Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2010

Le GIEC reconnaissent une erreur.

 Lecture des brèves du Ouest-France de ce dimanche, intrigué par ce titre Les experts sur le climat reconnaissent une erreur. Quelques lignes  où on apprends que  Rajendra Pachauri, le président du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC ),  a reconnu samedi qu'une prévision de la fonte des glaciers himalayens d'ici 2035 était « une regrettable erreur » En cherchant sur Internet j'ai trouvé un seul article publié par le site Internet du nouvel Obs  (le moins mauvais des sites internet, il ont même mis en liens des articles de mon site Le grain de sable ), intitulé Himalaya :  le Giec admet une erreur

 En reconnaissant qu'une erreur entache l'un des trois volets du rapport remis par le Giec en 2007, son président met fin à une querelle scientifique qui couvait depuis mois. En cause: le comportement des glaciers de l'Himalaya face au réchauffement global de la planète.

18:39 Publié dans médias,, politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : écologie

05/09/2009

Hommage à Teddy Goldsmith

L’émission de France-Culture Terre à terre d’aujourd’hui samedi 5 septembre 2009 (que vous pouvez réécouter) , a rendu  hommage à Teddy Goldsmith qui vient de mourir le 21 août  en diffusant un passionnant entretien de cet écologiste de la première heure. Véritable écologiste, il se dit traditionnel, défend la famille, les communautés. Dans cet entretien, la journaliste formaté par le milieu médiatique  l’accuse d’être de droite, conservateur et lui reproche d’avoir participé à un colloque du GRECE. Et là au lieu de renier ses idées, il approuve ce qualificatif  de conservateur, peut-être de droite mais en totale opposition avec Bush, Thatcher et cerise sur le gâteau il approuve quelques idées du GRECE et souligne qu’Alain de Benoist a écrit d’excellents livres.  Teddy Goldsmith ne se laisse pas démonter en confirmant « J’ai le droit de parler où je veux. »

10/12/2008

Les éoliennes, l'énergie de la colère

440121222-photo.gifTrès bon reportage sur France-Culture aujourd’hui dans l’émission Sur les docks   les Eoliennes, l’énergie de la colère, à  Antoigné, dans le Maine-et-Loire. Dans ce département où je réside on remarque de plus en plus d’éoliennes. D’après ce reportage cela  ne semblerait pas si efficace, de plus ce n’est pas très esthétique, mais cela rapporte beaucoup d’argent pour  certains. Qu’est-ce qu’on peut faire comme bêtise pour gagner de l’argent !

 

 

Ajout d'un courrier des lecteurs paru dans Ouest-France

Qui profitera de l'éolien ?

M. Gabriel -Bernard, ingénieur énergéticien, réagit à un article sur les éoliennes en mer : « Le vendeur d'éoliennes (étrangères) en vante les charmes, évidemment, il n'a pas dit ce qui se passe quand il n'y a pas ou peu de vent : du temps admis par les scientifiques. L'éolien ne peut être un outil industriel d'autant plus que sa production très instable perturbe les réseaux électriques.

Pour faire face aux intermittences du vent, les électriciens industriels devront construire une centrale thermique qui rejettera des fumées de CO2 : gaz à effet de serre !

Dans le cas de la France, dont seulement 5 % de la production électrique rejette du CO2, l'éolien est une stupidité :- économique (5,4 milliards d'euros par an ! Investissements démentiels...),- énergétique (on exporte déjà 15 % de notre courant et l'éolien industriel va dérégler nos réseaux),

- écologique (EDF sera obligée de démarrer des centrales thermiques, à flamme- rejetant du CO2 ! pour assurer la fourniture de courant, en raison de l'instabilité du vent).

C'est aussi une catastrophe pour nos paysages, le tourisme, les riverains. Qui profitera de l'éolien industriel ? Les promoteurs et fabricants (étrangers). Lisez le rapport Montaigne L'écologie la grande arnaque de C. Gérondeau. Ils savent de quoi ils parlent ».

21:32 Publié dans médias, | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : écologie

01/10/2008

Réchauffement de la planète : la solution

Relevé cet étonnant article dans un magazine chrétien Notre Vie N°453 de septembre 2008 récupéré dans une église :  

(...)Mon cousin a des tas de vaches. Beaucoup plus que la douzaine que je gardais quand j'étais gamin,

après la guerre, pendant les vacances.

IMG_1686_2.JPGEt ces vaches, comme chacun sait maintenant,quand elles ruminent et quand elles pètent, elles envoient dans l'atmosphère des quantités de méthane (on l'appelle aussi le gaz des marais, formule : CH4), et le méthane, pour ce qui est du réchauffement de la planète, c'est bien plus dangereux que le fameux C02.

