Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2007

Samuel Benchetrit approuve les émeutes

Ce mardi 16 octobre écouté  Samuel Benchetrit dans l’émission de Frédéric Taddei Regarde les hommes changer « J’ai du mal à comprendre que quand il y a des émeutes, les gens soient peu tolérants avec ça » Je ne vois pas pourquoi il faudrait approuver l’intolérance de ces énergumènes qui ne sèment que la violence.

La difficulté qu’on a de saisir la violence c’est paradoxalement la simplicité de la violence. Sa mentalité est tellement débile qu’on n’y croit pas, on la projette alors dans des sphères de réflexion où elle n’a rien à y faire. On ne peut concevoir de se laisser dominer par un phénomène aussi misérable, pourtant le fait est là.  Christophe Donner l'empire de la morale

 Mais les artistes ne changeront pas ils ont toujours  essayé de plaire aux médias, adoptant leurs messages, leur ligne ; ils ont soutenus les pires dictatures : communistes , maoïste, castriste, khmers rouges... et ils continuent toujours.

Commentaires

Samuel Benchetrit à propos de Cantat: "quatre ans, ce n'est pas beaucoup"

J'ai envie de dire:
J’ai du mal à comprendre que quand il y a des meurtres, les gens soient peu tolérants avec ça.

Écrit par : Mee | 28/10/2007

Bien vu, bien dit Fabrice. Il n'y a rien à attendre de certains "artistes" toujours prêts à brader leur intégrité pour un plat de lentilles médiatique. Samuel Benchetrit cautionne la barbarie, c'est son droit d'être ignoble et abject, mais qu'il ne vienne pas pleurnicher un jour si ...
Décidément ce garçon est peu recommandable ...

Écrit par : Novalis | 02/11/2007

Pendant ce temps, il y a encore des voitures qui brûlent à Belle-Beille. La presse n'en dit rien du tout.

Écrit par : stéphane | 04/11/2007

En plein jour qu'elle brûlent, au fait !!!

Écrit par : stéphane | 04/11/2007

je penserai plutot que Benchetrit souligne le fait que les violences sont juste dut a un malaise social, au fait que les banlieus ont été "abandonné" par l'Etat, et que ça devait eclater. je pense qu'il trouve que les violences sont explicables, justifiables, mais pas forcement excusable. Peut-etre que par "tolerer" il voulait dire qu'il faut qu'on arrete de dire "aah ce sont des racailles, ils brulent des voitures, ils n'ont pas une once d'intelligence, ils sont a peine humain" mais plutot qu'on se dise "ils brulent des voitures de leurs quartier, ils essayent de se faire remarquer, ils ont peut-etre besoin d'aide?". Voila c'est comme ça que je l'interprete. Je trouve très con tes dernieres lignes, je ne pense pas que dire ça c'est suivre la ligne des médias... et je pense qu'ils expriment juste une opinion, que je trouve justifiable et pas comparable a soutenir Mao.

Écrit par : El Zozio | 15/12/2007

Sacré zozo
Si on te brûle ta voiture tu changeras vite d'avis. Evidemment dans les beaux quartiers tu ne risque rien. D'ailleurs ils s'attaquent rarement à ces quartiers.
Ils ont besoin d'un peu d'autorité, qu'on leur dise d'arrêter.
Personne ne s'occupe des victimes de ces voyous. Voilà où on en est. On s'occupe de ceux qui brûlent les voitures et on laisse tomber ceux qui en sont les victimes.

Écrit par : Fabrice | 17/12/2007

Pas un seul de ces connards ne brûlera ma caisse, je taffe parfois 50h par semaine et je gagne une misère, si un de ces assistés venait à s'en prendre à mes biens sous prétexte de "niquer la société", je le fume illico, je ne discute plus, j'ai raison point barre, c'est pas un de ces crétins de zozio ou benchecrit qui me feront baisser le pantalon. Traite moi de facho ou de nazi et je te plombe, de Lepeniste? je l'emmerde et toi aussi sale abruti, vous êtes de la même veine et tu ne l'as pas compris con de zozio.
Tu te plains parce que je t'insulte et mon raisonnement est creux? je te pisse à la raie, j'en ai que faire de branleurs comme toi, t'es une fiotte, un âne, un ramassis d'années 80, tu penserais vraiment ce que tu dis que je t'éclaterais la gueule sale con, mais tu n'es bon qu'à répéter les saloperies de tes congénères, tu fais pitié, tu resterais presque humain finalement mais à te regarder de plus près t'es qu'une sombre merde.

Écrit par : Jersan Romcho | 22/12/2007

C’est tout de même incroyable de s’extasier devant la jeunesse criminelle, celle qui brûle les voitures à la moindre occasion donnée, dotée soit disant d’un esprit révolutionnaire et d’une énergie créatrice.
Cela me sidère à chaque fois lorsque j’entends un crétin qualifier « d’énergique » cette jeunesse lorsque celle ci passe ses journées à s’enfumer devant une console vidéo, à zoner dans le quartier en attendant la première occasion d’embraser la cité et à glander à l’école pour celle qui y va encore. Bien entendu des éléments brillants vivent dans ces banlieues mais je les distingue des criminels en devenir, je n’aurais pas le mépris de mettre tout le monde dans le même panier à l’inverse de certains…
Quand il se répète « nique le système » que croyez vous qu’il faille entendre ?
Pensez vous que ces crétins veuillent l’extinction de ce système ?
Bien sur que non, ils veulent en jouir à l’excès…
Le jeune banlieusard est un ultra-conformiste, un hyper-capitaliste, le banlieusard est un panneau publicitaire ambulant (voir leur accoutrement), réduit à n’être plus que la marchandise qu’il porte ; un révolutionnaire social vous dites ?
Lorsque l’on voue un culte à Tony Montana, Pablo Escobar et que l’on a pour référence le gangsta-rap on est tout sauf un révolutionnaire, on est juste une merde vouant un culte à l’argent.
Je taffe parfois 50 heures par semaine pour gagner une misère, j’estime pour le moment vivre décemment car mes besoins sont limités, je ne suis pas jaloux du gars qui gagne plus que moi, ce dernier a travaillé et mérite d'être récompensé pour les efforts endurés lors de ses études, par conséquence j’estime que ma rétribution est relativement normal, je n’irais donc pas brûler de voitures (et surtout pas celle de mon voisin qui gagne autant que moi sans doute), si je fais cela demain, on m’internerait et à juste titre et je ne bénéficierais d’aucun soutien de quelque nature qu’il soit.
Alors au lieu de trimer dans la rue à se demander quel business illégal ces crétins pourraient accomplir afin de se payer le dernier gadget idiot à la mode, ils feraient mieux d’aller éteindre les incendies d’écoles et sauver les derniers livres qui brûlent ; et pourquoi donc les outils du savoir et de l’insertion sont-ils détruits ?
Quand on veut tout et tout de suite on apprend pas on prend c’est tout.
Des paires de gifles qui se perdent.
Un psychologue intervenant à la faculté où j’étudiais pour m’instruire, nous disait que dans les quartiers difficiles cela faisait trente ans que des armées d’assistantes sociales « repeignaient les façades, alors que les fondations étaient plus que détruites » ; savez vous ce qu’il préconisait après avoir travaillé dans ces milieux depuis plus de vingt ans ? l’envoi massif de psychologues pour faire bonne figure avant l’assaut de militaires qui seront les seuls à faire revenir la Loi.

Écrit par : Jersan Romcho | 23/12/2007

Les commentaires sont fermés.