Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2008

Je sue partout

1b5d4036ca90d30619a92446f8b0fc3e.jpg

Agréable surprise que  cette nouvelle revue disponible sur le net . Je ne résiste pas à vous citer quelques extraits du très poétique édito intitulé Invitation à la joie (...)

Je sue partout est notre cri. Il grondera contre la mollesse instituée par les faiblards vivoteurs qui décomposent les occasions de Beauté. Ah, la vermine est partout, et elle se repaît de fumier ! On va le remuer, le retourner jusqu’à ce que des fleurs y poussent, et que leurs éclosion ranime les insensibles shootés à leur propre néant.

(...) nous avons la prétention d’être vivants dans cette société d’aigris. Que notre cri soit fort, et surtout qu’il soit beau ! la Beauté seule permet de subvertir la normalité installée.(...) Sans cesse nous tâcherons de voir ce que les médias cachent derrière leur virtuel réalisé. nous débusqueront la Vérité en chasse gardée, nos chiens tapageurs la rabattront vers nos plumes de flamme, et les lettres crachées crépiteront de Vie. Au delà du consumérisme et du néant quotidien, il est des Hommes indépendants qui combattent pour des idéaux supérieurs : nous en sommes.

Que Je sue partout transpire sur les consciences comme le christ sur le saint suaire ! Qu’il percute les consciences comme in Boeing dans une tour ! Qu’il éclabousse l’esprit de sa lustrale sudation ! Que rien ne soit épargné : fachos, bobo, vieux, jeunes, athées, croyants, gauchos, droiteux, prof, étudiant, fille, garçon, homo, hétéro, flic, voyou, amour, haine ! (...)

(...) Notre bord politique ? la beauté. Notre équipe ? l’espérance ! son prix ? la gratuité ! Un journal qui, parce qu’il est gratuit se prend enfin au sérieux !

Dérangeante, percutante,  cette revue d’une fraîcheur et d’une liberté de ton que l’on ne rencontre plus guère frappe fort dès ce premier numéro.  Du rythme , superbement à contre-courant, mystique, original. Une plume acérée, enflammé, de qualité.

Magifique texte sur les banlieues dans l’esprit de Nabe. Une petite chronique très intelligente sur l’Arche de Zoé fustigé trop facilement par les médias alors qu’ils ne cessent de nous marteler l’esprit du Bien.

Bref je vous invite immédiatement a télécharger ce premier numéro de Je sue partout.

16:49 Publié dans Revue | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : revue, littérature

Commentaires

Comment fais-tu pour dénicher toutes ces nouveautés !

Je télécharge le numéro 1 !

Écrit par : stéphane | 16/01/2008

En fait c'est le contraire. Ce sont souvent eux qui viennent me voir comme les membres de cette revue, sinon je n'aurais jamais eu connaissance de celle-ci car ma fréquentation de l'internet se résume maintenant à la consultation de mes mails et aux téléchargements de quelques émissons que j'écoute en voiture.

Écrit par : Fabrice | 17/01/2008

J'aime bien la provocation et l'outrance, mais l'attitude hilare de Marc-Edouard Nabe, lors d'une émission de Frédéric Taddeï, sur France 3, m'a mis mal à l'aise !

Écrit par : Tietie007 | 18/01/2008

Les commentaires sont fermés.