En Nouvelle Zélande ils ils ont calculé que 50 % des gaz provoquant le réchauffement sont fabriqués par le bétail. En  Australie ce serait 14 % seulement. Oui mais, en Australie, ils ont les kangourous. "Et  alors? - me direz-vous - qu'est-ce que les kangourous viennent faire là-dedans?" Eh bien, cher ami, les kangourous, eux, ne pètent  guère, et de toute façon ils ne rejettent pas de méthane du tout ! Et cela à cause d'une certaine bactérie qui vit dans leur estomac. Ça vous estomaque,  hein!

Alors les chercheurs australiens recherchent en ce moment comment transplanter, chez les vaches, bœufs et autres moutons, cette fameuse bactérie. D'autant plus que, comme il n'y a pas de méthane ,rejeté à l'extérieur, la bête tirerait de ce qu'elle mange 10 à 15 %de profit en plus... Formidable : On est les sauveurs de la planète, et on gagne des sous !

Mais il y a encore du pain sur la planche avant de pouvoir décerner le prix Nobel de l'écologie à nos montbéliardes, holstein ou charolaises, car dans les laboratoires d'Australie, ils disent qu'il faudra encore au moins trois ans pour isoler la fameuse bactérie miraculeuse et stomacale, puis il faudra encore un bon bout de temps avant de réussir à le transplanter chez nos bestiaux (...)

15:11 Publié dans médias, | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ecologie

11/02/2008

Les mensonges du journal La décroissance

1e1bf5876eba8d089106a54c4816e845.jpegEn ce moment sévit une guerre  sur le marché  de la décroissance où tous les coups sont permis.  Le journal La décroissance défendant son pré carré, sa rente spectaculaire essaye d’éliminer tous ses rivaux. Au lieu de se réjouir d’une conversion croissante de personnes  aux idées de la décroissance, ce journal essaye plutôt de les en éloigner en les  discréditant. Pour cela, rien de plus simple La meilleure façon est de les accuser d’être des extrémistes de droite. Cela permet de les combattre sans qu’ils puissent s’exprimer.

 

Ainsi Paul Aries critique le dernier livre d’Alain de Benoist sur la décroissance non pas sur la qualité de ses écrits et pour cause mais parce qu’il a  milité dans sa jeunesse à l’extrême droite. vincent Cheynet le directeur de la publication la Décroissance et du journal casseurs de pub a bien commencé sa carrière dans les milieux publicitaires. Il est devenu maintenant un farouche antipublicitaire ou alors ce n’est qu’une conversion de façade ce qui ne serait guère étonnant. 

Aries est un bien piètre intellectuel, il gagne sa vie en insultant ses ennemis et même ses amis. Il est heureux de pouvoir s’exprimer maintenant dans le Sarcophage où il peut à satiété déverser sa bile contre Sarkozy.

Il dénonce  "actuellement une tentative de récupération tout à fait inamicale sur les milieux antiproductivistes et anticonsuméristes " de la part de l’extrême droite"[...] nous n’avons rien à voir avec les émules d’Alain de Benoist, d’Alain Soral, du Front national, des catholiques intégristes, des « identitaires », etc." Aries mélange tout ; il n’a sans doute jamais ouvert un livre d’Alain Soral, celui-ci ne s’est jamais préoccupé de la décroissance et  le  Front national encore moins.

 

Le directeur de la Décroissance lui a fait un sale coup en juxtaposant l’article de Paul Aries à côté d’un encart où est dénoncé http://www.decroissance.info/ (dans lequel il a publié un article dénonçant la récupération de l’extrême droite) comme étant un site de  pseudo - libertaires haineux et refusant toute limite est très logiquement devenu une  plateforme où discutent les membres de la nouvelle droite.

Tel est pris qui croyait prendre. Paul Aries se retrouve ainsi   lui aussi sur le banc des accusés.

 

Decroissance.info a publié un droit de réponse resté sans suite.  Contacté par mes soins le journal La Décroissance n'a pas souhaité me répondre.

16/10/2007

La vérité qui dérange Al Gore

Al gore vient de recevoir le prix Nobel de la paix pour son film  «La vérité qui dérange ». Ce fut l’occasion pour le Quai à Angers de le projeter gratuitement dans le cadre de sa journée sur l’environnement. Ainsi j’ai pu aller voir ce film dont on parle tant. En fait c’est plutôt un film de propagande en faveur d’Al Gore, il en est le principal acteur. Al Gore appelle chaque Américain à faire tout son possible pour économiser l’énergie et comme tout politique, il fait le contraire de ce qu’il préconise. Ainsi la presse américaine a révélé qu’il habitait une maison digne de Scarlett O’Hara, dont le budget annuel d’électricité s’élevait à 25 000 dollars, soit vingt fois celui de l’Américain moyen ! Sa seule piscine consomme plus d’électricité qu’un pavillon américain standard.

Pour autant il est indéniable que nous vivons une crise écologique :  les paysages se dégradent, des espèces vivantes disparaissent, la pollution augmente. Hélas les Verts se sont détournés de l’écologie pour  se reconvertir dans la promotion de la parité, du mariage homosexuel, dans la lutte contre les discriminations et autres revendications carnavalisées.