Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2008

Les mensonges du journal La décroissance

1e1bf5876eba8d089106a54c4816e845.jpegEn ce moment sévit une guerre  sur le marché  de la décroissance où tous les coups sont permis.  Le journal La décroissance défendant son pré carré, sa rente spectaculaire essaye d’éliminer tous ses rivaux. Au lieu de se réjouir d’une conversion croissante de personnes  aux idées de la décroissance, ce journal essaye plutôt de les en éloigner en les  discréditant. Pour cela, rien de plus simple La meilleure façon est de les accuser d’être des extrémistes de droite. Cela permet de les combattre sans qu’ils puissent s’exprimer.

 

Ainsi Paul Aries critique le dernier livre d’Alain de Benoist sur la décroissance non pas sur la qualité de ses écrits et pour cause mais parce qu’il a  milité dans sa jeunesse à l’extrême droite. vincent Cheynet le directeur de la publication la Décroissance et du journal casseurs de pub a bien commencé sa carrière dans les milieux publicitaires. Il est devenu maintenant un farouche antipublicitaire ou alors ce n’est qu’une conversion de façade ce qui ne serait guère étonnant. 

Aries est un bien piètre intellectuel, il gagne sa vie en insultant ses ennemis et même ses amis. Il est heureux de pouvoir s’exprimer maintenant dans le Sarcophage où il peut à satiété déverser sa bile contre Sarkozy.

Il dénonce  "actuellement une tentative de récupération tout à fait inamicale sur les milieux antiproductivistes et anticonsuméristes " de la part de l’extrême droite"[...] nous n’avons rien à voir avec les émules d’Alain de Benoist, d’Alain Soral, du Front national, des catholiques intégristes, des « identitaires », etc." Aries mélange tout ; il n’a sans doute jamais ouvert un livre d’Alain Soral, celui-ci ne s’est jamais préoccupé de la décroissance et  le  Front national encore moins.

 

Le directeur de la Décroissance lui a fait un sale coup en juxtaposant l’article de Paul Aries à côté d’un encart où est dénoncé http://www.decroissance.info/ (dans lequel il a publié un article dénonçant la récupération de l’extrême droite) comme étant un site de  pseudo - libertaires haineux et refusant toute limite est très logiquement devenu une  plateforme où discutent les membres de la nouvelle droite.

Tel est pris qui croyait prendre. Paul Aries se retrouve ainsi   lui aussi sur le banc des accusés.

 

Decroissance.info a publié un droit de réponse resté sans suite.  Contacté par mes soins le journal La Décroissance n'a pas souhaité me répondre.

Commentaires

Voilà ce qu'on peut lire sur http://www.decroissance.info/Reponse-aux-mensonges-publies-par

Extrait du Mail adressé au directeur du journal La Décroissance

J’apprécie le réveil que votre journal procure tous les mois à mes quelques neurones mais je commence à être troublé par votre dogmatisme.

[...]

En définitive, j’ai l’impression que le cœur du dossier Fontenoy est qu’elle se soit permise de parler d’écologie sans vous consulter au préalable. Quelle indécence alors qu’il est de notoriété que vous avez le monopole des idées ! Pire : les médias ont donné à ses propos plus d’échos qu’aux vôtres... et elle est plus célèbre que vous ! Je sais, c’est frustrant mais la jalousie est-elle une raison suffisante pour la démolir ?

Votre article caricatural dessert il me semble la juste cause de la décroissance. Votre manichéisme et radicalité sont contreproductifs car le modèle que vous proposez n’est pas réaliste. Avec vous, nous sommes trop souvent dans la tyrannie de l’écologie, dans le mythe du surhomme parfaitement cohérent et respectueux de l’environnement. Or, ce n’est pas en visant la perfection que l’on pourra modifier les mentalités mais en permettant à chacun de réfléchir aux améliorations possibles en lui exposant, encore et toujours, les manipulations du système.

« L’homme ne peut pas accomplir de grandes choses sur cette terre. Mais il peut accomplir de petites choses avec amour » disait Mère Teresa. Conserver à bord tous ses déchets ou couper le robinet lorsque l’on se lave les dents, cela ne sauvera certes pas la planète mais c’est un début !

Si l’on souhaite éviter l’hypocrisie ou la dictature, il est indispensable de placer l’homme au cœur de sa propre réflexion : à chacun de décider de son niveau de cohérence entre sa vie et ses valeurs ! A chacun de se convaincre des avantages de l’action écologique ! Voilà pourquoi je préfère l’expression « simplicité volontaire » au terme « décroissance ».

