Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2008

Une banderole et la France s'emballe

L’affaire de la banderole (« pédophiles, chômeurs, consanguins : bienvenue chez les Ch’tis ») lors de la Finale de la Coupe de la Ligue a atteint des proportions inattendues voire  même ridicules. Ce bombardement politico-médiatique,  du journal local jusqu’au président de la République traduit un véritable malaise du Système en place, si heureux de trouver un sujet « consensuel ». Heureux de constater que tout le monde ne partage pas ce consensus. Ainsi lu sur  le blog de Philippe Bilger : (...) tout de même une telle mobilisation sportive, politique, policière, judiciaire et médiatique pour  des slogans et des mots, odieux certes, mais des mots, une telle indignation durable à la suite de la confection et de l'exhibition, si peu de temps, d'un minable brûlot dans le chaudron d'un stade, vous ne trouvez pas que cela fait beaucoup, dépasse la mesure ?(...)

Cette banderole permet une éthique consensuelle, portative et vite dégainée consolant des grands défis moraux plus difficiles voire impossibles à affronter. Parce qu'aussi notre impuissance relative en face de la vraie délinquance et de l'implacable criminalité a besoin de trouver un exutoire commode dans ces élans collectifs de réprobation, dont l'intensité est inversement proportionnelle à la gravité des atteintes causées. Je suis persuadé que notre société va de plus en plus sécréter de telles incandescences, non à cause d'une morale collective plus affirmée mais au contraire par pulsion, par compensation.(...)

Ajout du 5 avril

Signalons la chronique de Tillinac dans le dernier numéro de Valeurs actuelles.

Certes la banderole déployée au Stade de France par les guignolos qui gravitent autour du PSG n’était pas d’un goût exquis. Mais le concert d’indignations superlatives déclenché par cette mauvaise farce passe les bornes du ridicule. L’“honneur” des gens du Nord est outragé, rien de moins. Il faut des “sanctions exemplaires”, etc. Tout cet émoi pour si peu laisse à penser que nous serions moralement fort dépourvus en cas d’événements vraiment dramatiques. Pour que l’indignation garde ses vertus, il ne faut pas la fourvoyer dans le dérisoire.

21:30 Publié dans médias, | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : football, banderole