Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2009

Orelsan : le coupable idéal

orelsan1.jpgOrelsan depuis quelques mois fait l'objet d'une violente polémique que seule la France peut connaître. Encore aujourd’hui, je continue à lire des inepties sous la plume de l’éditorialiste de mon canard local « Le courrier de l’Ouest »,  Yves Durand , qui s’étonne qu’un ministre de droite comme Frédéric Mitterrand puisse défendre ce rappeur alors que la gauche comme la communiste Buffet ou la socialiste Royal  le condamne. Il en conclue c’est le monde à l’envers. Si ce « journaliste » se renseignait il apprendrait que la gauche et notamment les communistes sont toujours les premiers à vouloir établir une censure. Dans le précédent journal ce Durand ne manquait d’ailleurs pas de toupet en critiquant le fonctionnement des médias et leur tendance à s’emballer.

Heureusement qu’il existe des journaux sérieux comme La Croix qui dés le 5 mai 2009 avait rétabli les faits, c’est d’ailleurs ce qu’on demande à un journaliste et celui-ci ne peut avoir l’excuse du manque de temps.

 Cette histoire m'est parvenue comme de loin et, la rumeur enflant, elle m'a peu à peu vraiment contrariée. Il s'agit d'un jeune rappeur normand qui se fait appeler Orelsan. Il a écrit une chanson parmi d'autres,dont je vous épargne le titre, et d'ailleurs aussi le refrain, les paroles, tout. Racontons seulement la trame : un garçon surprend sa copine dans les bras d'un autre et laisse éclater sa jalousie.La chanson a été écrite il y a deux ou trois ans, et parce qu'elle choquait par sa violence sans limites dirigée contre la jeune fille imaginaire, Orelsan a décidé de ne plus la chanter en public. Elle ne passe pas non plus à la radio,même sur les stations musicales, ne figure sur aucun CD.

Pour l'entendre, il faut le vouloir absolument et aller la chercher exprès sur Internet. Pourtant, malgré l'absence de désordre provoqué grâce à l'accumulation de ces précautions, des voix indignées se sont fait entendre, de plus en plus fort, et ont fini par rendre célèbre, une chanson qu’en gros personne ne connaissait  auparavant.J'ai toujours cru à l'importance des mots. Ils reflètent la pensée, qui n'a pas à se répandre n'importe où n'importe comment(...)

Tout le monde n'est pas fait pour affronter les mêmes émotions, les mêmes questionnements et Orelsan l'a bien compris en ne proposant le plus brutal de ses titres qu'à ceux qui voulaient vraiment l'entendre. Comment en vient-on à entendre des ministres et leaders politiques s'exprimer sur une absence de problème ? Qui crée du désordre autour de cette chanson, si ce n'est ceux qui la dénoncent? Comment le président du conseil général du Cher en vient-il à envisager de retirer purement et simplement sa subvention au festival du Printemps de Bourges si Orelsan s'y produit? Pour, finalement, arriver à une solution complètement alambiquée, en supprimant les 1500€ correspondant au cachet du rappeur, pour le punir en somme -et punir ceux qui le programment- Si ça ne suffit pas de ne pas chanter une chanson, de ne pas accrocher un tableau, de ne pas publier un livre afin de ne pas choquer, que faut-il faire? Ne plus penser?

 (...) Quant à ce qu'on peut entendre sur les radios dont les jeunes sont la cible, c'est souvent ahurissant de brutalité, de vulgarité, et de mépris envers les filles. Or, justement parce que son auteur y veille, personne ne tombera par hasard sur la chanson d'Orelsan, qu'on peut ne pas vouloir entendre et qui, je le pense moi aussi, n'a pas à être diffusée publiquement.

C'est tout de même dommage que ce soit justement de cette chanson-là qu'entre toutes, de belles âmes se soient crues obligées de s'émouvoir.

Dans le dernier numéro de la  revue Flash Soral s’interrogeait :C’est marrant de voir qu’une obscénité, selon qu’elle soit proférée par un blanc ou un noir ne soit pas assujettie au même traitement...(...)On trouve choquant qu’un blanc puisse être aussi con et vulgaire qu’un Noir ! Pourtant, en matière de mépris, de misogynie et de délinquance avérée, c’est quoi, Oreslan comparé à Doc Gynéco et Joey Starr ?

Les français s’intéressent de moins en moins aux élections mais si les hommes politiques s’occupaient vraiment des problèmes essentiels et non secondaires de la France il en serait tout autrement.

21:13 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : musique, censure

Commentaires

La première fois que j'ai entendu "St Valentin" de ce jeune rappeur je dois bien avouer qu'il m'a fait rire...Son "je vais te Marie-trintigner" m'a fait rire oui...
Alors pourquoi ce garçon me fait rire à l'inverse de rappeurs comme Booba ?
Ce n'est pas très compliqué à comprendre, Orelsan ne me semble faire à aucun moment l'apologie de ce qu'il décrit, car il faut bien le dire, il est quand même très bon dans la description qu'il fait du monde qui l'entoure : jeunesse "sous influence", les "no life", les relations garçons-filles marchandisées, etc...
Il faut vraiment être de mauvaise foi pour prétendre le contraire.
Toutefois je mets une réserve sur le texte qui est mis en cause, j'avoue avoir eu lors de son écoute un léger malaise ; la violence des propos qu'il tient me semblant stérile et n'apportant rien...
Cependant si Orelsan se fait censurer pour ce texte alors bien des artistes de ce milieu et autres devraient également être mis à l'amende...
J'ai quand même dans l'idée que si la "gauche" n'affectionne pas ce chanteur, ce n'est pas parce qu'il est mysogine mais plutôt parce qu'il décrit une réalité que les politiciens de l'autruche ne veulent pas reconnaître comme réel...
On préfère sans doute subventionner des rappeurs qui parlent "l'imaginaire de la racaille", "l'imaginaire des Sarface Cities", et leurs raps tournés vers l'avenir ("plus tard la célébrité, la gloire, l'argent, la reconnaissance, la célébrité, la tête des blancs qui tombent"), plutôt qu'un jeune Orelsan qui décrit le réel dégueulasse avec un certain "talent" que peu de rappeurs possèdent...

J'en profite pour dire au passage que cette tête de mort à la mode arborée par les "jeunes" tout comme Orelsan sur cette photo, mériterait bien un rap assassin...

Écrit par : Jersan Romcho | 18/07/2009

Les commentaires sont fermés.