Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2011

Mathieu Kassovitz et Maurice G. Dantec

KOSTAR_28_COVER.jpgFeuilleté le dernier Kostar, un magazine gratuit comme il existe des centaines en France. A croire qu’il est de plus en plus facile d’éditer un magazine gratuit en France. Même les concerts deviennent gratuits. Cela  m’est de plus en plus difficile de voir un concert payant. De plus lorsque je les entend donner leurs leçon de morale, je n’ai pas du tout l’envie de leur donner un centime.
Bref en feuilletant le dernier Kostar tombé sur l’interview de Mathieu Kassovitz où il parle de Maurice G.Dantec et du film  Babylon A.D.
A cette question « Vous avez quand même conscience qu’avec L’ordre et la morale, on va souvent vous dire qu’on retrouve le Kassovitz énervé de la Haine…
-MK vous savez, j’étais aussi énervé dans Babylon A.D. Surtout au moment de sa sortie ! Si j’avais pu aller au bout des choses, il aurait été aussi fort que le livre de Dantec

Pourquoi n’êtes-vous pas allé au bout ?
-J’avais un acteur qui était une sous merde (Vin Diesel, NDLR) et un producteur, Alain Goldman pour le citer, qui était un lâche. Une des raisons pour lesquelles je voulais faire un bon film, c’était pour enfin balancer sur Babylon A.D. »

18:36 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

19/04/2010

Le paradis est plus proche qu'il ne semble

Texte fort intéressant paru dans  magazine russe Foma (Thomas) « le magazine orthodoxe à l'usage de ceux qui doutent » traduit sur le site Un peu de tout dans un grand verre

« Avatar » nous apporte une bonne nouvelle : la population de la Terre est bien meilleure que ne nous le raconte « la boîte à zombifier ». Malgré les efforts déployés pour nous convaincre de l'universelle décadence des mœurs (pour ainsi dire, tout est centré sur les peoples), les indicateurs des tiroirs-caisses nous démontrent le contraire : les gens préfèrent le bon cinéma, même avec des intonations amères.... Suite ici

20/03/2010

Jeu de la mort, expérience du Pr Milgram

Je n'ai pas regardé cette émission "Le jeu de la mort" ,  tout avait été d'ailleurs bien résumé dans l'excellent film I comme Icare avec Yves Montand dans un de ces meilleurs rôles. Je n'avais pas oublié cette scène mythique du test de Milgram.

Rien ne vaut aussi la vidéo de l'impertinent MegaArchibald

10:16 Publié dans Film, médias, | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : médias

25/01/2010

Une plongée dans les comptes du cinéma français : Comment sont attribués les 25 millions d’euros annuels de l’avance sur recettes et à qui ?

Intéressant article  ce samedi dans Le Parisien sur un sujet très tabou dans le milieu du cinéma français , une plongée dans les comptes du cinéma français : Comment sont attribués les 25 millions d'euros annuels de l'avance sur recettes et à qui ?

 Le CNC, via le système d'avance sur recettes, attribue 25 millions d'euros par an à une soixantaine de films. Mais de nombreuses voix s'élèvent, au sein de la profession et en dehors, pour estimer le système trop opaque, et qui fait la part trop belle aux grands noms du cinéma français au détriment des nouvelles générations.

Un fonctionnement clanique
L'avance sur recettes est un milieu fermé. Les nominations aux postes clés (présidence et vice-présidence des trois collèges qui distribuent les aides), mais aussi les vingt-six membres des collèges sont majoritairement issus de la famille du cinéma français, descendante de la Nouvelle Vague. Actuellement, la présidente de l'avance sur recettes est Florence Malraux, fille d'André Malraux, qui fut la collaboratrice de
François Truffaut et l'ex-épouse d'Alain Resnais. L'une des vice-présidentes est la productrice Michèle Ray-Gavras, épouse du réalisateur Costa-Gavras. « Ces gens aiment un type de cinéma. Ils ont un préjugé favorable sur certains réalisateurs au détriment d'autres », estime Dominique Crèvecoeur, productrice, membre du Syndicat des producteurs indépendants. « Ils ont un mode de fonctionnement clanique », ajoute Emmanuel Torregano, rédacteur en chef du site Electronlibre.info, spécialisé dans le multimédia et la production audiovisuelle.

