Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2010

Vincent Peillon: le lâche

Regardé  hier l'émission A vous de juger  sur France 2. Très soporifique. Ce qui m'a réveillé est la mine déconfite d'Arlette Chabot lisant un e-mail de Vincent Peillon lui annonçant qu'il ne viendrait pas. Et pourtant cet homme politique avait donné son accord le matin même. Cela me confirme qu'il ne faut jamais faire confiance à un politique. J'ai voulu en savoir plus j'ai donc posté sur le blog de Vincent Peillon ce message :

« Courage ? Il aurait fallu le dire en face de Madame Chabot puisqu'elle a affirmé que vous aviez donné votre accord et que vous aviez décidé ensemble du déroulement du débat. J'aimerais que vous éclairiez ma lanterne. » 

Evidemment ce message a été censuré. Je me demande pourquoi ? Mais en consultant ce blog je me suis aperçu que seuls les messages "Bravo Mr Peillon" n'étaient pas censurés. Il n'a pas l'air d'aimer les contradictions, le débat. 

Je ne suis pas le seul à vouloir en savoir davantage. Ainsi ce jour dans  l'émission BOURDIN DIRECT sur BFM TV JJ Bourdin a lui aussi téléphoné à Vincent Peillon qui lui a raccroché au nez.

07/09/2006

Le MRAP dérape encore

Certains n’avaient pas compris ou avaient fait semblant de ne pas comprendre cette réflexion d’Alain Finkielkraut "L'antiracisme sera le communisme du XXIe siècle"

 

 

L’antiracisme est bien un nouveau totalitarisme, une véritable dictature sur la liberté qui sans cesse marginalise, diabolise, criminalise les insoumis, les francs-penseurs, à travers toutes sortes de calomnies.

Le MRAP, un des organismes officiels de ce nouveau totalitarisme, sûr de son bon droit n’hésite pas à employer tous les moyens mis à leur disposition. Leur dernière lubie : que le Petit Robert 2007 soit retiré du commerce, le MRAP  s’insurgeant contre sa définition de la colonisation qui met, selon lui, "en valeur" le "rôle positif" de cette période. Ainsi Coloniser signifie pour le Petit Robert : “coloniser un pays pour le mettre en valeur, en exploiter les richesses”.Cela me semble une bonne définition. Alain Rey qui supervise ce dictionnaire interrogé sur Europe 1 le 5 septembre était tout éberlué. Il se sentait irréprochable étant  à gauche et surtout antiraciste. Il ne pouvait être attaqué sur ce plan. Il s’est expliqué sur cette définition. « L'objectif au départ était bien une mise en valeur du pays colonisé. Il faut l'entendre du point de vue économique. » 

 


Le MRAP ne craint pas le ridicule : cette association devient même de plus en plus contre-productive en attaquant ses  propres amis. Peut-être ces erreurs permettront aux citoyens d’ouvrir les yeux sur la dangerosité du MRAP.  

 

 

Sachez que pour moi, toute association qui tente d’interdire un livre surtout pour des motifs aussi futiles est un ennemi de la pire espèce ainsi que tous ceux qui  soutiennent par quels moyens que ce soient ces associations.

 

 

06/08/2006

L’affaire qui ébranle le PS

Valeurs Actuelles  (n° 3636 paru le 4 Août 2006)  vient de révéler une affaire qu’aucun grand  média audiovisuel  à ma connaissance n’a osé divulgué.

 

« François Hollande sera-t-il mis en examen pour ses liens présumés avec l’ancienne mutuelle des instituteurs, aujourd’hui en faillite ? C’est ce que réclament à la justice les milliers d’anciens sociétaires ruinés par une gestion calamiteuse.

Ceux qui croyaient que la justice finirait par s’endormir sur le dossier du Cref en seront pour leurs frais. À peine la juge Sylvia Legendre a-t-elle clos, le 10 juillet, son instruction sur la gestion du Cref et les abus présumés ayant concouru à sa faillite, qu’une autre bataille commence, nettement plus gênante politiquement pour le PS : les parties civiles exigent désormais la mise en examen de François Hollande – entre autres – dans le cadre de ce même dossier ! [...]»
  Libération dans son édition du  23 mars 2006 avait titré « Après la Mnef, le PS la main dans le Cref » "Cet organisme de retraite complémentaire de fonctionnaires, en pleine panade financière, aurait financé des responsables socialistes."  Depuis comme beaucoup d’affaires je n’avais plus eu de nouvelles, comme lors du procés de la MNEF qui impliquait des socialistes, fin mai 2006 où peu d'infos ont circulé.