Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2010

Secret Chiefs Three, Olivier Greif

Découverte du groupe Secret Chiefs Three grâce a  l'excellent blog de Thierry Jolif. On y peut lire ceci (...)Aussi se trouve-t-on dès lors face à une musique certes "moderne" mais qui devient très vite, à la manière de la musique des derviches (même si la comparaison  semble facile et rebattue), un sorte de miroir hypnotique dont le centre figurerait un vortex métaphysique (très réellement tant cette musique semble faite pour dépasser littéralement la matière même qui la compose) établissant un contact furtif avec les "influences spirituelles" de "mondes anciens", influences que les traditionnalistes aiment à dire "inaccessibles aux modernes", voir "épuisées pour notre cycle". Or, ces jeunes gens électriques, tant par leurs évocations que par leurs "méditations en actes", leurs prières électro-électriques font advenir les énergies spirituelles au cœur de leur modernité ! (..)

Mais rien ne vaut l’écoute de ce groupe.

Didier Goux sur son  blog évoque lui aussi de la  musique mais dans un tout autre genre quoique peut  être pas aussi éloigné car cette musique est très spirituelle ; il s’agit d'Olivier Greif. (..)La Sonate de requiem est une œuvre d'environ une demi-heure, quatre mouvements, pour violoncelle et piano ; lesquels, en dehors de la clarinette, sont les deux instruments qui m'atteignent le plus facilement – non : le plus directement. Pièce grave, austère et parfois coléreuse, fantomatique et habitée par les morts. Les morts de qui ? À chacun les siens. Il y a là des relents de Primo Levi, des arrière-plans de camps, et aussi, sans doute, des morts plus intimes. Des violences du piano, presque toujours dans les graves, et des stridences au violoncelle – des cris.(...) Si l'art contemporain m'indiffère en général il en est tout autrement de la musique contemporaine. Celle-ci ne s'est pas éloigné de la spiritualité et c'est sans doute pour cela qu'elle m'attire , qu'elle m'atteind .Vous  pouvez écouter quelques morceaux sur le site jiwa

02/04/2010

Semaine anticatholique des média

Semaine sainte.

Arte a choisi justement cette semaine pour diffuser mardi un reportage violemment anticatholique. C’est par ces mots que Daniel Leconte a commencé  « Que pense le Vatican du mariage des prêtres pour éradiquer la pédophilie de ces rangs. »  Comme si le mariage était une thérapie pour criminel sexuel. Bon nombre d'actes pédophiles sont commis des hommes vivant en couple. Désespérant !

Pourtant pendant les fêtes musulmanes Arte diffuse toujours des reportages favorables à l’islam . Deux poids deux mesures.  

06/12/2009

Le journal d'Alexandre Schmemann

181b2f333ca663b5c713a39d60d23126.jpgEcoute aujourd'hui  de l'excellente émission Orthodoxie sur France-Culture consacrée au journal du père Alexandre Schmemann que vous pouvez écouter sur ce site.

On y peut lire  que le Journal est une oeuvre majeure pour l'Orthodoxie, où l'on découvre la profonde foi du père Schmemann et sa haute teneur spirituelle. Il est également un magnifique journal littéraire, dans la meilleure tradition du genre, digne de Paul Léautaud qu'Alexandre Schmemann, homme de haute culture, admirait profondément.

Lors de cette émission, Jean-François Colosimo a ajouté C'est le livre qui manquait à la théologie orthodoxe.

06/08/2009

Le dernier dimanche de Gaspard-Marie Janvier

arton12243-69068.jpgJe consacre dorénavant un peu plus particulièrement ce blog aux journaux intimes, carnets ; ce livre-ci peut s’inscrire dans cette catégorie car  Plutôt que d’aller faire ses courses comme chaque dimanche au centre commercial, un homme rendu à sa solitude par son divorce décide d’aller à la messe. Pendant un an, ce sceptique formé à la discipline la plus cartésienne ne manque pas ce rendez-vous hebdomadaire. Au retour, il note dans un journal ses réflexions, ses réactions et ses émotions. Ce qui s’annonçait comme la simple chronique d’un dimanche de plus en plus menacé par le prosélytisme commercial se transforme en une belle aventure, en un grand roman spirituel et charnel. Une conversion qui ne sera pas celle que l’on croit.

 

Voici quelques citations que j’ai choisis.

La question est là comment dire non chaque soir- non  à la télévision , non  à la consommation, non  à l’économie (...) sans tomber dans un militantisme vaniteux, tapageur et sommaire ? L’Eglise en cette entrée de Carême répond : à l’écran par la prière ;à la consommation par le jeûne ; à la démesure économique par l’aumône. 