J’ai trop souvent le sentiment que La Décroissance n’est pas le journal de la joie de vivre qu’il prétend être mais plutôt le journal de la frustration d’objecteurs de croissances plus ou moins aigris. Vos articles sont intéressants mais l’idéologie sous-jacente sent le renfermé. D’ailleurs, vous êtes tellement repliés sur vous-même que vous osez écrire « Attention aux infiltrations » ! La décroissance serait-elle une idéologie déposée ? Devons-nous vous demander l’autorisation avant d’en parler ?

Pauvres intervenants du site decroissance.info traités sans aucun procès de « pseudo-libertaires haineux et refusant toute limite » ! C’est vrai qu’en matière de limite, vous vous y connaissez : il n’y a que les vôtres !

Menez-vous donc Monsieur Cheynet une vie tellement exemplaire qu’il vous est possible de tout juger d’en haut ? Tout casseur (de pub) que vous êtes, l’intégralité de votre existence est-elle bien conforme à vos prêches ? N’avez-vous vraiment ni télévision, ni portable, ni voiture ? Ne prenez-vous jamais l’avion ? Ne consommez-vous que du bio sur les marchés ou dans de petites boutiques ? Et comment vous chauffez-vous ? Comment réalisez-vous votre journal ? Comment vous habillez-vous ?

J’ai idée qu’en matière d’écologie, vous agissez comme chacun d’entre-nous : vous faites de votre mieux ! Mais comme vous vous permettez de critiquer ceux qui le font, de leur mieux, et que vous vous payez même le luxe d’humilier ceux qui vont un peu au-delà (en leur raccrochant au nez par exemple), vous méritez bien le titre d’écotartufe du mois prochain. Vous verrez, on n’est jamais mieux servi que par soi-même !

Cordiales Salutations,

Le Mendiant

Le pire n’est pas une fatalité ! Parlez-en autour de vous...

http://www.lemendiant.fr Les contes à rebours du système...

http://lemendiant.over-blog.com/ Réflexions, coups de gueule et propositions...

Opération Lib’airté : un petit conte écologique gratuit à diffuser...

Que se passerait-il si l’air venait à être exploité comme une vulgaire nappe de pétrole ? Trouverions-nous alors les moyens de limiter nos sources de pollution ? Remettrions-nous en cause notre système déconnecté des valeurs de l’homme ? Serions-nous solidaires face à cette monstrueuse menace ? Et si tout cela était déjà en train de se produire ? Et si nous étions d’ores et déjà manipulés ?

Le petit fichier pdf est disponible gratuitement via email : delair[at]lemendiant.fr (en précisant « Décroissance.info »)

PS : je tiens à préciser que je ne suis fan ni de voile, ni de Maud Fontenoy. Il me semble simplement que quelqu’un qui réalise de tels exploits et qui déclare « On vit trop dans la tristesse, la morosité. J’ai envie de donner [aux jeunes] un souffle, de leur dire : la vie est belle, lancez-vous, allez au bout de vos rêves, c’est possible, rendez-vous heureux. Ce n’est pas une question de gros bras, d’argent, mais de passion. » (Figaro, 17 avril 2004) mérite un traitement un peu plus objectif et nuancé !

Écrit par : Raoul | 12/02/2008

A force de décroissance, s'ils suivent leur logique, ils ne vendront bientôt plus leur papier !

Écrit par : stephane | 12/02/2008

"le marché de la décroissance" c'est une expression paradoxale !
Comme le dit Stéphane, pourquoi ne pas s'appliquer leur préceptes à eux-mêmes, et fermer boutique.

Écrit par : Proton | 19/02/2008

Le pire il y a même un parti Le parti de la décroissance

Écrit par : Fabrice | 20/02/2008

Une forme de plus de cette idéologie malsaine qu'est l'égalitarisme...

Écrit par : Jersan Romcho | 22/02/2008

Ce Cheynet est l' ancien directeur artistique de la multinationale Publicis. Il n'a surtout pas leçon à donner. Il agit de la même façon qu'avant, récupérer le nom et créer une marque avec celui comme avec Orange. C'est de plus un copieur il a récupéré le nom Adbuster qu'il a juste traduit casseurs de pub

Écrit par : Patrice Huet | 28/02/2008

Les commentaires sont fermés.