Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/12/2008

Carnets d'un vieil amoureux de Marcel Mathiot

carnets_0.jpgCertains lisent des romans, des polars, de la science-fiction, moi ce que je préfère ce sont les journaux intimes. J’ai éprouvé un réel plaisir à lire ceux de Nabe, Renaud Camus, Bloy, Charles Juliet, Matzneff, Roger Bésus, Louis Calaferte , André Blanchard... Ce dernier commence à être enfin reconnu (J’en avais déjà parlé ici et )  Joseph Vebret dans le  Magazine des livres a  l’air convaincu que cet écrivain a sa place parmi les grands de la littérature. J’apprends aussi sous sa plume qu’il existe une revue entièrement consacrée aux écrits de l’intime :  Les Moments littéraires ;  encore une revue que je vais m’empresser de rechercher.

 

 La sortie des carnets amoureux de Marcel Mathiot ne pouvait donc que m’intéresser, de plus il a vécu dans le Maine et Loire, le département où je demeure depuis plus de 10 ans. Il est mort en 2004, laissant plus de 60 carnets où il écrivit chaque jour depuis ses 16 ans, son journal, que jamais il ne pensa publier, d’ailleurs il soulignait qu’  un journal intime n’est écrit que pour soi. Ces carnets reprennent les quatre dernières années de sa vie à partir du décès de sa femme ;  il n’a plus rien à cacher et peut, écrire ce qu’il veut notamment à propos de ses maîtresses car à  90 ans il a toujours une intense activité sexuelle.

Philippe Delerm a aimé ce livre et note dans la préface de celui-ci  c’est si rare de rencontrer un vieillard qui ne soit pas le moins du monde réactionnaire.  Et pourtant ses propos sur l’école pourront choquer beaucoup de bien pensants. Ancien instituteur, Marcel Mathiot dénonce tout de même cette égalitarisme qui s’insère partout et même à l’école qui entraîne une baisse de niveau scolaire. Ainsi il est effaré par les nouveaux préceptes de l’école et constatait que l’enseignement de certains maîtres, qui alliaient la justice à l’obligation du respect de l’obéissance nécessaire et expliquée donnait d’excellents résultats (...).

Sur l’écriture, même s’il ne se considère pas comme un écrivain il ressent un  besoin d’écrire, c’est un soulagement, une sorte de drogue inoffensive, incompréhensible pour la plupart des gens, ridicule peut-être. 

Curieux ceci : en relisant son agenda de 1929, il constate qu’il lisait   des journaux qui se révélèrent d’extrême droite,Candide, Gringoire, qu’il estimait littéraires .

 

Agnostique, il  regrette la mystique de Noël ;  il reste émerveillé par la beauté des  chef-d’oeuvres artistiques du monde religieux comme  les splendeurs de la musique sacrée, les choeurs des cathédrales.  Un dimanche de méditation à l’ écoute des émissions religieuses , il relève que le pasteur protestant féminin est particulièrement décevant. Il m’arrive fréquemment d’écouter ces émissions le dimanche sur France-Culture ;  je dois constater également que l’émission consacrée à l’orthodoxie est de loin la plus spirituelle et la plus lumineuse.

Quelques notes piquantes à propos du Pèlerin qu’il avait eu l’occasion de feuilleter en 1920 et défendait à l’époque un catholicisme intégriste. L’ayant lu en 2002 il constate un très grand changement : Mai 68 est passé par là ! C’est à peine si l’on y trouve trace de religion.

 

Voilà une lecture pleine d’humour, agréable et pleine d’espoir sur la vieillesse. Un autre regard sur le grand âge et l’amour.

 

Carnets d'un vieil amoureux de Marcel Mathiot. Aux éditions Philippe Rey

18:49 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : littérature

Commentaires

Tiens, je l'ai également dans ma pile de livres... Puisque vous en parlez ici, jeme lance dès que possible, vous avez rallumez mon enthousiasme !

Écrit par : Anne-Sophie | 02/12/2008

Merci d'être passé ici. Je vois que cette maison d'Editions a dû faire tout de même un sacré service de presse

Écrit par : Fabrice | 02/12/2008

Joli blog. Je vais revenir.

Écrit par : hortensia | 03/12/2008

c'est pour une autre raison que je l'ai reçu : je connais celui qui est à l'origine du projet. Mais sans doute : je viens de remarquer que les éditions Philippe Rey sont très prisées sur les blogs. Il n'y a pas de hasard !!!

Écrit par : Anne-Sophie | 04/12/2008

je ne sais pas si mon, message précédent a été enregistré; pour plus de sûreté, je recommence... Je viens de constater qu'en effet Philippe Rey était bien représenté en général sur la toile. J'ai reçu le livre parce que je connais l'investigateur de cette publication.
Toujours pas lu, mais cela ne va pas tarder...

Écrit par : Anne-Sophie | 04/12/2008

Il faut vraiment être con (ou com-plaisant ou com-plice!) pour prendre ce roman assez chiant et longuet comme un véritable "carnet" intime!
A côté, Angot a du génie...

Écrit par : MERVILLON | 29/01/2009

Les commentaires sont fermés.