Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2008

N'est pas bouddhiste qui veut

41pnlNriyBL__SL500_AA240_.jpgVoilà un petit livre assez passionnant qui permet d’approcher et de mieux comprendre la philosophie bouddhiste, philosophie et non religion comme l’explique l’auteur

 

 

Beaucoup aujourd'hui se réclament du bouddhisme sans en épouser vraiment la philosophie profonde. Contrairement à ce que l’on peut penser, les bouddhistes ne nient pas le bonheur, ne fuient pas la beauté et les plaisirs physiques. Alors que signifie vraiment être bouddhiste ?

Etre bouddhiste c’est accepter et pratiquer les" quatre sceaux " : toute chose composée est impermanente... Toute émotion est douleur... Aucune chose n'existe en et par elle-même... Le nirvana est au-delà des concepts... Toutes ces notions subtiles sont commentées et expliquées.

 Il note que « jusqu’à ce jour les bouddhistes ne sont jamais entrés en guerre contre d’autres religions et n’ont jamais par prosélytisme religieux ravagé des temples au nom du bouddha. » Ce qui est faux, d’ailleurs, Thomas Grimaux dans son livre Le livre noir des persécutions antichrétiennes a signalé que des extrémistes bouddhistes, au nom de la pureté de la race cinghalaise et de la suprématie du bouddhisme ont attaqué des églises catholiques. »  Au moins, on ne risque pas de reprocher à cet auteur d’être ambiguë, tiède ; Il défends ses convictions.

« On peut être roi, marchand, prostitué, junkie ou chef d’entreprise et accepter les quatre sceaux (...) Ce n’est pas parce que vous possédez moins qu’un autre que votre pureté morale et vos vertus sont supérieures : l’humilité peut être une forme d’hypocrisie »

C’est je crois un des éléments essentiels qui différencie les pays de tradition bouddhiste des pays de culture catholique où la richesse, le pouvoir sont des valeurs plutôt négatives. Dzongsar Jamyang Khyentse s’exprime sur la notion de liberté dans le bouddhisme ; le bouddha lui-même a dit : « Vous êtes votre propre maître » Pourtant c’est justement dans les pays de culture catholique que la liberté s’y est le mieux exprimée.

 

Ce livre donne un bon aperçu des fondements de la vue bouddhiste ; l’auteur ne veut surtout pas mettre les mêmes religions sur le même plan et se moque de ceux qui le font pour prouver leur tolérance. En cela il déconcertera peut-être les sympathisants du bouddhisme.

" N'est pas bouddhiste qui veut"de  Dzongsar Jamyang Khyentse Editions Nil

Commentaires

En prolongement, une discussion qui devrait t'intéresser : http://www.irenedelse.com/2008/08/29/la-grenouille-qui-offensait-le-pape/

Écrit par : stephane | 07/09/2008

Je t'ai marqué via mon blogue.

Écrit par : stéphane | 08/09/2008

Le bouddhisme est également islamophobe et c'est faux de dire que ce n'est pas une religion.
Lire"Histoire du bouddhisme tibétain" d'Elisabth Marten où elle démontre que c'est bien une religion. Ce que, pour ma part, j'ai constaté de mes propres yeux sur place, à Lhassa.

Écrit par : Rosa | 28/09/2008

Justement l'auteur affirme que ce n'est pas une religion car Bouddha est un homme, ce n'est pas un Dieu. A vrai dire cette partie là ne m'a pas trop convaincu ,moi aussi je considèrais le bouddhisme comme une religion avec le culte des morts mais en tout cas c'est un mouvement spirituel

Écrit par : Fabrice | 28/09/2008

Tu confonds Fabrice !
Le culte des morts n'a rien à voir avec le bouddhisme, c'est l'une des plus anciennes religions asiatiques et une religion également sans Dieu mais fondée sur une croyance en une vie éternelle.
Le bouddhisme en effet n'est pas une religion à l'origine.
Le problème est que par syncrétisme avec les religions antérieures selon les pays dans lesquels il s'est implanté, il est devenu une religion. On a divinisé des sortes de saints qui avaient mis en valeur la doctrine de Bouddha et qu'on appelle boddisatva.
Au Tibet, les pélerins vénèrent ces statues, très très nombreuses et leur déposent des offrandes, allument des lampes au beurre de yacks pour obtenir prospérité et richesse.
Donc pour moi il s'agit bien de religion.
Elisabeth Marten explique que les Européens ont édulcoré le boutisme de son aspect religieux après avoir rejeté la religion en Europe.
Ils se sont donné l'illusion qu'on pouvait avoir une spiritualité sans religion.
D'où les malentendus sur le bouddhisme tibétain qui n'a rien à voir avec la présentation qu'on en fait en France.

Écrit par : Rosa | 29/09/2008

mais on peut totalement avoir une vie spirituelle sans pour autant avoir une religion…

Écrit par : Le Du | 18/08/2013

Les commentaires sont fermés.