Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2007

Anaximandre une nouvelle revue gratuite

Reçu une belle revue au format PdF que je recommande à tout lecteur de ce  blog, Anaximandre sous-titré Bulletin de réflexion pour une sagesse pratique. Ce premier numéro rédigé par Thibault Isabel,  dont j’avais déjà remarqué un de ces livres Le champ du possible , est consacré à l’articulation entre la morale et les passions traité sur le mode de l’aphorisme, de méditations, de fragment, de maximes ou de pensées.. Il propose un rapide panorama de la pensée morale confucéenne, et engage par ailleurs une discussion autour des notions de vertu et de déontologie. Dans quelle mesure la morale doit-elle s’appuyer sur les passions ? L’éthique peut-elle être conciliée avec le désir ? Est-il possible d’envisager une morale des fins plutôt qu’une morale des principes ? A travers ces questions, c’est en fait le problème de la morale aretique qui se trouve pose, c’est-à-dire d’une morale fondée sur l’élévation et la maturation du cœur plutôt qu’en opposition a lui. . La morale n’a pas pour but d’étouffer les passions mais de leur donner forme.

Voici un extrait

 S’il  ne  nous  est  pas  permis,  malheureusement, d’éprouver un amour infini, faute d’instincts  suffisants,  d’un  coeur  assez  pur  et d’un monde toujours adapté. à nos attentes, l’homme  de  bien  se  reconnaît  cependant  .l’étendue  de  sa  bienveillance  et  .  la  portée  de ses sentiments. Jamais il ne pourra aimer le  lointain davantage que le prochain,  ni  ne s’efforcera  de  le  faire,  de  crainte  d’oeuvrer contre sa nature, de dés enraciner sa ferveur et  de  la  transformer  en  abstraction.  Néanmoins,  il  aimera  fidèlement  tous  ceux  qui l’entourent,  leur  viendra en aide au p.ril de sa  vie,  tolérera  leurs  travers  et  parviendra encore  .  faire  preuve  d’hospitalité  et  de courtoisie . l’.gard des .trangers, qu’il prendra  en  sympathie  aussito.t  qu’il  les  rencontrera.  Chez  ses  ennemis,  même,  il  trouvera des vertus dignes d’être admirées. Il ne focalisera pas sa vue sur le lointain, .ébloui par le ciel  des  idées ;  mais  l’horizon  lui  semblera évidemment  plus  proche,  et  son  amour  investira l’espace.

 

Pour vous abonner gratuitement ou vous désabonner, il vous suffit d’envoyer un message sur la boite aux lettres suivante : thibault.isabel@wanadoo.fr

Les commentaires sont fermés.