Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2007

Lectures de combat Métaphysique de l'actualité

36fabfc2b48f097f4e58c244c9341a33.gif

 

fc815b56f2d64b0dc1e53c31b8c5dc7f.gif

13/09/2007

Dantec à Paris le 11 septembre

Lors de la rencontre avec Maurice G Dantec, celui-ci s’en est pris à un lecteur qui lui faisait part des théories du complot à propos du 11 septembre 2001. Je me demande s’il avait vraiment lu cet auteur. Dantec lui a répondu à peu près ceci, je cite de mémoire « Pourquoi chercher la vérité ailleurs alors qu’elle se trouve sous nos yeux » J’ai l’impression que les médias français ont encouragé et encouragent à nier le réel. D’ailleurs en France ceux qui ont  dénoncé les crimes des régimes communistes ont été vilipendés.  En revenant de Paris je lisais Cette lancinante douleur de la liberté de Vladimir Boukovsky « Chose stupéfiante, l’Europe n’a simplement pas remarqué l’extermination de 66 millions d’hommes dans un pays voisin ! » Boukovsky ajoute que la presse occidentale s’en est pris à Soljenitsyne avec une rare violence. « Même en Union soviétique on ne l’avait pas jugé digne d’une campagne de cette envergure »

Vladimir Boukovsky a commencé a vraiment comprendre la signification du mot réactionnaire « Il faut bien le dire que le titre de réactionnaire se mérite sans peine. On se le voit décerner d’emblée dès qu’on a dit : a) que l’on ne croit pas au socialisme ; b) que l’on n’est pas partisan de la « détente ». »

 

Les journalistes et intellectuels français commettent la même erreur avec l’islamisme qu’ils ont commis à l’égard des régimes communistes : nier le réel. Je remarque que là ou l’islam domine les gouvernements ne sont pas démocratiques à part la Turquie (et encore !)

 

Maurice G.Dantec lorsde  cette soirée a évoqué la rencontre avec Mazarine Pingeot lors de l'émission littéraire Esprits libres  qui sera diffusé vendredi. Dantec a pu saisir au rebond quelques propos intelligents de Mazarine et ainsi modifier le cours de cette émission.

06/09/2007

Soirée avec Maurice Dantec le 11 septembre

TEASER D'ARTEFACT - MACHINES A ECRIRE 1.0 : http://www.mauricedantec.com

3fb774ae59455104b2aa7336d11157c0.jpgLe 11 septembre prochain, la Communauté des Lecteurs de Maurice Dantec (www.babylonbabies.org) organisera sur Paris à la Maison des Associations et des Solidarités  une soirée évènement ouverte au public en présence de l'auteur.
Au programme, présentation de la communauté, lectures d'extraits d'oeuvres de Maurice G. Dantec par David Kersan, conférence de Guy Millière, concert du groupe Villa Vortex, conférence de Maurice G. Dantec plus quelques autres
surprises.

Le prix d'entrée est fixé à 15 euros par personne.

Le nombre de places étant limité, merci de vous inscrire à l'adresse suivante :
11septembre@babylonbabies.org


THE BABYLON BABIES

19:50 Publié dans médias, | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : littérature, Dantec

03/09/2007

Affaire Michel Lajoye

12b196c31b832c3ceec2c24a1ea62f34.gifRelevé dans Le choc du mois une interview très intéressante et surtout surprenante de Renaud . Est évoqué l’affaire Michel Lajoye en prison pour 20 ans pour un « attentat » dans un café fréquenté par des arabes qui n’a fait ni mort, ni blessé. Renaud : Depuis que vous m’en avez parlé, j’ai évoqué son cas  dans deux-trois interviews : mes propos n’ont pas été repris. Etonnant, non ? J’attends une réponse à une demande d’entretien avec la ministre de la justice, Rachida Dati pour lui parler de l’acharnement judiciaire dont sont victimes nombre de prisonniers, lui entre autres. Et certains osent dire que la censure n'existe pas en France

Evidemment les média et les artistes n’osent pas le défendre car il n’a pas des convictions d’extrême gauche comme les membres d’ Action Directe  ou des Brigades rouges. En août dernier Fanny Ardant avait qualifié de "héros" Renato Curcio, le fondateur de ce  mouvement armé italien. L’Italie n’étant pas la France , les terroristes qu’ils soient de droite ou de gauche n’ont pas bonne presse, cette actrice a dû s’excuser. 

15/07/2007

La liberté de presse est menacé par les monopoles du syndicat du livre et des NMPP.