Les vieux amis avantagés

(..)

Des avances peu remboursées
Les 25 millions d'euros distribués par le CNC le sont pratiquement à fonds perdus. En théorie, l'avance sur recettes doit être remboursée, mais en réalité une majeure partie ne l'est pas. Dominique Cayla, la directrice du CNC, le reconnaît : « Soit des films ne génèrent pas du tout de recettes et ils ne peuvent pas rembourser. Soit ils en font très peu et ne peuvent en rembourser qu'une partie. Il y a enfin quelques producteurs qui oublient de faire des chèques, et que l'on doit régulièrement relancer. » D'après le producteur Antoine Rain, le ratio est le suivant : « On vous octroie 100, vous devez rembourser théoriquement 80, mais dans les faits vous remboursez 10. » (..)

  

(..) Comment expliquer par exemple qu'un même producteur ait obtenu 42 fois l'avance sur recettes en dix ans, alors que d'autres films, qui ont été primés dans des festivals, courent toujours après ? « C'est le choix subjectif des jurys, renouvelés régulièrement. (..)

12:27 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cinéma

04/01/2010

Le Concert de de Radu Mihaileanu

19184889.jpgJe viens de voir Le concert, encore un grand film. L’année 2009 m’a semblé une bonne cuvée question cinéma. Ce film se termine en apothéose avec ce  concerto de Tchaï­kovski alors que les conditions de réussite étaient si improbables. Un moment d’émotion inoubliable et qui de plus incite à écouter de la musique classique. Evidemment l’Humanité n’a pas apprécié ce film car on se moque des communistes qui ne font plus que 1 ou  2 % aux élections , on y évoque aussi  le goulag un sujet à éviter en France.  Télérama  y voit un film trop populaire, mièvre, ridicule : Mihaileanu décide aussi de faire pleurer. Et tous les moyens sont bons, jusqu'au concerto de Tchaï­kovski filmé comme un crescendo orgasmique. Pénible !

Je crois que ce qui m’a incité à aller le voir c’est un papier paru dans Ouest-France où on y trouve d’excellentes critiques cinéma,  le magazine Flash en avait parlé en termes pas trop élogieux mais avait insisté sur l’aspect musical. Un film à aller voir absolument si on aime la musique classique.

19:12 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (2)

08/10/2009

Un prophète de Jacques Audiard (bis)

audiard.jpgJe suis enfin allé voir Un prophète dont j’avais parlé dans une note précédente . Effectivement c’est un grand film, très fort, un des meilleurs films français que j’ai pu voir  depuis quelques années ; pas une minute de répit, grandiose, un film parfait qui m’a tenu en haleine jusqu’à la fin . Un chef-d’oeuvre.  Audiard est vraiment le digne successeur de son père.

18:28 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cinéma

03/09/2009

Un prophète de Jacques Audiard

audiard.jpgEcouté ce midi le libre journal du cinéma sur Radio Courtoisie grâce à l’Internet . Je sais, ce n’est pas bien d’écouter cette radio mais leurs émissions culturels sont particulièrement intéressantes ; au moins les invités peuvent exprimer leurs idées et ne sont pas coupés par les animateurs. L’invité de ce midi était Léonard Keigel qui a évoqué un film que je n’ai pas vu  Un prophète de Jacques Audiard en des termes très élogieux qui m’incite à aller me déplacer « Audiard s’est autorisé à faire un film réactionnaire et anti-communautariste. Magnifiquement osé (...) Magnifiquement filmé (...) C’est un OVNI . La fin du film est sublime(...) travail énorme du réalisateur ... »

19:26 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : cinéma