Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/08/2009

Michel Ciry

Vendredi dernier, en passant chez ma bouquiniste préférée, découvert un roman de Philippe Muray On ferme pour 4 euros. Cela tombait bien ,c’était un des rares livres que je ne possède pas de celui-ci. En effectuant cet achat, je lui ai demandé si elle n’avait pas par hasard un livre de Michel Ciry. Elle m’a alors répondu si c’était bien du peintre auquel  je faisais mention. J’ai acquiescé, elle croyait qu’il était mort. Cette bouquiniste m’a alors parlé de ce peintre qui avait exposé dans sa propre librairie , des oeuvres mystiques comme elle me l’a précisé. Elle se souvenait de celui-ci comme un être profondément dépressif.

 Je suis en train de lire  Brisons nos nerfs  de ce diariste. A ce que je sache, Michel Ciry ne publie que son Journal. Emprunté ce livre à la bibliothèque ; ces livres sont hélas disponibles uniquement sur demande à la bibliothèque comme beaucoup que je recherche. Cela doit être par un autre diariste que je l’ai  connu. Je ne sais plus si c’est à partir des journaux intimes de Jean-Claude Cluny ou Roger Bésus  voire même Bernard Bouts un autre peintre diariste et catholique.

 

L’écriture de Michel Ciry  est vraiment sublime mais les média n’osent pas parler de ce diariste. Il exècre  tout ce que notre société moderne porte aux nues comme l’art contemporain. Concernant celui-ci, peintre lui-même, il détient beaucoup d’arguments contre l’imposture de l’art contemporain. De plus Michel Ciry est catholique traditionaliste. ce qui ne peut que déplaire à notre époque, particulièrement en France où le dimanche tend à devenir un jour comme les autres. Avec toutes ces tares il est Vomi par la gauche, tenu à l’écart par ceux-là mêmes dont l’intelligent devoir serait de me soutenir, je risque de finir dans une solitude sans doute pénible à supporter mais qui sera mon diplôme de dignité en un monde où cette vertu majeure risque d’être bientôt montrée du doigt.

Il est parfois féroce avec des chanteuses comme Edith Piaf ou avec Michael Jackson. Déjà en 1988 il notait que celui-ci faisait actuellement fureur à travers un monde de plus en plus déboussolé.(...) Ce n’est certes pas à l’honneur d’une époque que d’accorder une telle importance à ce qui en a si peu (...)

06/08/2009

Le dernier dimanche de Gaspard-Marie Janvier

arton12243-69068.jpgJe consacre dorénavant un peu plus particulièrement ce blog aux journaux intimes, carnets ; ce livre-ci peut s’inscrire dans cette catégorie car  Plutôt que d’aller faire ses courses comme chaque dimanche au centre commercial, un homme rendu à sa solitude par son divorce décide d’aller à la messe. Pendant un an, ce sceptique formé à la discipline la plus cartésienne ne manque pas ce rendez-vous hebdomadaire. Au retour, il note dans un journal ses réflexions, ses réactions et ses émotions. Ce qui s’annonçait comme la simple chronique d’un dimanche de plus en plus menacé par le prosélytisme commercial se transforme en une belle aventure, en un grand roman spirituel et charnel. Une conversion qui ne sera pas celle que l’on croit.

 

Voici quelques citations que j’ai choisis.

La question est là comment dire non chaque soir- non  à la télévision , non  à la consommation, non  à l’économie (...) sans tomber dans un militantisme vaniteux, tapageur et sommaire ? L’Eglise en cette entrée de Carême répond : à l’écran par la prière ;à la consommation par le jeûne ; à la démesure économique par l’aumône. 

Il nous livre ces observations sur cette société de consommation qui nous oblige à acheter en « rendant les anciens modèles non compatibles avec les nouveaux, de sorte que des tonnes de matériels sont parties remplir les décharges et les greniers », sur cette société de loisirs qui  nous fait à chaque fois le coup du touriste qui ne prétend pas être comme les autres touristes, sur ce mot magique qu’est « l’humanitaire »

L’auteur n’allume pas trop tôt son poste de radio le dimanche afin d’éviter les sentences tartinées des évangélistes. Je lui conseillerai de se lever encore plus tôt pour écouter les orthodoxes , c’est profondément spirituel.

 

Laurent Dandrieu dans une vibrante critique parue dans Valeurs Actuelles avait écrit que c’était une chronique aussi vivante que brillamment écrite, où se mêlent l’humour et la mystique, l’enthousiasme et le désarroi, la splendeur du vrai et la médiocrité(...)

01/07/2007

Face au règne des médias, que faire ?

Le 20 juin    j’ai assisté à une    rencontre-débat très intéressante avec Patrice de Plunkett à  l'invitation de la revue Kephas. Le sujet : FACE AU RÈGNE DES MEDIAS, QUE FAIRE ? (FAMILLE, ÉCOLE, VALEURS, SPIRITUALITÉ...) 

Les médias selon Patrice de Plunkett sont le centre nerveux de notre société. Ils ont un impact sur tout. Il a abordé en premier lieu le culte de l’émotion. Le journal télévisé fonctionne de cette façon. Le journal TV est un spectacle ; les images sont sélectionnées selon la puissance émotionnelle. On n’est pas informé par un journal télévisé, on est impressionné. L’information télévisé est de la même famille que le marketing publicitaire. L’art du publicitaire, c’est l’invention d’images qui ne sont ni vrais ni fausses mais de modifier notre comportement de consommateur.

C’est le règne de l’éphémère. Les médias impose un monde moralement et intellectuellement vide. La télévision impose ses idées à l’enfant, elle atrophie tous les autres sens ; l’impulsion prime sur la réflexion.

 

Patrice de Plunkett a abordé la révolution Internet qui peut être un lieu d’échange et de connaissances infinis mais cela peut être un désert absurde où on peut se perdre. Beaucoup attendent tout d’Internet ; cela n’est qu’un outil. Toutes nos questions ne se trouvent pas sur ce nouveau média.

Je pense moi aussi tout comme Patrice de Plunkett  que c’est une pédagogie néfaste de mettre l’Internet à portée des enfants dans les classes.

Un autre sujet a été abordé, c’est l’impact des médias sur le spirituel. La TV maltraite l’information religieuse. J’avais déjà abordé le silence des médias sur les nombreux actes de vandalisme contre les cimetières et les églises chrétiennes sur ce blog. Les médias tentent d’édulcorer l’antichristianisme en France. Ils fixent l’attention sur ce qu’ils peuvent dénoncer et sont donc très heureux de pouvoir montrer un prêtre pédophile.

 

Da Vinci Code s’est très bien vendu grâce à l’aide des médias car il était violemment anti-catholique. La machinerie médiatique nous enferme tous dans de fausses évidences.

 

Patrice de Plunkett a  tout de même un espoir en constatant qu’il y a des courants souterrains auxquels les médias n’ont pas prise.

 

C’était vraiment une conférence interessante où beaucoup d’autres sujets ont été abordés comme l’éducation des enfants, ...