 

Un article du journal Le Monde du vendredi 6 juillet m’a apparu intéressant de souligner et ce d’autant plus car je n’en ai pas eu d’échos par d’autres médias.  Springer renonce au "Bild" français .« (...)Le groupe de presse allemand Axel Springer renonce à lancer un quotidien national en France sur le modèle de son journal populaire Bild", a annoncé le groupe, "malgré le fantastique travail des équipes". Une quarantaine de salariés avaient été débauchés pour participer à cette aventure, certains y travaillaient depuis deux ans. D'autres étaient arrivés lundi 2 juillet ! (...)"Les incertitudes en matière de distribution, la situation actuelle des outils de production d'un quotidien, tant sur le plan industriel que social, ne nous permettent pas d'obtenir la visibilité dont une société cotée a besoin pour un investissement de cette importance", poursuit le communiqué. Le groupe allemand prévoyait d'investir 120 millions d'euros.

 

Selon l'éditeur, la faible densité du réseau de distribution constitue ainsi un obstacle difficile à surmonter. En Allemagne, le Bild, premier quotidien européen, est diffusé à 3,6 millions d'exemplaires. Il est disponible exclusivement en kiosque. En France, Axel Springer réclamait 10 000 points de vente supplémentaires. "Cette demande n'est pas raisonnable. Cette capacité de distribution ne se décrète pas du jour au lendemain", avait indiqué Rémy Pflimlin, directeur général des NMPP, au Figaro jeudi 5 juillet. En réclamant un soutien de l'Etat pour l'ouverture de points de vente supplémentaires, les NMPP ont choqué Axel Springer : "Nous n'attendons aucune aide de l'Etat", a souligné Edda Fels, la porte-parole du groupe.

 

Springer évoque aussi "les spécificités historiques du marché français". Visé, le Syndicat du livre. "Les conditions de production d'un quotidien sont élevées en France, ce qui pèse plus lorsque l'on est un journal à bas prix", constate Jean-Clément Texier, banquier spécialiste de l'économie des médias. Le climat social a également pesé : "Une semaine de grève à l'image de ce qui s'est récemment déroulé dans les imprimeries (de La Croix ) est un risque trop élevé pour nous". "C'est dommage, la raison économique a primé", poursuit-on chez Springer.

 

(...)C'est un immense gâchis", commentent plusieurs journalistes. A terme, Springer France prévoyait l'embauche de 300 personnes, dont plus de 200 journalistes, et l'ouverture de dix bureaux régionaux. Dans le contexte morose de la presse quotidienne nationale en France, le projet était ambitieux : un quotidien à bas prix (50 centimes au démarrage, puis 60 centimes), un tirage espéré de 750 000 exemplaires au bout de cinq ans, et un chiffre d'affaires de 180 millions d'euros.

 

Une dizaine de "numéros zéro" ont été réalisés, avec "de très bons résultats" selon le groupe. "Les tests menés auprès du public n'ont pas pu nous donner une entière sécurité", déclare pourtant la porte-parole d'Axel Springer. "C'était un journal fait pour les lecteurs, basé sur l'investigation, le sport, les faits divers, le consumérisme, pas trash et très visuel", explique un journaliste. "Nous craignions que notre contenu rédactionnel pâtisse de la loi sur la protection de la vie privée en France", a toutefois indiqué M. Wiele au Figaro. Ce projet avait aussi suscité la crainte des autres éditeurs. Jeudi, la direction du Parisien à fait savoir qu'elle poursuivait son projet de quotidien à bas prix. Jusqu'à quand ? Réponse en septembre.(...)"

 

L’émission « Du grain à moudre »du mardi 10 juillet 2007 était consacré à L'indépendance de la presse : un idéal inaccessible en France ? et avait évoqué aussi le poids du  Syndicat du Livre qui  empêche la création de nouveaux journaux. Celui-ci jette des interdits sur certains sujets et en particulier sur tout ce qui touche à son propre rôle.

Marianne comme à son habitude flirte sur ce sujet mais n’évoque rarement les véritables problèmes comme on peut s’en apercevoir avec l’article Les Syndicats de journalistes en ordre de bataille pour l'indépendance de la presse  mais les lecteurs sont loin d’être dupes et les commentaires suite à cet article en témoignent.

Ce n'est pasl'aide de l'Etat qui peut entraîner le pluralisme de la presse mais au contraire un libéralisme, une saine concurrence, tout comme la libéralisation du monopole de France Telecom a entraîné le développement d'Internet.