Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2010

L'Homme qui arrêta d'écrire de Marc-Édouard Nabe

lhommequiarretadecrire-315.jpgTentant le dernier livre de Nabe  en vente exclusivement sur son site. Ca à l'air d'être une sorte de pamphlet . Dans le dernier Valeurs Actuelles, Basile de Koch y a écrit une excellente chronique à propos de ce livre et de l'émission auquel il y était invité et malheureusement que je n'ai pas pu voir.

 Voici quelques extraits de cette chronique mais vous pouvez la déguster en entier sur le site de VA en cliquant ici

" Au programme de Vous aurez le dernier mot, vendredi 5 février (France 2, 22 h 45) : le retour de Marc-Édouard Nabe, venu présenter son dernier opus, l'Homme qui arrêta d'écrire. Une "autofiction", bien sûr: Nabe ne cesse jamais d'écrire, sauf pour peindre ou jouer du jazz. Simplement, ce vingt-huitième bouquin lui a pris quatre ans de labeur acharné.

Acharné, c'est le mot! Ce pavé éclabousse d'un mépris boueux le Tout- Paris « cultureux », comme il dit... À l'en croire, les écrivains ne savent plus écrire, les lecteurs ne savent plus lire, les critiques ne font que se recopier et les éditeurs se contentent de faucher le blé.

Retiré sur son Aventin, l'auteur a donc décidé de publier lui-même ce pamphlet tous azimuts, en vente exclusivement sur son site marcedouardnabe. com. Posture, dirat- on? Au moins assume-t-il depuis vingt-cinq ans, avec une certaine équanimité, son statut d'"écrivain maudit". Personne, nous apprend Giesbert, n'a voulu débattre avec lui... Pas très étonnant, puisque son exercice favori consiste, encore et toujours, à dynamiter les branches sur lesquelles il pourrait s'asseoir.

À cet égard, le dernier Nabe fait figure de best of: il y dézingue à bout portant tous les gens importants du "milieu", de BHL à Sollers en passant par Houellebecq et Beigbeder. Même Fog n'échappe pas à sa vindicte: «BHL corrompt tout le monde, et vous êtes bien placé pour le savoir! », balance-t-il à son hôte, qui, par bonheur,n'est guère susceptible.

Aucun doute:Marc-Édouard pense vraiment, non sans quelque raison, qu'on assiste en France au massacre de la culture par une horde de modernes Vadius et Trissotin bien pires que les anciens. « Vous décrivez un monde de vacuité, de copinage et de partouzes! C'est horrible... », s'exclame Giesbert avec gourmandise.

Mais le tocsin que Nabe sonne ainsi furieusement n'est-il pas l'écho lointain de ceux que faisaient déjà retentir ses maîtres Céline et Bloy? Tout fout le camp, certes, mais ça ne date pas d'hier...

Et puis, comment prendre au sérieux ce garçon intelligent quand il proclame qu'au milieu des ruines, le seul personnage qui trouve encore grâce à ses yeux, c'est « le merveilleux Alain Delon »? (...)"

Un tête à tête entre Frédéric Taddéi et l'écrivain français Marc-Edouard Nabe, pour évoquer son dernier livre L'homme qui arrêta d'écrire sur Europe 1

 

18:19 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature

Les commentaires sont fermés.