Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2007

Jean-Edern Hallier Bréviaire pour une jeunesse déracinée

a4b142127251dbc95e4a5066c585424b.jpegRelu ce livre de Jean-Edern Hallier avant de m’en séparer  par manque de place dans ma bibliothèque et noté quelques-unes de ces remarques.  C’est grâce à lui, certains diront plutôt que c’est à cause de lui que j’ai pris conscience des méfaits des médias. Lecteur de feu « L’Idiot international » un journal où régnait une liberté de ton qu’il n’est plus possible d’avoir de nos jours, Jean-Edern avait eu cette intelligence de choisir les meilleurs collaborateurs de son époque, même s’ils étaient inconnus, provenant de tous les horizons politiques. Tous ceux qui ont commencé à écrire dans ce journal sont aujourd’hui reconnu pour leur talent.

Il dénonce dans ce livre la sous culture journalistique et résume avec clairvoyance les idéaux des partis politiques : « A droite un seul idéal , le marché du bien de consommation. A gauche, les marchés des idées du bien (…) »

 

« Il n’est point de bonheur sans transcendance » Il reprends cette énigmatique remarque de Dostoïevski : « La beauté sauvera le monde » Surpris de constater qu’il met sous  « la même férule totalitaire » : le communisme et l’islam. En 1982, il était encore possible de dénoncer le totalitarisme des pays où règne l’islam. L’auteur de Tristes Tropiques pouvait encore le faire mais maintenant il n’ose plus faire référence à cet ouvrage. Il dénonce cette époque où l’enfant est roi « Les grands peuples enfantins sont presque toujours totalitaires » Retour à la foi religieuse : « Il est de la foi comme de l’enfance : elle en vient et y retourne. »

Sur l’Europe : « La chrétienté a fait l’Europe. La chrétienté est morte ! L’Europe va crever quoi de plus naturel.? » Il soulignait la leçon de résistance des peuples irlandais et polonais grâce à leur foi religieuse. « Ce dont nous avons besoin  : une guerre sainte. Celle qui nous ferait prendre conscience de notre extrême dénouement, de notre indigence. Car la pauvreté spirituelle ressemble en apparence à l’acceptation de la servitude volontaire .»

« Mourir pour la patrie, la terre de ses pères, devint même honteux (…)Peu à peu les meilleures causes sont devenues les plus mauvaises : la patrie, la religion et la révolution. » mais « Jamais non plus les pseudo révoltés, les libérations sectorielles n’ont été si bien accueillis de la part de ceux qui , en d’autres temps, les eussent violemment combattus. »

C’est évidemment un livre polémique ; il dénonce aussi le reniement du passé (toujours aussi actuel ), de la religion: « Vatican II, ce désastre spirituel ». Il cite Péguy qui redevient très actuel. Sa pensée pourrait nous servir de munitions pour combattre cette nouvelle idéologie où le consensus règne, où nous manquons de penseurs, d’intellectuels, d’éveilleurs indépendant du pouvoir médiatique, économique et politique.

 

Jean-Edern Hallier Bréviaire pour une jeunesse déracinée en vente ici à 1,4 €

Commentaires

Je ne peux pas te l'acheter en passant chez toi ?

Écrit par : Stéphane | 01/06/2007

déracinéE !

Écrit par : xxl | 02/06/2007

Merci d'avoir signalé cette erreur

Écrit par : Fabrice | 02/06/2007

J'ai découvert JEH - encore vert - avec ce Bréviaire.
Une longue méditation, avec ses fulgurances, ses hallucinations, ses radotages chaotiques, ses moments de grâce.
Cette évocation du "socialisme enrichi - au sens où l'on dit de l'uranium le plus pauvre en valeurs" !
Cette analyse "conservateur VS réactionnaire" !
Cette revigorante obsession de l'Europe et de ses peuples !
Cette "relation charnelle au passé" qu'il semble nous crier d'une voix ivre de vie, c'est celle dont on m'a privé et que je tente, maladroitement, peut-être de manière ridicule et désespérée, de me construire.
Alors il me reste encore un peu de place dans ma bibliothèque, je l'y laisse...
;-)

Écrit par : paratext | 07/06/2007

J'ai de la chance, j'ai pu récupérer le bouquin. Il est chez moi maintenant !

Écrit par : stephane | 07/06/2007

Les commentaires sont fermés.