Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/09/2015

Richard Millet, Tuer

 

tuer.jpgEncore un livre qui peut porter à polémique mais Richard Millet s'en fiche maintenant «  j'ai appris à tuer, et il y a longtemps que j'ai accédé à une forme d'indifférence à l'égard de ma réputation, dont je veux penser quelle est, cette indifférence, une sagesse . »

 

Richard Millet a connu la guerre au Liban, il était dans le camp des chrétiens ; déjà à cette époque l'Occident n'a guère pris la défense de ces chrétiens d'Orient, toujours persécutés dans de nombreux pays musulmans , les médias  ont toujours eu peur d'indisposer le monde musulman .

 

« Je trouvais dans la condition de combattant une tâche aussi sérieuse que faire les foins ou fabriquer à l'usine des sièges en contreplaqué, la kalachnikov me semblant alors le juste instrument entre mes mains, comme la faux, la fourche la perceuse le stylo et le piano (...)
Oui cet arme m'a  bien plus apporté que tous les traités de savoir-vivre et de rébellion, fort prisés à l'époque : elle se laisse aisément apprivoiser, et les premières rafales transportent  avec un tel bonheur qu'on  songe alors à la  souplesse de certains corps de femme (...) »

 Le soldat, le combattant, les héros guerriers ont disparu...

 « La démocratie  a  enterré les héros dans leurs simulacres cinématographiques. Les valeurs se sont entièrement inversées. Le faux règne en maître, jusque dans la littérature pourtant un des lieux de manifestation de la vérité. »

 

Tuer, Richard Millet,Éditions Léo Scheer

parution 16 septembre 2015

 

17:30 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.