Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2011

Le Règne de la Quantité et les Signes des Temps René Guénon


730167_1312469-184x300.jpgJe profite  d’une période de convalescence après une opération chirurgicale pour assouvir ma passion : la lecture.

En ce moment je suis en train de lire « Le Règne de la Quantité et les Signes des Temps » de
René Guénon. Je suis tombé sur un chapitre fort intéressant et très actuel sur « La dégénérescence de la monnaie »
La monnaie selon Guénon était chargée d’une «influence spirituelle », elle était sous le contrôle de l’autorité spirituelle tant que l’on vivait dans une civilisation traditionnelle.


(…)depuis que la monnaie a perdu toute garantie d’ordre supérieur, elle a vu sa valeur
quantitative elle-même, ou ce que le jargon des «économistes» appelle son «pouvoir d’achat», aller sans cesse en diminuant, si bien qu’on peut concevoir que, à une limite dont on s’approche de plus en plus, elle aura perdu toute raison d’être, même simplement «pratique» ou «matérielle», et elle devra disparaître comme d’elle-même de l’existence humaine.  

Pour en revenir à mon opération, j’ai été très étonné des questions des infirmières à chaque fois : «  Pouvez vous évaluer votre douleur en sachant que 0 est l’absence de douleur  et 10 est une douleur insupportable » J’avais envie de leur répondre que cela ressemblait à un point de côté mais donner une valeur, c’est très subjectif.

Ce moment à l’hôpital me revient car justement dans ce même chapitre, Guénon écrit :

Ces exemples montrent aussi qu’il y a une véritable dégénérescence du langage, accompagnant ou suivant inévitablement celle de toutes choses; en effet, dans un
monde où l’on s’efforce de tout réduire à la quantité, il faut évidemment se servir d’un langage qui lui-même n’évoque plus que des idées purement quantitatives.

19:15 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.