Il nous livre ces observations sur cette société de consommation qui nous oblige à acheter en « rendant les anciens modèles non compatibles avec les nouveaux, de sorte que des tonnes de matériels sont parties remplir les décharges et les greniers », sur cette société de loisirs qui  nous fait à chaque fois le coup du touriste qui ne prétend pas être comme les autres touristes, sur ce mot magique qu’est « l’humanitaire »

L’auteur n’allume pas trop tôt son poste de radio le dimanche afin d’éviter les sentences tartinées des évangélistes. Je lui conseillerai de se lever encore plus tôt pour écouter les orthodoxes , c’est profondément spirituel.

 

Laurent Dandrieu dans une vibrante critique parue dans Valeurs Actuelles avait écrit que c’était une chronique aussi vivante que brillamment écrite, où se mêlent l’humour et la mystique, l’enthousiasme et le désarroi, la splendeur du vrai et la médiocrité(...)

15/04/2009

Angers Agression à la sortie d'une messe

Depuis quelques semaines se déroule en France une violente campagne médiatique contre le pape en particulier et l’Eglise catholique en général. Que de balivernes ont été proférées contre le Saint–Père. Ainsi les actes anti-catholiques continuent , et ce qui devait arriver est arrivé,  des personnes ont été agressées au couteau  

à la sortie d'une messe à Angers Vous trouverez ci-dessous l’ article  paru dans Ouest-France le dimanche 12 avril.

eglise-agresse.JPG

 

 

 

 

 

19:16 Publié dans religion | Lien permanent | Commentaires (6)

01/11/2008

Les possédés :Soral, Nabe, Costes, James

 Diapositive1.JPG
Les Possédés aura lieu le dimanche 23 novembre au Théâtre de la Main d’Or
(Paris) à 17 heures

Diapositive2.JPG

 

 

 

 

 

31/08/2008

N'est pas bouddhiste qui veut

41pnlNriyBL__SL500_AA240_.jpgVoilà un petit livre assez passionnant qui permet d’approcher et de mieux comprendre la philosophie bouddhiste, philosophie et non religion comme l’explique l’auteur

 

 

Beaucoup aujourd'hui se réclament du bouddhisme sans en épouser vraiment la philosophie profonde. Contrairement à ce que l’on peut penser, les bouddhistes ne nient pas le bonheur, ne fuient pas la beauté et les plaisirs physiques. Alors que signifie vraiment être bouddhiste ?

Etre bouddhiste c’est accepter et pratiquer les" quatre sceaux " : toute chose composée est impermanente... Toute émotion est douleur... Aucune chose n'existe en et par elle-même... Le nirvana est au-delà des concepts... Toutes ces notions subtiles sont commentées et expliquées.

 Il note que « jusqu’à ce jour les bouddhistes ne sont jamais entrés en guerre contre d’autres religions et n’ont jamais par prosélytisme religieux ravagé des temples au nom du bouddha. » Ce qui est faux, d’ailleurs, Thomas Grimaux dans son livre Le livre noir des persécutions antichrétiennes a signalé que des extrémistes bouddhistes, au nom de la pureté de la race cinghalaise et de la suprématie du bouddhisme ont attaqué des églises catholiques. »  Au moins, on ne risque pas de reprocher à cet auteur d’être ambiguë, tiède ; Il défends ses convictions.

« On peut être roi, marchand, prostitué, junkie ou chef d’entreprise et accepter les quatre sceaux (...) Ce n’est pas parce que vous possédez moins qu’un autre que votre pureté morale et vos vertus sont supérieures : l’humilité peut être une forme d’hypocrisie »

C’est je crois un des éléments essentiels qui différencie les pays de tradition bouddhiste des pays de culture catholique où la richesse, le pouvoir sont des valeurs plutôt négatives. Dzongsar Jamyang Khyentse s’exprime sur la notion de liberté dans le bouddhisme ; le bouddha lui-même a dit : « Vous êtes votre propre maître » Pourtant c’est justement dans les pays de culture catholique que la liberté s’y est le mieux exprimée.

 

Ce livre donne un bon aperçu des fondements de la vue bouddhiste ; l’auteur ne veut surtout pas mettre les mêmes religions sur le même plan et se moque de ceux qui le font pour prouver leur tolérance. En cela il déconcertera peut-être les sympathisants du bouddhisme.

" N'est pas bouddhiste qui veut"de  Dzongsar Jamyang Khyentse Editions Nil