Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2006

Benoît XVI condamne la violence : les médias et les islamistes indignés

medium_Benoit-XVI.jpegTriste époque ! Un pape condamne la violence commise au nom d’une religion, aussitôt les médias s’enflamment ou plutôt attisent le feu en interprétant des propos au pape qu’il n’a pas tenus. Les médias français toujours d’une extrême légèreté n’avaient pas l’air d’avoir consulté le texte original. D’ailleurs il a fallu attendre presque une semaine pour que ce texte ( traduction de ce discours du pape en intégralité disponible ici ) tant controversé soit divulgué dans un journal et ce dans la Croix du lundi 18 septembre qui a été épuisé très rapidement.(Cela prouve aussi que les français recherchent la vérité et sont en attente d’un vrai journal.) Heureusement qu’Internet est là. Encore une fois comme à l’époque du texte sur le projet de la Constitution européenne, c’est sur le net tant décrié par les médias français que nous avons pu lire les meilleurs analyses. Pourtant les journalistes professionnels ont le toupet de toujours s’interroger sur la perte de leur crédibilité auprès du public. Ce dernier n’est pas dupe. Nous savons tous que la caste journalistique essaye de manœuvrer l’opinion. Elle se fait l’écho des bruits les plus tendancieux.

Les réactions de bon sens sont venus là où on pensait ne pas l’entendre.
Lionel Jospin sur Benoît XVI au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro:
"Doit-il s'excuser ? Je pense que non. Il est paradoxal qu'une partie de ceux qui demandent des excuses sont ceux qui, par ailleurs, menacent et trouvent légitime d'utiliser l'islam au nom de la violence. On n'a pas de raison de s'excuser devant ces gens-là, même s'il faut éviter de froisser les musulmans".
Interrogé sur France Inter vendredi 15 septembre, l'écrivain italien Umberto Eco a estimé qu'"à propos du discours du pape, on a joué le même jeu qu’avec les caricatures danoises. Un petit épisode est déformé pour déclencher un mouvement gouverné par des fondamentalistes. Le pape aurait pu énoncer le théorème de Pythagore, et il y aurait eu quelqu’un capable de démontrer que c’était une attaque raciste".

L’étonnant avec les médias est la différence de traitement qu’ils font entre la religion catholique et l’islam. Alors qu’ils traquent la moindre parole du pape ou des prélats catholiques qui pourrait être un dérapage, avec l’islam les médias se comportent d’un toute autre manière ; ils essayent de trouver une parole démontrant que c’est une religion d’amour de tolérance et de paix (RATP).

Ainsi toutes les exactions commises au nom de l’islam sont censurés.
Des églises brûlent au Nigeria, des populations chrétiennes et animistes sont massacrés au Soudan et en Indonésie, des violentes agressions sont commises contre les Coptes en Egypte, des chrétiens sont tués ou emprisonnés sous prétexte de blasphème au Pakistan, en Arabie Saoudite....

Même en France les nombreux actes de vandalisme visant des églises ou des cimetières catholiques ne sont pas divulgués. Dimanche 20 août l’église d’Osny (selon le Parisien de l’édition local du Val-d’Oise, l’hypothèse du geste criminel ne fait aucun doute) a été incendiée ; cela n ‘a pas suscité de protestations officielles comme c’est le cas lorsqu’il s’agit de mosquées ou de synagogues. Deux poids, deux mesures.

Qu’en des siècles d’obscurantisme, l’Eglise se soit comporté comme une brute à l’égard de ses semblables, cela pourrait à la rigueur s’excuser, mais qu’en un siècle de lumière et de soit-disant progrès, les mêmes faits se reproduisent de la part d’une autre religion, voilà qui ne peut que révolter la conscience de tout homme libre.