Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2011

De la contagion des vertus bourgeoises par L'Antenne

K4.jpgLecture d’un ancien numéro de Krisis où figurent des articles consacrés à la tradition (suite du N°3) mais aussi d’autres articles sur la société . D’ailleurs,  ce numéro (N°4) daté de décembre 1989 s’intitule Société ? Remarqué un excellent article,qui à mon sens reprend les idées de l’Encyclopédie des Nuisances. Ce texte repris dans ce numéro est extrait de La Lettre de l’Antenne. Onze lettres auraient été publiés sous forme de volume aux Editions Denoel . Hélas je n’en ai vu trace nulle part. Si quelqu’un aurait des éléments sur cette publication, il peut m’en faire part.

Voici quelques extraits

De la contagion des vertus bourgeoises

A la différence de celui d’un passé encore récent, le conformisme actuel est arrivé à un âge d’or où il peut s’offrir le luxe de s’ignorer complètement lui-même. Ceux qui le propagent et ceux qui le reprennent en écho n’ont apparemment plus la moindre conscience d’être manipulateurs ou manipulés. Leur adhésion à ce qu’ils croient est si forte , si immédiate, qu’elle les a mis hors d’état de savoir qu’ils croient quelque chose. Le langage mis au point à leur usage par les spécialistes de la communication et autres connaisseurs de l’homme est devenu pour eux le langage dans lequel tout ce qui se dit ne peut être que vrai, aussi vide qu’ils le trouvent au plus secret de leur for intérieur, (…)

Que le conformisme soit devenu sans limites en devenant aveugles et invisibles, cela tient sans doute en grande partie au fait que le règne actuel du Bourgeois est marqué par l’abandon  officiel de toute morale qui lui soit propre. (…) Le Bourgeois d’aujourd’hui a fait sienne toutes les valeurs sans exception, et il les a emmagasinées dans ce gigantesque bric-à-brac qu’il appelle « droits de l’homme ». Il aime le désordre autant que l’ordre ; l’avenir et les avants-gardes l’enthousiasment autant que le passé et ses vestiges. (…)

L’œuvre commune qui s’édifie sous nos yeux est, dans son principe, une entreprise d’homogénéisation et de neutralisation de toutes les activités humaines au bénéfice réel exclusif de l’accroissement de la quantité de biens consommables.(…)

Le processus d’écrasement de toutes les différences non quantitatives est à l’œuvre partout, et ses agents sont si nombreux qu’il n’a de centre nulle part, ce qui le rend particulièrement difficile à saisir et à décrire. Tout part des médias et tout y revient naturellement.(…)

Le centre de la machine à broyer les différences est contrôlé par la Culture-et-Communication laquelle est, de par sa vocation à l’exhibition, le modèle parfait des aspirations consensuelles. Elle offre d’abord le meilleur instrument possible de toute perspective historique. (…)

Sous ce règne, le moindre pas fait par un individu en direction d’un organisme public, organe de presse, rouage de gestion, parti politique, syndicat, entraîne pour lui le renoncement définitif au bon sens et  à la lucidité, et l’asservissement cynique ou résigné, à une opinion qu’on ne peut même plus appeler dominante puisqu’elle règne seule et incontestée .(…)

L'Antenne

18:32 Publié dans Revue | Lien permanent | Commentaires (0)