dire la même vision d'un monde débarrassé de contrainte et infiniment léger. » Je me répète mais il le faut. Je préfère toujours les artisans, les petits magasins, les marchés aux grandes surfaces. Et je confirme les produits des marchés sont beaucoup moins chers que ceux des supermarchés. Les indépendants ont toujours mauvaise presse. Ils sont accusés d’être de droite. ME Leclerc utilise des campagnes publicitaires aux accents révolutionnaires. Cela lui permet de jeter le discrédit sur les modes de distributions traditionnelles. C’est un sujet qu’il faudrait que je développe mais j’ai tellement de choses à faire.
Concernant le retour de la messe traditionnelle que je n’ai d’ailleurs jamais prôné c’est un autre débat.
Concernant Sarkozy je me répète mais c’était un mensonge de dire qu’il est anti-républicain. D’ailleurs des hommes de gauche et des femmes comme Fadela Amara sont à son gouvernement.
vous dites « Enfin, laissez-moi relever que votre critique de la "critique de gauche de la mairie d'Angers" laisse apparaître que vous lui reprochez uniquement d'être de gauche. » J’ai aussi l’impression que vous c’est aussi ce que me reprochez mais plutôt dans l’autre sens. Je reproche à Klibres de faire une critique de gauche de cette municipalité socialiste, c’est à dire de ne pas faire de critique du tout et la municipalité le rend bien en finançant cette revue.
Je suis au contraire de vous pour des pensées dissidentes d’où qu’elles viennent mais vraiment dissidentes. Je déteste ceux qui se prétendent dissident avec l’appui de tous les acteurs locaux.
J’ai d’ailleurs parlé de revues situ comme « le publicitaire », des Editions Sulliver qui se situe très à gauche mais ne renie pas la tradition. Je vous conseille de lire les essais d’Orwell qui se présentait comme anarchiste tory « c’est à dire anarchiste conservateur c’est ainsi que George Orwell se présentait parfois, lorsqu’il était invité à se définir politiquement. La difficulté de la critique à prendre au sérieux cette définition paradoxale explique peut-être le silence qui, en France, entoure l’œuvre philosophique de George Orwell. Comment pourrait-on, en effet, être un révolutionnaire intransigeant, un ennemi lucide de toute oppression totalitaire, et en même temps un homme dégagé de ces illusions "progressistes " et " modernistes " au nom desquelles s’accomplit désormais la destruction du monde ? »

Écrit par : Fabrice | 10/07/2007

@ blackbalt
Dommage que votre blog soit modéré ou censuré en tout cas cela m'a l'air impossible d'y laisser un message; Je crois que Stéphane peut être interessé par celui-ci concernant les vélos volés.

Écrit par : Fabrice | 31/07/2007

Les commentaires sont fermés.