Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2007

Débat sur l’art contemporain

dbe00a8a03c4ba88e333e7b734f10347.jpgL’ émission: Du grain à moudre sur France-Culture du  mercredi 7 novembre 2007 avait pour thème l’art contemporain, cet art qui ne plait toujours pas auprès du public malgré le matraquage incessant et les nombreuses subventions.

Voici la présentation relevé sur le site cette émission  sur France-Culture

Lors de l’opération « les visiteurs » de l’été 2005, on devait affronter, pour accéder aux châteaux de Chambord, d’Azay-le-Rideau ou encore de Tarascon, d’étranges installations. Machineries pétaradantes, propositions conceptuelles de du groupe Support/Surface, ou encore membrane géante de plastique agitée d’une sorte d’inquiétante respiration. Il s’agissait, assurait-on à la Culture , d’attirer sur place les fameux « nouveaux publics », autrement dit ce non-public que notre politique de démocratisation culturelle a échoué à intéresser. Avec quelle efficacité ? Et était-ce une raison suffisante pour pénaliser l’amateur de vieilles pierres ?
Il s’agirait aussi de rendre « plus lisibles » et plus « contemporains » les trésors du patrimoine. Et force est de constater que certaines de ces opérations, contestées à l’origine, comme les colonnes de Buren ou la pyramide de Ming Pei au Louvre, appartiennent désormais au paysage de Paris. Mais que penser des « confrontations », « contre-points » et autres « correspondances » organisées notamment par les musées du Louvre et d’Orsay entre des chefs d’oeuvre du passé et des commandes passées à des artistes contemporains ? Des « parcours d’art contemporain » autrefois infligés aux visiteurs du château de Versailles par l’actuelle ministre de la Culture ? Comment échapper au soupçon que ce type d’opérations comporte également une dimension punitive à destination d’un grand public qui persiste à préférer les impressionnistes – haïs par la bureaucratie culturelle – ou les trésors de l’art chrétien, aux déroutantes « propositions » d’un art contemporain officiel mais sans vrai public ? Pourquoi infliger au visiteur d’une abbaye romane ou d’une église gothique une provocation pornographique labellisée « art conceptuel » ? A l’amateur de châteaux Renaissance la désagréable rencontre avec l’une des coûteuses acquisitions du Fonds national d’art contemporain, dérangée de son sommeil dans les sous-sols de la Défense ? Etait-il vraiment indispensable d’accueillir au département des antiquités orientales du Louvre les deux écrans vidéo de Gary Hill ? On y voyait défiler des chars d’assaut agrémentés d’un texte attribué à Ben Laden, justifiant l’attentat du 11 septembre, qui a failli nous aliéner les sponsors nord-américains du musée…
Marc Fumaroli dans un texte désormais fameux a dénoncé le « vandalisme d’Etat » qui aurait inspiré, ces dernières années, la coûteuse création de « friches urbaines » et autres « espaces junk », creusés, pour faire « moderne », jusque dans les monuments classés.
Etrangement, l’arrivée en force au Louvre d’un artiste contemporain d’envergure, Anselm Kiefer, avec une de ces œuvres monumentales dont il a le secret ne semble pas avoir, jusqu’à présent, déclencher les polémiques qui ont entouré les colonnes de Buren. Se réserverait-on pour les commandes passées par le même musée à ces artistes autrement plus controversés que sont Cy Twombly et François Morellet
.

Commentaires

Débat vivifiant.

Jean Clair, très remonté n'a laissé que peu de place à Christine Sourgins pour affronter le courageux Olivier Kaeppelin qui tentait de parer les coups avec un art de la nuance et de la séduction consommé.
Un bonheur radio pas si fréquent.
"L'art contemporain est-il soluble dans le patrimoine"
www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/grain/

Écrit par : Jean-Marie Barre | 08/11/2007

Oui cette émission est un véritable bonheur. Cela faisait longtemps que je recherchais ce type d'émission où on propose de vrais débats. Je vous invite à l'écouter régulièrement.
Quant à vos peintures j'espère pouvoir les voir en vrai si un jour vous exposez à Angers ou dans le coin.

Écrit par : Fabrice | 09/11/2007

Les commentaires sont fermés.